> >

[] [ ]

Ce que la maladie de Bouteflika a montr

(Tags)
 
Bouteflika de retour Emir Abdelkader 0 2013-06-25 02:50 PM
Quand Sellal se montre agac par la question sur la sant du prsident Bouteflika Emir Abdelkader 0 2013-06-10 05:52 PM
Accro Internet, une nouvelle maladie Emir Abdelkader | french Forum 2 2013-02-24 05:28 PM
Abdelaziz Bouteflika Emir Abdelkader | french Forum 0 2012-12-25 05:36 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-07-23
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Ce que la maladie de Bouteflika a montr

Scne politique algrienne,Ce que la maladie de Bouteflika a montr

Certains qui nont ni pass politique ni comptence avre, se sont ports candidats ou ont exprim leur intention de ltre
Bouteflika est rentr au pays aprs 80 jours dabsence. Il nest un secret pour personne que sa maladie a suscit et continue de susciter divers commentaires et moult ractions. Il en est qui ont demand lapplication de larticle 88 de la Constitution au moment o dautres, au contraire, ne veulent pas entendre parler de cet article. Certains ont exprim leur opposition quant un quatrime mandat alors que dautres appellent Bouteflika postuler en 2014. Certaines parties avaient mme fait appel larme pour une ventuelle intervention auquel appel, cette dernire a fait savoir son refus catgorique dintervenir.
Mais au-del de tout cela, ce quil y a lieu de mentionner, cest que la maladie du Prsident a lev le voile sur un tas de choses intressantes.
Une communication officielle qui fait rougir
La premire des observations faire concerne la communication officielle quon peut qualifier de calamiteuse de lEtat. En effet, la manire dont a t gre la maladie de Bouteflika a t trs en de de toutes les attentes pour un pays comme le ntre. Ds le dpart, on nous avait annonc quil sagissait dun AIT sans squelles et que le Prsident tait all en France uniquement pour faire des analyses. Ce qui, avec le temps, savra compltement faux car ds quon annona le transfert du Prsident aux Invalides, les Algriens comprirent aussitt quil sagit de rducation, chose qui fut confirme ds les premires images. On ne va pas la rducation lorsquil ny a pas de squelles. Mais malgr cela, et au lieu de dire la vrit, les chargs de communications qui nont cess de mentir et dentretenir le flou, ont persvr, ignorant quils perdaient chaque jour en crdibilit et quils faisaient perdre de la crdibilit lEtat. Le savent-ils au moins? Mieux, chaque fois que quelquun sexprimait, il avanait que le Prsident allait bien, quil allait trs bien mme selon certains, et quil tait compltement guri selon dautres. Or, son retour, les Algriens ont observ quil nest pas compltement guri et quil garde mme des squelles.
Ce nest certainement pas une honte de tomber malade, car la maladie est humaine, et le Prsident est dabord un homme. Mais cen est une cependant que de mentir au peuple, le savent-ils? La communication officielle chez nous est simplement honteuse, car tisse autour de mensonges et dirresponsabilits. Nous ne sommes plus aux annes 1960 et le peuple nest pas mineur.
Par ailleurs, cette communication a t relaye par certains nouveaux mdias qui ont pouss le ridicule jusqu vouloir tre plus royalistes que tous les rois de la plante runis. Des mdias qui traitent de tous les noms tous ceux qui osent avoir des avis diffrents propos de la gestion de la maladie du Prsident ou de celle du pays. Au nom de qui sexpriment donc ces mdias qui, en plongeant dans la mare de la falsification du dbat dmocratique, biaisent la ralit et renvoient une fausse image de notre scne mdiatique?
Ceux qui ont eu le temps de suivre, parfois, les mdias en question ont d remarquer certainement, le manque de clart de leur ligne ditoriale et les dgts dune bonne dose dinexprience conjugue beaucoup de prtentions.
Une certaine opposition qui
La maladie du Prsident nous a donn aussi loccasion de voir quel point certains individus et certains partis peuvent tomber bas. Si daucuns nous ont invent des notions tout fait ridicules, dautres nont cess de bouger le ventre dans des danses faire vomir. Lorsquon ne nous parle pas de reine, on prfre nous entretenir de fantasmes illgitimes. Les applaudisseurs et les ftards doccasion campent plus dans lopposition que dans le pouvoir, cest la triste ralit dont il faut tenir compte dsormais. Une ralit qui interpelle quant ce qui peut ou non tre ridicule. Il est certain que peut marger au rtelier du pouvoir qui veut, mais tout en gardant un minimum de dignit quand mme. Les Algriens qui coutent ne sont ni analphabtes ni ignorants et ils savent analyser et, lorsquil le faut, ils ont mme la capacit de dissquer les paroles de ceux qui, parce quils disposent sans mrite des microphones, saventurent dire nimporte quoi. Encore une fois, nous ne sommes pas en 1962. Les gens ne croient plus aux histoires de Hdidouane, de Lghoula ou de Loundja bent essoultane le discours politique de nos jours est tomb malheureusement trs bas, mme chez ceux qui nous ont donn lillusion, un moment, dune certaine maturit.
Il nest pas interdit lopposition, toute lopposition si elle le souhaite, de se rallier au pouvoir en place, il lui est demand seulement de sassumer et dassumer ses choix. Mais se rclamer de lopposition et servir de porte-parole au pouvoir, voil qui nest ni acceptable ni honorable. Lorsque le MSP de Soltani margeait du ct du pouvoir, il lavait entirement assum en sinscrivant dans lAlliance prsidentielle et, il faut en convenir, personne ne peut le lui reprocher du moment que ce choix tait compltement et ouvertement assum et, quand bien mme il sagit plutt dune manire de faire de la politique que de sopposer, la position de Soltani a ce mrite dtre claire et assume. Sans hypocrisie et sans prtention dtre le guide de la nation sur un sillon quelconque dune prtendue opposition. Dailleurs, la dernire sortie de Mokri laisse croire quil fait des offres de service pour, peut-tre, reprendre le bton et le chemin de Soltani. Tout cela est permis et chacun est libre de concevoir sa manire de faire la politique. Ce qui ne lest pas, au nom de lthique et de la morale, cest de laper dans lassiette du pouvoir et de se prendre pour un champion de lopposition. L, on nest pas daccord car cela pourrait plutt ressembler plus une mission officielle qu une activit politique.
La paralysie des deux grands partis
Un travail de sape lendroit du FLN et du RND a commenc il y a longtemps. Il tait difficile dy apporter remde pour certaines raisons que tout le monde connat, mais aussi pour dautres raisons qui nous chappent et dont nen ont le secret que quelques-uns.
La maladie et labsence du Prsident ont rendu toute solution impossible du moment que toutes les parties qui se ont activ dans ce dossier, lont fait pour, jurent-elles, apporter leur soutien Bouteflika. Comment peut-on avoir des positions antagonistes, des candidats diamtralement opposs, des perceptions contraires de lavenir de lAlgrie et prtendre en mme temps avoir le mme objectif? Que de gchis!
Les deux grands partis sont donc rests sans tte et aucune proposition na pu leur donner un chef. Ce nest pas parce quil ny a pas de propositions, mais parce quil ne faut pas que le problme soit rsolu! La paralysie est voulue et calcule et elle ne disparatra que lorsque toutes les pices du puzzle seront runies. Les surprises ne sont pas les bienvenues quelques pas davril 2014! Et ce ne sont ni les veines uses de certains ni les comportements ridicules des autres qui contrediront ces propos. Le FLN et le RND sont pris en otage par certains qui veulent se hisser pour arriver au niveau du cercle des applaudisseurs rapprochs. Il ny a rien de plus. Certains croient savoir quil appartient Bouteflika de choisir ceux qui lapplaudiront le mieux, dautres pensent quil est plutt du ressort dautres parties de choisir ces individus pour mieux excuter la stratgie qui consiste assurer la place au post-Bouteflika en douceur.
Si partout dans le monde, on parle avec dgot de lalliance impropre de largent avec la politique et que tout le monde crie au scandale, que dire alors lorsque, chez nous, on assiste un mariage de largent sale avec la basse politique? Cest dire ce rapport plus que douteux quentretiennent les nouveaux riches et les nouveaux parvenus avec le pouvoir et les sphres de dcision. Ceux, dont les fortunes insultantes nont jamais t ni explicables, ni comprhensibles, ni encore moins justifiables, parce quelles ne se sont riges ni sur la sueur, ni sur le mrite, ni mme sur lhritage.
Il sagit, tout au plus, de quelques parvenus dun monde que les Algriens ignorent, et qui se sont allis certains hommes boulitiques doccasion, arrivs, eux aussi, par accident, avant de monter sur leurs nuques. La fusion de ces deux mondes mprisables a enfant de la corruption, lincroyable incapacit du pays se remettre debout, de linadquation des solutions proposes, de lincomptence gnralise, de la mdiocrit faire hurler et de cette incroyable damnation qui nous colle la peau et qui nous pousse toujours, et sans cesse, dans labme!
Personne ne soccupe plus des intrts du peuple. Mme lorsque le ministre du Commerce constate une augmentation des prix de 7% au cours de la premire semaine de Ramadhan, il fait la constatation avec beaucoup de bonheur! Tout content! Et mme lorsque le ministre de lEnseignement suprieur apprend le classement plus que dshonorant de notre universit, il na quune seule raction: cest le classement qui nest pas correct. Tout content lui aussi.
Plus rien, ici-bas, nintresse plus personne. Il y a dplacement des centres dintrt vers les sommets vers lesquels tout un chacun lorgne. Mme ceux qui ne savent pas exactement de quoi il sagit se sont joints au groupe qui lve la tte pour regarder vers El Mouradia. Ah bon? Il y a des lections en 2014? Ils ne le savaient mme pas. Et quest-ce quon lit El Mouradia? demandent certains. Un prsident? Ils ne savent mme pas, jusqu prsent, ce que signifie une lection prsidentielle et pourtant, ils senfoncent dans un dbat dont ils ignorent tout, jusquau contenu. Tristes temps que ceux que Dieu nous fait voir la fin de notre vie! Quont donc fait les Algriens pour mriter un tel sort?
Chaque mtier a une odeur qui le spcifie et le diffrencie du reste des mtiers. Ds quil y a mlange anormal, cela se sent. Si par exemple, un maon se convertit en ptissier, il ne faut pas stonner de voir les mille-feuilles sentir le ciment. Si le boucher devient, par la force de ltranget et de labsurde, comptable, il est tout fait normal que les oprations, les comptes et les critures se rfrent toutes aux vaches, aux moutons et aux abats. Si le marchand de lgumes devient mdecin, il ne fait pas de doute que dans les salles dopration on parlera de choux, de navets et de pomme de terre. Il en est de mme dans le cas inverse, cest--dire si le comptable devient prsident, les calculs et les intrts seront trop vils et trop restreints.
Un mpris du peuple
Au mpris du peuple, certains qui nont ni pass politique ni comptence avre, se sont ports candidats ou ont exprim leur intention de ltre. Il en est mme certains qui, arrivs la politique par accident, se sont dcrts aptes diriger le pays alors quils seraient peut-tre incapables de diriger leur propre tribu. Des voix slvent ici et l, mme ltranger, pour nous apprendre quuntel sera candidat ou que tel autre pourrait ltre. Que tout le monde soit le bienvenu.
Au temps du parti unique, nous avions un seul candidat, maintenant, et selon les intentions affiches, nous en avons plusieurs et nous pouvons en avoir autant que nous voulons. Toutefois, ce nest pas le nombre de candidats qui fait la dmocratie et ce nest pas le taux de participation qui pourra relever le pays de la situation non enviable qui est sienne.
Certains, mandats par eux-mmes, et au mpris du peuple ou de ce quil pourrait en penser, sont alls essayer de faire revenir Zeroual comme si la solution du pays est dans son pass. Jusqu quand continuera-t-on donc msestimer les citoyens et vouloir se moquer deux? Heureusement que Zeroual, fidle ses principes, a dclin loffre ridicule qui ne rime avec rien et qui a mis nu lincapacit de ceux qui nous gouvernent rsoudre les problmes du pays.
Le pays ne doit pas se relever sur des bquilles. LAlgrie doit se relever sur ses jambes et uniquement sur ses jambes. A la diffrence des hommes, un pays ne peut tre us ou vieilli ou dpass. Dans son sang coulent 38 millions dAlgriens dont une grande majorit de jeunes.
Il nest pas impossible que Bouteflika ait dj pris la dcision de se retirer. Sa maladie, et malgr les gesticulations anormales de certains, carte lhomme ou, du moins, rduit les possibilits de sa reconduite la tte du pays. Le nombre des voix qui appellent au quatrime mandat commencent se rtrcir. Mme ceux qui, pour convaincre, allaient jusqu dire des btises ont fini par parler bas, voire par ne rien dire du tout.
La maladie de Bouteflika nous a montr beaucoup de choses intressantes. Un pays qui se dbat dans les problmes. Une opposition dplace, malade et inefficace. Une scne politique dgingande. Des loups lafft et, surtout, un brouhaha incroyable de la part de ceux qui se croient devenus les nouveaux tuteurs du peuple. Le retour du Prsident va, sans doute, acclrer certaines choses, car tout le monde est parti en course vers une place pour laprs-Bouteflika. Quen sera-t-il de ce positionnement? Septembre nous donnera les rponses! Pourquoi septembre? Simplement parce quen septembre tout doit rentrer dans lordre. La rvision de la Constitution devra avoir t avalise par la runion des deux chambres juste la reprise de la session dautomne, les deux partis RND et FLN doivent avoir, entre-temps, retrouv leurs chefs pour appuyer la nouvelle Constitution et, surtout, le candidat denvergure nationale comme commencent le dsigner Mokri et les siens. Dailleurs, le revirement des choses au FLN qui a consist annuler les dcisions de Belayat est un signal trs fort comme quoi les choses srieuses ont commenc. Le nombre de ministres prsents la dernire runion au sige du FLN Hydra laisse comprendre quun ordre a t donn pour appuyer un courant donn, celui qui ne soutient pas Benflis. Septembre aussi parce que dici l, les faux opposants doivent avoir commenc applaudir, peut-tre mme que cette fois ils feront partie dune certaine alliance pour assurer la continuit et le dveloppement, les applaudisseurs doivent avoir appris les nouveaux noms scander et le dernier virage pour 2014 pourra tre entam ds fin septembre et en toute scurit, sans risque pour le vice-prsident qui sera forcment le prochain locataire dEl Mouradia.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Ce que la maladie de Bouteflika a montr




11:26 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,