> >

[] [ ]

La bataille pour la prsidentielle se joue aussi dans les stades

(Tags)
 
La Coface et la prsidentielle de 2014 : Lissue de la succession de Bouteflika est imprvisible Emir Abdelkader 0 2013-03-31 10:53 PM
Moncef Marzouki accus de travailler pour Al Jazeera pour un salaire de 50.000 euros Emir Abdelkader 0 2013-03-10 02:45 PM
Prsidentielle algrienne : jeu de massacre pour 2014 Emir Abdelkader 0 2013-02-20 02:42 PM
Le FLN a lanc la Bataille dAlger pour gagner ... Emir Abdelkader 0 2012-07-07 02:21 PM
Aime pour ton frere ce que t'aime pour toi-mme abou khaled | french Forum 3 2012-03-25 09:15 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-04-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool La bataille pour la prsidentielle se joue aussi dans les stades

La bataille pour la prsidentielle se joue aussi dans les stades




Alors que les opposants un 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika font parler deux dans la presse, les soutiens au chef de lEtat tentent dimpliquer les clubs de foot dans une opration visant appeler le Prsident se reprsenter une nouvelle fois.


Depuis le match Algrie-Egypte Omdurman et lengouement des Algriens pour cette rencontre, le pouvoir sait que le sport peut tre un danger. Mais il a galement compris que les stades pouvaient lui tre utiles. Il compte sur les banderoles (comme celle du Mouloudia, ndlr) pour mobiliser les masses dans cette guerre des clans, analyse Halim Feddal, secrtaire national de lAssociation nationale de lutte contre la corruption. Vendredi dernier lors du match qui a oppos le Mouloudia dAlger (MCA) au CS Constantine, pour le compte des quarts de finale de la Coupe dAlgrie, une norme banderole tait dploye sur la pelouse du stade du 5 Juillet, appelant le prsident de la Rpublique se reprsenter pour un quatrime mandat.
La politisation du sport en gnral, du football en particulier, nest pas nouvelle, reconnat Halim Feddal. Les acteurs principaux du sport sont des gens fidles au pouvoir, manipuls, qui collaborent avec le systme. Abdelhak S., journaliste sportif, rappelle que ces actions de soutien au prsident Bouteflika ne sont pas nouvelles. Lors des prcdentes lections de 2004 et 2009, le club de Stif avait dj apport officiellement son soutien Bouteflika. Par contre, cest la premire fois que les dirigeants du Mouloudia sengagent de la sorte.
Pour lancien prsident de lESS, Abdelhakim Serrar, il est tout fait normal quun club de football intervienne dans le dbat politique et apporte son soutien un candidat la prsidentielle. Le meilleur moyen de communiquer aujourdhui, ce sont les stades. Quel parti politique peut runir aujourdhui autant de personnes que dans un stade de foot ? estime lancien patron des Noir et Blanc. Dailleurs, le football est politique. 80 90% des clubs sont financs par des subventions publiques. Une analyse que ne partage pas le prsident de la JSK, Moh Chrif Hannachi, qui slve contre toute rcupration politique du football.
Pour le prsident des Canaris, le foot et la politique ne devraient pas faire bon mnage. Un club de football na pas simpliquer dans la politique, dclare-t-il. Le football est l pour apporter de la joie aux supporters. La politique doit rester en dehors des stades, dautant que rien nassure que cette opration puisse tre bnfique pour ceux qui la mettent en place. Gnralement les supporters ne sont pas dupes. Pour le prsident du comit de supporters du MCA, Mustapha Djebali, linitiative prise par les dirigeants du club sans concertation avec le comit des supporters ne passe pas. Il condamne lopration et rappelle que le club na pas tre impliqu dans des calculs politiques. On nest pas contre le prsident Bouteflika, mais on ne doit pas mlanger le foot et la politique, juge-t-il. Ceux qui veulent faire de la politique doivent le faire en leur nom propre et non au nom du Mouloudia.
Largesses
Dirig en sous-main par lancien chef de cabinet de Bouteflika et actuel ambassadeur Rome, Rachid Marif, le Mouloudia dAlger bnficie dun statut particulier auprs des plus hautes instances du pays. Dernirement, la compagnie des hydrocarbures, Sonatrach, a t somme de renflouer les caisses du club la suite du mouvement de protestation des supporters du MCA, qui se plaignaient du manque de moyens de leur quipe. Quant au club de Stif, il a pu bnficier pendant des annes des largesses de lancien wali, Noureddine Bedoui, qui avait inject beaucoup dargent dans les caisses du club pour soutenir la politique dispendieuse du prsident de lpoque pour soffrir les joueurs les plus chers du march.
n contrepartie, ces clubs ont toujours apport leur soutien au pouvoir. Le pouvoir a toujours mis en place des responsables qui lui sont acquis et qui lui sont redevables, dclare Amine, un supporter du Mouloudia. Le prsident du MCA, Omar Ghrib, sait trs bien que si Bouteflika devait partir, il sera dmis immdiatement de ses fonctions. En ralit, en continuant subventionner les clubs de foot, le pouvoir achte galement leur allgeance et sassure des relais au sein du monde sportif. Des subventions publiques sont verses des clubs privs comme lASO Chlef ou lES Stif, alors que cest contraire la loi. Il ny a pas eu douverture de capital pour les clubs privs. Ils reoivent de largent du mcnat. Tout a prouve bien que le pouvoir peut garder le contrle sur les clubs. Le but du football nest pas commercial, il est politique !, souligne Halim Feddal.
Tribunes politiques
Les stades de football ont toujours constitu des tribunes politiques. Face labsence des partis, le football est devenu le plus puissant des partis en Algrie. Les stades taient jusqualors utiliss par les supporters pour hurler leur dtresse et attaquer le pouvoir. Dj, dans les annes 1990, les slogans contre le pouvoir du Front islamique du salut (FIS) taient entonns en chur dans tous les stades du pays. Il est devenu aujourdhui lenjeu de batailles entre clans. Il y a des cercles proches du Prsident qui ont dcid dutiliser le foot pour faire passer lide que le peuple est favorable un quatrime mandat, analyse un responsable sportif sous le couvert de lanonymat. Ils veulent que ce soutien soit visible lors des retransmissions tlvises des matches la tlvision.
Cette liaison entre le foot et le politique ne date pas daujourdhui. Le politique a toujours voulu utiliser le football, lors des lections prsidentielles, dclare Ahmed, un ancien prsident de club. A lapproche des lections, les patrons de club sont sollicits pour se positionner. On leur force la main en leur proposant de laide. Je me rappelle qu la veille des lections prsidentielles de 2004 et 2009, le fonds de wilaya daide aux clubs de foot, qui tait de 10 000 DA, est pass 20 millions de dinars.
Contagion
Ce qui sest pass vendredi dernier au 5 Juillet va avoir un effet boule de neige et entraner les prsidents de club prendre position sur la candidature ventuelle de Bouteflika, estime Ahmed. Ils ne peuvent pas se permettre de ne pas leur tour apporter leur soutien cette campagne. Les patrons de club ne peuvent pas se mettre dos une partie du pouvoir. Dailleurs on annonce une nouvelle initiative lors du match de demi-finale entre le Mouloudia et lEntente de Stif : une grande banderole commune serait dploye pour appeler le prsident se reprsenter.
Pour Abdelhak, ceux qui ont mis en place cette stratgie risquent de ne pas obtenir le rsultat escompt. Il rappelle que les patrons de club suivent lactualit et observent la bataille qui est mene actuellement par certains cercles pour empcher Bouteflika se reprsenter. Sil y avait unanimit sur la candidature de Bouteflika lors des deuxime et troisime mandats, juge Abdelhak, cela nest plus le cas actuellement auprs des dirigeants de club. Ils craignent de payer cher un chec ventuel de la candidature du Prsident. Les patrons de foot sont tributaires de largent qui leur est octroy par lEtat.

Salim Mesbah



El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

La bataille pour la prsidentielle se joue aussi dans les stades




01:26 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,