> >

[] [ ]

le Roi cherche le soutien dObama

(Tags)
 
Sahara occidental : la 4e commission de lONU ritre son soutien loption de lautodtermination Emir Abdelkader 0 2013-10-17 05:06 PM
Repre : quand Obama se dgonfle Emir Abdelkader 0 2013-10-02 03:48 PM
Que cherche le Maroc en Afrique ? Emir Abdelkader 0 2013-05-21 05:05 PM
Syrie : Lmir du Qatar, la plus grande banque de soutien au terrorisme de la rgion Emir Abdelkader 0 2013-03-28 03:31 PM
la France coloniale cherche punir lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-01-12 03:12 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-11-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
le Roi cherche le soutien dObama

Mohammed VI en perte de vitesse sur le dossier du sahara occidental

le Roi cherche le soutien dObama

Le prsident Barack Obama a reu pour la premire fois, hier soir la Maison-Blanche, le roi du Maroc Mohammed VI pour des discussions consacres officiellement la scurit et lconomie l Il ne fait pas de doute, selon les observateurs, que cette rencontre a galement concern le dossier du Sahara occidental qui mobilise actuellement les inquitudes de Rabat.


Arriv mardi Washington, le monarque alaouite, Mohammed VI, a t reu, hier en dbut de soire, la Maison-Blanche par le prsident Obama pour des entretiens consacrs en particulier la scurit et lconomie. Barack Obama a lintention de discuter avec son hte de la lutte contre le terrorisme, le soutien aux transitions dmocratiques et la promotion du dveloppement conomique au Moyen-Orient et en Afrique, ainsi que du soutien amricain aux rformes dmocratiques et conomiques du Maroc, avait annonc la Maison-Blanche quelques heures avant la rencontre.
Peu de temps avant les entretiens entre les deux chefs dEtat, la Maison-Blanche a affirm que le plan marocain dautonomie du Sahara occidental tait ses yeux srieux, raliste et digne de foi. Ce plan reprsente une approche potentielle qui peut satisfaire les aspirations des habitants du Sahara occidental pour diriger leurs propres affaires, dans la paix et la dignit, a dclar le porte-parole de lExcutif amricain, Jay Carney.
Mohammed VI, qui avait reu dans sa rsidence Washington, mercredi, le chef de la diplomatie US, John Kerry, et le secrtaire la Dfense, Check Hagel, semploie sans doute obtenir du prsident amricain au mieux un soutien, au pire de lever le pied sur la question des droits de lhomme et particulirement sur le dossier sahraoui.
Considr depuis des dcennies comme un alli stratgique dans la rgion, les Amricains ne vont pas jusqu prendre le risque de lcher le Maroc, mais les violations des droits de lhomme au Maroc et le blocage du rglement du conflit sahraoui embarrasse de plus en plus Washington. Do les rappels lordre formels et informels des Amricains. Un roi qui ne se gne pas pour pitiner les droits de lhomme et bloque la rsolution du conflit du Sahara occidental devient embarrassant pour lAdministration Obama soucieuse de paratre la pointe du combat dmocratique.
Si Mohammed VI tentera de rebondir diplomatiquement la faveur de ce dplacement aux USA, il y a fort parier que Washington ne lui accordera pas un blanc-seing. Si pour les Amricains, le Maroc est un alli majeur non OTAN, lAlgrie nest pas non plus un ennemi. Les diplomates de Washington sont soucieux de ne pas fcher les deux pays. En somme, le voyage amricain du monarque alaouite intervient dans un contexte diplomatique jug tendu et froid entre les deux pays. Ces deux dernires annes ont t mailles daccrocs srieux entre Washington et Rabat, lis essentiellement au dossier du Sahara occidental. Une srie de crises que le roi du Maroc aura du mal effacer le temps dune audience au bureau ovale.
Accrocs entre Washington et Rabat
En effet, lpisode davant la runion du Conseil de scurit o la reprsentante des Etats-Unis, Susan Rice, avait agit la menace dune proposition visant largir la Mission des Nations unies pour lorganisation dun rfrendum au Sahara occidental (Minurso) la surveillance des droits de lhomme dans les territoires occups, avait plomb la monarchie qui, jusque-l, stait assure un soutien sans faille de la Maison-Blanche sur le conflit sahraoui. Le palais royal a t dsaronn par cette preuve et a senti le vent tourner, redoutant un lchage de Washington. Il faut dire que depuis la nomination de John Kerry la tte de la diplomatie US, le dossier sahraoui trouve de plus en plus dchos et gagne des soutiens dans les milieux politiques amricains. Le dpartement dEtat a t sensible aux multiples appels lancs par le Centre Kennedy pour la justice et les droits de lhomme (CKJDH), une ONG influente qui a pu sensibiliser les responsables amricains au sujet du Sahara occidental.
Kerry Kennedy, prsidente du CKDHJ qui a effectu une mission, lan pass, dans les territoires sahraouis occups, avait constat lampleur des violations des droits humains dont les forces royales se sont rendues coupables. De retour aux Etats-Unis, elle a publi un rapport accablant sur les violations massives des droits de lhomme dans les territoires occups. Saisissant la visite du roi du Maroc Washington, Mme Kennedy a appel John Kerry inviter Rabat accepter la solution du rfrendum pour permettre au peuple sahraoui dexercer son droit lautodtermination, regrettant que la Minurso soit la seule mission de maintien de la paix des Nations unies ne pas disposer dun mandat de surveillance des droits de lhomme. Elle a galement exhort le secrtaire dEtat placer imprativement le dossier du Sahara occidental en tte des priorits de la diplomatie amricaine.
Les violations rcurrentes des droits de lhomme dans les territoires sahraouis occups ont souvent fait ragir des leaders politiques outre-Atlantique. La dernire raction en date et pas des moindres est celle de deux influents snateurs : le rpublicain James Inhofe de lOklahoma et son collgue dmocrate Patrick Leahy du Vermont qui, dans une lettre au prsident Barack Obama, lui demandent dvoquer la question des droits de lhomme avec le roi du Maroc : Nous vous adressons cette lettre pour vous demander dexaminer la question des violations incessantes des droits de lhomme au Sahara occidental avec le roi marocain Mohammed VI au cours de sa prochaine visite aux Etats-Unis. Tenant compte des rapports tablis par les organisations de dfense des droits de lhomme, les snateurs ont appel le prsident Obama saisir loccasion de la venue de Mohammed VI pour le presser de cesser son opposition la cration dun mcanisme de surveillance des droits de lhomme au sein de la Minurso.
Autre lment de crise entre Washington et Rabat envenimant un tant soit peu les relations dites damiti : lincident diplomatique provoqu par le retrait de confiance lenvoy spcial du secrtaire gnral de lONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, en mai 2012. Ctait un accroc srieux non seulement entre le Maroc et lONU, mais aussi avec les Etats-Unis. Washington a apport son soutien C. Ross et a impos au Maroc de revenir de meilleurs sentiments.
Il reste que ces couacs relvent plus de lagitation diplomatique bien circonscrite. Pour de nombreux diplomates, Washington juge cyniquement que le Sahara occidental est un conflit de basse intensit qui ne ncessite pas une mobilisation importante. Mais, aux yeux de lopinion mondiale, il sagit dun peuple soumis une occupation militaire par un pays tranger depuis des dcennies.

Hacen Ouali



El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

le Roi cherche le soutien dObama




01:21 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,