> >

[] [ ]

Benouari : Je vais permettre lAlgrie de rejoindre le club des 20 pays les plus riches de la pla

(Tags)
 
Jespre que lAlgrie fera quelque chose de bien car cest mon pays de cur (Zidane Emir Abdelkader 0 2013-12-06 09:09 PM
les nouveaux riches, combien sont-ils Emir Abdelkader 0 2013-12-02 01:55 PM
Fermeture des frontires au sud du pays : une dcision "souveraine" de lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-11-11 03:11 PM
Algrie : Ali Benouari lheure de la prsidentielle Emir Abdelkader 0 2013-10-23 04:21 PM
LAlgrie parmi les 10 pays o le cot de la vie est le moins cher Emir Abdelkader 0 2013-02-13 04:33 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-12-09
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Benouari : Je vais permettre lAlgrie de rejoindre le club des 20 pays les plus riches de la pla

Benouari : Je vais permettre lAlgrie de rejoindre le club des 20 pays les plus riches de la plante lhorizon 2033″




A quelques mois de llection prsidentielle davril 2014, une chance politique capitale pour lavenir du pays, Algrie-Focus est parti la rencontre des acteurs politiques qui ont dores et dj annonc leur candidature. Quels sont leurs projets, leurs intentions et leurs programmes ? Comment comptent-ils convaincre les Algriens de voter pour eux ? Pour rpondre ces questions, Algrie-Focus donnera la parole tous les candidats en course pour la Prsidentielle.
Ali Benouari, cet ancien ministre qui sest distingu par une riche carrire internationale, a eu lamabilit de rpondre nos questions. Ce candidat llection prsidentielle nous explicite son projet et nous parle des mesures quils comptent adopter sil est lu en avril prochain Prsident de la Rpublique algrienne.
Entretien ralis par Abdou Semmar
M. Ali Benouari, pouvez-vous dabord nous parler de vous, de votre parcours, de votre vie personnelle. Qui est-ce Ali Benouari ?
Jallais vous dire que je suis un Algrien comme les autres ! Disons tout de mme que jai eu un peu plus de chance que la plupart de nos concitoyens, notamment parce que jai pu observer le fameux village mondial de prs et travailler au contact dacteurs trs diffrents. De cet itinraire, jai normment appris et je voudrai partager ce savoir avec tous les Algriens et les Algriennes, leur profit et au service de lAlgrie. Je suis donc n en Algrie en 1951, Bougaa (Setif). Mari, je suis pre de trois enfants. Ma formation sest entirement droule en Algrie. Je suis titulaire dune Licence en Sciences politiques (1972) et dun DES en Sciences conomiques (1975). Ma carrire professionnelle a dbut la DNC/ANP, suivie de presque 3 ans de service militaire et de cinq ans la Banque Centrale dAlgrie, dans les services des changes et des marchs financiers. Jai, paralllement, exerc comme Matre Assistant lUniversit dAlger de 1976 1981.
Mon exprience professionnelle ltranger sest droule comme Directeur de trsorerie-changes et de salles de marchs dans deux groupes bancaires, saoudien et franais. Cette exprience professionnelle de 7 ans a eu lieu Paris et Genve. Jai ensuite accept de revenir au pays la veille des meutes de 1988, la demande des autorits de lpoque, qui avaient besoin de mon expertise financire pour aider le pays qui tait en proie de graves difficults financires. Jai travaill comme expert au Comit national de la dette dOctobre 1988 Fvrier 1989, puis conseiller du Ministre des finances puis de lEconomie de Fvrier 1989 Juin 1991. En Juin 1991, jai t nomm Ministre dlgu au Trsor, poste que jai occup jusqu Fvrier 1992. Je suis retourn en Suisse en Dcembre 1992, pour fonder mon cabinet de conseils financiers. Depuis jai constamment entretenu un contact troit avec le pays, sous plusieurs formes : travers des confrences et des articles dans la presse nationale, sur les thmes des rformes conomiques et financires. Dans ce cadre, jai t invit la confrence des experts, organise par la Prsidence de la Rpublique sur la dette (dbut 1994) qui a dcid du rchelonnement de la dette. En tant quacteur des reformes financires. Jai, dans ce cadre, contribu la libralisation du systme bancaire algrien en fondant et en prsidant la premire banque prive trangre en Algrie (Socit gnrale Algrie) de 1999 2004. Je monte actuellement un Fonds dinvestissements pour lAlgrie (Algeria Fund) Luxembourg. Ce Fonds est destin attirer des investissements en Algrie, dans le domaine du traitement de dchets et du financement de villes nouvelles, bases sur lutilisation intensive de techniques de dveloppement durables et sur le recours aux nergies renouvelables. Aujourdhui je suis prt et dtermin aider mon pays sortir de sa dtresse, en mengageant mettre en uvre un programme pour sauver lAlgrie.
Quel sens donnez-vous votre engagement en politique ? Et comment avez-vous prouv la ncessit de devenir politicien ?
Mon engagement en politique rsulte des valeurs que je porte. Je suis viscralement attach la libert, sous toutes ses formes. Cette conviction rsulte probablement de mon ducation, mais elle sest renforce au fil de mes tudes et de mon parcours professionnel. Je ne suis pas un adepte dun libralisme dbrid et aveugle. Mais je pense que la libert manque cruellement notre pays. La prosprit et la justice ne peuvent tre que le fruit de socits libres. Sur ces bases et sur un plan plus concret, mon analyse ma conduit conclure que la prochaine lection prsidentielle est celle de la dernire chance. Il faut en effet garder prsent lesprit que, malgr les fabuleuses ressources dont nous avons pu disposer qui sont, non le fruit de notre travail mais celui dune nature gnreuse qui nous a abondamment fourni en ptrole et en gaz, ces ressources ne sont pas renouvelables. Elles devaient nous permettre dacqurir une base productive mme dasseoir notre souverainet sur tous les plans. Mais malgr les quelque 750 milliards de dollars engrangs depuis lindpendance (dont 700 depuis 1999), le pays se retrouve encore plus fragilis. Lchec des diffrentes politiques de dveloppement qui ont t conduites jusquici, lagitation sociale rcurrente, ainsi que le mal vie qui pousse nos concitoyens vouloir fuir leur pays ont plusieurs sources, mais la principale rside dans la mauvaise gouvernance politique du pays qui a exclu le peuple et ses lites les plus claires des processus de dcision.
Sil est utile de dnoncer les excs et les checs du pouvoir en place, ce nest plus suffisant : il faut agir. Mon engagement repose donc la fois sur des valeurs et sur une analyse extrmement rigoureuse de la situation du pays. Mon programme est conu pour conduire lAlgrie au rang qui devrait tre le sien : tant vis--vis des autres pays du Maghreb que de lensemble de lEurope et de la communaut internationale. Je veux stopper la spirale mortelle dans laquelle nous sommes aspirs et installer avec tous les citoyens une dynamique vertueuse.
Vous avez annonc votre candidature llection prsidentielle de 2014. Pouvez-nous rsumer en quelques mots votre projet politique pour cette chance cruciale pour lavenir du pays ?
Jai dabord une vision de mon pays moyen terme : grce une transition pacifique vers la dmocratie, il va se transformer radicalement, au terme des 5 premires annes. Jai galement une ambition : permettre lAlgrie de rejoindre le club des 20 pays les plus riches de la plante lhorizon 2033. A partir de cette vision et de cette ambition, jai forg un projet qui sera dclin par un programme 5 ans sur lequel je travaille depuis longtemps. Ce programme, dont je rvlerai les dtails au fil de ma campagne, dcrit et planifie les dcisions et les rformes que je veux mettre en oeuvre, quelle aient un caractre lgislatif, rglementaire ou constitutionnels, ou quelles concernent le fonctionnement et la gestion de lconomie ou encore la marche de la socit en gnral. Les diffrentes mesures prises seront destines favoriser la fluidit des changes de personnes, de biens, dinvestissements et de connaissances entre les Algriens et avec ltranger. Elles contribueront la ncessaire ouverture de lAlgrie au monde. Certaines de ces rformes se feront ds mon lection, dautres se concrtiseront au fil des 5 annes de mon mandat de Prsident. Il faut reconstruire un avenir notre pays, mais on ne doit pas le faire dans la brutalit. Pour retrouver la confiance, il faut prendre le temps dexpliquer et donner du temps pour croire.
Pour avoir exerc la fonction de Ministre au gouvernement de Sid Ahmed Ghozali dans le pass, croyez-vous que cette exprience vous aidera rformer lEtat Algrien ? Ne pensez-vous pas quelle risque de vous dsavantager aussi dans la course la Prsidentielle ?
Au contraire ! Sans cette exprience je ne me serais pas engag. Avoir cette exprience des plus hautes responsabilits de lEtat, des rouages conomiques et financiers nationaux et mondiaux ainsi que de la politique locale, europenne et internationale, constitue un avantage extrmement prcieux. Cest grce cette exprience que jai pu identifier des rponses crdibles aux enjeux qui se prsentent nous, aid en cela par les nombreuses personnalits et experts que je ne cesse de ctoyer et qui contribuent en permanence ma rflexion. Enfin, jajouterai que la connaissance et laffection intimes que jai pour mon pays, son histoire, sa culture et son peuple, constitue un complment indispensable la comptence et lexprience. La politique ce nest pas que de la technique, cest au moins autant une affaire humaine !
Comment comptez-vous incarner le changement tant espr par les Algriens notamment les plus jeunes dentre eux ?
Le changement tout le monde le veut ! Les Algriens eux-mmes, bien sr, mais aussi de nombreux autres pays qui ne peuvent lexprimer ouvertement par prudence diplomatique. Le changement est ncessaire. Les nombreux dysfonctionnements dont souffre lAlgrie ont tous une mme origine : lexclusion des citoyens des centres de pouvoir. Cest l que rside le mal. Les rgimes qui se sont succds depuis lindpendance, de Ben Bella Bouteflika, ont exerc un pouvoir absolu, sans partage. Cest pourquoi mon programme comprend des reformes politiques et institutionnelles qui vont permettre aux citoyens dtre les acteurs de leur destin, en exerant directement le pouvoir, travers des assembles dmocratiquement lues. Le Parlement, lAPC et lAPW devront redevenir les principaux centres de dcision. Il faut aussi redonner la justice et aux juges leur indpendance afin que le peuple retrouve confiance. Le pouvoir appartient au peuple qui le confie aux reprsentants quil se choisit librement. Les peuples ont appris, il y a longtemps, que si celui qui fait les lois est celui qui les excute, personne ne pourra lempcher de commettre des abus en adoptant des lois qui lui sont favorables. Si celui qui excute est le mme que celui qui juge, aucun contrle de laction publique nest possible. Je veux ouvrir le dbat le plus large, non seulement sur les questions de socit (la place de la religion, lcole de demain, lmergence dune socit de linformation, nos relations avec nos cousins du Maghreb ou les voisins europens), mais aussi sur les questions de pouvoir. Autant les questions de socit, lies la place de la religion, sont abondamment et complaisamment dbattues, autant les questions lies lorganisation et lquilibre des pouvoirs sont rarement poses. Cette vrit-l mrite dtre particulirement dbattue. Cest l que nos concitoyens raliseront que le changement est possible.
Le chmage, la prcarit, le problme du logement et lemploi font partie des proccupations majeures des Algriens. Quelles sont concrtement vos propositions pour prendre en charge ces besoins qui martyrisent les jeunes algriens ?
Mon programme a un objectif prioritaire : crer des emplois durables pour rsorber le chmage dans un dlai de 5 ans. Pour y arriver, il faut une profonde rforme de notre conomie. Cette rforme consistera rechercher en priorit le dveloppement de lconomie de march, de lemploi, des investissements, le soutien aux PME, la fin de la dpendance aux hydrocarbures et la prparation de laprs-ptrole, et enfin latteinte de lindpendance alimentaire. Ces actions sont des leviers trs puissants pour la cration de lemploi. En parallle, nous rformerons lensemble de notre systme dducation et de formation pour quil constitue un tremplin pour que chacun puisse trouver un emploi. Enfin, nous devrons trouver les moyens de revaloriser la valeur travail qui a t trs malmene ces dernires annes.
Quelle est votre vision de la relation quentretient la religion avec lEtat ? Etes-vous pour le retour de lancien parti dissous le FIS ? Quelle relation entretenez-vous avec la mouvance islamiste et quel regard portez-vous sur ce courant politique ?
Je porterai une attention particulire au respect de la tolrance, qui a tant fait dfaut par le pass et je ferai tout ce qui sera en mon pouvoir pour faire reculer lextrmisme politique. Je crois sincrement que lamlioration du climat conomique et social, le renforcement des liberts, ainsi que le nouveau paysage politique et institutionnel, permettront dradiquer les sources de violence. Y compris celles lies lIslam politique Mais je veillerai avec la mme exigence au respect de larticle 42 de lactuelle Constitution qui dispose que les partis politiques ne peuvent tre fonds sur une base religieuse, raciale, de sexe, corporatiste ou rgionale et que les partis politiques ne peuvent recourir la propagande partisane portant sur lments mentionns lalina prcdent. Si, malgr tout, il y a des partis qui sont reconnus comme islamistes par leurs militants, ils devront veiller ne pas sortir du cadre que la Constitution a fix et que la nouvelle loi lectorale devra faire respecter.
Concernant la femme, ses droits et sa condition, envisagez-vous de proposer dans votre programme prsidentiel des mesures en direction des Algriennes ?
Le Global Gender Gap Index 2013 ralis par le World Economic Forum sur lgalit entre les hommes et les femmes, place lAlgrie au 124me rang des 136 pays classs. Ce classement est labor selon 4 critres : laccs lducation, la sant, la reprsentation dans les instances politiques et les opportunits conomiques. Il y a donc beaucoup faire ! Mais le changement dans ce domaine est complexe, car sil est conduit de manire inapproprie, il peut heurter les cultures et les traditions, au risque de bloquer les volutions. Il faut donc travailler sur le long terme, dans plusieurs domaines la fois.
Lexprience prouve quil faut dune part lgifrer et sanctionner le non respect des lois votes. Il faut galement accompagner les changements ncessaires, en encourageant les bons lves qui cherchent installer des pratiques dgalit, dans les entreprises notamment. Enfin il faut travailler sur la disparition des strotypes de genre qui sinstallent ds lenfance, se dveloppent lcole et sont reproduits dans les mdias, la publicit, le marketing notamment. Il faut donc sensibiliser parents, ducateurs, professionnels de la communication et des mdias et bien sr le personnel politique.
Face cet immense chantier il faut donc de la dtermination, mais aussi de la patience. Je minspirerai donc des meilleures pratiques de pays qui ont progress dans ce domaine. Dautre part, je donnerai lexemple en facilitant laccs des femmes au gouvernement, dans les administrations et les organes qui seront sous la responsabilit de lEtat. Il ne sagit pas seulement de prendre des mesures en direction des algriennes, mais de faire voluer la socit tout entire !
Comptez-vous revoir le rle de larme et sa relation avec les institutions de lEtat Algrien ? Comment compteriez-vous composer avec lestablishment militaire Algrien ?
Oui. Elle sera recentre sur ses missions classiques. Elle veillera, en particulier, protger le pays contre toute menace extrieure. Elle ne simmiscera pas dans les querelles politiques. Bien au contraire, sa neutralit sera la meilleure garantie quant au bon droulement du processus de transition dmocratique. Je sais quil y a au sein de larme, comme de la police et de tous les services de lEtat, une frange importante de responsables et de citoyens qui aspirent un rel changement. Je suis certain que le lgitimisme et la clart de mon programme confirmeront ceux qui aspirent ce changement quil est possible de le raliser, de le soutenir, car ils en seront bnficiaires.
Abdelaziz Bouteflika est officiellement pour un quatrime mandat. Pensez-vous que vous tes suffisamment outill pour le concurrencer et le battre dans cette lection prsidentielle ?
Il me semble avoir rpondu en expliquant mon engagement, ma vision, mon ambition. Mon programme est prt. Mes quipes sont sur le pont depuis des mois. Mes soutiens se multiplient. Je suis dans le timing !
Sagissant de la fraude lectorale, envisagez-vous dadopter des mesures pour la contrecarrer et lempcher ?
La fraude est le rsultat de la mauvaise gouvernance du pays. Je pense nanmoins que les institutions internationales auront les yeux rivs sur llection et feront tout ce qui en leur pouvoir pour la juguler.
Comment comptez-vous convaincre les Algriens pour quils vous accordent leurs votes ? Et comment esprez-vous les mobiliser alors que le spectre de labstention plane sur cette lection ?
Je vais incarner un changement crdible vers un pays pacifi. Cest une aspiration largement partage et trs mobilisatrice.
Si vous tes lu Prsident de la Rpublique, quelles seront les premires mesures politiques, conomiques et sociales que vous allez adopter ?
Elles concerneront les changements de gouvernance et les rformes institutionnelles prvues dans mon programme : dissolution de lAssemble nationale et du Snat, lections dun nouveau Parlement dans les 3 mois. En parallle, jouvrerai trs rapidement crer un climat de confiance au Maghreb et avec nos plus proches partenaires, afin de crer des synergies qui seront gnratrices de prosprit et de paix pour tous les pays du Bassin Mditerranen. Sur le plan conomique, je lancerai immdiatement une grande rforme montaire et fiscale qui sera la matrice de toutes les autres rformes conomiques.
Quelle vision avez-vous de lavenir de lAlgrie et de sa Jeunesse ?
Lavenir cest avant tout sa jeunesse. Mais cest aussi beaucoup de potentiels valoriser : des ressources humaines, naturelles, gostratgiques et culturelles qui lui permettront de relever les dfis des prochaines dcennies, une population traditionnellement ouverte aux changes et au commerce, des ressources naturelles diversifies, une position gostratgique qui en fait la cl de vote de toute politique de rapprochement euromditerranen ou euro-africaine, une bonne sant financire, une culture, un climat et des territoires adapts au dveloppement dune agriculture performante et dun tourisme attractif, respectueux de lenvironnement. Ces atouts sont uniques. Ils sont adapts aux dfis du XXIme sicle et doivent nous permettre de devenir un grand pays.
Le traditionnel dernier mot.
Il est possible de conduire le pays autrement, de lamener, par une transition dmocratique, sengager vers un nouveau dveloppement auquel le peuple sera associ. La cration de la 2me Rpublique Algrienne est un objectif raliste. Llection prsidentielle de 2014 offre loccasion de changer de cap dans tous les domaines, et dcrire les pages dune nouvelle Algrie, plus libre, plus juste et plus prospre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Benouari : Je vais permettre lAlgrie de rejoindre le club des 20 pays les plus riches de la pla




09:16 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,