> >

[] [ ]

Des enseignants agresss, des candidats imposent la triche...

(Tags)
 
Maroc : les autorits imposent des restrictions la libert dexpression Emir Abdelkader 0 2013-05-23 03:20 PM
mes chers enseignants, je vous cris ! Emir Abdelkader 0 2013-05-12 02:47 PM
Drogue dans le milieu scolaire. Des enseignants tmoignent Emir Abdelkader 0 2013-04-07 03:30 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-06-07
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Des enseignants agresss, des candidats imposent la triche...

Des enseignants agresss, des candidats imposent la triche ,Bac algrien, quelle crdibilit ?




Aprs avoir minimis les incidents de mardi dernier, le SG de lOnec nous a rvl quune enqute sera ouverte pour dterminer les circonstances des incidents. Les fautifs seront alors sanctionns.
Ce qui sest pass mardi dernier dans certains centres dexamen du bac, session 2013, notamment au Cem de Staouli, est un grave prcdent ! Quand des enseignants-surveillants et des forces de lordre narrivent pas matriser la colre et lindiscipline dun groupe dlves de moins de 20 ans, cest que les signaux sont au rouge. Plus question de se voiler la face et de tenter de justifier la violence en milieu scolaire par le fait que cest un phnomne mondial dont souffrent mme les pays les plus dvelopps.
Les incidents de ce troisime jour des preuves du bac ne sont pas trangers la situation du secteur et au systme ducatif tant dcri. Cest la consquence de toutes les lacunes qui se sont accumules, notamment la violence et le manque de respect envers les enseignants et les responsables des tablissements scolaires. En fermant les yeux sur les innombrables  agressions physiques et verbales recenses dans les coles, lon ne pouvait quouvrir la porte de graves drives.   Pourtant le point culminant de la violence dans un milieu cens tre celui du savoir et du respect a t atteint lorsque des lves, ne se contentant plus dinsultes, agressent et usent darme blanche pour corriger leurs propres enseignants.
Et cela ne date pas dhier, mais avec cette nuance de taille que les incidents se sont produits en plein milieu dpreuves du bac, les plus importantes dans le cursus scolaire dun individu. Mais qua-t-on fait pour arrter cette spirale de la violence en milieu scolaire ? Mis part y consacrer quelques lignes dans un discours de circonstance ou un chapitre dans une quelconque enqute ou tude, rien de concret na t fait par les premiers responsables du secteur, voire du gouvernement, beaucoup plus proccups par les taux de russite gonfls au bac que par la ralit elle-mme. Faire face la monte de ce phnomne est rest un vu pieux en dpit des alertes des syndicats et des associations de parents dlves.
Ce sont les lves qui dictent la loi et non les enseignants !
Rsultat : la violence scolaire na cess de se propager et de progresser tel enseigne que la peur a chang de camp. Ce sont les lves qui dictent les lois et les sanctions et non les enseignants. Craignant les reprsailles de leurs lves et leurs bandes de copains, les enseignants, notamment les femmes qui exercent dans des quartiers populaires, se laissent faire. Lindiscipline rgne en matre absolu et lon nhsite pas, en 2011 puis en 2012 et cette anne encore, user de la mme violence pour rclamer le seuil du programme. Et devant la solution de facilit, la tutelle se plie aux injonctions ! La violence devient alors le passe-partout.  Le diktat des lves sinstalle et prend le dessus, dpassant dsormais les salles de classes et entachant la crdibilit, ou, du moins, ce quil reste dun examen officiel. Dans le mme temps, si lon admet la pression qui est exerce sur les candidats afin darracher le quitus qui leur permet daller luniversit, considrant que le bac demeure une fiert sociale, il nen reste pas moins que les moyens utiliss pour y parvenir refltent une profonde dgradation de la mentalit et de lchelle des valeurs au sein dune socit qui a dsormais adopt la violence comme ultime recours.
Les cours suggrs comme tant des sujets probables que nous avons rviss et pour lesquels nous nous sommes prpars ne figuraient pas parmi les questions de lpreuve de philosophie. Je nai rvis que certaines dissertations en pensant que lune des trois questions sy rapportera et finalement, aucune des probabilits na t retrouve dans le sujet. Ce sont les arguments avancs par des candidats pour tenter de justifier linjustifiable. La question qui reste pose est de savoir que fera la tutelle face ces cas de violence et de triche afin que ce genre de dpassements ne se reproduise plus lavenir ? À lallure o vont les choses, il est fort craindre que les futurs candidats au bac ne se dcident user de la violence pour imposer leurs propres sujets dexamen.
Lenqute dabord, les sanctions aprs !
Aprs avoir minimis les incidents, le SG de lOnec nous a rvl, hier, que loffice ouvrira une enqute pour dterminer les circonstances exactes des incidents car il y a des critres dorganisation prendre en compte. Nous avons plusieurs intervenants au niveau des centres dexamen et nous verrons si toutes les dispositions  ont t appliques. Et ce nest qu lissue de cette enqute que nous pourrons valuer la situation et dcider des formes de sanctions. Assa Merazi a tenu prciser que sans ces incidents, loffice fait une valuation des conditions de droulement des examens. Chaque anne, nous lanons des enqutes sur des cas de dpassement ou de triche.
Raction du Satef : Scandaleux !
Pour le Satef, qui dnonce demble les violences commises lencontre des enseignants, lexamen du bac a perdu  sa crdibilit car des lves choys(es) depuis plus de huit annes avec le fameux seuil de la honte ne savent plus o sarrter car lapptit vient en mangeant.
Le syndicat considre que ce qui vient de se passer nest que la goutte qui a fait dborder le vase. Et lÉtat doit svir pour tirer lcole algrienne vers le haut et rendre toutes ses lettres de noblesse au baccalaurat.
Un objectif difficile atteindre dans ltat actuel des choses.
M B
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Des enseignants agresss, des candidats imposent la triche...




08:33 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,