> >

[] [ ]

Égypte : divorces entre Frres musulmans

(Tags)
 
Les pays musulmans adhrent une dclaration historique Emir Abdelkader 0 2013-03-16 06:14 PM
La course larmement continue entre le Maroc et lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-03-12 12:07 AM
Égypte : Port-Sad, les violences continuent Emir Abdelkader 0 2013-03-07 05:40 PM
Un Cheikh tunisien prononce une fatwa qui interdit aux musulmans de fter le Rveillon Emir Abdelkader 0 2012-12-30 03:32 PM
Hosni Moubarak entre la vie et la mort Emir Abdelkader 0 2012-06-20 04:22 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-04-03
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Égypte : divorces entre Frres musulmans

Égypte : divorces entre Frres musulmans

Confronts pour la premire fois l'exercice du pouvoir, les Frres musulmans font face une vague de contestation interne qui a conduit de nombreuses dfections, et non des moindres.
La scne se droule fin fvrier sur le plateau de l'mission 22 Heures, diffuse par la chane de tlvision gyptienne Dream TV 2. Mohamed Abd el-Mawgoud, imam de la mosque Haga Maryam Abou Snita, est le principal invit. L'homme, qui porte la barbe caractristique des prdicateurs islamistes, est trs nerv contre les Frres musulmans. Il veut d'ailleurs rendre publique sa dmission du Parti de la libert et de la justice (PLJ), organe politique de la confrrie. Tandis que sa carte de membre apparat l'cran, le journaliste reprend les principaux points de sa lettre de dmission : le parti, explique en substance l'imam, n'est pas au service du citoyen de base . Il rserve l'exclusivit des postes aux membres de la confrrie. Celui qui n'en est pas issu est marginalis, tandis qu'un membre de l'organisation participe tout . C'est donc, conclut-il, un parti pour les Frres musulmans, et non pour tous les Égyptiens .
Mme si ce genre de scne n'est pas frquente, elle est symptomatique du malaise des membres de la confrrie. Raconter pourquoi on a quitt l'organisation est devenu une mode ditoriale. Les rayons des librairies regorgent de livres crits par d'anciens Frres, comme celui de Sameh Fayez, Le Paradis des Frres. Comment j'en suis sorti. Recrut dans un cercle de prire l'ge de 10 ans, l'auteur raconte qu'il a fini par quitter la confrrie en raison notamment du refus de la direction de rpondre ses questions sur leurs objectifs. Dans Mon exprience avec les Frres. De la prdication l'organisation secrte, El Sayed Abdel Sattar dnonce ple-mle le trucage des lections internes, la culture de l'obissance et l'opacit des finances. Quant au livre de Tharwat el-Khirbawi, clbre avocat qui s'est consacr des annes durant la dfense des Frres emprisonns, il est devenu un best-seller. Prim comme meilleur ouvrage politique au dernier Salon du livre du Caire, Secret du temple, paru en novembre dernier, en est sa huitime rdition. Son auteur multiplie les confrences, o il reproche la confrrie son incapacit admettre toute opposition et la compare la franc-maonnerie : fraternit, culture du secret et mme attente d'un prochain jour de gloire. Lorsque j'ai dcid de partir, dclare-t-il, c'tait une telle libration que je suis tomb en prire, remerciant Dieu pour ma libert recouvre.
Dfections
Interdits de politique pendant les annes de dictature et confronts pour la premire fois l'exercice du pouvoir depuis l'lection de Mohamed Morsi la prsidence de la Rpublique en juin 2012, les Frres musulmans font face une vague de contestation interne qui conduit de nombreux membres les quitter. Mais combien sont-ils exactement ? Dans un pays fch avec toute comptabilit prcise, l'exercice de chiffrage des dfections est malais. Certainement beaucoup moins de 20 % de leurs membres , avance Mounir Adib, journaliste spcialis dans les mouvements islamiques. Ceux qui sont partis sont une minorit , estime Leslie Piquemal, enseignante la facult d'conomie et de sciences politiques de l'universit du Caire et auteure d'une thse sur les Frres musulmans. La direction du PLJ nie, elle, tout dpart. Elle revendique entre 400 000 et 500 000 adhrents, un chiffre en faible hausse . La confrrie elle-mme compterait 860 000 membres, d'aprs Khairat el-Shater, numro deux de l'organisation, et 2,8 millions de sympathisants.
Chiffrables ou non, les dfections peuvent rellement nuire la confrrie.
Chiffrables ou non, les dfections peuvent rellement nuire la confrrie, car elles sont aussi le fait de dirigeants connus, qui s'empressent dans la foule de crer leur propre parti. Ibrahim el-Zafarani, un leader des Frres Alexandrie, les a quitts pour fonder, avec Mohamed Habib, ancien guide suprme adjoint de la confrrie, le parti El-Nahda ( renaissance ). Khaled Daoud, autre dirigeant populaire alexandrin, a claqu la porte et rejoint l'opposition : il est prsent porte-parole du Front national du salut, aux cts de Mohamed el-Baradei, Hamdine Sabbahi et Amr Moussa, les plus farouches opposants des Frres.
Divergences
Mais le cas le plus emblmatique est celui d'Abdel Moneim Aboul Foutouh, ancien membre du bureau de la guidance de la confrrie, exclu pour avoir annonc sa candidature l'lection prsidentielle de l'an dernier et arriv quatrime au premier tour avec quelque 4 millions de suffrages. Parti avec 4 000 membres, et soutenu par un autre vtran des Frres, Kamel el-Helbawy, il a fond le parti Égypte forte, enregistr en novembre 2012. Organisation non religieuse, sa direction revendique 9 000 membres et 60 siges dans 16 des 27 gouvernorats d'Égypte.
Outre des personnalits historiques des Frres, le parti attire lui des jeunes proches de la rvolution qui reprochent la confrrie l'absence de dmocratie interne et le choix du rformisme plutt que des idaux rvolutionnaires. Nous divergeons aussi sur la conception de l'État, explique Mohamed Othman, jeune membre du bureau politique et ancien Frre. Ils veulent un État fort, tandis que nous voulons rpondre aux revendications des foules. La confrrie accepte de s'adapter un tas de demandes : de l'arme, de l'Amrique, d'Isral, des salafistes, mais pas du peuple.
Concurrence
Certaines dfections privent aussi la confrrie de sang neuf : plusieurs leaders importants des Jeunes Frres, dont Mohamed el-Qasas et Islam Lotfi, les ont quitts pour crer un parti de jeunes, le Courant gyptien, l'issue de ce qu'un de ses membres fondateurs, Sameh el-Barqy, qualifie de crise violente . Quand la direction de l'organisation a su qu'on allait crer un parti, elle nous a exclus, a refus de rpondre mes questions et rdig un mmoire de 50 pages sur nous, qui a t transmis au conseil d'administration et au bureau de la guidance , se souvient le jeune homme.
Les ambitions que les dissidents de la confrrie affichent pour les prochaines lections parlementaires sont prudentes.
En dsaccord avec la confrrie sur la poursuite de la rvolution, le rle des femmes ou le mode de prise de dcision, ce groupe de trentenaires dfend des principes nouveaux dans le paysage politique gyptien, comme le dpassement des idologies, le rle essentiel de la jeunesse, le refus du centralisme des dcisions ou la dmocratie participative. Souvent prsents dans les mdias, les leaders du Courant gyptien doivent construire leur notorit : tablis dans 17 gouvernorats, ils arpentent le terrain, vont la rencontre des gens simples, mais reconnaissent qu'ils n'ont pas encore commenc le travail vraiment politique .
Dans ces conditions, les dissidents de la confrrie sont-ils en mesure de concurrencer les Frres ? Les ambitions qu'ils affichent pour les prochaines lections parlementaires sont prudentes. Nous visons 7 % des siges , indique Mohamed Othman, d'Égypte forte. En association avec d'autres partis, nous voudrions obtenir 35 dputs, pour avoir des jeunes au Parlement. Cela pourrait vraiment changer les choses , poursuit Sameh el-Barqy pour le Courant gyptien. J'ai du mal valuer le genre de performances que pourraient faire les nouveaux partis. En fait, ceux qui sont davantage en mesure de les mettre en danger, ce sont les salafistes, voire... eux-mmes , tranche Leslie Piquemal, faisant allusion l'impopularit croissante du gouvernement. Personnellement, je suis convaincu que l'avenir est aux partis centristes comme le ntre, insiste Sameh el-Barqy. Quand les gens votent, ils choisissent celui qui rpond vraiment leurs difficults, pas celui qui prie le mieux. On a juste besoin d'un peu de temps pour russir. Oui, mais de combien de temps ?

 

()

« : | ǿ »

: 1 ( 0 1)
 

Égypte : divorces entre Frres musulmans




10:09 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,