> >

[] [ ]

Bouteflika,Gaid Salah et le DRS, Toute la vrit sur les mensonges de cet t

(Tags)
 
LAlgrie est dtermine riposter toute tentative de dstabilisation Emir Abdelkader 0 2013-08-18 03:40 PM
Retour au calme dans toute lEgypte Emir Abdelkader 0 2013-08-15 02:25 PM
Bouteflika de retour Emir Abdelkader 0 2013-06-25 02:50 PM
Maurice Audin : enfin la vrit ? Emir Abdelkader 0 2013-02-04 03:16 PM
La vrit de Leila Trabelsi, Emir Abdelkader 0 2012-06-28 06:31 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-09-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,966 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Bouteflika,Gaid Salah et le DRS, Toute la vrit sur les mensonges de cet t

Bouteflika,Gaid Salah et le DRS, Toute la vrit sur les mensonges de cet t



Toute la vrit sur les mensonges de cet t Le torchon brle l-haut! Avons-nous pass un t, dj depuis les annes Boumediene, sans laisser sinstaller le jeu des rumeurs et des fuites organises par certaines officines? Il est vrai que lon ne bat le fer que tant quil est chaud. Lapproche de la prsidentielle de 2014 fait saliver tout un monde qui a bti son existence et sa fortune sur lintox et la dsinformation. Lt 2013 na malheureusement pas chapp la rgle.
Ces tribulations algriennes crent la surprise et ltonnement jusque chez les reprsentants des chancelleries diplomatiques, accrdits Alger, qui sont harcels par leurs capitales pour avoir plus dclaircissements.
Mais qui a entretenu toute cette confusion mdiatique? Et qui profite-t-elle?
Dabord, il a suffi que le colonel Fawzi du DRS soit appel faire valoir ses droits la retraite aprs plus de quarante ans de bons et loyaux services pour que le feu prenne dans la maison Algrie. Cest ltincelle qui va provoquer lincendie. On a servi lopinion publique des affabulations. Rien que des affabulations. Na-t-on pas annonc que la Direction centrale de la communication et de la diffusion (Dccd), dont il avait la charge, a t dissoute? Que le DRS navait plus la main sur cette structure sensible qui, dsormais, selon les mmes sources, relverait de ltat-major gnral de lANP?
Ce nest pas l le premier et le dernier tir de semonce que lon cherchait adresser en cette rentre politique, que lon prdisait porteuse de tous les dangers.
Certains analystes politiques ny relevaient-ils pas, longueur de colonnes de journaux, le signe indniable que les prrogatives du DRS et de son chef commenaient tre rognes dans le but vident de le rduire un rle de simple figurant avant son vacuation dfinitive de larme pour faire place un toil proche du clan de Bouteflika?
Selon leur thorie, on a dj fait basculer dans le vide sidral la Statue du Commandeur. Le lendemain, on enfourchait les trompettes pour annoncer que leffeuillage continuait et que lon dsapproprie, cette fois-ci, le DRS de son bras arm, savoir la Direction centrale de la scurit militaire, pour la rattacher directement ltat-major. Suivra ensuite linformation indiquant que le service de la police judiciaire du DRS est transfr la Justice militaire. Ainsi, prtendent-ils, le roi est nu!
Plus tard, on indiquera que les enquteurs de la police judiciaire du DRS relveront lavenir de la Justice militaire. Ainsi, la boucle est boucle.
Or, la ralit est biaise. Volontairement. Et dessein, celui en premier lieu dclabousser la Prsidence de la Rpublique elle-mme.
Voici la vrit, et les pseudo-analystes politiques auront tout le loisir de le constater ds prsent:
1. La Direction de la communication et de la diffusion est toujours rattache au DRS. Sous son contrle hirarchique et administratif. Son nouveau chef est le colonel Okba qui a toujours fait partie des effectifs de ce dpartement dirig par le gnral de corps darme, Tewfik.
2. La Direction centrale de la scurit militaire de larme, dirige par le gnral-major Mhenna Djebbar, est rattache ltat-major. Son nouveau patron, le gnral Lakhdar, et son quipe sont issus du DRS. Cest pour assurer une meilleure perfor-mance dans lacheminement direct et rapide du renseignement militaire que cette direction est transfre ltat-major. Sur le thtre doprations, cette rorganisation permettra de raliser un gain de temps et defficacit, quand on sait le nombre important doprations qui sont menes nos frontires orientales (Tunisie et Libye) et dans la partie mridionale frontalire avec le Mali. Cette rorganisation permettra dsormais, grce des moyens techniques sophistiqus grs par un personnel form aux techniques de pointe de dernier cri, dintervenir en nimporte quel point du territoire national dans le moindre temps possible en recourant laviation militaire ou nos troupes terrestres. La dgradation de la situation scuritaire chez nos voisins tunisiens et libyens ainsi que la surveillance des confins frontaliers avec le Mali et le Niger ont t lorigine de cette initiative de renforcer la scurit nationale jusque dans sa profondeur stratgique. Aujourdhui, nos troupes (mer, terre et air) sont dotes dun matriel performant que nos chefs militaires entendent mettre au service de la dfense de la souverainet nationale.
Des pays comme les Etats-Unis, la France ou la Russie ont, depuis de longues annes, rattach le renseignement militaire leurs tats-majors et cr des structures dintervention rapide. Le meilleur exemple que lon peut citer reste celui qui existe travers les bases amricaines dans le monde. La professionnalisation de lANP exige, aujourdhui plus que jamais, de se mettre au diapason des grandes armes dans le monde.
3. Le service de la police judiciaire du DRS, transfr aujourdhui la justice militaire, est constitu de juristes et dlments chargs de finaliser les dossiers quils reoivent des enquteurs du DRS. Autrement dit, ce ne sont pas ces hommes ayant enqut sur les grandes affaires de corruption, comme celle de Sonatrach, qui ont t muts aux services de la Justice militaire. Ces enquteurs relvent dun autre service. Le DRS continue de compter parmi ses effectifs tous ces hommes qui ont pour mission dinvestiguer dans divers domaines, comme celui des dysfonctionnements dans lconomie ou de certaines institutions. Le DRS na pas t dpouill de ses prrogatives. Cette restructuration reste induite par les changements et les bouleversements que connat la scne rgionale. Le Prsident Bouteflika, qui est le commandant suprme des forces armes et ministre de la Dfense nationale, a pris bras-le-corps ce dossier. Les diffrentes audiences quil a accordes M.Gad Salah et que la tlvision a relayes, attestent du suivi quotidien quil a investi pour atteindre tous ses objectifs.
4. La relation Prsidence de la Rpublique-DRS demeure une relation quotidienne, constante et suivie par des contacts, des changes dinformations et de consultations. Elle na subi ni rvision, ni dtrioration dans les rapports entre le Prsident et le gnral Tewfik, ni changement dans la nature des mthodes de travail.
Les spculations relayes par certains mdias sur un prtendu bras de fer ou diffrend opposant les deux hommes ne sont en fait que le produit imaginaire de ceux qui nont pas fini de se bercer dillusions et qublouissent, lapproche de la prsidentielle, les feux du pouvoir.
Le DRS na jamais cherch trouver ou proposer un quelconque candidat la prsidentielle de 2014 ou tirer le tapis sous les pieds de lactuel Prsident. Sa mission est clairement dfinie par linstitution laquelle il est rest hirarchiquement rattach, savoir le ministre de la Dfense nationale. Autrement dit, le DRS na pas pour fonction dtre le faiseur de roi.
Il na aucune prtention, de ce fait, vouloir ou prtendre mme influer sur le choix politique du futur prsident de la Rpublique tel que certains sobstinent lui prter lintention.
5. En cette mi-septembre 2013, lAlgrie a sombr dans laffabulation et le mensonge. La maladie du Prsident, qui se remet rapidement de son accident cardiovasculaire, a offert loccasion une lite cupide qui foisonne, dans le paysage mdiatique algrien, dlaborer sa propre thorie. Celle qui consiste pourrir latmosphre entre le Prsident et ses collaborateurs. Dans toutes ces confusions hystriques, elle sme le trouble pour abattre la Rpublique dans un contexte rgional et international marqu par des crises et des conflits politiques, en esprant en tirer profit et en poussant lAlgrie au comble du doute. Crer, susciter le trouble pour enfin dcider, in fine, du sort dun personnage politique fut-il le prsident de la Rpublique, lu de tout un peuple. La culture du syndrome du coup dEtat permanent la conduite y dceler ce quelle croit tre les premires fissures qui commencent fragiliser les murs de la maison Algrie. Pour elle, Bouteflika sest mis en mode veille, et cela lui suffit pour appeler lapplication de larticle 88 de la Constitution et bousiller le moral des Algriens. La confusion et les intrigues mdiatiques, sciemment entretenues dans ce but, sont sa stratgie. Mais cest la stratgie du pire!
Aujourdhui, par ses mdisances qui font recette dans certains cercles politiques et litistes, elle veut carrment se substituer au choix du peuple. Elle parle de clan prsidentiel la place de partisans du Prsident en dsignant du doigt son proche entourage dont son frre Sad auquel elle fait le reproche davoir fait main basse sur le pouvoir et de stre rig en vrai rgent de la Rpublique. Un vrai imperator, selon eux. Sad Bouteflika est le conseiller du prsident de la Rpublique. O est le mal? Il nen est pas le prince hritier. Les Franais, dabord, sous Mitterrand, lui avaient-ils contest son choix de faire de son fils Jean-Christophe son conseiller spcial au point mme quils ont fini par le surnommer, le temps aidant, Papa ma dit? La Ve Rpublique franaise na pas fait pour autant naufrage. Sous Chirac, sa fille
Claude, nomme, elle aussi, conseiller spcial charge de la communication durant ses deux mandats successifs, na pas provoqu toute cette charge de haine recuite que subit Sad Bouteflika. Pourquoi?
Tout simplement, les Franais ont trouv normal que pour grer des affaires sensibles, le prsident de la Rpublique pouvait recourir un homme de confiance et dont la loyaut ne pouvait prter quivoque. Toute campagne dclenche contre le clan prsidentiel ne recle-t-elle pas lvidence la peur, pour cette lite, de le voir rempiler pour un quatrime mandat?
Diaboliser Sad Bouteflika ne reviendrait-il pas mpriser le choix souverain du peuple si, en 2014, celui-ci dcidait de renouveler sa confiance au prsident sortant? Dmocratie, avez-vous dit? Que faites-vous de vos prches pour la libert du peuple de choisir les dirigeants quil veut?
Les Algriens veulent vivre dans une Rpublique apaise. LAlgrie de Bouteflika na pas subi les drames qui ont ensanglant le Monde arabe depuis plus de deux ans. Ne devrions-nous pas plutt nous rjouir davoir t pargns par les dmons de la discorde au lieu de vouloir remuer les cendres du pass et de sa fitna qui nous a cot 200.000 morts? Jusqu quand et par quel miracle, pensons-nous tre labri des alas et des tragdies que rserve souvent lHistoire aux peuples?
Toute cette hystrie ressemble trangement du braconnage politique.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Bouteflika,Gaid Salah et le DRS, Toute la vrit sur les mensonges de cet t




04:27 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,