> >

[] [ ]

Mira persiste et signe

(Tags)
 
 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-05-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,935 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Mira persiste et signe

Linvit de la rdaction de Mon Journal Smal Mira persiste et signe : At Ahmed, Sad Sadi, At Hamouda et Ferhat Mehenni sont la source de toutes les calamits que subit la Kabylie !




Ancien dput lAssemble nationale, maire de Tazmalt, chef dune des plus importants groupes de patriotes en Algrie, fils du commandant Abderrahmane Mira, chef de la wilaya III historique, Smal Mira est aussi un polmiste hors pair. A soixante-six ans, il est toujours oprationnel , comme peut ltre un militaire en temps de guerre. Un des premiers initiateurs des groupes de dfense contre le GIA au dbut des annes 1990, dput lAPN entre 2007 et 2012, priode durant laquelle il a t membre de la commission de la dfense nationale, Smal Mira est surtout connu pour tre linamovible maire de Tazmalt depuis 1985. Bourlingueur infatigable des maquis kabyles, la tte dun groupe de Patriotes, qui avait atteint, son apoge, 2 000 hommes, sa proximit avec les populations rurales dans tous les villages de la petite Kabylie, ses entres privilgies au sein de linstitution militaire et dans les plus hautes sphres de lEtat en font un responsable atypique de la Kabylie.
Ses rcentes attaques contre les responsables du RCD et du FFS et les polmiques quil suscite au sein de la classe politique en font aussi un homme mdiatique. Sa dernire estocade porte contre Sad Sadi, accusant son pre dtre un harki , a constitu lvnement le plus marquant de cette seconde moiti du mois davril.
Entretien sans concession avec un homme truculent qui a le sens de la rpartie.

Vous venez de porter des accusations graves contre Sad Sadi, lancien chef du RCD. Quallez-vous dire devant un juge dinstruction quand laffaire va atterrir aux tribunaux ?
Smal Mira : Je tiens prciser ici, puisque loccasion se prsente, que je nai jamais eu cette intention de mettre sur la place publique ces choses-l, mais, subitement, depuis un certain temps, je remarque que des actions concertes sont menes contre moi, sans discontinuer. Lauteur en est le fils dAmirouche, Noureddine At Hamouda, puisquil faut le nommer. Mon pre est constamment accus, point du doigt. On lui colle des histoires de femmes, des choses pas trs bonnes dire. Un jour, At Hamouda mappelle de France pour me dire quil est tomb sur un document qui rvle comment mon pre avait t tu. Je lui dis de me lire le texte, et il men fait une lecture curieuse, selon laquelle mon pre, le commandant Abderrahmane Mira, a t tu pour une histoire de femme, ou par une femme qui lavait dnonc. Je lui ai dis que le document tait un faux, que cette femme, personne, ni moi, ni ma famille, nen na jamais entendu parler et que mon pre a t tu un peu plus haut quAkbou, Ath Allan, Chellata. Je lui ai aussi demand de ne pas donner foi ce genre dallgations et de ne pas raconter lhistoire.
Noureddine At Hamouda a fait le contraire : il a racont cela des ministres et des hauts grads de larme. Or cest faux. Ni le document, qui est curieux, ni le nom de la femme, quon ne connat pas dans le cercle de la famille, encore moins les circonstances de sa mort, ne correspondent la ralit. Tout le monde sait que mon pre est tomb dans une embuscade tendue par larme coloniale Akbou. Je lai dit la tlvision, mon pre sest mari plusieurs reprises, mais ce furent des mariages lgaux, halal , et ma mre a t la premire. Pendant ce temps, dautres prenaient les femmes quils dsiraient, sans avoir rendre des comptes, et je me dispense de vous donner des dtailsLe fils de Amirouche, quil aille se soigner, parce quil est un peu drang dans sa tte !
En creusant plus loin, je trouve que cest Sad Sadi qui est toujours et toujours derrire les actions de At Hamouda, qui joue le rle de son porte-parole. Dexprience, je sais que tous ceux qui sont contre lAlgrie sont soit des harkis, des fils de harkis, ou des personnes qui ont des problmes avec lEtat algrien. Cet At Hamouda peut tre une exception : son pre, un hros de la Rvolution, mais le fils passe son temps insulter inutilement lAlgrie.

Ce ne sont toujours pas des preuves irrfutables
Evidemment, jai mes preuves, des pices irrfutables, des documents dpoque. Avant de quitter votre rdaction, je vous laisserai un document authentique pour confirmer mes propos. Je ne vous cache pas que le document incriminant le pre de Sadi existait chez moi depuis longtemps, mais je me suis abstenu den faire tat. Cest la Kabylie que nous frappions, et cest en dfinitive, le pass glorieux de la guerre dAlgrie qui tait en jeu, et il me faisait de la peine de lentacher.
Je me disais aussi que je trouve tout de mme trange que le fils de Amirouche invite lancien ministre franais de la Dfense, Franois Lotard, chez lui, et adhre un parti politique, dont le pre du chef, Sad Sadi, a travaill contre les principes pour lesquels a milit et pour lesquels est mort Amirouche. On peut dire, pour le moins, que le pre du chef de parti du fils de Amirouche na pas jou un rle honorable durant la guerre de Libration.
Le fils de Amirouche aurait pu tre un peu plus sage et mesur dans ses dmarches et dans ses propos et respecter la mmoire de son pre, qui a t un valeureux chef de guerre et un hros de la Rvolution. En sattaquant moi, il peut sattirer des situations embarrassantes, lui aussi, car moi aussi je peux dire des choses sur son pre. Des choses justes et vraies en plus, mais qui ne sont pas dans lintrt de Amirouche, ni dans lintrt de lHistoire de lAlgrie. Mais si jy suis pouss, je vous assure que je dirais des choses, avec des preuves lappui ! Voil : sil observe de la retenue, nous nous retiendrons, mais sil veut la querelle, il laura, cest certain !

Et un moment prcis, vous dcidez de dvoiler que le pre de Sad Sadi tait un harki ?
Ce nest pas exactement ce que jai dit. Cest une interprtation, ou plutt une extrapolation de la presse. Javais dit que je dtenais un document je peux vous en fournir une copie- selon lequel le pre de Sad Sadi avait t mis sur une liste de larme coloniale. Selon le document, les chefs du FLN ont dress une liste de personnes cibler ou figurait le nom du pre de Sadi. Selon le document, le responsable de larme coloniale de Tifrit a crit celui de la rgion dAghrib, do est originaire le pre de Sadi, lui demandant de mettre des soldats pour protection du pre de Sad Sadi, parce quil tait un ami de la France , et parce quil tait cibl par les fellagas .
Un document atteste ces dclarations, et ce document je peux le dcliner devant tous les tribunaux qui le demandent. Voil! Passez une autre question, sil vous plat !

Mais, on peut spculer et dire que les allgations colportes contre votre pre ont certainement une source
Je nen connas quune : elle a pour nom un certain Djabali Mohamed Ouarab. Ctait un lieutenant durant la guerre de Libration. Il a tu une fille Ath Ighil Amokrane. Ctait une belle fille. Son pre sen alla se plaindre mon pre, qui convoqua immdiatement le lieutenant. Pour toute explication, il dit que la fille en question tournait autour de lui et tentait de le sduire. Devant cette explication curieuse, mon pre, qui venait de rentrer dune mission en Tunisie, et devait en rendre compte, dit au lieutenant qu son retour il statuera sur son compte : Cette fois ce sera moi qui tournerai autour de toi ! .
Cette histoire ma t raconte par Mohammedi Sad en personne. Par la suite, ce Djabali Mohand Ouarab sest rendu la France, et cest lui qui faisait des discours Tamezra Amokrane, Akbou et Tazmalt, prenant pour cible mon pre, et affirmant quil se mariait avec toutes jeunes filles de la rgion et quil se mariait plusieurs femmes la fois. Je pense que cest l la source de lhistoire.

Mais les accusations que vous semiez tout vent ne sarrtaient pas l. Vous vous tes attaqu des figures importantes de Kabylie, hormis Sad Sadi, comme At Ahmed, Amirouche, etc. Aucune figure emblmatique de la Kabylie ne trouve crdit vos yeux ?
Excusez-moi, mais votre question ne me plat pas ! Comment vous permettez-vous de mettre Amirouche, ce valeureux hros de la Rvolution, cot de ces hommes ?

Non, non, je parlais de Amirouche fils, non le pre
Daccord, oui, l, je vous rpondrai volontiers. De quelles figures emblmatiques parlez-vous ? Amirouche fils, une figure emblmatique ? Laissez-moi rire (rires). Vous voulez que je vous dise une chose, la voici : toutes les calamits qui ont frapp la Kabylie, ses causes ont t le FFS et le RCD ! Il est vrai que Si lHocine At Ahmed est un historique, je ne peux pas nier cela, mais jai beaucoup critiqu ses positions politiques. Au dpart, le FFS tait un parti compact et fort, et les gens sattendaient ce quil fasse de lopposition positive, cest--dire dans le sens de lintrt du pays, mais lui, il sest fourvoy dans de fausses pistes. Il est parti ailleurs demander lembargo contre lAlgrie. Evidemment, il a ses raisons, cest un historique et il considre quil ny a pas une seule personne en Algrie, en dehors de lui, qui mrite le pouvoir.
Par la suite, on lui a cr ce Sad Sadi, et celui qui la cr a cr un nouveau monstre ! Si au moins on tait rest avec At Ahmed, aurait t mieux, beaucoup mieux, car Sad Sadi est plus agressif et plus violent que lui. Ecoutez Sadi parler ou mme lisez ses crits : il porte une haine extraordinaire contre les services de renseignement. Dans tous les pays du monde il existe une scurit militaire, cest un service, comme son nom lindique, tourn vers ce qui peut constituer une agression contre la scurit nationale. Pourtant ces mmes services ont fait beaucoup de bonnes choses pour Sad Sadi. Il a t le seul et unique chef de parti politique bnficier dun vhicule anti-balles, blind. Il a t aussi le seul chef de parti bnficier pour ses dplacements et ses meetings dune protection scuritaire rapproche pour quil ne soit pas attaqu. Sil avait t tu, on aurait dit que ctait la scurit militaire qui lavait tu. Cest pour ces raisons que Sadi, de mme que Hocine At Ahmed, a bnfici dune protection spciale.
Donc, au lieu de les remercier, il dit quils ont voulu lassassiner. On te fait du bien, et tu remercies en faisant du mal ? Je vous fais cette confidence : sils avaient voulu lassassiner rellement, ils lauraient fait de manire propre et tout le monde aurait dit que Sadi est dcd de mort naturelle! Si Sadi ne sait pas cela, il est temps quil le sache et lapprenne.
Voil, donc, les figures emblmatiques dont vous parlez. Il y a quelques annes, toutes ces figures runies, avaient pouss les enfants de la Kabylie boycotter lcole, et tous les enfants ont boycott lcole. Lenseignement avait t paralys pendant longtemps. Lanne a t perdue pour rien. Pourquoi ? Pour quel intrt ? Pour rien ! Vous voulez boycotter le pouvoir, le gouvernement, cest daccord, faites-en ce qui vous convient, mais pourquoi boycotter lenseignement ? Et pendant cette grve, tenez-vous bien, leurs enfants, Constantine, Alger et ailleurs, ont poursuivi leurs cours le plus normalement du monde ! Je considre, personnellement, que ce fut une anne de perdue dans la vie des enfants de la Kabylie ! Cest l une calamit pour la Kabylie, et je pourrais vous numrer dautres calamits encore
Ces hommes que vous qualifiez de figures de la Kabylie nont aucune crdibilit, croyez-moi.

Et vous, vous pensez que vous tes trs crdible pour accuser tous ceux qui ne sont pas de votre ct ?
Je ne me considre pas comme un kamkoum . Au contraire, je suis un homme modeste. Je ne me jette pas des fleurs. Les responsables du pays, civils et militaires, me connaissent bien sur ce plan-l. Je ncrase pas les citoyens, comme le fait Amirouche. Je lai dit la tlvision, Amirouche crase les gens, les femmes particulirement. Il sait de quoi je parle, et je peux le confondre sil cherche connatre le bout de mes penses. Il sagit daffaires relevant de la vie prive, jen nen dirais pas plus.
De ce fait, je ne traite pas les gens avec arrogance et mpris, et je ne fais pas autorit en Kabylie. Je suis trs connu, je traite avec tout le monde de manire simple et humble, quand vous dire si jai ou non du crdit en Kabylie, cest vous de demander aux Kabyles et ils vous le diront.

Dans la nuit du 29 mars 2013, un cousin vous, Samir, un Kalachnikov la main (ctait le vtre !), sme la panique dans le village Tabouda, dans la commune dAth Mlikche, insultant et menaant ses habitants laide de cette arme. Vous tes au courant ?
L, cest de la mauvaise propagande du FFS (encore une fois, allez-vous me dire). Les choses ne se sont pas passes comme vous lavez relat. Ce cousin est parti voir ses amis dans ce village, et un moment donn, il a trouv un groupe de jeunes dans un taxi en train de fumer du kif, alors il a commenc les rprimander. Comme cest un village trs FFS, le bruit a vite couru, aprs avoir t dform outrance. Dailleurs vous pouvez vrifier les PV de la gendarmerie locale- une patrouille de gendarmerie est vite intervenue. Aucune arme na t trouve sur mon cousin, qui a t instantanment relch.

On vous accuse en Kabylie dtre un proche de larme. En fait, vous ne ratez jamais doccasion pour encenser larme. Est-ce vrai ?
Oui, cest vrai. Je suis proche, trs proche de larme. Cest mme un motif de fiert pou moi. Larme, cest lhistoire de lAlgrie qui continue. LANP est le produit de lALN. Mon pre a t officier de lALN, et moi, je suis les traces de mon pre. Jai pris les armes-je les gardes encore- pour dfendre lAlgrie. Je dfendrai encore mon pays malgr mon ge avanc jusqu ma mort, ou jusqu ce que lEtat me dise barakat ! . Si cest cela que vous appelez tre proche de larme, oui, dans ce cas, je suis proche de larme.
Je veux que vous prcisiez ceci : si quelquun travaille pour lintrt de son pays, mme si son pre a t un harki, il efface la tache de son pre. Mais si quelquun travaille contre les principes que dfendait son pre, il se souille alors et souille aussi son pre dans son sillage.
Moi, jai connu mon pre, jai particip certains prparatifs de la guerre, avec les moudjahidine, alors que jtais encore adolescent. Je les ai vus souffrir, jener, etc. Je sais ce que cest la guerre, les privations. Par contre, ceux qui pavoisent aujourdhui, ne connaissent pas la guerre, ne connaissent mme pas leur pre. Ils sont arrivs au point de chercher transmettre la haine de lAlgrie qui les habite dans cur des jeunes de la Kabylie, inculquant par exemple aux enfants de chouhada la haine des anciens moudjahidine encore en vie

Par contre, vous avez toujours des problmes avec la Gendarmerie nationale. Que reprochez-vous cette institution de larme ?
Ah ! non, cela est du pass ! Il est vrai que des moments pnibles sont passs entre la Gendarmerie nationale et moi, mais maintenant la page est tourne. Les gendarmes sont mes amis. On travaille pratiquement ensemble sur beaucoup de sujets, dautant plus que jai t rlu maire de Tazmalt. Donc, les hostilits entre nous, cest du pass, et les animosits qui existaient ont totalement disparu, ouvrant la voie de nouvelles relations, bases sur le respect et la confiance mutuelle.
Il est vrai quil y a un quelques annes, jtais alors maire de Tazmalt, le chef de groupement nous avait manqu de considration et nous avions eu des altercations. Lofficier en question nous avait lss, sacharnant contre nous, et il tait dans lerreur. Vous semblez connatre lhistoire, dailleurs Non, maintenant, tout est rentr dans lordre. Si des officiers pareils taient encore en poste aujourdhui, ils auraient eu droit mes critiques. Mais, maintenant, il ne subsiste pas lombre dune divergence

Le 28 juin 1998, vous tes accuss par le FFS davoir tir sur la foule Tazmalt et tu un jeune du village. Vous aviez rfut les accusations, et le tribunal vous a acquitt. Par la suite, le FFS a t condamn pour diffamation. Vos proches pour vous disculper, ont nommment dsign la gendarmerie comme tant lauteur du tir qui a touch le jeune de Tazmalt. A partir de cet vnement, qui vous a beaucoup marqu, vous avez nourri une animosit vis--vis du FFS et vis--vis de la gendarmerie
L, vous en mettez trop. Dans cette affaire que vous venez de citer, la victime, aprs le jeune villageois dcd, ctait moi ! Alors quon ne vienne pas remonter des histoires de diffamation la surface. La justice ma dfinitivement disculp, mais les blessures restent encore. Jai t accus, montr du doigt, montr sur la quasi-totalit des chanes de tlvision en France(vous devinez qui est derrire), alors que les choses taient tout autre. Imaginez : un jour, jtais dans mon bureau, lAPC, je reois un coup de fil du frre de la victime, lequel minforme du drame. Le pre vint me voir par la suite, je lui prsente mes condolances. Il ma mme demand une aide financire, et jai rpondu favorablement. Par la suite, sa femme bruite lide de lassassinat de son fils dans les oreilles dune journaliste franaise, qui faisait un reportage sur la Kabylie. Une semaine aprs, elle apparat encore sur toutes les chaines franaises rclamant, la tte de Mira , et affirmant, larmes et cris lappui, que jen tais le seul responsable.
Dans mon pays, la justice ma largement disculp et je suis sorti du tribunal avec un non-lieu.

Une autre affaire, par contre, na pas connu son dnouement dans les tribunaux. Il sagit du jeune sur lequel vous aviez tir, bout portant , insistent vos dtracteurs, le 27 juillet 2007, et qui est mort des suites de ses blessures. Une enqute a t ouverte contre vous. Vous aviez plaid laccident et la lgitime dfense. On vous concde cependant deux choses : vous aviez transport vous-mmes le bless lhpital, puis vous aviez, de votre propre chef, demand la leve de limmunit parlementaire pour que la justice puisse vous entendre. Depuis lors, la justice ne vous a plus inquit. Pourquoi ?
Attendez, il y a des rectificatifs faire sur cette histoire. Je vous rappelle dabord, que jtais et je suis encore un chef des Patriotes. De ce fait, souvent, je me retrouve dans les maquis de la Kabylie, organiser des embuscades, faire des patrouilles et oprer des ratissages. Un jour, alors quun groupe terroriste, qui venait de massacrer une patrouille de la gendarmerie, avait t neutralis par larme, je terminais ce moment prcis une ronde dans les montagnes environnantes Tazmalt. Un de mes accompagnateurs a vu un jeune en contrebas de la colline. Nous tions entre Yakouren et Azeffoun, dans un maquis qui sappelle Akerrouy. Quand nous sommes arrivs en voiture son niveau, il a commenc faire des gestes suspects. En fait, il sagissait dun ancien dtenu fraichement libr. Quand jai essay de voir ce quil cachait, il ma agripp par le bras et une lutte sest engage entre nous. Javais mon arme au poing et je navais aucune intention de tirer. Nous avions dgringol dans les contrebas de cette route de montagne et un moment donn, une balle est sorti accidentellement et le jeune homme a t touch au vendre, au colon montant, plus prcisment, mais ctait sans grande gravit, une blessure bnigne. Je lai transport lhpital. Il tait toujours conscient. Cest lhpital que son cas sest aggrav. Les mauvais soins, linfection de sa blessure et la prise en charge sanitaire de pitre qualit ont t autant de motifs qui ont contribu aggraver son cas. Il est rest 14 jours lhpital, avant de dcder. Dailleurs, le directeur de lhpital avait t immdiatement aprs relev de ses fonctions pour manquements.
Aprs sa mort, jai demand la gendarmerie de mauditionner, mais on ma fait comprendre que je bnficiais dune immunit parlementaire, et que de ce fait, il ntait pas possible la gendarmerie de le faire. Jai alors saisi le prsident de lAssemble nationale, Abdelaziz Ziari, de lever mon immunit parlementaire pour que la justice puisse faire son travail convenablement, pour que la gendarmerie puisse mauditionner, et pour devenir un simple citoyen, justiciable parmi les justiciables.
Voil pour laffaire en elle-mme. Maintenant pour revenir votre question, quand vous disiez que la justice ne ma plus inquit depuis lors, eh bien, vous vous trompez lourdement, car laffaire est toujours en cours, et moi, je continue signer mon acte de prsence chaque jeudi au niveau de la gendarmerie de Tazmalt. Cest vous dire que je suis loin dtre aussi intouchable ou protg que vous le dites.

Vous tes maire de Tazmalt depuis 1985. Cest un record de longvit la tte dune APC. Les citoyens de Tazmalt vous estiment-ils ce point ? Ne profitez-vous pas de laura de votre pre pour vous maintenir dans le mme poste ?
Ah, pour a, il faut aller demander aux habitants de ma commune. Ils continuent me faire confiance, parce quils me connaissent bien, et parce quils maiment. Depuis 1985, je nai rat que deux mandats la tte de lAPC, parce que je ne suis pas prsent aux lections. Et quand je ne me prsente pas, cest le FFS qui lemporte. Mais si je me prsente, je bats le FFS, toujours, immanquablement. Cela pourrait vous expliquer certaines choses

Parce que vous tes le fils de Abderrahmane Mira, un hros de la Rvolution, vous vous croyez tout permis, pardonn davance
Non, non, jai le sentiment dtre moi-mme, ni grand, ni petit. Un Algrien qui aime son pays. Non, je ne me suis jamais senti plus important que le commun des Algriens. Au contraire, je suis un homme de terrain, et le terrain vous apprend la modestie. Je suis un homme du peuple, humble et simple. Mon pre Abderrahmane, que Dieu ait piti de son me, me disait un jour : Fais attention de croire que tu es fils dun colonel, et que de ce fait, tu te prennes pour ce que tu nes pas. Sois simple et modeste, ce nest pas moi qui vais tre tes cts si tu es dans lerreur ! . Javais 13 ans, et je garde son conseil en mmoire. Donc, sur ce plan-l, soyez sans crainte : je ne me prends pas la tte

Ne pensez-vous pas que cest cause de vous que la mmoire de votre pre est constamment attaque ?
Je ne sais pas si cest cause de moi que lon sattaque la mmoire de mon pre, et est-ce cause de lui que lon mattaque continuellement avec autant de virulence. En tout cas, ce que je constate, cest quun embargo est observ contre mon pre. Quand on parle de la Wilaya III, cest toujours pour dire quelle incombait Mohand Oulhadj. Mon pre a t chef de la Wilaya III. Mme sil la t pendant un laps de temps trs court, il a t chef de cette wilaya. Cest un fait dhistoire. Avant Oulhadj, il y avait Mira. Personne na le droit de changer les choses, ni de triturer les vnements.

Au lieu de proposer des alternatives crdibles pour faire sortir la Kabylie de son isolement et de son manque de perspectives, vous vous lancez des accusations les uns contre les autres. Ne pensez-vous pas que ces querelles des leaders de la Kabylie contribuent aussi la paralysie conomique de toute la rgion ?
Oui, cest vrai. Mais laissez- moi vous dire ceci : les gens qui sont en train dinciter les jeunes barrer les routes, retarder les projets, sont responsables de la paralysie conomique de la rgion.

Qui sont ces gens ?
Cest le RCD et le FFS qui sont derrire, et ce sont les responsables de ces deux partis, tout comme les ultras du MAK, qui poussent les jeunes, pour la plupart des attards mentaux et des individus qui ont des problmes avec leur pays, faire du bruit et faire monter les tensions. Barrer les routes est devenu une occupation. Cette semaine, en rentrant de Tazmalt Alger, jai trouv un jeune en train de procder lobstruction des voies de communication Aokas. Pourquoi ? Parce que les autorits ne sont pas venues goudronner une route qui mne vers le village. Cest comme cela que ce type dactions malsaines se transmet de commune en commune et de village en village, sans que lEtat nintervienne. Cependant, cet Etat doit se faire respecter : exister ou disparatre ! Mais je le dis encore, ce sont le FFS et le RCD qui sont toujours derrire

Entretien ralis par Fayal Oukaci

Mon Journal



 

()

« ()... | ... »

: 1 ( 0 1)
 

Mira persiste et signe




11:57 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,