> >

[] [ ]

Exportation illgale de carburant vers le Maroc, qui arrtera la mafia ?

(Tags)
 
Frontire algro-libyenne, Carburant contre lingots dor Emir Abdelkader 0 2013-02-27 06:17 PM
Maroc - Algrie : on ne choisit pas son voisin Maroc - Algr Emir Abdelkader 0 2013-01-08 03:14 PM
Le Maroc, un refuge pour la mafia isralienne ? Emir Abdelkader 0 2012-12-15 02:07 PM
Le Maroc, un refuge pour la mafia isralienne ? Emir Abdelkader 0 2012-09-17 02:38 PM
Trafic de crales vers le Maroc Emir Abdelkader 0 2012-07-10 10:21 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-07-01
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,954 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Exportation illgale de carburant vers le Maroc, qui arrtera la mafia ?

Exportation illgale de carburant vers le Maroc, qui arrtera la mafia ?




Le trafic de carburant travers nos frontires avec le Maroc a dpass le cadre de la simple contrebande, pour devenir, aujourdhui, un phnomne qui a pris des dimensions alarmantes tous les niveaux et menace la stabilit de la rgion, la paix sociale, notre conomie et notre scurit nationale, si aucune mesure nest prise en urgence pour, au moins, freiner son ampleur, dfaut de lradiquer.
Le trafic de carburant, qui ntait quun simple flau de la contrebande transfrontalier dans la rgion ouest, constitue un rseau trs organis dans lequel des barons trs puissants activent en toute impunit et emploient des milliers de vhicules, entre lgers et lourds, pour siphonner la quasi-totalit des 80 stations-service que comptent la wilaya de Tlemcen et celles implantes dans les wilayas limitrophes de An-Tmouchent et Sidi-Bel-Abbs, crant une tension et une crise sur le carburant sans prcdent qui sest tendue la wilaya dOran.
Selon les diffrents services de scurit, douane comprise, il existe quelque 8000 vhicules, appels communment hallaba qui vaquent ce trafic. Il ne faut pas tre naf et croire que ceux qui sadonnent ce trafic sont originaires des daras frontalires. Les jeunes et moins jeunes qui sadonnent cette activit sont originaires de presque toutes les wilayas du pays, sauf quil existe deux types de contrebande.
Il y a ceux qui ont leurs propres vhicules, des barons, et ceux qui utilisent leurs moyens roulants pour alimenter ces barons qui ont rig le long de la bande frontalire des dpts de stockage de carburant, une sorte de Naftal parallle. Les quantits livres par Naftal la wilaya de Tlemcen sont de lordre de 58,6 millions de litres annuellement, qui sont, de lavis des responsables de la DMI et de Naftal, destins normalement la consommation en carburant de dix wilayas. Il existe dans la wilaya de Tlemcen quelque 250 000 vhicules immatriculs et les contrebandiers livrent quotidiennement au Maroc 80% du quota allou la wilaya.
Pour, soi-disant, venir bout de ce phnomne qui risque de plonger la rgion dans une interminable crise socioconomique, le wali de Tlemcen, au lieu de combattre la source du mal, a fait une note dans laquelle est stipul que ceux qui activent dans la lgalit ont t sanctionns par la diminution des quotas, mais lencontre des trabendistes aucune mesure na t prise,
comme si on tait dans un tat de non droit, au vu de limpunit de ceux qui se livrent quotidiennement au tarissement des stations de la rgion et provoquent ainsi une srie daccidents car leurs vhicules nobissent aucune norme technique. Lon se demande par quel artifice ces trabendistes ont pu avoir leur prcieux document de mise en circulation, sachant que leurs vhicules circulent avec des fausses
immatriculations ou ne rpondent pas aux normes requises par la lgislation nationale.

Actuellement, la crise du carburant est vcue comme un calvaire. Les chauffeurs de taxi et ceux en charge du transport public doivent faire des chanes interminables et prient le tout-puissant pour qu larrive, le pompiste ne leur lance pas la face : le stock est sec. Lampleur de ce trafic, nous lavons constate durant deux jours le long de la frontire de lOuest.
Des barons insouciants, dops par lappt du gain
Lampleur de ce trafic et son organisation, laccompagnement de la filire depuis la station-service jusqu la livraison du produit aux marocains nous ont conduit nous demander si la scurit du pays nest pas mise en pril par ceux pour lesquels les milliards de centimes ou de dinars ne reprsentent rien leurs yeux.

Des centaines de voitures et de vhicules lourds livrent quotidiennement aux dpts des barons implants Roubane, douar Ouled Kaddour, Chbikia et Mghagha de Bab El-Assa, des milliers de litres de carburant sans quaucun service de scurit ne les inquite en cours de route, comme si la contrebande de carburant tait lgale ou que le pouvoir de largent avait plac ce trafic au-dessus de toutes les lois de la rpublique. Sinon, comment expliquer que des milliers de vhicules, lgers et lourds, passent travers les barrages dresss par les services de scurit, douane comprise, sans que les conducteurs de ces vhicules ne soient inquits, arrts ou leurs moyens de transport saisis comme le stipule la loi ?
Donc les vhicules livrent leur plein aux dpts des barons raison de 1250 dinars le jerrican de 30 litres dessence et 1600 dinars la mme quantit de mazout. Lautoroute Est-ouest ayant facilit le dplacement, les trafiquants peuvent faire jusqu quatre pleins par jour et les quantits de carburant livres au Maroc sont normes, au point, selon des personnes au fait du sujet, que des socits de distribution de lest marocain ont dclar faillite. Il faut dire que le mazout au Maroc revient plus de 150 dinars alors quil est cd par les contrebandiers 1600 dinars les 30 litres soit mme pas 60 dinars le litre. Le contrebandier marocain gagne environ 100 dinars sur chaque litre de carburant issu de la contrebande avec lAlgrie.
Donc, les sommes amasses par ce trafic sont colossales et les 70% des quotas de carburant allous la wilaya de Tlemcen sont dtourns par les hallaba vers le Maroc. Si lon considre que chaque vhicule livre clandestinement 400 litres par jour, la quantit journalire de carburant destine la contrebande est de lordre de 400 fois les 800 vhicules, soit 320.000 litres par jour. Donc 320.000 litres quil faudrait multiplier par 365 jours. Ce qui nous donne un total annuel de 1 158 400 00 litres. Ce sont des chiffres approximatifs, la ralit est toute autre car il existe des hallaba occasionnels qui, pour se rendre dans les rgions frontalires, cdent leur
plein de carburant aux contrebandiers.

Un trafic ciel ouvert
Ds la nuit tombe, le carburant, collect par les hallaba et entrepos dans les dpts clandestins, est livr au-del de la frontire dos dnes. Des centaines dnes, chargs de milliers de jerricans de 30 litres, traversent nos frontires ouest en toute quitude. Il se peut que des personnes soient interceptes par les gardes-frontires des deux pays mais rarement les btes qui connaissent trs bien leur chemin sans niers. On se demande dailleurs si ce trafic est tolr et que les autorits locales se retrouvent impuissantes pour le combattre.

Cette question est devenue presque tabou quand on sait que des milliers de voitures se livrent ce trafic et passent les mailles des diffrents barrages sans tre inquites.
De Tlemcen Roubane, notre vhicule a t arrt plus de dix fois. On se demande alors comment les hallaba arrivent passer tous ces barrages de contrle. Que cache cet norme trafic qui a plong la wilaya de Tlemcen dans une crise de carburant qui a provoqu des meutes qui risquent de prendre une autre tournure dans la mesure o la crise samplifie chaque jour davantage et que le trafic na jamais baiss.
La dernire note du wali de Tlemcen ordonnant le rationnement naurait fait quaggraver la situation car elle na pas dissuad les hallaba qui continuent faire leur plein de carburant, malgr les restrictions, au vu et au su de tout le monde. Et aux paisibles citoyens de faire des chanes interminables pour se faire approvisionner hauteur de 500 dinars pour les voitures lgres et 2000 dinars pour les vhicules lourds.
Certaines stations, comme celles dEl Emir Abdelkader ou de la pierre du chat et du rond-point de la RN 35 ne travaillent que la nuit et sont fermes toute la journe. Au vu des vhicules stationns aux abords de ces stations et de limportance de leur nombre, il ne faut pas tre savant pour dcouvrir que, de nuit, ces dernires ne livrent les stocks de leur carburant quaux hallaba qui, pour chaque plein, verseraient un petit bakchich aux pompistes.
La note de la discorde
La note du wali est perue par les citoyens comme une impuissance de lEtat combattre le flau de la contrebande de carburant et une injustice lencontre des grants des stations-service qui se retrouvent ainsi pnaliss malgr la lgalit de leur activit. Malgr les meutes qui ont clat travers tout le territoire de la wilaya de Tlemcen pour dnoncer cette mesure arbitraire, selon beaucoup de citoyens, les autorits locales semblent maintenir cette option qui narrange gure les intrts conomiques de toute une rgion, otage de la dliquescence des pouvoirs publics.

Conflit dintrts ou pacification artificielle dune paix sociale, les citoyens ne comprennent pas lattitude des autorits locales de la wilaya de Tlemcen. Il faut que les autorits locales sattaquent la source du mal. elles peuvent saisir tous les vhicules de ce trafic qui sme la mort au quotidien en une seule journe, sauf que le wali a peur des manifestations ou de toute autre forme de protestation.
Il gre donc sa carrire au dtriment du bien-tre des citoyens et de lconomie nationale, affirment des citoyens qui considrent que les services de scurit ne sont nullement responsables de cette situation car ils sont tributaires des consignes et ordres du chef de lexcutif. Tout le monde saccorde dire et est unanime pour exprimer son incomprhension face la prolifration du nombre de hallaba et la facilit avec laquelle ces derniers sadonnent leurs activits clandestines.
Cette situation a gnr dnormes tensions sans que les autorits locales ne se soucient des citoyens. La dernire runion qui a regroup les grants des stations-service et les reprsentants de la chambre du commerce et de lindustrie a montr que la dernire note du wali na fait quenvenimer la situation et les grants ont menac dune fermeture certaine si le wali ne sursoit pas cette dcision arbitraire et ne sattaque pas aux hallaba qui continuent paralyser une rgion en toute impunit.
Les grants des stations-service ragissent
Interrogs lissue de la runion qui les a regroups au sige de la chambre du commerce et de lindustrie avec le directeur des mines de la wilaya de Tlemcen et les reprsentants de la chambre du commerce, les grants des stations-service nont pas hsit dnoncer la dernire note du wali quils ont considre comme une faiblesse de ladministration dans sa lutte contre la contrebande et une fuite en avant du wali qui, au prix de la paix sociale dans sa wilaya, a sanctionn les honntes commerants et laiss en paix les trafiquants, lesquels, en ralit, ne sont nullement concerns par les dernires mesures du fait que nul ne peut les empcher de faire leur plein de carburant.

Et de souligner : Ils imposent leur diktat et les pompistes sont impuissants pour leur faire face. Nous prfrons fermer plutt que dtre exposs aux disputes et aux insultes quotidiennes. avant de sinterroger : Qui va nous protger des agressions des hallaba, car nombre de nos pompistes ont dj subi de graves attaques sans que ladministration ne ragisse.
B. Soufi
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

 

()


: 1 ( 0 1)
 

Exportation illgale de carburant vers le Maroc, qui arrtera la mafia ?




03:44 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,