> > > | french Forum

Universalit et actualit du message dIbn Arab

(Tags)
 
Le Pentagone dment linformation dAl-Quds al-Arabi sur la situation politique en Algrie Emir Abdelkader 0 2013-04-30 06:29 PM
Dans un message diffuse sur internet... Emir Abdelkader 0 2012-07-08 08:15 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-07-07
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Universalit et actualit du message dIbn Arab

Universalit et actualit du message dIbn


Arab

Laffirmation selon laquelle le Coran, en tant que Livre sacr, ne saurait tre rduit au sens littral de ses versets est confirme par un hadith quIbn Arab juge fondamental pour quiconque sintresse linterprtation du Coran






Lexemple de luvre crite dIbn Arab.
Comme nous le faisions remarquer au dbut de larticle portant le mme titre que celui-ci et consacr Ghazl, face aux difficults auxquelles nous devons faire face aujourdhui et qui semblent parfois insurmontables, il est possible et parfois plus que souhaitable de sinspirer de la manire dont les grands esprits du pass ont pu aborder et rsoudre les difficults auxquelles, eux et leurs contemporains, furent confronts. De fait, que serait la sagesse si elle ntait valable quen un seul temps et en un seul lieu ?
Toutefois, sinspirer ne veut videmment pas dire rpter des formules hrites du pass sans rellement les comprendre et surtout sans en raliser la porte intrieure. A cet gard, luvre du grand mystique andalou Ibn Arab (1165-1240) est trs significative. Lui qui fut un des plus grands porte-parole de la sagesse en Islam est parfois considr comme le Shaykh al-akbar, le matre spirituel par excellence.
De son uvre immense on lui attribue plus de quatre cents ouvrages deux titres regroupent lensemble des thmes quil a dvelopps dans tous ses crits : al-Futht al-makkiyya[1](Les ouvertures spirituelles mecquoises) et Fu al-hikam[2](Les gemmes des sagesses). Il va sans dire quon ne peut puiser toutes les richesses quune telle uvre peut offrir lhomme daujourdhui en un court article. Nous essaierons modestement dvoquer trois thmes chers Ibn Arab, et dont la porte revt une importance capitale pour lIslam notre poque :
- linterprtation du Coran
- luniversalisme spirituel
- la primaut de lamour.

1. Concernant le Coran, Ibn Arab affirme le caractre inpuisable du message coranique et la multiplicit des niveaux dapprofondissement des significations quil contient : Le serviteur dont le regard intrieur (al-bara) est illumin celui qui est dirig par une lumire de son Seigneur (Coran : 39, 22) celui-l obtient chaque fois quil rcite un verset une comprhension nouvelle distincte de celle quil avait obtenue pendant la rcitation prcdente, et de celle quil obtiendra pendant la rcitation suivante. Dieu a rpondu la demande quIl Lui a adresse en disant : mon Seigneur, augmente-moi en science ! (Coran : 20, 114).
Celui dont la comprhension est identique lors de deux rcitations successives est perdant. Quant celui qui rcite sans rien comprendre, que Dieu lui fasse misricorde ! [3]
Le littralisme asphyxiant, ultime refuge de certaines mouvances face leur propre vide spirituel, est lorigine de bien des drives actuelles. Pourtant laffirmation selon laquelle le Coran, en tant que Livre sacr, ne saurait tre rduit au sens littral de ses versets est confirme par un hadith quIbn Arab juge fondamental pour quiconque sintresse linterprtation du Coran : Le Coran a un intrieur (batn) et un extrieur (zahr), une limite (hadd) et un point dascension (matla ou matli [4]). [5]
Pour Ibn Arab, la saintet cest ainsi laccs aux significations intrieures du Coran lesquelles, sans abolir le sens littral lui donnent une profondeur et une porte nouvelle. Cette grce, Ibn Arab en a tmoign dans les termes suivants : Ainsi, tout ce dont nous parlons dans nos assembles et nos uvres crites provient de la Prsence du Coran et de ses trsors : Jen ai reu la cl de la comprhension et le soutien spirituel qui lui est propre (al-imdd minhu). Tout cela afin de ne pas sortir du Coran car rien de plus lev ne peut tre accord : Seul en connat la valeur celui qui y a got, qui en a contempl la demeure initiatique (manzil) comme un tat intrieur et qui le Rel parle [en lui projetant des versets] sur lintime de son tre (f sirrihi). [6]
2. A une poque o les religions ne peuvent plus vivre en vase clos ce fut le cas, par la force des choses, pendant des sicles jusqu une poque pas trs loigne et o nul ne peut plus ignorer que dautres spiritualits existent, le musulman ne peut pas ne point sinterroger sur la relation quil tablira avec les croyants appartenant dautres communauts. La rencontre des religions est ainsi une donne incontournable de notre poque. Comment considrer les autres croyances ?
Le Coran est sur ce point nettement universaliste puisquil affirme que tous les peuples depuis les dbuts de lHumanit ont reu un message divin par lintermdiaire des prophtes et des envoys : A chacun de vous, nous avons donn une Loi et une Voie. [7]Toutefois le Livre sacr nvoque pas directement les raisons pour lesquelles les religions sont diverses.
Le Prophte a permis, on le sait, que les religions du Livre (Judasme et Christianisme) puissent vivre en paix en terre dIslam et tre pratiques en toute quitude. Il a, de plus, fait preuve dune immense ouverture concernant la qute de la sagesse : Le croyant est la recherche de paroles de sagesse ; o quil les trouve, il est le plus en droit de les faire siennes. [8]
Pour justifier et rendre clair la diversit des religions, Ibn Arab insistera sur linfinit de Dieu : ce qui fonde la nature dune religion, et qui en est aussi la raison dtre, cest laspect divin (nisba ilhiyya) quelle envisage en priorit et sur lequel elle met laccent. La diversit des aspects de Dieu est proprement inpuisable puisquIl est lInfini.
Voil pourquoi, chaque religion se doit de focaliser, en quelque sorte, sur tel ou tel aspect divin dans un souci de pdagogie spirituelle. Mme si les autres aspects divins ne sont pas nis, laspect divin principal quenvisage une religion la caractrisera en quelque sorte : Les religions rvles ne sont diverses que par la diversit des aspects divins (nisab ilhiyya) quelles envisagent. En effet, si laspect divin selon lequel telle chose est permise dans la loi rvle (char) tait le mme que celui selon lequel la mme chose doit tre interdite, il nexisterait pas de divergences de statut juridique (hukm) dune loi rvle lautre. Or, il est bien tabli que de telles divergences existent.
De plus, si cela ntait pas le cas, cette parole divine naurait pas de sens : A chacun de vous, Nous avons donn une loi et une voie[9]. Or, il est vrai que chaque communaut possde une loi et une voie propres qui leur furent apportes par leur prophte ou leur envoy lequel a, dune part, confirm les religions qui lont prcd et, dautre part, expos de nouveaux lments.
Nous savons donc, en toute certitude, que laspect divin par lequel Dieu accorda Sa loi Muhammad est diffrent de ceux par lesquels Il rvla Sa loi aux autres prophtes. Si tel ntait pas le cas, et si laspect divin lorigine de la loi rvle tait unique sous tous les rapports (min kulli wajh), alors les religions rvles seraient une sous tous les rapports.
Si lon demande : Pourquoi les aspects divins envisags sont-ils diffrents dune religion lautre ? Nous rpondons : A cause des diffrentes dispositions intrieures (ahwl). Ainsi, lhomme malade implorera : Ô Toi qui soigne et donne la gurison ! ; lhomme affam scriera : Ô Toi qui accorde la subsistance ! ; lhomme en passe de se noyer appellera : Ô Toi qui accorde le secours !... Les aspects divins[10] [vers lesquels lhomme se tourne] dpendent donc des diffrentes dispositions intrieures. [11]
3. Pour Ibn Arab, la voie spirituelle est essentiellement une voie damour. Il en est ainsi parce que Dieu est essentiellement misricorde. Daprs un hadith quds[12] : Certes, Dieu le Trs-Haut crivit pour Lui-mme, lorsquIl cra le monde : En vrit, Ma misricorde lemporte sur Ma colre. [13]
A linverse, lorsque lamour est absent des curs, un juridisme vide et desschant tient alors lieu de ferveur et de zle. Ibn Arab a toujours dnonc les drives de certains juristes, comme il le rappelle lui-mme : Que Dieu te garde, mon frre, des penses mauvaises en timaginant que je blme les juristes en tant que tels ou pour leur travail de jurisprudence, car une telle attitude nest pas permise un Musulman et la noblesse du fiqh nest pas mettre en doute. Toutefois, je blme cette sorte de juristes qui, avides des biens de ce monde, tudient le fiqh par vanit, pour quon les remarque et que lon parle deux, et qui se complaisent dans les arguties et les controverses striles. Ce sont de telles gens qui sattaquent aux hommes de lAu-del, ceux qui craignent Dieu et reoivent une science de chez Lui (min ladunHu). Ces juristes cherchent rfuter une science quils ne connaissent pas et dont ils ignorent les fondements. [14]
Dans le chapitre 178 des Futuht quIbn Arab consacre lamour, il distingue trois types damour : lamour naturel (tab) ou lmentaire (unr), lamour spirituel (rhn) et lamour divin (ilh). Lamour naturel se caractrise par lgocentrisme et la possessivit : Lorigine de lamour naturel nest autre que le bien-tre (inm) et le bienfait (ihsn) procurs par ltre aim, car le naturel de ltre nest jamais capable daimer lautre pour lui, cest uniquement pour soi quil aime les choses en dsirant sy unir ou sen rapprocher, comme cela a lieu chez lanimal ou lhomme pour lanimalit qui est en lui. [15]
Lamour spirituel, quant lui, prsuppose un dpassement de lgocentrisme, et confre donc une certaine sagesse : Sache que dans lamour spirituel, lamant verra son intellect et sa science illumines par la sagesse : il sera sage par son intellect et par sa sagesse, il sera savant Cest dire quil saura ce quest lamour, quelle en est la signification et quelle en est la ralit [16]
Lamour divin, enfin, dsigne lamour que Dieu porte Ses cratures. Pour Ibn Arab, cet amour est notamment prouv par la gnrosit de Dieu qui accorde toutes sortes de bienfaits sans mrite pralable des cratures et sans reconnaissance de leur part en retour. Parmi ces bienfaits se trouvent lexistence puis la conscience et lintelligence de lHomme : Quant lamour que Dieu nous porte pour nous-mmes, Il sexprime par le fait que Dieu nous a fait connatre ce quest notre bien en cette vie et dans lautre. Il nous a prodigu les preuves de Sa science pour que nous Le connaissions et que nous ne soyons pas enferms dans lignorance. De plus, Il nous accorde la subsistance et nous comble de faveurs bien que nous y soyons inattentifs [17]
Ajoutons encore quelques prcisions sur le lien existant entre lamour et la connaissance, lesquels sont toujours lis dans la voie spirituelle : La connaissance de Dieu engendre toujours lamour, et lamour prsuppose une connaissance au moins indirecte et par reflet de lobjet aim. Lamour spirituel a pour objet la Beaut divine, qui est un aspect de lInfinit ; par cet objet, le dsir devient lucide Cest par son objet, la Beaut, que lamour concide virtuellement avec la connaissance. [18]
Comme aime la souligner Ibn Arab, lamour est la raison mme de la cration du monde : Dans le Coran, lamour se trouve mentionn maints endroits et il existe de nombreux hadiths sur lamour tels les suivants : Le Prophte sur lui la grce et la paix a dit de la part de Dieu : Jtais un Trsor cach ; Je ntais pas connu. Or, Jai aim tre connu. Je crai donc les cratures et Je Me fis connatre elles de sorte quelles Me connurent. Il rsulte de ce contexte que Dieu nous a cr [par amour] pour Lui seul Le Prophte sur lui la grce et la paix a dit : Dieu dclare : Mon serviteur ne saurait se rapprocher de Moi par rien qui Me soit plus agrable que laccomplissement de ce que Je lui ai prescrit. Mon serviteur ne cessera de se rapprocher de Moi par des uvres surrogatoires jusqu ce que Je laime.
Et lorsque Je laime, Je suis son oue par laquelle il entend, son regard par lequel il voit, sa main par laquelle il saisit, et son pied avec lequel il marche ; sil Me demande une chose, Je la lui accorderai, et sil cherche auprs de Moi asile, assurment, Je le lui offrirai.[]Un autre hadith affirme : Dieu est Beau et Il aime la Beaut. Les hadiths sont nombreux ce sujet. Sache que la station spirituelle de lamour est une distinction leve et que lamour est le principe (al) de lExistence universelle (wujd). [19]
En guise de conclusion, nous laisserons lultime parole Ibn Arab et sa posie inspire. Ce grand matre de sagesse a su exprimer de manire ingale les vrits les plus subtiles par des vers dune grande beaut :
De lamour nous sommes issus.
Selon lamour nous sommes faits.
Vers lamour nous tendons.
A lamour nous nous adonnons.
[20]


[1] Il en existe une prsentation et une traduction partielle : Les Illuminations de la Mecque, anthologie prsente par Michel Chodkiewicz, d. Albin Michel, 1997.

[2] Titus Burckhardt en a donn une traduction partielle accompagne de prcieuses notes explicatives : La Sagesse des prophtes, d. Albin Michel, 1955. Ch.-A. Gilis en a donn plus rcemment une traduction intgrale en deux volumes : Le Livre des Chatons des Sagesses, d. al-Bouraq, 1997.

[3] Fut., III, p. 129. trad. fr. : M. Chodkiewicz : Un Ocan sans rivage, p.47.

[4] Les deux termes sont coraniques : matla dans la sourate al-Fajr (LXXXVII, 5) et matli dans la sourate al-Kahf (XVIII, 18). Dans le premier cas, il sagit dune prcision temporelle et dans le second, dune dtermination spatiale. Cest la deuxime vocalisation qui nous semble correspondre au hadith.

[5] Cit par Ibn Hibbn dans son Sahh. Hadith reconnu authentique (sahh).

[6] A ce sujet, cf. notre traduction : Le Mahdi et ses Conseillers, d. Mille et une lumires, 2006, p.17.

[7] Coran : 5, 48.

[8] Cit par Ibn Mjah. Hadith reconnu valide (hasan).

[9] Coran : 5, 48.

[10] Reprsents par les diffrents Noms divins dans les exemples quIbn Arab vient de donner.

[11] Fut. I, p.265.

[12] Parole divine rapporte par le Prophte mais sans que cela fasse partie du Coran.

[13] Cit par Tirmidh. Hadith reconnu authentique (sahh).

[14] Les Soufis dAndalousie, d. Actes Sud, 1995, p.95. (Trad. fr. : R. W. J. Austin G. Leconte)

[15] Fut., II, p.334. Une traduction de ce chapitre des Futuht a t ralise par Maurice Gloton : Trait de lamour, d. Albin Michel, 1986.

[16] Fut., II, p.332.

[17] Fut., II, p.328.

[18] Titus Burckhardt, Introduction aux doctrines sotriques de lIslam, d. Dervy, 1985, pp.43-44.

[19] Fut. II, p.322-323.

[20] Fut. II, p.323. Traduction de Maurice Gloton.


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Universalit et actualit du message dIbn Arab




11:12 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,