> >

[] [ ]

Les Justes qui ont aid l'Algrie

(Tags)
, justes, l'algrie
 
Seul en Algrie semsouma 3 2012-01-28 01:24 PM
aide mois STP REFFAS 5 2011-12-30 06:11 PM
..Algerie mOn amOur 2 2010-05-21 07:18 PM
...l'algerie mon amour l'algerie pour touhours dark_lordulk 12 2010-04-23 07:54 PM
amine128 5 2009-11-23 02:42 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2012-06-21
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les Justes qui ont aid l'Algrie

CE QUE FUT LA COLONISATION

Les Justes qui ont aid l'Algrie

Jeudi 21 Juin 2012
Par Pr Chems Eddine CHITOUR

Aprs l'indpendance, le couple Chaulet a contribu au dveloppement de l'Algrie
Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots. Jean Jaurs
Tout au long de cette histoire de cohabitation qui fut dans l'ensemble douloureuse, il y eut des hommes et des femmes europens d'Algrie qui, des degrs divers, se sont battus pour la dignit et contre le systme colonial, notamment en contribuant l'indpendance de l'Algrie.
Sait-on par exemple, qui est Francis Jeanson mort dans l'anonymat le plus strict aussi bien en France qu'en Algrie?
L'Algrie d'aujourd'hui refuse de voir son histoire en face. Sait-on que des Franais se sont battus, se sont exposs et ont mis en jeu leur libert et parfois leur vie pour l'indpendance du pays tout tant fidles une certaine ide de la France?

Francis Jeanson: l'autre face et l'honneur de la France
Mais qu'est-ce que tu connais, toi, de la France, sinon Bugeaud et Bigeard? Tu t'adresses moi comme si j'tais un tratre mon pays. A partir d'aujourd'hui, je voudrais que tu retiennes que mes camarades et moi n'avons fait que notre devoir, car nous sommes l'autre face de la France. Nous sommes l'honneur de la France.
C'est par cette phrase que le philosophe Francis Jeanson- s'adressant au prsident Abdelaziz Bouteflika -Juin 2000- a dfini son rle lors de l'aide qu'il a apporte la Rvolution algrienne: pour lui, il n'a fait que son devoir et il n'en rougit pas, il se dmarque des autres qui, au mieux, ont protest mollement propos de la torture au pire l'ont approuve comme l'a fait le cardinal Salige: La terreur doit changer de camp.
Francis Jeanson Le porteur de valises selon le bon mot de Jean-Paul Sartre, durant la Guerre d'Algrie avait fond le plus important rseau de soutien au FLN en mtropole.
Depuis 2000, crit Florence Beaug, tmoignages, articles et procdures judiciaires se succdent en France, portant sur les pratiques de l'arme durant les vnements d'Algrie. Des pratiques amnisties. Mais l'amnistie n'induit pas obligatoirement l'amnsie.(..) Les exactions commencent ds 1830, quand les troupes franaises dbarquent Sidi Ferruch, pour une expdition coloniale longue de quarante ans. Pillages, carnages, incendies de maisons, rafles de civils grande chelle, etc. La conqute de l'Algrie s'accompagne d'actes de barbarie, les documents d'histoire en attestent. (...)
Ds 1947 et 1948, Andr Mandouze et Francis Jeanson s'alarment, dans la revue Esprit, de la situation qui prvaut dans les trois dpartements franais. Mais ils crient dans le dsert.
En 1951, un ancien rsistant, le journaliste Claude Bourdet, pose la question Y-a-t-il une gestapo algrienne? dans les colonnes de L'Observateur, et dcrit les mthodes en vigueur dans les commissariats: lectricit, baignoire, pendaison (...).(1)
Francis Jeanson explique le sens de son combat: Ce qui se passait en Algrie au nom de la France tait inadmissible. Il fallait tre contre. La seule faon d'tre contre, c'tait d'tre aux cts de ceux qui se battent.
On m'a souvent dit que c'tait de la trahison. Mais, pour moi, il y avait dj trahison: celle des valeurs de la France. (2)
Avant de s'indigner des atrocits commises en Algrie, il faut se demander pourquoi nous avons fait la guerre au peuple algrien et pourquoi nous avons laiss faire des choses qui n'avaient pas de raison d'tre. (...)
Depuis mai 1945, et les massacres de Stif, on aurait d le savoir. La torture n'est pas ne de la Guerre d'Algrie en 1954. (...) Prenez les droits de l'homme. Nous prtendons les enseigner, un peu partout (...)
Comment pouvons-nous demander ces peuples, soumis d'incroyables pressions et des dstabilisations successives, de respecter les droits de l'homme comme nous y prtendons ici. (3)
Et Francis Jeanson s'opposera Camus et sa thse que toute rvolution dbouche sur la ngation des liberts.
Sartre interviendra dans cette clbre controverse en assnant Camus qui voulait garder ses mains propres: Avoir des mains propres, c'est ne pas avoir de mains. (..)
Ds 1958, la diffusion des livres La Gangrne et La Question - publis mais aussitt interdits parce qu'ils tmoignent de la gnralisation de la torture - mobilise des centaines de militants.(4)

Andr Mandouze
Andr Mandouze normalien, spcialiste de saint Augustin, chrtien de gauche, rsistant est un autre juste
En 1956, il s'engage totalement aux cts de la Rvolution algrienne. Il connut la prison pour trahison envers la patrie et fut une des btes noires de l'OAS.
Aprs l'Indpendance, il y retourna en tant que directeur de l'enseignement suprieur et y resta cinq ans.
Parlant de ses dmls avec le pouvoir colonial, Andr Mandouze dclare: En 1956, en novembre et dcembre prcisment, j'avais t emprisonn la Sant pour mon combat en faveur de l'Algrie.
Par ailleurs, il faut savoir qu' cette poque, j'avais dj eu affaire ceux qui, bien plus tard, formrent l'OAS (...)
Permettez-moi de rapprocher le livre d'Henri Alleg (La Question, Ndlr) du combat de celui qui, ds janvier 1955 et jusqu' la fin de la Guerre d'Algrie, ne cessa de protester et de condamner la torture-je veux parler du cardinal Duval.
Pour moi, ds la parution de La Question, s'est rtabli, en quelque sorte, le rapprochement de celui qui croyait au ciel et de celui qui n'y croyait pas, contre le racisme colonialiste, de la mme faon que les uns et les autres s'taient retrouvs, pendant la Rsistance, contre le fascisme hitlrien.. (5)
Interrog sur son apprciation de la loi du 23 fvrier 2005, Andr Mandouze eut cette phrase sans appel: Il faut abroger.
Cet article de loi est scandaleux. Il apporte la preuve que le colonialisme est encore bien vivant dans l'esprit d'un certain nombre de gens qui regrettent que ce soit fini. (...)
Il faut parvenir un accord de fond pour soigner dfinitivement les blessures du colonialisme et que naisse entre la France et l'Algrie une vritable amiti. L'Europe, sans l'Afrique et l'Algrie, ce n'est pas l'Europe. Inversement, l'Algrie et le Maghreb, en rapport avec l'Europe, c'est la possibilit de contrer cette Amrique qui se conduit lamentablement en Irak et ailleurs.
Voil les vrais enjeux. (6)

Germaine Tillion: Justice et vrit
Peut-on oublier de citer Germaine Tillion pour qui le combat se rsume dans ces phrases: Je pense, de toutes mes forces, que la justice et la vrit comptent plus que n'importe quel intrt politique. Fin novembre 1954.
Dans l'Aurs, les vieux Chaoua lui racontent comment un militaire maniaque torture de simples suspects.
Germaine Tillion ignore tout du problme colonial. Etant reue par Soustelle son ancien collgue ethnologue comme elle, elle bouillonne: Croyez-moi monsieur le gouverneur, mme un Benboulad qui a t arrt est respectable. Je connais bien sa famille. Je l'ai vu tout gosse Batna. Mostefa est un patriote et non un criminel de droit commun.
Un an plus tard, elle cre des centres sociaux en Algrie. En mme temps, Germaine Tillion s'lve avec vhmence contre la torture avec l'historien Pierre Vidal-Naquet ou le journaliste Henri Alleg.
Le 18 juin 1957, elle participe la commission d'enqute sur la torture dans les prisons de la Guerre d'Algrie.
Germaine Tillion, conseillre technique au cabinet de Soustelle, verra Parlanges, le gnral commandant les Aurs et charg de la pacification et des SAS chres Soustelle.
Ecoutons comment elle raconte son entrevue avec lui: Lorsque je lui ai racont comment les officiers maniaques torturaient des rputs suspects, j'ai compris la mthode qu'il pratiquait au regard profondment ironique qu'il m'a accord. Je me souviens encore de ses mains de garonnet, sans cesse en mouvement, lorsqu'il parlait avec une vidente satisfaction de toutes les faons possibles d'gorger un homme. (7) (8)

Les autres Justes
La vie d'un homme, la mienne, compte peu. Ce qui compte, c'est l'Algrie, son avenir.
Et l'Algrie sera libre demain. Je suis persuad que l'amiti entre Franais et Algriens se ressoudera, a dclar Fernand Iveton, peu avant d'tre guillotin.
Avec Fernand Iveton l'Algrien de coeur et de naissance, il faudrait rendre justice tous ceux qui - sans tre des indignes au sens de la colonisation - et dans l'ombre au pril de leur vie, ont cru l'indpendance de l'Algrie. La liste est longue.
Les hommages sont tardifs, parcimonieux et non dnus d'arrire-pense. Il faut faire apparatre tous les Franais dans le cas adverse et les Algriens dans l'autre ce qui n'est pas vrai.
Il y eut des Justes qui ont donn le meilleur d'eux-mmes qui furent considrs eux-mmes comme des traitres.
LAlgrie d'aujourdhui refuse de voir son histoire en face; sait-on que des Franais se sont battus, se sont exposs et ont mis en jeu leur libert et parfois leur vie pour lindpendance du pays tout en tant fidles une certaine ide de la France? (9
La liste est longue de ceux qui ont brav les interdits, travers les barrires invisibles des communauts, l'exemple le plus frappant est celui du Docteur Daniel Timsit qui a particip activement la guerre d'indpendance de l'Algrie du mauvais ct. Daniel Timsit est n Alger en 1928 dans une famille modeste de commerants juifs.
Descendant d'une longue ligne judo-berbre, il a grandi dans ce pays o cohabitent juifs, Arabes et pieds-noirs, que le systme colonial s'efforce de dresser les uns contre les autres.
Il s'occupera du laboratoire de fabrication d'explosifs, puis entrera dans la clandestinit en mai 1956.
Arrt, il sera dtenu jusqu' sa libration en 1962, date laquelle il rentre Alger. Il s'explique longuement sur son identit algrienne, lui qu'on continue en France, prsenter comme un Europen. Je n'ai jamais t un Europen, se dfend-il.
Il s'est toujours considr comme Algrien, lui, dont la langue maternelle est l'arabe derdja.
La langue et la culture franaises, qu'il ne renie pas, viennent au second plan. L'algrianit ne se dfinit pas en fonction d'une appartenance ethnique ou religieuse, mais parce qu'il appelle une communaut d'aspirations et de destin. (10)
Un hommage mrit sera rendu au couple Claudine et Pierre Chaulet l'occasion de la parution de leur ouvrage Le choix de l'Algrie, deux voix, une mmoire. Pour rappel, ce sont eux qui ont exfiltr Abane Ramadane en pleine bataille d'Alger.
Pour Rdha Malek, le couple Chaulet est considr comme un symbole de la guerre de Libration. (...)
L'algrianit du couple Chaulet n'est pas le fruit du hasard mais d'un engagement total et rflchi.
M. Rdha Malek a voqu galement Pierre Chaulet le mdecin qui avait rejoint les rangs du Front de libration nationale et le rdacteur El Moudjahid.(11)
Aprs l'Indpendance, le couple Chaulet a contribu au dveloppement de l'Algrie, Claudine Chaulet sera professeur de sociologie l'universit et le professeur Pierre Chaulet fut l'un des piliers de l'organisation de la sant.
A ce titre, je me souviens qu'en tant que directeur du Centre universitaire de Stif, il nous a t possible d'ouvrir la filire des sciences mdicales grce notamment au professeur Chaulet qui s'est dplac Stif enseigner pendant une dizaine de jours.
Il ne voulut pas d'une indemnit, considrant qu'il ne faisait l que son devoir. Qu'il en soit encore remerci trente ans aprs!
Il n'est pas possible, dans le cadre de cette contribution, de tmoigner et de rendre hommage dans le dtail des milliers de personnes franaises de souche ou Algriens- Europens, qu'il nous suffise de citer sans tre exhaustif, les avocats Jacques Vergs, Gisle Halimi, Henri Alleg l'ancien directeur d'Alger Rpublicain qui crivit un livre tmoignage sur la torture: La Question.
A ct de la ligne officielle de l'Eglise, il nous faut citer, sans tre exhaustif, tous les hommes de religion qui, drogeant la norme officielle, ont tmoign notamment contre la torture, je veux citer Monseigneur Duval, l'abb Brenguer sans oublier l'immense Frantz Fanon qui combattit avec les armes de l'esprit et dont les crits -cinquante ans aprs- sont toujours d'actualit.
En tout cas, l'humanisme sans complaisance de Francis Jeanson, Andr Mandouze, Mgr Duval, Germaine Tillion, Henri Alleg, Daniel Timsit et tant d'autres resteront pour nous tous une leon de vie et ne disparatront pas. A ce titre aussi, ils mritent notre respect profond et notre recueillement leur mmoire. Ces Justes ont fait, en leur me et conscience, leur devoir. Si on devait, objectivement trouver quelque attrait la prsence franaise en Algrie, nous ne sommes pas ingrats, nous sommes reconnaissants la France de compter en son sein des hommes de la trempe de ces gants de l'empathie, du juste combat, de la charit chrtienne. A titre individuel, ils ont transcend les interdits pour venir prcher inlassablement la paix, la tolrance, le respect de la dignit humaine. Assurment, ces hommes et ces femmes qui ont risqu leur vie, tournant le dos une vie de confort et de compromission, ils et elles ont largement leur place parmi les Justes.
Cinquante ans aprs, nous ne devons pas aussi, oublier ceux qui ont fait du mal ce peuple sans dfense. Les tortionnaires de l'Algrie seront cits pour que nul n'oublie les Rovigo, Saint-Arnaud, Bugeaud.
Si l'Algrie rige un monument de la mmoire, les Justes auront toute leur place.
Nous devons, dans le mme mouvement, nous incliner la mmoire de tous ceux qui ont aid l'Algrie dans sa dtresse sculaire. La prsence franaise, malgr ses aspects sanguinaires et de dni de la dignit, a laiss, par le dvouement de ses instituteurs, de ses mdecins et Europens et aussi Franais de souche qui ont, titre individuel, aim l'Algrie.
Ne soyons pas ingrats.

1.Florence Beaug: La torture, ou que faire de cet encombrant pass? Le Monde 31.10.2004
2.La seule faon d'tre contre. Le Nouvel Observateur n 2085 21 octobre 2004
3.Francis Jeanson, philosophe: " La question de la torture est indissociable de la question coloniale" 28 mai 2001 (Le Monde) Propos recueillis par Thomas Lacoste et Herv Le Corre
4.Dominique Vidal: Ces tratres qui sauvrent l'honneur de la France Le Monde diplomatique Septembre 2000
5. Andr Mandouze: Guerre d'Algrie: Le choc de la Question: l'Humanit. 9.11.2001.
6.Andr Mandouze: il faut abroger! par Rosa Moussaoui l'Humanit 10.12.2005.
7.Yves Courrires: La guerre d'Algrie:le Temps des lopards. p.83 Edt Arthme Fayard 1969,
8.C. E. Chitour, Germaine Tillion: humainehttp://www.millebabords.org/spip.php?article8357
9.Chems Eddine Chitour. Ces Franais injustement oublis Mondialisation.ca 16 fevrier 2012
10. http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4023
11.Hommage Alger au couple Claudine et Pierre Chaulet APS le 19 avril 2012

L'EXPRESSION



 

()



: 1 ( 0 1)
 

Les Justes qui ont aid l'Algrie




07:37 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,