> >

[] [ ]

Les prisonniers algriens lancent un SOS aux autorits

(Tags)
 
Une manifestation Tan Tan brutalement rprime par les autorits marocaines Emir Abdelkader 0 2013-07-23 01:15 PM
Maroc : les autorits imposent des restrictions la libert dexpression Emir Abdelkader 0 2013-05-23 03:20 PM
Syrie : Des mercenaires obligent des enfants dcapiter des prisonniers Emir Abdelkader 0 2013-02-20 02:46 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-12-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les prisonniers algriens lancent un SOS aux autorits

Les prisonniers algriens lancent un SOS aux autorits




A peine avons-nous souffl aprs le passage de la frontire, voil que les gardes-frontires bulgares nous tombent dessus.


Nous avons subi des svices et le pire des traitements, on nous a rous de coups de matraque et de coups de pied, jen garde les squelles jusqu aujourdhui, tmoigne Samir, de Boumerds, 23 ans, rencontr Sofia.
Traverser la frontire turco-bulgare est un risque que doivent absolument prendre les harraga et ce nest pas toujours gagn davance, mme avec les passeurs. Les tmoignages corroborent et dnoncent les traitements inhumains des Bulgares. Un pays qui, le 1er janvier prochain, rejoindra officiellement lUnion europenne. Malika Benarab-Attou, eurodpute des Verts/ALE, dnonce cette situation de non-dit et linaction des diffrentes autorits. Que font les autorits bulgares, la Commission europenne et les ambassades concernes pour sortir ces personnes de cette situation dgradante qui dure depuis plusieurs mois ? Des personnes actuellement dtenues (Algriens, Marocains, Tunisiens, etc.) dnoncent des conditions de dtention inhumaines et contraires aux standards internationaux. Les installations sanitaires, lhbergement, laccs la nourriture et aux soins font gravement dfaut. Halim, joint par tlphone la prison de Busmantzi, raconte : Faut absolument faire quelque chose, personne nest venu notre secours, nous sommes dtenus dans des conditions inhumaines, ils nous traitent comme des animaux. A peine sils nous servent un repas par jour.

Le centre de Busmantzi, dans la banlieue proche de Sofia, cr en 2006, tait point du doigt par des associations de dfense des droits de lhomme, notamment Migreurop et le Comit dHelsinki, depuis 2008. Face au rush des migrants clandestins, la Bulgarie semble dpasse et narrive pas subvenir aux besoins des dtenus.
Nous russissons nous infiltrer lintrieur avec le concours dune association daide humanitaire. Un mur encercle les lieux, doubl de fils de fer barbels. Grce aux aides, les autorits ont quip le centre en appareils de chauffage, chaque lit est adoss un chauffage. Ce jour-l, des soupes et du pain, des fruits et du fromage sont servis aux dtenus par lassociation. Une bnvole confie que depuis quelques semaines, face aux pressions europennes, les responsables tentent damliorer les conditions de vie des dtenus dans la perspective dune visite des dputs europens.

Les tmoins encombrants, des harraga torturs comme le montrent des photos, ont t transfrs vers un autre centre, tenu secret pour linstant. Halim, la vingtaine, dsespr, a tent de se suicider il y a quelques jours. Mais grce ses amis, il arrive tenir le coup. Je veux rentrer au pays, mais lambassade ne fait rien. Lautre jour, un responsable nous a rendu visite et na rien fait, rvle-t-il. Halim est dtenu depuis le 18 septembre. Sa silhouette frle, son visage ple, sa voix teinte renseignent sur son drame. Ils mont tabass et chaque fois que je me plains ou que jose dnoncer ces pratiques, la rponse est brutale, tmoigne le jeune harrag.
Retour Vitosha o nous rencontrons Samir, Mourad, Rafik, trois ex-dtenus des centres de rtention, qui racontent leur calvaire : Nous sommes passs par trois centres avant darriver Sofia. Toujours les mmes pratiques, la limite de la torture. Nous sommes systmatiquement dshabills, interrogs violemment, laisss sans eau ni nourriture. Selon nos interlocuteurs, les Maghrbins subissent un traitement particulier qualifi dinhumain. Un policier ma mme trait de terroriste, de chien arabe, atteste Rafik. Samir a certainement subi lhumiliation, il a t victime dattouchement sexuel. En apart il nous raconte son histoire, les larmes aux yeux : Un soir, un gardien sest approch et a voulu abuser sexuellement de moi, jai protest et il ma rou de coups. Le lendemain il est revenu la charge, cette fois paul de deux autres agents et ils ont tent de me violer, ajoute-t-il. Le jeune homme de 18 ans interrompt la discussion et nous quitte, effondr. Il ne serait pas le seul puisque, dans le milieu des harraga de Sofia, ce genre dhistoires est monnaie courante. Cependant, lambassade dAlgrie Sofia ne rpond pas aux cris de dtresse lancs par ces jeunes, dont quatre parmi eux seraient morts. La dpouille dun harrag a t rapatrie il y a un mois. Et le drame continue.

Zouheir At Mouhoub





'El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les prisonniers algriens lancent un SOS aux autorits




01:04 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,