> >

[] [ ]

Tunisie : prison avec sursis pour un rappeur et une journaliste

(Tags)
 
Tunisie : 8 soldats tus lors daffrontements avec des terroristes Emir Abdelkader 0 2013-07-30 03:15 PM
Tunisie : Amina risque de six douze ans de prison Emir Abdelkader 0 2013-05-31 05:58 PM
7 ans de prison pour chacun des anciens maires FFS de Tizi Ouzou Emir Abdelkader 0 2013-03-17 02:35 PM
Qatar : 15 ans de prison en appel pour un pote critique du rgime Emir Abdelkader 0 2013-02-25 03:43 PM
Prison avec sursis pour des voyous de la LDJ Emir Abdelkader 0 2012-06-18 08:09 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-11-26
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Tunisie : prison avec sursis pour un rappeur et une journaliste

Tunisie : prison avec sursis pour un rappeur et une journaliste

L'avocat de la journaliste franco-tunisienne Hind Meddeb et du rappeur tunisien Aymen Fekhi, dit Men-Ay, a annonc que ses deux clients ont t condamns lundi quatre mois de prison avec sursis notamment pour outrage des fonctionnaires. Un second rappeur, Moustapha Fakhfakh, dit "Mr Moustapha", a lui t relax.
La journaliste franco-tunisienne Hind Meddeb, le rappeur tunisien Aymen Fekhi, qui taient jugs pour "outrage un fonctionnaire public dans l'exercice de ses fonctions" et "atteinte aux bonnes murs", ont t condamns quatre mois de prison avec sursis. Moustapha Fakhfakh, rappeur lui aussi, a quant lui t relax par le parquet de Tunis.
"C'est une premire victoire car ils risquaient tout de mme un an et six mois de prison. Je vais discuter avec mes clients et leur conseiller de faire appel", a dclar Me Ghazi Mrabet, l'avocat de la journaliste franco-tunisienne Hind Meddeb et du rappeur tunisien Aymen Fekhi. Mais "la dcision de faire appel revient mes clients", a-t-il ajout.
L'avocat a galement exprim sa satisfaction sur Facebook :



Les trois prvenus ont t poursuivis la suite de heurts en juin dernier la sortie d'un tribunal entre policiers et partisans du rappeur Weld El 15, condamn l'poque pour une chanson insultant la police.
Prsente dans la salle d'audience, la journaliste Hind Meddeb tait accuse d'avoir insult alors les fonctionnaires de police et Men-Ay d'avoir invectiv les policiers dans la rue lors des affrontements.
"Mustapha, Aymen et moi sommes ici pour donner un signe de bonne foi, nous estimons que nous n'avons rien nous reprocher", a dclar Hind Meddeb, lundi matin avant le procs.
Devant le juge, les deux rappeurs ont pour leur part clam leur innocence, tandis que la journaliste a reconnu avoir lanc des insultes le jour des heurts, mais a assur que cela "n'tait pas adress" la police ou la justice.
L'avocat de la dfense avait demand "un non-lieu pour tous les accuss", soulignant notamment que Hind Meddeb avait t interroge par la police sans qu'un interprte ne soit prsent alors qu'elle ne "parle pas l'arabe".
Les rappeurs dans le collimateur
Ce procs est un nime pisode des relations tumultueuses entre les rappeurs et la justice tunisienne depuis la diffusion au printemps de la chanson du chanteur Weld El 15 "Les policiers sont des chiens".
>> À lire aussi : Tunisie : la rappeur Klay BBJ a t acquitt en appel
À chaque fois, les accuss ont t condamns en premire instance de lourdes peines, avant que celles-ci ne soient considrablement allges, voire mme annules en appel.
Clip de Weld el 15.
Weld El 15, en cavale depuis sa condamnation dans le cadre d'une deuxime affaire 21 mois de prison, doit tre rejug le 5 dcembre. Son co-accus, le rappeur Klay BBJ a lui t relax lors d'un autre procs.
Prs de trois ans aprs la rvolution, la police, la justice et le gouvernement dirig par les islamistes du parti Ennahdha sont rgulirement accuss par les ONG et l'opposition de chercher juguler la libert d'expression acquise aprs le soulvement.
Aucune rforme de fond du systme judiciaire et des forces de l'ordre n'a t entreprise depuis la chute du rgime autoritaire de Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011.


(Avec AFP)


jeuneafrique1



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Tunisie : prison avec sursis pour un rappeur et une journaliste




08:54 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,