> >

[] [ ]

Mali : l'cole du wahhabisme

(Tags)
 
Bouteflika est une cole qui a permis aux diplomates algriens dapprendre le mtier Emir Abdelkader 0 2013-12-01 02:38 PM
Grve au sein de lducation, Le scandale de lcole Emir Abdelkader 0 2013-10-22 02:42 PM
./ LArabie saoudite, un royaume des tnbres. LIslam; otage du wahhabisme Emir Abdelkader 0 2013-10-16 07:16 PM
LArabie saoudite, un royaume des tnbres. LIslam; otage du wahhabisme Emir Abdelkader 0 2013-10-16 07:12 PM
L'cole, les constantes nationales et la modernit Emir Abdelkader 0 2013-05-16 01:39 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2013-12-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Mali : l'cole du wahhabisme

Mali : l'cole du wahhabisme




Progressivement, qu'il soit wahhabite ou salafiste, le sunnisme rform fait cole au Mali. Grce aux subventions extrieures mais aussi la dshrence de l'État. Enqute.
À Bamako, on appelle cet endroit "le chantier de Banconi", du nom du quartier populaire qui a pouss dans les faubourgs dans les annes 1970. On y trouve un groupe scolaire, un centre de sant, une mosque ultramoderne, un immeuble de quatre tages dont l'entre est protge par des gardes et un portique de scurit, et, enfin, le sige social d'Anar Dine (qui n'a rien voir avec Ansar Eddine, l'organisation de Iyad Ag Ghaly), l'association fonde par le matre des lieux, Chrif Ousmane Madani Hadara, l'imam le plus clbre du Mali.
Hadara, que certains surnomment le Mouride malien et que ses fidles appellent Nyemogo ("le Guide"), est considr comme "la principale alternative islamique" au wahhabisme et comme "l'ennemi historique des sunnites rforms" (l'autre nom donn aux wahhabites ainsi qu'aux salafistes), selon Gilles Holder, chercheur au Centre d'tudes africaines (CEAf).
Au Mali comme dans toute la sous-rgion, l'avance d'un islam rigoriste venu de la pninsule Arabique ou d'Égypte et qui ne veut voir qu'hrsie dans les confrries et les ancestrales pratiques maraboutiques semble irrversible.
>> Lire : Le Sahel face au salafisme conqurant
Selon Holder, Hadara lui-mme est un rformiste, mais il reste fidle au malkisme et revendique un islam intgr la culture ouest-africaine. C'est d'ailleurs en bamanankan qu'il prche chaque anne dans le stade Modibo-Keta, devant des dizaines de milliers d'adeptes. "Nous sommes pour le soufisme, pour un islam tolrant, affirme-t-il. Nous sommes contre le wahhabisme."
L'homme est simple, sans langue de bois. Il accuse ceux qui dfendent le wahhabisme Bamako d'avoir "des liens" avec les groupes islamistes arms qui svissent dans le Nord-Mali, de prner la violence et de vouloir imposer la charia. Celui qui revendique 1,2 million de fidles travers le monde soutient que les wahhabites ne reprsentent que 10 % des musulmans maliens - un chiffre impossible vrifier et que l'autre camp conteste -, mais il doit bien admettre qu'ils sont "de plus en plus nombreux".
L'implantation de cet islam "venu d'ailleurs" n'est pas rcente. Elle a dbut au milieu du XXe sicle par le biais des commerants dioulas qui faisaient l'aller-retour entre l'Afrique de l'Ouest et le Golfe.
L'implantation de cet islam "venu d'ailleurs" n'est pas rcente. Elle a dbut au milieu du XXe sicle par le biais des commerants dioulas qui faisaient l'aller-retour entre l'Afrique de l'Ouest et le Golfe, et avec le retour des premiers tudiants de l'universit Al-Azhar du Caire.
Le mouvement s'est intensifi dans les annes 1970 et 1980, lorsque, sous le couvert d'aide humanitaire, l'Arabie saoudite a install (dans le nord du Mali notamment) des ONG, des centres de sant et des coles faisant la promotion du wahhabisme. Les tenants de cette doctrine ont aussi profit, d'aprs Holder, des "incessantes comptitions" qui minaient alors les mouvements malkites.
>> Lire : Voyage au coeur du Bamako wahhabite
Depuis, c'est un duel sans merci que se livrent les rformistes et les tenants du soufisme comme Hadara et de jeunes prcheurs qui suivent son exemple. Le Malien, que l'on dit soutenu par l'Iran, dispose de sa propre radio, et ses prches enregistrs inondent les marchs. Mais ce n'est rien compar aux ressources des sunnites rforms. Ils ont pour eux l'argent des pays du Golfe, de plus en plus de mosques, un discours social critique qui attire les laisss-pour-compte du dveloppement et une figure de proue presque aussi populaire que Hadara : Mahmoud Dicko.
Un rle trs important dans la campagne lectorale malienne

L'imam de la mosque sunnite rforme de Badalabougou est l'autre prcheur la mode dans le pays. Il est lui aussi capable de rassembler des dizaines de milliers de personnes. Et depuis 2008, il est la tte du Haut Conseil islamique du Mali (HCIM), une structure charge de faire l'interface entre les associations religieuses, les mosques et les autorits. Holder compare ce conseil un "parti de l'islam". Et pour cause... En 2009, en mobilisant ses adeptes, Dicko a fait plier le gouvernement, qui souhaitait faire adopter un code de la famille progressiste. En 2011, il a impos le secrtaire gnral du HCIM la tte de la Commission lectorale nationale indpendante. En 2012, il a t souponn de vouloir jeter des passerelles vers les jihadistes arms du Nord et a obtenu du gouvernement de transition qu'il cre un ministre des Affaires religieuses. Cette anne, il a jou un rle actif dans la campagne lectorale. S'il n'a jamais pris lui-mme position pour un candidat, il a laiss ses proches et de nombreux imams faire la publicit d'Ibrahim Boubacar Keta (IBK).
Ses dclarations ambigus sur la charia, ses prises de position en faveur d'une Rpublique islamique, ses liens anciens avec Iyad Ag Ghaly, le leader du mouvement islamiste Ansar Eddine, ont fait de Dicko un personnage controvers. Pour contrer son influence, Hadara a lanc en 2011 le Groupement des leaders spirituels musulmans du Mali, dont l'objectif est de rassembler les tenants de l'islam malkite.
Profiter du vide laiss par l'État

Dicko, cheval de Troie du sunnisme rform au Mali ? "C'est ce que disent mes dtracteurs", se contente-t-il de rpondre. Issu d'une grande famille maraboutique de Tombouctou, il a t trs tt confront un dilemme : suivre l'exemple de son grand-pre, qui appartenait la confrrie tidjane ? Ou celui de son pre, qui priait les bras croiss sur la poitrine comme les wahhabites ? Aprs avoir frquent une mosque wahhabite Bamako, puis avoir suivi des tudes en Mauritanie et en Arabie saoudite, c'est la voie de son pre qu'il a choisie. Pour lui, la pntration du sunnisme rform - dans les moeurs aussi bien qu'en politique - est invitable.
"On vit une sorte d'arabisation, confirme l'anthropologue Moussa Sow. Quand j'tais petit, personne ne croisait les bras la mosque. Aujourd'hui, cela se fait presque partout. Et puis, l'poque, la prire du vendredi tait importante, mais sans plus. Dsormais, c'est sacr." Il pourrait ajouter qu'en 1960 on comptait une quarantaine de mosques Bamako, contre prs d'un millier aujourd'hui.
De grands prcheurs sont apparus, comme Dicko et Hadara, qui ont profit du vide laiss par l'État en matire de sant et d'ducation, mais aussi de sujets de socit, pour gagner en lgitimit. Et ce petit jeu les discours les plus radicaux sont souvent les plus audibles, surtout en milieu urbain. "On n'est plus dans l'islam tranquille, constate Sow. On se dirige vers un islamo-nationalisme."
________
Rmi Carayol, envoy spcial Bamako
Terres de mission
Les missionnaires venus de la pninsule Arabique ont parcouru le continent ds le XIXe sicle, peu aprs l'apparition du wahhabisme. L'islamologue Mathieu Guidre s'est intress la question : "Pour les pays du Golfe, l'Afrique subsaharienne reprsente la terre de dawa ("prdication") la plus importante aprs l'Asie du Sud-Est." Marginal jusqu'au dbut des annes 1980, le phnomne a pris de l'ampleur aprs la rvolution iranienne et l'envoi par Thran de prdicateurs dans le monde entier, en particulier en Afrique de l'Ouest, o une forte communaut libanaise chiite constituait un relais idal. "L'Arabie saoudite et le Pakistan ont clairement dvelopp une stratgie missionnaire d'État pour contrer l'influence iranienne dans la zone, poursuit Guidre. Leurs prcheurs, en s'alliant aux mouvements anti-Occidentaux, ont t particulirement suivis aprs le 11 septembre 2001. Entre 2001 et 2011, prs de 20 % des musulmans d'Afrique de l'Ouest se sont convertis au wahhabisme." Un proslytisme qui vise galement contrer l'activisme des missionnaires vangliques et catholiques, trs actifs sur un continent o les monothismes sont arrivs tardivement. L'immense fortune des monarchies ptrolires assure aux mosques wahhabites d'Afrique de l'Ouest et leurs imams (souvent forms en Arabie) la bienveillance des pouvoirs locaux et la reconnaissance des populations que leurs organisations caritatives assistent, pour mieux les gagner leur cause. Mais, souligne Guidre, la stratgie proslyte s'intresse avant tout aux chefs traditionnels susceptibles de convertir l'ensemble de leur clientle : "Iyad Ag Ghaly, le chef touareg d'Ansar Eddine converti au wahhabisme pendant un sjour en Arabie, a convaincu la moiti des Ifoghas de suivre son exemple son retour dans le Sahel." Laurent de Saint Prier








 

()


: 1 ( 0 1)
 

Mali : l'cole du wahhabisme




01:07 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,