> >

[] [ ]

Ces Algriennes qui souffrent en silence

(Tags)
 
./Quand des soldats israliens brisent le silence Emir Abdelkader 0 2013-10-23 03:16 PM
Quand des soldats israliens brisent le silence Emir Abdelkader 0 2013-10-23 03:12 PM
quand Sad Bouteflika orchestre le silence prsidentiel Emir Abdelkader 0 2013-05-21 05:14 PM
En Hak des algeriennes defilent pour promouvoir la tradition Emir Abdelkader 0 2013-03-23 02:57 PM
Lge moyen des algriennes au mariage est de 30 ans Emir Abdelkader 1 2012-06-28 08:03 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-11-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,943 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Ces Algriennes qui souffrent en silence

Ces Algriennes qui souffrent en silence

Ce samedi matin, il fait sacrment frisquet Alger. De gros nuages menaants maculent le firmament.


Mais les humeurs de la mto nont pas empch des dizaines de citoyennes et de citoyens, militants pour lessentiel dans diverses associations fminines, de faire le dplacement au parc zoologique de Ben Aknoun pour prendre part une randonne pdestre un peu spciale. Une randonne place sous le signe de la fminit, avec en toile de fond la dnonciation des violences faites aux femmes.
Les organisatrices se sont donn rendez-vous ds 9h devant le Village africain. Des affiches placardes lentre et sur les grilles du zoo arborent un visage de femme contrite, la bouche billonne par une main virile. Demain, rappelons-le, cest la Journe internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Aussi, plusieurs associations ont-elles fdr leurs nergies pour honorer cette date : le rseau Wassila-Avife, lAssociation pour lmancipation de la femme (AEF), Bnet Kahina, lAssociation algrienne pour la planification familiale (AAPF), lAssociation femmes en communication (AFC) et lassociation Rachda.

Pour laspect technique, la randonne a t soigneusement encadre par la Fdration algrienne dathltisme dont la contribution la russite de cet vnement est saluer. Ainsi, plutt que de clbrer cette journe huis clos, dans une salle de confrence, ces associations ont eu la lumineuse ide de faire cela en plein air. Et cela a t revigorant tous points de vue.
Les participant(e)s sont repartis les poumons bien ramons, lespoir ranim et les accus rechargs bloc. Au final, mme le ciel a t solidaire et la mto clmente.


Bol dair et coup de gueule

Pour les besoins de la vire pdestre, les participants se sont mis, pour nombre dentre eux, en tenue de sport, limage de la ptillante Salima Sahraoui-Bouaziz, glorieuse moudjahida pleine de verve et de vie. Plusieurs dentre eux brandissaient fanions et affiches. Dans le lot, des militantes fministes de la premire heure, des jeunes, des enfants, des hommes aussi, parmi lesquels Chawki Salhi. Une belle image de solidarit, en somme. Mais moins belle, hlas, est la condition fminine sous nos latitudes. Une situation que dnonceront vigoureusement les organisatrices avant le coup denvoi de la randonne.

Hisse sur une chaise, Soumia Salhi, prsidente de lAEF et par ailleurs prsidente de la Commission nationale des femmes travailleuses au sein de lUGTA, sera la premire intervenir. Elle rend demble hommage toutes celles qui ont bris le silence, qui ont pouss un cri pour tmoigner de leur souffrance. Soumia Salhi ne manquera pas de souligner la continuit de la lutte des femmes, entre les combattantes dhier et les battantes daujourdhui. Elle dira : Cette halte se veut aussi un hommage nos moudjahidate et toutes les femmes martyres, parce que cette initiative sinscrit galement dans le prolongement de la clbration du cinquantenaire de lindpendance. Cest donc aussi un geste de reconnaissance envers les moudjahidate dhier et les militantes daujourdhui, pour dire que les femmes algriennes sont toujours debout.
La prsidente de lAEF est entre ensuite dans le vif du sujet en dtaillant, chiffres lappui, les terribles violences qui martyrisent les femmes dans notre socit : Tout le monde sait quen Algrie et dans le monde, des milliers de femmes meurent des suites des violences quelles subissent, de la part de leurs proches dans la majorit des cas. En France, toutes les 7 minutes une femme est viole et tous les deux jours une femme dcde des suites des violences subies. En Algrie, 5797 plaintes pour violence ont t dposes auprs des services de la Gendarmerie nationale en 2012, indique-t-elle, en prcisant que 261 femmes sont dcdes suite ces agressions. On apprend galement que 297 femmes ont t violes en 2012. Citant des statistiques de la DGSN, Mme Salhi ajoute que prs de 7000 cas dagression contre les femmes ont t recenss durant les neuf premiers mois de 2013, dont 200 viols. Ces violences ont cot la vie 27 femmes.
Et ce ne sont l que les cas dclars o les femmes ont eu le courage de porter plainte, fera remarquer Mme Salhi. Il existe malheureusement un trs grand nombre de violences tues. Et dappeler une mobilisation gnrale de la socit pour que cela cesse. Soumia Salhi insiste sur le combat qui doit aussi se poursuivre sur le terrain du droit : La loi doit signifier linterdit. Nous considrons que la lgislation actuelle est insuffisante pour traiter ce phnomne (). On demande ce que le code pnal soit amend, quil y ait des procdures efficaces, martle-t-elle. Loratrice a rappel la campagne mene depuis 2010 pour faire voter une loi-cadre criminalisant toutes les violences faites aux femmes. Une quarantaine de dputs ont sign en faveur de ce projet de loi. Le projet a t approuv par le bureau de lAssemble sous lancienne lgislature, dit-elle. Ce rassemblement, cest aussi un plaidoyer pour ractiver ce texte, relancer les dputs et faire adopter cette loi. Nous disons quil faut revoir larsenal juridique algrien pour prendre rellement en charge cette problmatique de la violence, a conclu la prsidente de lAEF.

La femme est plus en danger dans le foyer

Lemblmatique Fadhila Boumendjel-Chitour, cofondatrice du rseau Wassila et vice-prsidente de lAssociation daide aux victimes femmes et enfants (Avife), prendra ensuite la parole pour interpeller, avec nergie, le pouvoir politique et la socit sur cette question. Elle rappelle dabord que cette journe, entrine par lONU, a t institue suite lexcution de trois Latino-Amricaines victimes de la dictature militaire. Mais il ny a pas que la violence politique qui devrait tre dnonce, assne Mme Chitour. Il y a une violence bien plus perfide et sournoise qui est la violence ordinaire, la violence domestique, la violence conjugale, la violence familiale, la violence dans les foyers, numre-t-elle. Et ajoute la violence symbolique et institutionnelle. Fadhila Chitour sattarde surtout sur lampleur de la violence domestique : Il ne faut pas oublier que lendroit du monde o la femme est le plus en danger, cest dans lintimit du foyer o, sous prtexte quon est dans une sphre prive, disparat compltement la protection de la loi. Lhonorable professeure de mdecine dnonce, au passage, limpunit totale dont jouit le mari.

Cette commmoration, pour nous, aujourdhui, cest pour crier quil faut mettre un terme cette impunit, quil ne faut plus quon considre que la violence conjugale est une affaire prive. Il faut mettre de la loi, de la sanction, dans cette insupportable violence quest la violence conjugale, appuie-t-elle. Et de plaider pour que la violence conjugale devienne un dlit. Pour elle, la loi-cadre voque par Soumia Salhi doit tre une loi qui englobe des mesures de protection pour la femme et ses enfants. Elle regrette que depuis 2012, rien nait boug. On veut exhorter la socit civile et les institutions pour que ce texte de loi avance, pour quil soit dbattu et adopt, insiste-t-elle. Mme Chitour souligne aussi limportance du caractre sportif de cette initiative dont lun des objectifs, dit-elle, est de faire bouger le corps des femmes, ce corps entrav qui, dans lintimit des foyers, est souvent tortur, meurtri, malmen et qui a besoin de sadonner une activit saine et panouissante pour respirer. Fadhila Chitour exhorte mme les femmes envahir les stades. 


Mustapha Benfodil




El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Ces Algriennes qui souffrent en silence




06:35 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,