> >

[] [ ]

Extraits des mmoires de Chadli:

(Tags)
 
Lancien prsident Chadli Bendjedid est mort Emir Abdelkader 0 2012-10-06 07:07 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2012-10-11
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Extraits des mmoires de Chadli:

Extraits des mmoires de Chadli: Ctait moi qui ai dissous le Parlement, car larme ne fait pas confiance Belkhadem


echoroukonline.com/









Echorouk a reu quelques extraits des mmoires de Chadli, relatant de plusieurs dtails de la vie de lex-prsident et rvlant dimportants et de dangereux secrets. On retient dans des extraits, les circonstances de sa dsignation la tte du pays, et les vnements ayant conduit la dissolution du parlement et rompre ses liens avec quelques personnalits du pouvoir.
Ils reviennent sur les vnements auxquels il a pris part, linstar du Mouvement pour le triomphe des liberts dmocratiques (MTLD), son implication dans la guerre de Libration ainsi que les raisons de son incarcration Milia et dans la wilaya II historique, en arrivant aux relations quavait noues avec notamment, Larbi Belkheir, Khaled Nezar et Mouloud Hamrouche.
Chadli Bendjedid (1979-1992), est n le 14 avril 1929, Seba dans la commune de Bouteldja El-Taref.
Dbut 1955, il rejoint les rangs de la guerre de Libration nationale, et na jamais t dans larme franaise ni lintrieur du pays ni lextrieur et na pas pris part la Guerre dIndochine, comme lont soulign par erreur les historiens Mohammed Harbi et Benjamin Stora lesquels staient excus auprs de Chadli.
Chadli prpare lentre de larme des frontires
Avant le dclenchement de la guerre de Libration, Chadli tait militant au sein du Mouvement national et du MTLD, qui hrite du PPA (Parti populaire algrien), qui a gard la mme stratgie du parti en dpit des restrictions exerces par ladministration coloniale.
Aux ct de Chadli, il y avait son pre, au sein du mouvement qui vise lanantissement du rgime colonial et la mise en place dun systme et dune souverainet nationale et dorganiser des lections gnrales sans distinction ethnique ni religieuse, devant mener la fondation de la Rpublique algrienne dmocratique et indpendante en prservant ses aspects arabo-islamique et africain.
Chadli a par la suite occup plusieurs postes, en tant chef de groupe en 1955, vice-responsable dune rgion militaire 1956, puis promu au poste de chef de rgion militaire entre 1958-1959. Date laquelle, il a t dsign chef de rgion militaire au niveau de la Zone nord oprationnelle aprs larrive de Houari Boumedine.
Chadli tait le premier officier de la base est pitiner le territoire national pour prparer lentre de larme des frontires.
Juste aprs larrive de la dlgation de la wilaya II assiste au congrs de Tripoli 1962, il sest dirig vers ladite wilaya o il a rencontr Salah Boubnider.
Cest l o il a t arrt puis emprisonn, Milia (Jijel actuellement) accus davoir t derrire la requte condamnant le GPRA, avant dtre relch.
Chadli repousse larme de loccupation du Nord Constantinois
Aprs lIndpendance (5 juillet 1962), Houari Boumedine a confi Chadli la mission de diriger 6 groupes de lALN (Arme de libration nationale) rentrant Jijel depuis plusieurs rgions de la Wilaya II.
Ensuite, il a galement t dsign chef de la 6e Rgion militaire, devenue actuellement 5e RM, dont le sige est Constantine. Cest l o le commandant Chadli a repouss larme coloniale du Nord Constantinois.
Aprs deux ans passs la tte de la 5 e RM, il a t transfr vers la 2e RM Oran. Cest l o il a fortement particip au coup dEtat de 19 juin 1965, avec le colonel Boumedine, ministre de la Dfense et vice-prsident du Conseil du gouvernement.
Bencherif encercle Chadli lors du procs de Chabani
En sa qualit chef de la Ve Rgion militaire, il a t dsign membre du tribunal, pour juger le colonel Mohamed Chabani, le grand moudjahid qui a remplac le colonel Si El Houas dans le commandement de IV Rgion militaire, et ctait le premier colonel au sein de larme algrienne aprs lindpendance.
Chabani prconisait la dsignation du gnral de corps de larme au plus suprieurs de officiers et le plus ancien dans le grade militaire, afin de mettre en droute toute tentative de coup dEtat.
La dcision du colonel Chabani aurait sans doute irrit le colonel Boumedine. Les signes de disputes entre Boumedine et Chabani se sont dessins en loccurrence, lors de la tenue du 4e congrs du FLN, le 16 avril 1964.
Chabani avait prsent ce jour-l, un lourd rapport rclamant lassainissement les rangs de la rvolution, en faisant allusion aux officiers, et aux sous-officiers ayant fui larme franaise et nayant pas particip la guerre de Libration.
Juste aprs, Boumedine intervenait en se prtextant quil est prfrable de compter sur dofficiers algriens, que de faire appel des techniciens et experts trangers.
Ressentant le durcissement des dires du plus petit colonel du monde-comme il tait qualifi Chabani- Boumedine sest vite mis la restructuration des rgions militaires du pays, en dplaant le sige de la VI Rgion militaire de Biskra Ourgla, en mettant fin aux fonctions de Chabani, remplac par le commandant Amar Melah le 4 juin 1964.
En revanche, Chaani a t dsign membre du bureau politique du FLN, une dcision qua rejete en bloc Chabani.
Aprs ce refus par Chabani, Boumedine a sur-le-champ dcid de le lyncher en dsignant un tribunal militaire Oran, compos de Abderrahmane Bensalem prsident, Said Abid et Chadli Bendjedid.
Pendant le procs de Chabani, le commandant de la Gendarmerie nationale, Ahmed Bencherif assurait la scurit du tribunal et ne sest pas ml dans le procs jusqu la prononciation du jugement condamnant mort Chabani.
Bencherif avait conduit colonel Chabani, condamn mort, dans lendroit o il a t excut puis enterr dans des circonstances ambigus.
Bencherif na aucun moment cach sa haine lencontre du colonel Mohamed Chabani.
Chadli a avort le coup dEtat de Zebiri
Le chef de la II Rgion militaire, Chadli Bendjedid a avort les tentatives de coup dEtat menes le colonel Tahar Zebiri contre Boumedine en 1967. Face aux troupes diriges par Zebiri, Chadli a contre-attaqu en envoyant des forces de larme.
Si Said Abid a prfr ne sallier aucune des parties protagonistes Boumedine-Zebiri, Chadli a en revanche ripost Zebiri en mettant des forces de larme pour mettre en droute le coup dEtat de Zebiri.
Aprs avoir russi avorter les tentatives du colonel Zebiri, Chadli Bendjedid a repouss larme franaise depuis Mers-el-Kbir Oran. Cest grce se succs, quil a t promu au grade de colonel.
Un grade qui se limitait aprs lindpendance Houari Boumedine, Mohamed Chabani, Abdallah Belhouichet, Chabou, Abderrahmane Bensalem, Abbas et Zebiri et enfin Chadli Bendjedid.
Bouteflika a demand en 1976 la cration de poste de vice-prsident
Aprs la dgradation de ltat de sant de Houari Boumedine, transfr Moscou pour des soins, ce dernier a nomm Chadli la tte de tous les corps de scurit du pays (services secrets, arme, Gendarmerie nationale, police), grce sa confiance dans la personne de Chadli.
Ctait le directeur des services des renseignements, Kasdi Merbah qui a appris de Boumedine de nommer Chadli la tte de lensemble de ces corps.
En dpit, des diffrends notamment sur le plan conomique entre Boumedine et Chadli, mais ils convergeaient dans dautres visions.
Parmis les points de divergence entre les deux hommes, le dossier de la rvolution agricole, qui du point de vue de Chadli, napporte rien et il est plutt prfrable de procder des rformes agraires globales.
Acours de lanne 1976, le colonel Houari Boumedine a procd la rvision de la charte nationale. Loccasion qua saisie son ministre des Affaires trangres, Abdelaziz Bouteflika pour crer le poste de vice-prsident.
Comme Boumedine na pas t convaincu de lide propose par Bouteflika, il a dcid de lannuler carrment.
Kasdi Merbah a nomm Chadli prsident de la Rpublique
Avant la mort du deuxime prsident de la Rpublique algrienne, plusieurs hommes au pouvoir staient disputs du poste de successeur de Boumedine, savoir Mohamed Salah Yahiaoui, Abdelghani Benahmed, Abdesslam Belaid (ministre de lIndustrie et de lEnergie) et Abdelaziz Bouteflika (ministre des Affaires trangres).
Lors dune runion tenue par les officiers de lALN au sige de lEcole militaire polytechnique (EMP) de Bordj El Bahri, dirige par Larbi Belkheir, Kasdi Merbah est intervenu avec fermet, annonant textuellement quil ny a que deux candidats succder Boumedine, qui ce sont bien bel et bien Chadli et Bendjedid , et mettra ainsi un terme la rude dispute.
Aprs sa nomination en 8 mars 1979, Chadli a install son gouvernement en confiant la mission de grer ses affaires Mohamed Abdelghani Benahmed jusquau 22 janvier 1984, date laquelle il a t remplac par Abdelhamid Ibrahimi.
Chadli: ctait moi qui ai dissous le Parlement !
En estimant quil est bnfique dabdiquer et de quitter le pouvoir, Chadli a anticip son dpart en dcidant de signer le dcret prsidentiel portant la dissolution du Parlement que prsidait Abdelaziz Belkhadem.
Le 4 janvier 1992, le dcret prsidentiel portant la dissolution du Parlement a t publi et Chadli dmissionne de son poste.
Il a ensuite dit ne pas vouloir remettre le pouvoir au prsident de lAssemble populaire nationale (APN), Abdelaziz Belkhadem, car larme ne lui fait pas confiance.
suivre

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Extraits des mmoires de Chadli:




07:04 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,