> >

[] [ ]

Le DRS et la guerre des mots

(Tags)
 
jeu de mots ... amine128 | french Forum 20 2015-01-05 07:40 PM
Le Maroc ouvre la guerre des mots contre lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-04-29 03:10 PM
Guerre au Mali: les soldats franais s'engagent au sol 0 2013-01-15 10:48 PM
Jeu de mots! nissnedro | french Forum 0 2008-11-12 12:34 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-05-21
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le DRS et la guerre des mots

Le DRS et la guerre des mots

Il constitue lun des remparts solides de lAlgrie

Par Mohamed MEBARKI


Quel que soit le sujet trait, les anciens journalistes demeuraient toujours fidles aux valeurs dontologiques sacres du mtier. Leur conception du travail mdiatique tait base sur une rgle majeure quils respectaient scrupuleusement en toutes circonstances : ne jamais jouer le je afin de rester labri des piges de la prtention et de larrogance. Du banal fait divers au thme qui interpelle lensemble de la nation, aucun de ces vtrans, talentueux et matres de leur art ne sest laiss entraner par la tentation du je ; et pourtant ils possdaient tous le savoir-faire ncessaire qui leur permettait duser et dabuser de la premire personne du singulier en toute tranquillit. Ils ne sentaient gure le besoin de se mettre en exergue personnellement. Quelles que soient les circonstances, ils nosaient jamais saventurer dans le labyrinthe du moi . Pour le reste, ils se contentaient modestement dune signature au bas de leurs articles, convaincus que le journalisme ntait pas le terrain idal pour jouer aux stars, mais le lieu appropri aux combats dides o il ny avait pas de place au je de lgocentrisme. Beaucoup de ces journalistes dont la majorit a disparu vivaient dans des conditions plus ou moins difficiles, mais, possdant un sens du sacrifice hors du commun, ils arrivaient souvent relguer leurs soucis personnels loin derrire les proccupations essentielles de la socit. Ils formaient une lite intellectuelle au sens profond et authentique du terme, mais ne se sentaient pas suprieurs la masse. Cest cet tat desprit hautement patriotique quils nous ont lgu et que nous sommes tenus de perptuer, si nous voulons vraiment gagner la guerre des mots qui fait rage depuis plus de deux ans.
Avant dentrer dans les dtails de cette guerre mdiatique et psychologique contrle de bout en bout par les oligarchies maonniques et finance par les monarchies ptrolires, ne devrions-nous pas nous interroger dabord sur la capacit des intellectuels et des journalistes algriens bien grer ces dizaines de concepts politiques et idologiques qui nous assaillent de toutes parts ? Libert dexpression, dmocratie, multipartisme, lacit, islamisme, charia, sparation des pouvoirs, droits de lHomme, citoyennet, rvolte, rvolution et printemps arabe . Des mots aux apparences gnreuses que nous retrouvons quotidiennement dans nos journaux. Des mots banaliss par un usage effrn que nos intellectuels et nos journalistes utilisent dune manire systmatique sans prendre la peine de les soumettre la rigueur de lanalyse. Laspect commercial est-il plus important que la paix sociale ? La tentation de la clbrit est-elle une priorit absolue tel point que la recherche du scoop ravageur et ostentatoire est, elle aussi, devenue une question de vie ou de mort qui prime toutes les rgles du professionnalisme responsable ? Au point o on est, on serait tent de rpondre par laffirmative. Il y a moins dun mois, un dirigeant islamiste connu qui sexprimait dans une mission tlvise navait pas tari dloges sur la personne de Bouyali, un terroriste qui a sem la terreur au dbut des annes 1980. Ironie du sort, cest au nom de la libert dexpression et de la dmocratie que dautres islamistes avaient qualifie de kofr ou hrsie que lancien imam de la mosque El Feth Constantine parlait en termes encenseurs dun obscur individu qui avait pris les armes contre lEtat algrien ! Aucun plateau de tlvision en France, en Italie ou en Allemagne naurait accept que des politiciens ou des journalistes adoptent une attitude similaire en voquant des membres dAction directe, des Brigades rouges ou de la bande Bader. Il y a deux semaines, une chane de tlvision algrienne avait diffus en boucle larrestation dun individu accus de tlcharger sur Internet des vidos dAli Benhadj, toujours au nom de la libert dexpression. Il sagit du mme Ali Benhadj qui considre que la dmocratie est blasphmatoire. Les responsables de cette chane ignorent-ils quAli Benhadj ne possde ni les capacits ni le niveau intellectuel requis pour parler de lIslam ou de la dmocratie. Sil avait t un tant soit peu logique avec les ides quil prtend dfendre, il aurait dtect la premire lecture du saint Coran que Dieu a bien accord Ibliss le droit de sopposer la volont divine. Au moment o lAlgrie a besoin de toutes ses forces vives afin de contrecarrer les plans de dstabilisation qui lui sont destins, il se trouve des cercles qui redoublent defforts pour intoxiquer les Algriens et semer la confusion dans leur esprit, en traitant de sujets de discorde qui nont pas encore t tranchs ou en faisant de la surenchre propos de questions qui concernent le pouvoir, linstitution militaire ou les services de renseignements. On qualifie le DRS de mal essentiel et de source de tous les maux auxquels est confronte lAlgrie, et on propose cette littrature qui pue la trahison un magazine en ligne se prsentant comme le premier magazine en ligne du continent africain, en contrepartie de quelques misrables euros. On offre ses services un site contrl 100% par le Washington Post et dirig par des intellectuels qui nont jamais dissimul leurs sympathies sionistes et maonniques, toujours au nom de la dmocratie et de la libert dexpression, rien que pour dnigrer une institution constituant un des principaux remparts contre les plans de dstabilisation dun pays qui refuse de se soumettre au diktat des lobbies pro-israliens. On parle du DRS avec un ton ironique et provocateur, faute de vraies informations. Lisez cet extrait tir dun article diffus par Slate.fr et essayez de comprendre o veut en venir lauteur algrien qui a commis le papier. Qui enqute sur qui ? Cest lun des sujets fascinants de la philosophie politique en Algrie. Pour le moment, cest le DRS dit-on. Pourquoi ? Parce que tout le reste est fictif et que le DRS est rel et le pays est forfait. Aussi parce que les autres institutions manent des services dit-on ou du moins, de leurs enqutes, avis ou fiches ou attachs ou mythologies politiques. Du coup, pour enquter sur la corruption, on revient linstitution suprme, celle qui pense-t-on, dcide ou possde encore une cohsion de secte. On le pense parce que cest vrai, parce que cest un mythe politique encore oprant ou parce quon na pas le choix. Mais pour le pays, cela napporte rien de bon : cela prouve quon na rien bti de valable comme institutions, que toutes les institutions ont t vides de leur pouvoirs et sens, et confiance ou que finalement on est pass de lALN lANP au DRS sans rien btir ct sauf des APC . Le journaliste qui a crit cet article efface dune seule main tout ce que le pays a construit en cinquante annes dindpendance rien que pour le plaisir de voir sa signature apparatre sur le site supervis par Jacques Attali, Eric Leser, Colombani, Johan Hufnagel et Eric Le Boucher ; eux-mmes considrs comme de simples excutants dun vaste plan de ramnagement gostratgique du monde arabe dcid par une oligarchie compose par une trentaine dhommes, tous issus de la mme secte ethnique et idologique. Il ignore apparemment dans quelles circonstances le Washington Post fut rachet par un certain Eugne Meyer, petit-fils dun usurier, ancien banquier et premier prsident de la Banque mondiale.
Au lieu dessayer de comprendre lhistoire dun monde pris en otage par les templiers des temps modernes et o les vritables relations internationales sont bases sur une seule et unique rgle : soit on mange, soit on est mang, le journaliste prfre sacharner sur une institution btie par des hommes dtermins marcher sur la trace de leurs ans du MALG. Non, le DRS nest pas un mythe gr par M. Bouteflika, mais une institution rpublicaine au sens propre du terme o des hommes travaillent darrache-pied pour prserver lAlgrie de cette lame de fond qui la guette. Non, le DRS nest pas une secte comme on a tendance le suggrer, mais un service de renseignements comme il en existe dans tous les pays du monde. Au lieu daller au fond des choses, ce journaliste prfre jouer aux hros papier. Quel courage ! La preuve ; il critique le DRS en public en esprant que demain ou aprs-demain ses hbergeurs lui accorderaient lasile au cas o Toufik refuserait de lajouter sur sa liste damis sur Facebook ! Ils lamneront certainement voir le taureau de Wall Street, mais refuseront coup sr de lui parler du lien totmique qui lie cette statue clbre avec le veau dor cit par le Talmud et le saint Coran.
Pour le moment, on nen nest pas encore l. Alors, sa mission est de continuer insulter lintelligence du peuple algrien en lassimilant une peuplade dassists qui aurait besoin de gnies comme lui afin de la librer des griffes du DRS. Pendant ce temps, des cercles occultes travaillant pour le compte dassociations islamistes finances par le Qatar sont en train de noyauter le mouvement de contestation sociale du Sud dans le but de le transformer en mouvement scessionniste menaant gravement lintgrit territoriale dun pays qui fait face une multitude de complots. La situation est certes srieuse, mais elle est loin dtre gravissime comme tente de nous le faire croire un fantme sans visage et sans nom, dans une confession hallucinante qui nous laisse perplexes. Je regrette mes crimes. Je ne demande mme pas pardon, parce que mes crimes sont impardonnables. De toutes les faons, linluctable est ma porte. Je dois bientt comparatre devant le juge suprme. Puisse cette confession plaider pour moi , crit ce dernier dans une lettre trouve sur le net, travers laquelle, il affirme que les Algriens ne sont pas prts, quils sont incapables de se librer, et encore moins de fonder un Etat rellement dmocratique . Ce fantme qui prtend connatre le DRS de lintrieur dnie aux Algriens la capacit de sorganiser et professe en mme temps que si les opposants arrivent conqurir les rseaux sociaux et convaincre la jeunesse quils sont parasits par des agents du rgime, alors le rgime aura raison davoir peur . Il faut avoir normment de culot pour oser crire ce genre darticles laspect racoleur et aux objectifs dangereux. Que faire pour rpondre la curiosit malsaine de tous ces intellectuels recycls en pourfendeurs et en objecteurs de conscience ? Une seule chose : que le DRS dcrte au profit du grand public et de tous les espions de la plante des portes ouvertes sur ses services en organisant des tables rondes et des confrences afin dexpliquer aux visiteurs ses mthodes de travail et son organigramme. Cest peut-tre ce prix que Toufik cessera de faire peur ces transfuges gars et que lAlgrie deviendra aux yeux des matres du systme financier international, une rpublique dmocratique ouverte et mancipe ! Impensable !


M.M.



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le DRS et la guerre des mots




09:11 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,