> >

[] [ ]

Prsidentielle algrienne : jeu de massacre pour 2014

(Tags)
 
Le numro 2 dAQMI aurait t arrt par la police algrienne Emir Abdelkader 0 2012-12-18 05:15 PM
Un gendarme tunisien tu la frontire algrienne Emir Abdelkader 0 2012-12-11 02:25 PM
Lopinion algrienne entre vengeance et prudence Emir Abdelkader 0 2012-09-05 03:55 PM
Lopposition du franais et de larabe a cass lintelligentsia algrienne Emir Abdelkader 0 2012-07-09 03:45 PM
Aime pour ton frere ce que t'aime pour toi-mme abou khaled | french Forum 3 2012-03-25 09:15 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-02-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Prsidentielle algrienne : jeu de massacre pour 2014

Prsidentielle algrienne : jeu de massacre pour 2014


Abdelaziz Belkhadem vinc de la direction du FLN, Ahmed Ouyahia "dmissionn" de celle du RND, la course la succession d'Abdelaziz Bouteflika n'a jamais t aussi indcise en Algrie.
D'un extrme, l'autre... Avant, on respectait le chef, quel qu'il ft et quoi qu'on pt lui reprocher. Aujourd'hui, on redresse tout va. Mme un CV long comme le bras ne prmunit en rien contre un coup de Jarnac. Les ttes tombent, les unes aprs les autres. Parmi les trois anciens tnors de l'ex-alliance prsidentielle, deux ont dj rendu les armes, Ahmed Ouyahia, du Rassemblement national dmocratique (RND), et Abdelaziz Belkhadem, du Front de libration nationale (FLN). Le premier n'a pas attendu qu'on le mette la porte et a prfr dmissionner. Le second a tout tent pour sauver son scalp, mais il a tout de mme t vinc.
--> Lire : "A qui profite la redistribution des cartes"
Reste le Mouvement de la socit pour la paix (MSP, ex-Hamas), qui ne se porte gure mieux, min par les dissensions, les checs lectoraux et les affaires. Son chef, Bouguerra Soltani, qui affronte depuis de longues annes une fronde interne jusqu'ici matrise, pourrait bien tre le prochain sur la liste des redresss , comme on dit en Algrie. Ailleurs dans l'opposition, les leaders d'antan, longtemps indboulonnables, quittent galement le champ de bataille. Ainsi de Hocine At Ahmed ou de Sad Sadi, qui ont pass la main, laissant leurs fragiles hritiers le soin de porter sur leurs paules le fardeau que reprsentent des partis historiquement importants mais au poids lectoral dj faible du temps des illustres anciens.
--> Lire : "Quelle tte de file pour les islamistes"
À un peu plus de un an d'une prsidentielle cense tre capitale, compte tenu du dpart probable de celui qui tient la baraque depuis 1999, Abdelaziz Bouteflika, mais aussi d'un environnement extrieur aux antipodes de ce qu'il tait il y a seulement deux ans, avant le dclenchement du Printemps arabe, c'est un champ de ruines qui tient lieu d'chiquier politique. Miser ne serait-ce que 1 dinar sur l'identit non pas des ttes d'affiche mais simplement sur celle des futurs candidats, c'est dj prendre un risque norme...
--> Lire : "Et Bouteflika dans tout a ?"
La grande discrte
Et puis il y a l' effet In Amenas , qui a ramen sur le devant de la scne une institution militaire qui, depuis la premire rlection de Boutef , en 2004, avait appris se faire discrte. Jadis omnipotente, sous l'effet conjugu de son rle historique et de l'influence d'un certain nombre de gnraux, depuis disparus ou mis la retraite, elle n'incarne plus ce centre nvralgique du pouvoir qui dcide tout et tout seul. Cela ne signifie pas pour autant qu'elle ne joue aucun rle. Surtout s'agissant de l'un des derniers janviristes * encore en activit, le gnral Mohamed Medine, alias Toufik, patron du tout-puissant Dpartement du renseignement et de la scurit (DRS), en poste depuis... septembre 1990. Quelle sera l'attitude de l'arme lors de la prsidentielle d'avril 2014 ? Tentera-t-elle d'imposer un candidat ou, au contraire, laissera-t-elle les politiques se dbrouiller entre eux ? L'arme algrienne n'est pas une entit homogne adepte de la pense unique. Si certains comptent sans doute peser sur la succession de Bouteflika, la plupart des jeunes officiers entendent rester dans leur rle, c'est--dire dans les casernes.
Changement
Abdelaziz Bouteflika, face un tel vide et devant la rsurgence de la menace terroriste, qui pourrait par ailleurs inciter plus de clmence les pays occidentaux qui ne gotent gure les chefs d'État qui s'accrochent au pouvoir, dcidera-t-il de poursuivre sa mission, ne serait-ce que pour quelques mois ? D'aprs nos informations, bien que son cerveau soit l'un des plus insondables du continent et qu'il ne se confie qu' un cercle de plus en plus restreint de personnes, le prsident observe attentivement les querelles intestines au sein de son parti, le FLN, comme au sein du RND. Mais il ne s'implique nullement, ni pour sauver l'un de ses ex-soldats, ni, au contraire, pour l'enfoncer un peu plus. Il n'envisagerait pas non plus, en dpit des rumeurs persistantes, de prolonger son sjour El-Mouradia.
À ceux qui rclamaient, dans un rflexe quasi pavlovien, un quatrime mandat la fin d'un discours prononc Stif en mai 2012, alors qu'il venait tout juste d'expliquer que sa gnration tait arrive au bout de son chemin, il a rpondu, en les priant de se taire : Longue vie ceux qui connaissent leurs limites... Un message sibyllin, certes, mais tout de mme. Ceux qui le ctoient savent qu'il n'a pas prononc ces paroles en l'air. Comme ils peuvent imaginer qu'il ne souhaite pas non plus, car ce ne serait mme pas dans son intrt, annoncer son dpart avant l'heure.
Reste que les Algriens attendent du changement. À leur manire, avec une infinie patience, pour ne pas dire avec rsignation, ce qui n'est pas sans surprendre tous ceux, et ils sont nombreux, qui pensaient navement que l'Algrie suivrait le chemin emprunt par la Tunisie, l'Égypte ou la Libye. L'volution des rvolutions nord-africaines ne les incite d'ailleurs pas secouer plus que de raison le palmier algrien... Ils se posent cependant nombre de questions et ont du mal comprendre le jeu de massacre auquel se livre subitement leur classe politique. Seule certitude, dsormais : la succession de Bouteflika ressemble de plus en plus au triangle des Bermudes...
* Du nom de ceux qui ont dcid l'interruption du processus lectoral en janvier 1992, comme Khaled Nezzar, Mohamed et Sman Lamari ou Abdelmalek Guenazia


.
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Prsidentielle algrienne : jeu de massacre pour 2014




03:03 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,