> >

[] [ ]

La Syrie, entre Genve II et le scnario irakien

(Tags)
 
Lavenir incertain ou le pire scnario Emir Abdelkader 0 2013-08-18 02:50 PM
Retour de Liamine Zeroual la prsidence Un improbable scnario ? Emir Abdelkader 0 2013-06-03 06:10 PM
La course larmement continue entre le Maroc et lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-03-12 12:07 AM
Altercation entre les reprsentants algrien et marocain Emir Abdelkader 0 2013-02-25 03:39 PM
Hosni Moubarak entre la vie et la mort Emir Abdelkader 0 2012-06-20 04:22 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-08-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool La Syrie, entre Genve II et le scnario irakien

La communaut internationale divise aprs le massacre dAl Ghouta

La Syrie, entre Genve II et le scnario irakien

Le massacre dAl Ghouta affole, dcidment, la plante entire et semble marquer un tournant dcisif dans la crise syrienne, surtout sil savre que des armes chimiques ont bel et bien t utilises dans cette hcatombe.


Alors que les tueries dans ce pays, bien que quotidiennes et souvent massives, taient devenues banales, le massacre de mercredi, Al Ghouta Echarqiya et Moadhamiate A-Cham o plus de 1300 personnes ont t tues, selon lopposition syrienne, a suscit une trs vive raction de la part de la communaut internationale avec le risque que lon sait, cest--dire une intervention militaire en Syrie. Un scnario que des millions de citoyens arabes ne souhaitent pas se produire, surtout aprs le prcdent libyen. Le secrtaire gnral des Nations unies, Ban Ki-moon, a ainsi dclar depuis Soul que lutilisation darmes chimiques en Syrie, si elle venait se vrifier, constituerait un crime contre lhumanit qui aurait de graves consquences, en ajoutant quil ny avait pas de temps perdre pour enquter. Toute utilisation darmes chimiques, o que ce soit, par qui que ce soit, et quelles que soient les circonstances, violerait le droit international. Un tel crime contre lhumanit devrait avoir de graves consquences pour celui qui la perptr, a averti Ban Ki-moon.
Cest un dfi grave pour la communaut internationale dans son ensemble, et lhumanit que nous avons en commun, dautant que cela sest pass alors que la mission dexperts de lONU se trouvait dans le pays, a-t-il martel. Pour rappel, le Conseil de scurit, runi mercredi soir, a indiqu vouloir faire la lumire sur ce qui sest pass et attend les conclusions de lenqute que mne une quipe dexperts en Syrie sur lutilisation darmes chimiques par le rgime de Damas.


Lakhdar Brahimi : Il ne peut y avoir quune solution politique

Pour sa part, le spcialiste du dossier syrien, lAlgrien Lakhdar Brahimi, estime que la Syrie est sans nul doute la plus grande menace pour la paix et la scurit dans le monde aujourdhui. Dans une dclaration la chane TV de lONU reprise par lAFP, lenvoy spcial des Nations unies et de la Ligue arabe, qui a uvr pour une solution politique en Syrie, a ritr son appel pour un nouveau round de ngociations entre les diffrentes parties en conflit, des ngociations quil svertue faire aboutir dans le cadre de la confrence de paix dite Genve II. Les allgations selon lesquelles les armes chimiques ont t utilises quelques kilomtres du cur de Damas soulignent limportance de cette crise et ses dangers, non seulement pour le peuple syrien, mais aussi pour le monde, a soulign le diplomate algrien, avant de constater : Le problme, cest que chaque partie prenante cette guerre civile pense gagner sur le plan militaire.

Or, personne ne va gagner, tranche Lakhdar Brahimi. Il ne peut y avoir quune solution politique, et le plus tt on y travaillera, le mieux ce sera, a-t-il insist. M. Brahimi a rvl, au passage, que des diplomates russes et amricains vont tenir bientt une runion La Haye avec des responsables onusiens pour discuter de la possibilit dorganiser une autre runion tripartite Genve entre les Etats-Unis, la Russie et lONU. M. Brahimi semble optimiste quant la convocation de cette troisime confrence parce que nous pouvons dire que la communaut internationale saccorde sur le fait quune solution politique est la seule issue, dit-il. En attendant lopration politique, tout le monde se pose la mme question : le rgime de Bachar Al Assad a-t-il ou non utilis larme chimique lors du massacre dAl Ghouta ?
Devant la prcipitation des vnements, les ractions des chancelleries occidentales vont de la condamnation mue lappel une riposte muscle. Il faut une raction de force de la communaut internationale en Syrie, assnait Laurent Fabius, jeudi matin, sur BFM TV, en prcisant, cependant, quil nest pas question denvoyer des forces militaires Damas.


Obama ne veut pas dun Irak-bis

Le ministre britannique des Affaires trangres, William Hague, a dclar hier que Londres a la conviction que ce qui sest pass Al Ghouta est une attaque chimique du rgime Al Assad. Avant dajouter : Mais nous voulons que les Nations unies puissent ltablir. Le prsident amricain, Barack Obama, a privilgi, quant lui, la voie de la prudence. Dans une interview accorde hier CNN cite par lAFP, Obama a assur que ctait, pour les Etats-Unis, un vnement proccupant. Nous rassemblons en ce moment mme des informations sur cet vnement prcis, mais je peux dire que, contrairement certaines preuves que nous tentions dobtenir au pralable, et qui ont conduit la venue dun enquteur des Nations unies en Syrie, ce que nous avons vu prsent indique clairement quil sagit dun vnement important et srieusement proccupant, a-t-il dclar.

Toutefois, Barack Obama na gure laiss entendre quil pourrait engager les Etats-Unis dans une campagne militaire en Syrie si une action militaire tait dcide lencontre du rgime de Damas. La prudence dObama lui a, dailleurs, valu des critiques virulentes de la part du snateur rpublicain John MC Can qui sen est pris lui, la veille, sur CNN, en disant que, par son attitude attentiste, le prsident Obama donnait Bachar Al Assad une ligne verte pour poursuivre ses atrocits. Allusion la ligne rouge que le prsident US a fixe Bachar Al Assad, et qui, de lavis de McCain, vient largement dtre franchie. Obama a rpondu Mc Cain en arguant du fait quil ne souhaite pas sembourber dans des situations trs difficiles, ce qui a pour consquence de nous entraner dans des interventions trs coteuses qui alimentent encore davantage de ressentiment dans la rgion. Allusion, bien sr, au fiasco irakien.
De son ct, la Russie a invit lUnion europenne la retenue, sachant que des responsables europens ont appel une raction contre la Syrie de concert avec le conseil de scurit de lONU. La Russie a jug ces pressions inacceptables. Dans ce contexte de nouvelle vague de propagande anti-syrienne, nous pensons que les appels de quelques capitales europennes faire pression sur le Conseil de scurit de lONU et dcider ds maintenant de recourir la force sont inacceptables, a protest le dpartement de Sergue Lavrov dans un communiqu repris par lAFP. La Russie considre que le massacre dAl Ghouta est une provocation planifie en pointant du doigt lopposition syrienne. Selon Moscou, des informations en rapport avec cette attaque ont circul sur internet quelques heures avant la tuerie. La Russie continue de suivre de trs prs les dveloppements autour de la prtendue attaque chimique. Il apparat de plus en plus de nouveaux tmoignages selon lesquels cette action criminelle avait un caractre clairement provocateur, conclut le communiqu russe. Par ailleurs, Sergue Lavrov sest entretenu au tlphone avec le secrtaire dEtat amricain, John Kerry. Les deux hommes ont exprim un intrt commun pour une enqute objective de lONU sur le massacre.
Quant la position de lUE, Catherine Ashton, chef de la diplomatie europenne, a appel agir avec le sens de lurgence et de la responsabilit en vue de promouvoir une solution politique. Nous devons engager, sans attendre, un processus diplomatique bas sur le processus de la confrence de Genve II lanc par le secrtaire dEtat John Kerry et du ministre Lavrov. Nous devons surmonter nos diffrences. Nous le devons au peuple syrien qui est celui qui souffre, a-t-elle insist.
Du ct du rgime syrien, on nie, videmment, en bloc ces accusations. Le journal gouvernemental Tachrine a rapport une srie de ractions amies qui font porter le chapeau lopposition syrienne. Citant lambassadeur russe Beyrouth, Alexander Zasypkin, celui-ci aurait dclar que ce sont les groupes terroristes qui ont commis cet acte en utilisant un missile local lanc depuis une zone contrle par ces groupes. Le journal rapporte galement que Pkin a appel les enquteurs onusiens prsents en Syrie faire leur enqute en toute objectivit. Enfin, Tachrine a relay la position iranienne selon laquelle le rgime syrien ne pouvait commettre une telle attaque, en ajoutant que si des armes chimiques ont t utilises, elles seraient le fait de groupes terroristes. 


Mustapha Benfodil



El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

La Syrie, entre Genve II et le scnario irakien




04:59 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,