> >

[] [ ]

Stora et la storia, Enrico et la meute

(Tags)
 
La famille de Warda Enrico Macias : Vous ntes quun menteur ! Emir Abdelkader 0 2012-12-31 04:27 PM
RECONNAISSANCE DES CRIMES COLONIAUX EN ALGÉRIE, Hollande fera un geste, selon Stora Emir Abdelkader 0 2012-12-18 05:22 PM
Enrico Macias: "Humili" de ne pouvoir revoir l'Algrie Emir Abdelkader 0 2012-11-21 06:27 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-05-23
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Stora et la storia, Enrico et la meute

Stora et la storia, Enrico et la meute




La maladie du prsident de la Rpublique a donn lieu des panchements mdiatiques rarement connus. Nul nobjectera le fait que la personnalit de Bouteflika, s-qualit, attire plus quune autre lattention, que la communication institutionnelle a pch, que la soif dinformation des Algriens sur ltat de sant de leur Prsident les autorise tre demandeurs de nouvelles.
Cela fait partie du jeu, et une personnalit publique est forcment plus expose la curiosit des mdias. Mais, car il y a un mais, en lespce, le traitement mdiatique de la question de la maladie du chef de lEtat a t dune tout autre veine. Ds lannonce, par la voie institutionnelle faut-il le rappeler, de laccident dont a t victime le Prsident, une formidable machine sest branle. Manipulation, intox, crans de fume, cest toute la panoplie du parfait propagandiste qui a t hle pour conditionner lopinion publique.
La premire tape a t dinstiller sur la pathologie qui a affect le Prsident. A longueur de colonnes, des journalistes ont mis une blouse blanche et remis en cause, avec laudace du bon nervi, le bulletin du Pr Bougherbal. Aprs ce conditionnement, il sest agi de parasiter la communication publique, car contrairement ce qui a t assn avec force, jusqu en devenir un axiome irrfragable, ce rle a t rempli.
Le mdecin du Prsident, et des dizaines de responsables se sont relays pour donner des informations sur lvolution de ltat de sant du chef de lEtat. Sil sagit de faire une comptabilit dans ce genre daffaire, il y a eu dix fois plus dinformations sur Bouteflika que sur nimporte quel chef dEtat qui a eu connatre un ennui de sant, quil sagisse de Mitterrand, de Chirac, de Sarkozy, en leur temps, ou dautres qui, dailleurs, sont toujours en soins dans la discrtion et le respect qui sied en pareille circonstance.
La troisime tape a consist remplir le vide ainsi cr par ces crans de fume qui ont pollu la communication officielle. Une nouvelle opration de com a t initie, y compris avec des lments de langage, et dont le paroxysme a t atteint par un journal algrien qui a annonc que Bouteflika tait dans le coma et quil avait t rapatri sur Alger. Cette campagne orchestre a fait oublier la presse franaise les rgles lmentaires du journalisme, et des titres comme Le Point, ont donn sans source ni recoupement un bulletin de sant sur commande. La campagne est monte crescendo jusqu attribuer Enrico Macias des propos quil na jamais prononcs.
Un trublion inattendu a jou un rle dans la partition. Benjamin Stora, le M. rewriter de lhistoire de lAlgrie, a apport sa pierre cette campagne dintox. Etrange exercice pour un personnage qui nest ni politique, ni mdecin, mais qui excelle, il est vrai, dans sa tche de rvisionniste en chef de lhistoire de lAlgrie.
Cette campagne a commenc stioler avec lannonce par les autorits franaises de la sortie du prsident Bouteflika de lhpital pour une priode de convalescence dans un tablissement de la capitale franaise. Comportement atavique, complexe de colonis ou nouveau cap, toujours est-il que des mdias algriens ont immdiatement chang de cap. Il faut ouvrir ici une parenthse pour dire que le mme journal qui a donn le Prsident pour mort, qui bnficie dune aide directe substantielle des pouvoirs publics malgr son enracinement fantomatique, publie, toute honte bue, cette information sans se djuger ou prsenter des excuses ses lecteurs, si tant est quil en ait.
La maladie du Prsident a conduit des drives graves et indcentes. Des chefs dEtat comme Chirac, Clinton, Abdallah dArabie ou Jalal Talabani ont eu se soigner ou sont en soins sans vol de vautours.
Cette trve civilisationnelle dont bnficie tout malade, le prsident Bouteflika ne la jamais eue. Faut-il que le personnage drange ce point ? Lacharnement mdiatique est un mal insidieux dont on ne gurit jamais, et ceux qui en sont affects ne sont pas leur premier fait darmes.
Car rien naura t pargn Bouteflika, et lon se rappelle lpisode o une rumeur folle mais entretenue avait donn pour mort son frre malade. Mustapha tait apparu la tlvision pour dmentir cette vile attaque. Il a depuis rejoint son Seigneur, mais ici bas la meute de chiens, elle, court toujours.
A. Mohamed
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source







 

()


: 1 ( 0 1)
 

Stora et la storia, Enrico et la meute




04:55 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,