> >

[] [ ]

Seymour Hersh rvle les mensonges du gouvernement US

(Tags)
 
Deux dangereux mensonges sur la Syrie Emir Abdelkader 0 2013-11-21 02:01 PM
un repenti rvle le vrai visage de Mokhtar Belmokhtar Emir Abdelkader 0 2013-10-25 07:43 PM
Le document qui rvle la stratgie dAQMI dans le Nord du Mali Emir Abdelkader 0 2013-10-07 02:38 PM
Bouteflika,Gaid Salah et le DRS, Toute la vrit sur les mensonges de cet t Emir Abdelkader 0 2013-09-18 02:43 PM
Hanoune rvle et met en garde Emir Abdelkader 0 2013-03-03 08:30 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-12-14
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Seymour Hersh rvle les mensonges du gouvernement US

Seymour Hersh rvle les mensonges du gouvernement US sur les attaques au gaz sarin en Syrie

Le journaliste dinvestigation Seymour Hersh, laurat du prix Pulitzer, a publi un article dmontrant que le gouvernement amricain et le prsident Barack Obama ont menti en toute conscience quand ils ont affirm que le gouvernement syrien avait men une attaque au gaz sarin contre une zone tenue par des insurgs en aot dernier.
Le compte-rendu dtaill de Hersh, sappuyant sur des informations fournies par des responsables passs et actuels des services de renseignements et de larme, a t publi dimanche dans la London Review of Books. Cet article, intitul Whose sarin?, rvle le mensonge calcul quil y avait dans la propagande lance chaque jour par le gouvernement et rpte sans discussion par les mdias pendant plusieurs semaines pour donner un prtexte une attaque militaire contre le rgime du prsident syrien Bashar el-Assad.
Cet article rvle galement des divergences trs nettes au sein de lappareil dtat sur le lancement dune guerre arienne qui, selon lun des conseillers de haut niveau pour les oprations spciales, aurait t comme de fournir un soutien arien de proximit al-Nusra [filiale d'Al Qada].
Finalement, les divergences internes sur le lancement dune action militaire directe, aggraves par lopposition populaire massive une nouvelle guerre lance sans provocation au Moyen-Orient, ont pouss le gouvernement se retirer et accepter un plan russe pour le dmantlement des armes chimiques syriennes. Cela a t suivi de louverture de ngociations avec le principal alli de la Syrie dans la rgion, lIran.
La chronique faite par Hersh des manipulations systmatiques des rapports des services de renseignements afin de pousser le peuple Amricain dans une guerre de plus pour des mensonges souligne le fait que le retrait par Obama de la question syrienne na en aucun cas sign la fin du militarisme. Cela traduit simplement un changement provisoire de tactique en ce qui concerne les objectifs hgmoniques dans le Moyen-Orient riche en ptrole, et une dcision de concentrer plus de ressources diplomatiques et militaires sur la volont de Washington disoler et contenir ce quil considre comme des adversaires plus importants : la Russie et, surtout, la Chine.
Barack Obama, crit Hersh, na pas tout dit cet automne quand il a essay de nous convaincre que Bashar el-Assad tait responsable des attaques larme chimique prs de Damas le 22 aot. Dans certaines circonstances, il a omis des informations importantes, et dans dautres, il a prsent des suppositions comme des faits. Plus important, il na pas reconnu un fait bien connu de la communaut des services de renseignements : que larme syrienne nest pas la seule partie dans la guerre civile de ce pays avoir accs au sarin, ce gaz neurotoxique qui daprs une tude de lONU qui nassigne aucune responsabilit a t utilis dans lattaque la roquette.
durant les mois qui ont prcd cette attaque, les services de renseignements amricains ont produit une srie de rapports classs hautement secrets, culminant par un Operation Order un document de planification en prvision dune invasion au sol qui citait des preuves que le Front al-Nusra, un groupe de djihadistes affili Al-Qada, matrisait la technique de production du sarin et tait capable den produire en quantit.
Quand les attaques ont eu lieu, al-Nusra aurait d tre suspect, mais le gouvernement slectionn avec soin les renseignements qui pouvaient justifier une frappe contre Assad.
Hersh cite le discours dObama retransmis sur les tlvisions nationales le 10 septembre et dans lequel il a catgoriquement affirm, nous savons que le rgime dAssad est responsable dune attaque au gaz sarin lEst de Ghouta qui a tu des centaines de gens. Dans ce discours, Obama affirmait que les renseignements amricains avaient suivi les prparatifs du gouvernement syrien pour cette attaque durant plusieurs jours avant quils aient lieu.
Comme le prouve Hersh, en citant des sources dans les services de renseignements et larme (qui gardent lanonymat pour des raisons videntes), le gouvernement amricain navait aucune connaissance pralable de cette attaque au sarin. À la place, il sest servi de renseignements sur un prcdent test de gaz neurotoxique syrien sans victimes pour concocter un scnario et le prsenter comme des informations toutes fraches sur lattaque du 21 aot.
Hersh cite lune de ses sources qui compare cette falsification des renseignements lincident du Golfe du Tonkin en 1964, durant lequel le gouvernement Johnson invers lordre de communications interceptes par la NSA pour justifier le bombardement du Nord Vietnam.
Peut-tre encore plus condamnable que la slection et la falsification des renseignements, il y a eu la dcision dignorer et de dissimuler toute une srie de rapports des services de renseignements du printemps et de lt prcdents qui concluaient que les rebelles domins par des lments djihadistes et soutenus par les occidentaux avaient la capacit dacqurir et dutiliser du sarin. Parmi ceux-ci, il y avait des analyses de la CIA sur lesquelles la Maison blanche avait t briefe et un Operation Ordercommand par la Confrence des chefs dtat-major qui concluait que les troupes amricaines au sol envoyes pour semparer des sites de stockage des armes chimiques pourraient tre confronts des forces rebelles capables dattaquer une force amricaine avec du sarin parce quelles sont capables de produire ce gaz mortel.
Les rvlations de Hersh fournissent des preuves internes sur ce qui tait dj vident pour tout observateur impartial et modrment inform que la propagande de guerre sur des attaques au gaz de la part gouvernement syrien taient un tissu de mensonges dont le but tait de fournir un prtexte pour une agression militaire et un changement de rgime.
Le rgime syrien navait aucune raison de mener une attaque de ce genre lpoque. Il tait en train de battre militairement les forces des rebelles sunnites, qui taient haes et mprises par la plupart de la population et qui staient abaisses au pillage et au massacre des Chrtiens et des Chiites. Cette attaque a eu lieu quelques kilomtres seulement des bureaux des inspecteurs des Nations unies Damas quAssad avait invits dans le pays et qui commenaient leur enqute sur les attaques prcdentes. En mai, Carla del Ponte, membre de la Commission denqute indpendante de lONU sur la Syrie, avait fait tat de preuves solides, concrtes que ces attaques prcdentes avaient t menes par les forces soutenues par loccident.
À loppos, les rebelles lis al-Qada, et leurs soutiens amricains, franais, britanniques et saoudiens, avaient toutes les raisons de mener une atrocit de ce genre, dont ils taient parfaitement capables, afin de justifier une intervention directe de loccident et dviter la dfaite.
Le gouvernement Obama na jamais t en mesure de produire une seule preuve concrte qui prouverait que le rgime dAssad a men cette attaque au gaz.
Larticle de Hersh est dvastateur pour les mdias amricains qui se sont rus sur une occasion supplmentaire de gonfler la propagande guerrire du gouvernement. En quelques heures aprs lattaque au sarin daot dernier, leWashington Post et le New York Times publiaient des ditoriaux affirmant comme des faits la culpabilit du gouvernement syrien et exigeant une rponse militaire. Des journalistes de la tlvision, chrement achets, faisaient la propagande de la ligne du gouvernement et cherchaient faire passer lopinion publique une position en faveur dune nouvelle guerre.
Hersh note que neuf jours aprs lattaque au sarin, la Maison blanche a invit un groupe bien choisi de journalistes de Washington et leur a fourni une valuation du gouvernement quil dcrit comme un argumentaire politique pour soutenir le point de vue du gouvernement contre le gouvernement dAssad. Parmi les exclus de ce groupe, il y avait au moins un journaliste gnralement critique, Jonathan Landay, le correspondant pour les questions de scurit nationale pour McClatchy.
Le rle du New York Times a t particulirement criminel. Le journal de rfrence a repris ses efforts pour promouvoir et lgitimer les mensonges du gouvernement durant la prparation de la guerre dIrak, rapportant une fois de plus comme des faits, sans enqute indpendante, toutes les affirmations du gouvernement.
Hersh cite un article du Times qui cherchait prouver, en sappuyant sur une analyse du vol de deux roquettes dont ont pensait quelles avaient port le sarin, que les obus provenaient dune base de larme syrienne plus de neuf kilomtres de la cible. Il cite Thodore Postol, professeur de technologie et de scurit nationale au Massachusetts Institute of Technology et conseiller du Chef des oprations navales, qui qualifie larticle du Times de compltement fou parce que la port de ces roquettes nest probablement pas de plus de 2 kilomtres.
Exprimant le caractre profondment antidmocratique de toute cette opration, Roger Coen du Times a crit dans un article publi le jour de le confrence de presse avec la Maison Blanche : tre fatigu de la guerre nest pas une excuse pour labandon dun bien dune importance stratgique durable la crdibilit nationale en change dun bien phmre lopinion publique.
Les organisations de la pseudo-gauche du genre de lInternational Socialist Organisation sont venues complter le choeur des appels la guerre, elles ont pris les affirmations du gouvernement pour argent comptant et cela a donn du grain moudre leur propre propagande pour la guerre.
Larticle de Hersh a compltement confirm la position adopte par le World Socialist Web Site et le Comit international de la Quatrime Internationale.
Comme lcrit le WSWS le 23 aot : Les accusations non fondes selon lesquelles le rgime syrien du prsident Bashar al-Assad a perptr une attaque aux armes chimiques prs de Damas, qui a tu un grand nombre de civils prsentent toutes les caractristiques dune provocation monte de toutes pices visant dclencher une intervention occidentale. (Voir : Les affirmations disant que la Syrie mne une guerre chimique ont pour objectif de provoquer une intervention occidentale)
Quatre jours plus tard, nous crivions Dix ans aprs le lancement de la guerre amricaine contre lIrak, fonde sur des mensonges concernant des armes de destruction massives inexistantes, une provocation tout aussi grotesques est concocte par Paris, Londres, et Washington pour justifier une nouvelle guerre dagression, cette fois contre la Syrie.
Les allgations selon lesquelles le rgime du prsident syrien Bashar el-Assad aurait men des attaques massives larme chimique mercredi dernier Ghouta, prs de Damas, nont aucune crdibilit.


Barry Grey





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Seymour Hersh rvle les mensonges du gouvernement US




08:58 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,