> >

[] [ ]

Ce qui compte, cest de pouvoir continuer investiguer dans la recherche de la vrit

(Tags)
 
Il nest pas recherch par Interpol,Quatre arguments pour Chakib Khelil Emir Abdelkader 0 2013-09-12 04:00 PM
Pour continuer la chasse aux terroristes, la Tunisie acquiert deux drones Emir Abdelkader 0 2013-08-15 03:01 PM
Tad l'explorateur : A la recherche de la Cit perdue seifellah 0 2013-05-18 07:32 PM
lAlgrie compte plus dhommes que de femmes Emir Abdelkader 0 2013-04-18 02:58 PM
Lhomme le plus recherch dAlgrie Emir Abdelkader 0 2012-12-24 04:48 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-12-02
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Ce qui compte, cest de pouvoir continuer investiguer dans la recherche de la vrit

Patrick Baudouin : Ce qui compte, cest de pouvoir continuer investiguer dans la recherche de la vrit

Le juge Marc Trvidic, charg de lenqute sur lassassinat des sept moines de Tibhirine en 1996, a obtenu de la justice algrienne lexhumation des ttes des dfunts moines en vue dune expertise qui devrait se drouler au dbut de lanne prochaine. Par contre, selon lavocat des familles, Patrick Baudouin, le juge ne conduira pas lui-mme les auditions des tmoins. Le principe a t accept, mais cest le juge algrien charg de laffaire qui devrait en avoir la responsabilit.


- La visite du juge Marc Trvidic en Algrie fait-elle suite la rception, fin octobre, des familles des moines par le prsident Franois Hollande ?

La demande de dplacement Alger du juge Trvidic rsulte dune commission rogatoire internationale, qui a d arriver en Algrie en fvrier 2012. Comme le juge navait pas le feu vert pour se rendre en Algrie, je suis intervenu, en tant quavocat des familles, auprs du prsident Hollande, loccasion de sa visite Alger au mois de dcembre 2012, et celui-ci a abord cette question avec le prsident Bouteflika.
Lors de la confrence de presse qui avait suivi, le prsident Hollande avait indiqu que son homologue algrien lavait assur de la coopration de la justice algrienne. On pensait donc que ctait sur les rails. Et puis, le juge Trvidic a eu des contacts, mais rien ne se dessinait. Ce qui fait quau mois de juin 2013, jai publi une lettre ouverte au prsident Hollande, pour lui demander de recevoir les familles des moines, ce qui fut fait le 30 octobre. En outre, je lui ai demand dintervenir nouveau auprs des autorits algriennes. Jai eu bien sr des contacts avec lElyse pendant cette priode et, sans connatre le dtail, je sais que lElyse est intervenue. Il est certain que cette intervention a t tout fait dterminante pour que le juge puisse se rendre Alger.



- Comment les familles des moines ont-elles apprhend cette visite ?

Les familles taient demandeuses de lautopsie. Il ny en a jamais eu. Ce qui est singulirement anormal sagissant dun assassinat. Seules les ttes ont t retrouves, une autopsie aurait d tre faite.
Les familles le souhaitaient, preuve en est quelles ont accept le principe, avant la commission rogatoire, quun membre de chaque famille donne son ADN pour vrifier, avant toute autopsie, que les ttes qui sont dans les cercueils, aujourdhui Tibhirine, sont bien celles des moines. Les familles attendaient depuis plusieurs mois une rponse positive. Cest avec satisfaction quelles ont appris que lexhumation et lautopsie pourraient avoir lieu, en principe, dbut 2014.



- Le prlvement dADN dans les familles a-t-il t ralis ?

Il ny avait pas lieu dy procder tant quil ny avait pas de certitude pour le juge de pouvoir faire pratiquer cette autopsie. Cela sera fait avant le voyage. Maintenant, cest une opration lourde. Il faut dune part avoir ces ADN familiaux, ensuite il faut que les lgistes qui accompagneront le juge soient disponibles et il faudra un matriel trs sophistiqu, trs pointu, pour pratiquer cet examen presque 18 ans aprs la mort. Cela suppose des moyens dont, je crois, disposent trs peu dhpitaux.


- La visite du juge Trvidic a t relativement brve. Faut-il en tirer des conclusions ?

Je ne pense pas. Il fallait une rencontre prparatoire, ctait un pralable la suite. Que Trvidic soit rest une seule journe Alger, moi je nen tire aucune conclusion. Il fallait cette premire rencontre pour quil sache ce quil pourra faire dans quelques semaines.


- Les premires discussions ont abouti lacceptation de lexhumation prochaine des ttes et au principe de laudition de tmoins. Quy a-t-il qui naurait pas t rendu public ?

La commission rogatoire internationale du juge visait lautopsie. La rponse est positive, dont acte, on va attendre la suite. Le deuxime volet tait, pour le juge, dentendre des tmoins, une vingtaine de personnes. Le juge souhaitait pratiquer ces auditions lui-mme, accompagn dun magistrat algrien, une prsence conforme au fonctionnement de la commission rogatoire. Ce ne sera pas le cas. Ce qui est dcevant pour les familles, cest que le juge ne pourra pas mener les auditions lui-mme. Il a rencontr son homologue algrien charg de laffaire Alger et il lui a t dit que les auditions seront faites, pour autant que les personnes soient vivantes et quon puisse les retrouver, mais que ces auditions seront conduites par un magistrat algrien, puis on transmettra au juge Trvidic les procs-verbaux.
Ce nest pas la mme chose que si cest le juge Trvidic lui-mme qui posait les questions quil a envie de poser. On est un peu dus de cette absence de coopration totale sur laquelle on sinterroge. Je sais bien ce qui est invoqu, je le comprends pour avoir moi-mme lutt contre la colonisation et connaissant cette priode qui reste prsente entre lAlgrie et la France. Je sais donc ces ractions de susceptibilit, qui peuvent tre par ailleurs tout fait lgitimes envers lancien colonisateur, mais l cela na rien voir. Ces sept moines franais ont t assassins. Il y a une instruction en France Il serait lgitime que le juge franais, qui enqute sur la mort des sept moines franais, puisse accomplir les actes quil a demands dans le cadre dune coopration judiciaire entre la France et lAlgrie. Si des Algriens avaient t assassins en France, on ne soffusquerait pas de voir un magistrat dAlger venir ici dans le cadre dune instruction ouverte Alger et demander entendre des tmoins. Je ne crois pas quil y aurait de difficult, ce serait bien quil y ait rciprocit. Le juge Trvidic ma indiqu quon lui avait oppos un refus qui parat net. Les choses pourront peut-tre voluer, mais le juge Trvidic na aucun a priori. Il y a, je sais, de la part des Algriens la question darrire-penses de ce juge leur gard. Non, il vient pour chercher la vrit. Quon lui ouvre les portes. Si on ne les lui ouvre pas compltement, cela jette un peu de suspicion. Cela me parat important.


- Selon vous, les explications sur ce drame donnes depuis 1996 ne sont-elles pas suffisantes ?

Pour nous, il y a une vrit officielle qui a t constamment avance depuis par les autorits algriennes, consistant dire que les moines ont t enlevs, dtenus et excuts par un groupe islamiste.
Il y a quand mme dans le dossier, et je reste trs prudent, des lments qui tentent dmontrer que la vrit nest pas aussi simple. Il y a des doutes sur cette vrit, des interrogations. Ce nest pas nouveau. Ds le moment de lassassinat, beaucoup de journalistes, en particulier, se sont interrogs sur le droulement des faits au moment de lenlvement et ses suites. Sur lassassinat, plusieurs pistes ont t avances. Moi je nen retiens aucune, le juge non plus. Aucune nest avre, aucune nest certaine. Ce qui compte, sans a priori, cest de pouvoir continuer investiguer dans la recherche de la vrit. Jinsiste pour dire que personne, aujourdhui, naffirme que ce ne seraient pas les islamistes, il faut ouvrir les portes, quil y ait de la transparence, quon nait pas ce sentiment de blocage. 18 mois pour obtenir le feu vert pour venir Alger, cest long, il y a quelque chose qui interpelle. Alors, pourquoi autant de rticences laisser enquter un juge franais dont tout le monde connat limpartialit, lindpendance et les qualits exceptionnelles, son absence absolue da priori dans les dossiers sensibles dont il a la charge en France ?



- Le crime date de 17 ans, y a-t-il prescription ?

La prescription est interrompue ds lors quune plainte a t dpose. Lassassinat date de mai 1996 et la plainte de 2003, avec constitution de partie civile effectue en fvrier 2004. On tait donc avant le dlai de prescription qui est de 10 ans.



Walid Mebarek



'El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Ce qui compte, cest de pouvoir continuer investiguer dans la recherche de la vrit




05:55 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,