> >

[] [ ]

Le 22 octobre 1956, lavion des dirigeants du FLN dtourn , Premier acte de piraterie international

(Tags)
 
Le 17 octobre 1961 paris, Il y a 52 ans, des Algriens se faisaient massacrer Emir Abdelkader 0 2013-10-17 11:17 AM
Evenements dOctobre 1988... Emir Abdelkader 0 2013-10-06 03:04 PM
Le roi de Jordanie dmolit les dirigeants du Proche-Orient Emir Abdelkader 0 2013-03-20 06:54 PM
17 octobre 1961 Emir Abdelkader 0 2012-10-18 02:53 PM
Liste des dirigeants de lAlgrie depuis lan 215 av J.C! Emir Abdelkader | french Forum 2 2012-04-20 11:37 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-10-23
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le 22 octobre 1956, lavion des dirigeants du FLN dtourn , Premier acte de piraterie international

Le 22 octobre 1956, lavion des dirigeants du FLN dtourn , Premier acte de piraterie internationale commis par la France




Ce fut le premier acte de piraterie internationale ayant concern un avion civil de transport de voyageurs, dtourns de sa destination. Il a t commis par la France coloniale.
Le 22 octobre 1956, un avion de la compagnie Air Atlas, qui transportait de Rabat Tunis cinq dirigeants du FLN (Ben Bella, Khider, Lacheraf, Boudiaf et At Ahmed), est intercept en plein vol par laviation franaise qui le contraint de se poser Alger o les cinq historiques sont faits prisonniers. Cette uvre machiavlique restera grave a jamais dans les annales de lhistoire mondiale de laviation.
Le 22 octobre 1956, Ahmed Ben Bella et plusieurs chefs historiques du FLN ont longuement discut avec le sultan du Maroc Mohammed V et son fils le prince Hassan, Rabat. Le sujet portait essentiellement sur la confrence de Tunis quils devaient rejoindre. Alors que les cinq chefs historiques du FLN sapprtaient prendre place bord du mme avion que le sultan Mohammed V, les autorits marocaines leur imposent un changement de programme de dernire minute. Le roi prendra un avion spcial qui survolera lAlgrie, et les autorits marocaines mettront la disposition des dirigeants du FLN, un DC3 de la compagnie Air Atlas, qui, transportait, aussi, un grand malade dont lhospitalisation tait prvue Tunis mme ainsi que deux journalistes franaises appeles couvrir les travaux de lventuelle runion maghrbine dans la capitale tunisienne entre Mohammed V et le prsident Bourguiba avec la participation de la Dlgation extrieure du FLN.
Au dpart, lavion a pris du retard, sans raison apparente, mais aprs le dcollage, lavion atterrit dabord aux Balares, escale non prvue. Ce que certains ont attribu aux tractations qui eurent lieu en ce temps l, entre les membres de lquipage et Alger. A 16 heures, la dcision de passer laction fut prise, par Robert Lacoste, ministre-rsident en Algrie, avec laval du prsident du conseil Guy Mollet. Pour viter dattirer la mfiance des passagers, lhtesse de lair soccupe deux, ferme les rideaux et joue aux cartes avec les membres du FLN. Pendant ce temps, lavion tourne en rond pour arriver Alger lheure prvue pour Tunis.
A la nuit tombante, le DC3 foule le tarmac de larodrome dAlger. Lquipage franais et lhtesse de lair complice quittent lappareil aprs avoir teint les lumires intrieures.
Cela tant, de nos jours encore, la responsabilit de cet acte de piraterie divise encore les historiens. Entre ceux qui le mettent lactif des seules autorits coloniales, notamment aux services spciaux franais infiltrs au Maroc qui alertrent Alger, qui a aussitt pris la dcision dintercepter lavion transportant les dirigeants du FLN.
Revenant pour sa part sur cet vnement, lhistorien et journaliste Hassanine Haykel accuse directement le Maroc dtre de mche avec les autorits coloniales, auxquelles elles auraient remis les chefs historiques. Un avis que partage Ahmed Ben Bella dans son tmoignage fond sur le fait que lquipage de lavion dAir Atlas tait entirement franais, du commandant de bord Gaston Grellier lhtesse de lair Michle Lambert. Mais lquipage de lavion, qui tait exclusivement au service de lEtat marocain, ne pouvait certainement pas rsister aux injonctions des autorits franaises de drouter le DC3.
Selon les tmoignages dAhmed Ben Bella, il tait prvu que nous nous runissions Madrid et non au Maroc afin dtudier les rsolutions du Congrs de la Soummam. At Ahmed venait dAmrique et nous allions, Khider et moi, partir Madrid alors que nous tions galement sur le point de tenir une rencontre officielle Tunis runissant les Marocains, les Tunisiens et les Algriens.
En route pour Madrid, jai entendu dire quHassan II stait galement rendu Madrid en laissant son groupe quon avait fait entrer au Maroc. Il tait prvu que nous ny allions pas. Il tait prvu que moi je me rende Tunis aprs, et que de l-bas je retourne Tripoli afin que Bahi Legrane nous fasse entrer en Tunisie et que le roi Mohammed V vienne seul .
Sagissant du changement de lavion, il soutiendra qu il tait prvu que nous prenions le mme avion que le roi Mohammed V et que celui-ci ne survole pas lAlgrie, mais la mer sans rentrer dans lespace arien. Mais la veille du voyage, nous avons t informs que le roi serait accompagn de son pouse, ce qui signifiait que nous ne voyagerons pas bord du mme avion. Je ne vous cacherai pas que javais un pressentiment et mes pressentiments ne mont jamais trahi.
Jtais donc hsitant tel point que le groupe me demanda : Pourquoi as-tu des doutes sur cette affaire? Jai rpondu : Non, laffaire ne me plat pas. Comment vont-ils venir nous prendre ? Je ne suis pas rassur.
Le lendemain dans lavion qui devait nous amener Tunis, nous avons trouv des passagers. Puis, ils nous ont dit quils avaient fait erreur, car cet avion allait Oran. Nous sommes donc descendus et ils nous ont emmens vers un autre avion. Nous sommes monts bord et il sest pass ce qui sest pass. Lavion survolait la mer et au milieu de locan, un autre avion lui ordonna datterrir .
Selon le tmoignage, laffaire tait planifie. Excuse-moi, mais laffaire avait t planifie, car lavion tait marocain et le pilote tait franais. Lquipage tait entirement franais. Dans laffaire du dtournement de lavion, je le dis sans hsitation, ils nous ont vendus.
Aprs de longs et puisants interrogatoires dans les locaux de la DST Bouzarah, les cinq dirigeants historiques arrts ont t emprisonns en France, tour tour, la prison de la Sant, lle dAix, au chteau de Turquant et, Aulnoy, o ils ont t maintenus jusqu lindpendance du pays en 1962.
Mais cette arrestation des dirigeants tait loin de signer la fin dune rvolution porte bras-le-cur par tout un peuple. Ce que diront les cinq historiques face leurs bourreaux : Ce nest pas larrestation de quelques dirigeants ou responsables qui mettra fin un mouvement denvergure issu des profondeurs du peuple.
Djamel Belbey
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source




.memoria.dz
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le 22 octobre 1956, lavion des dirigeants du FLN dtourn , Premier acte de piraterie international




06:13 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,