> >

[] [ ]

Le gnral Al Sissi a t le dernier officier se retourner contre Morsi

(Tags)
 
L'offensive du gnral Al Sissi Emir Abdelkader 0 2013-08-19 02:47 PM
Tunisie : un officier de police assassin par des jihadistes aprs une fatwa Emir Abdelkader 0 2013-05-16 11:54 PM
Le front contre le terrorisme islamiste sinsurge contre lamnsie Emir Abdelkader 0 2013-01-11 11:01 PM
Quel est le dernier livre que les dputs Emir Abdelkader 0 2012-11-06 01:54 PM
Le dbit Internet Algrien est class dernier au monde Emir Abdelkader 0 2012-06-21 06:33 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-08-26
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,962 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le gnral Al Sissi a t le dernier officier se retourner contre Morsi

Tawfik Aclimandos. Chercheur associ la chaire d'histoire contemporaine du Monde arabe au Collge de France

Le gnral Al Sissi a t le dernier officier se retourner contre Morsi

Fossoyeur de la dmocratie pour les uns, sauveur de la Rpublique pour les autres. Pinochet ou Chavez ? Le gnral Abdel Fatah Al Sissi est, depuis le 30 juin, lhomme fort qui polarise lopinion au-del des frontires de lEgypte. Il a t le dernier officier suprieur s'tre converti l'ide d'un coup d'Etat. Il tait conscient des risques et, comme tout le monde, son premier choix tait de pousser les Frres musulmans tre plus consensuels, se modrer, renoncer leurs desseins totalitaires, estime le politologue gyptien Tawfik Aclimandos.


- La crise politique gyptienne, qui s'est exprime de manire ouverte le 30 juin, place le pays face aux pires des scnarios. Quelle analyse faites-vous de la situation ?

Evidemment, la situation est dangereuse. La confrrie a une base sociale importante, mme si elle est trs minoritaire dans le pays et a opt pour la politique du pire. Elle a les moyens d'empoisonner la vie du nouveau pouvoir dans quelques rgions, y compris dans le Sina. Par contre, il faut voir que l'crasante majorit du pays est hostile aux Frres.
Beaucoup dpend de la capacit du nouveau pouvoir rtablir la scurit, maintenir sa cohsion et sa trs htroclite coalition et mater la branche arme de la confrrie. On ne sait pas combien de temps cette dernire peut tenir ou, si vous prfrez, qui pliera en premier. Mais si la solution scuritaire est ncessaire, elle n'est pas suffisante, il faudra aussi une solution politique. Trop d'inconnues empchent de faire des prdictions. Mais les issues possibles sont connues : thocratie totalitaire, guerre civile, dmocratie avec ou sans les Frres, autoritarisme militaire.

- Comme en janvier 2011, l'arme, avec sa tte le gnral Al Sissi, apparat comme l'acteur central dans le jeu politique du pays. Va-t-elle remettre le pouvoir aux politiques comme le stipule la feuille de route ou bien la phase actuelle va, par contre, l'aider renforcer son hgmonie ?

L'arme n'a pas intrt gouverner le pays car elle court le risque de se retrouver vite face une coalition jeunes rvolutionnaires/islamistes. Et ce serait se brouiller avec les puissances occidentales, notamment les USA, dont elle dpend beaucoup. Aprs, elle risque d'y tre contrainte : les forces politiques autres que les Frres n'ont pas d'appareil digne de ce nom, mme si elles sont trs nettement majoritaires ; la dynamique du conflit et des impratifs de scurit risquent de contraindre l'arme s'impliquer plus qu'elle ne le souhaite. Une chose est certaine : si elle se voit contrainte de rester aux commandes, elle aura besoin d'allis dans les forces politiques.

- Lors Mohamed Morsi est arriv au pouvoir, avait-il fait alliance avec le gnral Al Sissi contre les oligarques Hussein Tantawi et Samy Inan ? Les Frres ont-ils rellement vu en ce gnral un alli stratgique ?

Il apparat aujourd'hui que le marchal Hussein Tantawi souhaitait qu'Al Sissi le remplace et le prfrait nettement au gnral Samy Inan. Les Frres ont certainement vu dans ce gnral, trs croyant, issu d'une famille o les islamistes sont nombreux, un alli. Mais cela n'a pas dur longtemps. Sa popularit, qui allait croissant alors que la leur sombrait, les a vite inquits. Et ce, d'autant plus qu'il leur tait difficile d'avoir recours leur arme favorite : en faire un mauvais musulman. Malgr la dtrioration de leurs relations, Al Sissi a longtemps tent d'apaiser le corps des officiers, exaspr (comme tout le monde) par les Frres. Pour cela, il a tent d'obtenir des Frres des gestes. Et un moment, au plus tard fin avril, il a compris que c'tait peine perdue.

- Est-il vrai que le gnral Al Sissi avait commenc comploter contre le pouvoir de Morsi ds sa nomination comme ministre de la Dfense ?

Bien sr que non. C'est un des mensonges des Frres, qui ne veulent pas admettre leurs erreurs et encore moins reconnatre leurs crimes. Al Sissi est pratiquement le dernier officier suprieur s'tre converti l'ide d'un coup d'Etat. Il tait conscient des risques et, comme tout le monde, son premier choix tait de pousser les Frres musulmans tre plus consensuels, se modrer, renoncer leurs desseins totalitaires.

- Au-del du rejet massif de Morsi par les Egyptiens, existait-il antrieurement des divergences entre l'arme et le prsident Morsi ? Lesquelles ?

Oh, elles sont innombrables ! Elles se rsument ainsi : l'arme est nationaliste, les Frres sont une organisation internationale, internationaliste, qui ont une aversion pour les Etats-nations et veulent rtablir le califat. Plus ponctuellement, l'arme ne se battra pas pour Hamas et ne mettra pas en danger un centimtre carr du sol gyptien pour ce dernier. Bref, l'arme considre que les Frres mettent en danger l'Etat et son intgrit territoriale. Ensuite, si les Frres et l'arme ont en commun une certaine mfiance l'gard des coptes, des libraux et des marxistes, la seconde les accepte comme citoyens faisant partie de la nation gyptienne, alors que les Frres non.
L'arme voyait en la dmocratie une manire de stabiliser la situation intrieure. Les desseins totalitaires Frres, leurs pratiques, leur enttement ont accentu la polarisation et ont men le pays au bord de la guerre civile.


- Beaucoup s'interrogent sur le personnage du gnral Al Sissi. Quel est le profil idologique de ce gnral ? Un Pinochet ou plutt un Chavez ?

Trop tt pour le dire. A priori ni l'un ni l'autre. Il peut tre le Pakistanais Zia El Haq ou Kemal Ataturk, voire Nasser ou encore Siwar Al Dhahab ou autre. Il serait difficile de se prononcer de manire dfinitive en ce moment. On sera fix dans quelques mois ou quelques annes.

- La polarisation extrme qui domine l'Egypte pourrait-elle conduire mettre le pays sous la botte de l'arme et voir se reconstituer les anciens appareils scuritaires aux mthodes effroyables ?

Oui et non. Oui, les choix des Frres musulmans, utilisation des milices et le recours la violence aveugle et terroriste donnent clairement une raison d'tre aux organismes scuritaires. Mais je crois que la situation, terme, a radicalement chang par rapport l're Moubarak. Le peuple gyptien s'est lev. En voyant les mobilisations cest un peuple qui ne retournera plus chez lui. Et s'il le fera, ce sera temporaire. Rien ne sera contre la jeunesse gyptienne. Et si elle ne sait pas encore gouverner, elle sait faire tomber un pouvoir.

- Les Frres musulmans sont accuss de jouer la politique du pire. Ne pensez-vous pas que l'arme est aussi dans la mme logique en poussant la radicalisation ?

L'arme n'a pas intrt jouer la politique du pire. Les Frres si. Par contre l'arme et, il ne faut pas l'oublier, l'appareil d'Etat et la grande majorit de la socit civile, sont dans une guerre contre les Frres qui n'est pas seulement matrielle, mais aussi psychologique. Et les adversaires des Frres disent ces derniers : Vous dites que vous n'avez pas de limites, nous sommes capables de ne pas en avoir. Vous voulez une escalade, vous l'aurez. Il faut savoir que deux Egyptiens sur trois ont approuv le comportement des autorits dans l'affaire de Rabaa Al Adayiwa et quatre sur cinq ont approuv le coup d'Etat.

- De nombreux analystes ont longuement dissert sur l'institution militaire, son poids conomique et ses pouvoirs politiques considrables. Quelle est finalement la doctrine de cette arme, quelle est sa vraie nature ?

La doctrine de l'arme est qu'elle est le bras de l'Etat et du peuple gyptien, le corps qui veille sur eux et sur les frontires ; elle dteste ouvrir le feu sur le peuple. Dans les faits, elle a toujours veill se dissocier des affaires civiles et tre aussi indpendante que possible du pouvoir, avec des dosages diffrents selon son accord ou son dsaccord avec ledit pouvoir. Sa grande autonomie, rendue possible par plusieurs facteurs, dont son empire conomique, sera un problme dans une dmocratie, mais quand vous avez un rgime inique, cette autonomie fait de l'arme le rempart, le protecteur, le bouclier de la population, surtout si cette dernire se soulve massivement.

- Dans cette guerre arme contre Frres ne pensez-vous pas que c'est le processus dmocratique qui prend un srieux coup et qu'au final, les aspirations de la rvolution (pain, libert et dignit humaine) seront mises en veilleuse ?

On verra bien. Le risque est trs rel. Mais la flamme de la rvolution ne s'teindra pas. Bon, disons les choses plus prosaquement : le pays veut la dmocratie. Mais il n'a pas confiance, juste titre, dans ses reprsentants civils et il risque fort de vite cesser de faire confiance aux militaires si ces derniers ne font pas trs attention. Il n'y a pas de forces politiques civiles organises, hormis la confrrie des Frres musulmans. Mais les Egyptiens, pour l'instant, ne veulent plus de cette dernire, qui s'est avre profondment hostile la dmocratie. Cette situation multiplie les possibilits.
Mais l'heure est la neutralisation des branches armes des Frres. Les Egyptiens aviseront aprs ; ceux qui pensent qu'ils sont fatigus ou qu'ils se fatigueront tt ou tard le pensent depuis plus de deux ans et demi. Ils se sont toujours tromps.


Hacen Ouali

El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le gnral Al Sissi a t le dernier officier se retourner contre Morsi




12:23 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,