> >

[] [ ]

Crime contre lintelligentsia

(Tags)
 
Nous ne connaissons pas encore les mobiles du crime Emir Abdelkader 0 2013-03-14 06:00 PM
Le front contre le terrorisme islamiste sinsurge contre lamnsie Emir Abdelkader 0 2013-01-11 11:01 PM
Frontire algro marocaine,Aux portes du crime organis Tlemcen est-elle en passe de devenir la pla Emir Abdelkader 0 2012-09-17 05:59 PM
Lopposition du franais et de larabe a cass lintelligentsia algrienne Emir Abdelkader 0 2012-07-09 03:45 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-05-26
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,936 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Crime contre lintelligentsia

Djaout, Yefsah, Liabs, Alloula, Belkhenchir

Crime contre lintelligentsia








Difficile exercice que de se remettre dans les annes 1990.


Dbut de la dcennie noire, les islamistes taient deux doigts de semparer du pouvoir. Griss par un raz-de-mare lors des lections locales de 1990 puis celles de 1991, ils commenceront alors imposer leur diktat aux Algriens dans tout les espaces publics. Sparation des hommes et des femmes dans les bus, une police islamique saffairait la moralisation de la socit. Devant la dmission du pouvoir en place qui avait laiss longtemps faire, ce sont alors les intellectuels, les journalistes qui constitueront le premier rempart contre la rgression intgriste. Aprs les premiers attentats contre les services de scurit, les groupes terroristes prendront pour cible tout ce que lAlgrie possdait comme cadres de qualit, intellectuels et journalistes vhiculant les valeurs du progrs, de dmocratie et de modernit.
La premire victime, Hafidh Sanhadri qui tomba le 14 mars 1993 sous les balles assassines de hordes de sauvages qui signeront des dizaines dassassinats. Deux jours plus tard, lAlgrie perdait un de ses meilleurs enfants, Djillali Liabs, sociologue, auteurs de plusieurs publications, ancien ministre de lEnseignement suprieur et prsident lpoque de lInstitut national des tudes de stratgie globale. Le 17 mars, cest Lhadi Flici qui est lchement assassin. Le 26 mai de la mme anne, cest le journaliste crivain, Tahar Djaout, qui est tu Banem (Alger). La srie noire, qui avait alors commenc, se poursuivra pendant de longues annes : Mahfoudh Boucebci, le professeur Djillali Belkhenchir, le sociologue Mohamed Boukhobza, Smal Yefsah, Abdelkader Alloula, Rachid Tigziri, Sad Mekbel, et la liste est longue, seront tous assassins Cest un vritable massacre que les islamistes avaient organis contre les intellectuels algriens.
Les terroristes avaient mme mis en place une faction, le FIDA, charge spcialement de liquider une intelligentsia qui leur barrait la route. La terreur stait installe partout dans le pays. Personne ny a chapp. Hommes de lettres, artistes, enseignants, journalistes, mdecins, politiciens, caricaturistes, les terroristes nont pas fait dans le dtail. Sortant de la maison le matin, sans jamais tre sr de revenir le soir. Les Algriens rasaient les murs mais ont rsist la horde intgriste dcide dvitaliser lAlgrie pour lui imposer un projet moyengeux en semant la mort et la dsolation. Djaout, Mekbel, Liabs, Alloula et les autres ont choisi de rsister au pril de leur vie pour que lAlgrie reste debout. On se souvient encore de ces mardis noirs o les Algriens enterraient leur crme. De ce 3 octobre 1995, quand notre dfunt confrre Omar Ouartilane a t tu en rejoignant tt le matin son bureau au journal El Khabar, de Mahiou, journaliste de Libert et de son chauffeur, assassins puis dcapits.
Comment Mohamed Boukhobza qui avait remplac Djillali Liabes tu plus tt a t sauvagement assassin devant ses enfants. Ces martyrs, on ne doit pas les oublier. Ils reprsentent la famille qui avance, pour reprendre le titre dune chronique du dfunt Tahar Djaout. Cest la mmoire dune Algrie intelligente, battante, rsistante, intgre tourne vers lavenir, que les lois amnistiantes du chef de lEtat, Abdelaziz Bouteflika, et ceux qui lont soutenu ont voulu efface. Des lois qui ont cr un contexte politique o des drives ont t tolres. Ali Benhadj, numro deux du parti dissous (Front islamique du salut), Ahmed Benacha, Ali Benhadjer, danciens chefs terroristes, revendiquent et justifient aujourdhui, dans les colonnes dune certaine presse, la liquidation des meilleurs enfants de lAlgrie. Dans quelle poque sommes-nous ? 

Said Rabia

El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Crime contre lintelligentsia




03:36 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,