> >

[] [ ]

Il y a encore tant de choses crire sur les annes 1990

(Tags)
 
Syrie : lASL refuse de cesser le combat tant quAssad est au pouvoir Emir Abdelkader 0 2013-11-29 07:25 PM
Pourquoi tant de violences contre les femmes ? Emir Abdelkader 0 2013-11-24 02:36 PM
La guerre na pas (encore) eu lieu Emir Abdelkader 0 2013-09-13 07:29 PM
Pourquoi tant de haine envers lIslam Emir Abdelkader 0 2012-10-15 03:21 PM
annes dindpendance politique Emir Abdelkader 0 2012-06-25 04:39 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-01-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Il y a encore tant de choses crire sur les annes 1990

Soraya Bouamama. Journaliste

Il y a encore tant de choses crire sur les annes 1990

Soraya Bouamama, journaliste lENTV, vient de publier aux ditions ANEP, Alger, Awrak lam takoun li nachr (Des papiers qui taient non publiables). Un rcit dans lequel elle raconte la vie des journalistes et des techniciens de lex-RTA durant les annes des violences, les annes 1990, en Algrie. Des dizaines dassassinats, des disparitions, des dparts en masse, des souffrances. Elle voque la peur, lincertitude, les questionnements, les doutes et la rsistance. Soraya Bouamama, qui a enqut sur les cellules terroristes en Europe, ne sest pas retenue dans ce rcit. Elle a tent de dlivrer sa mmoire de tourments et de souvenirs dchirants. Awrak lam takoun li nachr figure parmi les livres les plus vendus durant le 18e Salon international du livre dAlger (SILA) en novembre 2013.



- Pourquoi les papiers ntaient-ils donc pas publier ?

Il ne sagit, bien entendu, pas de papiers dans le sens que lon entend. Il sagit dides et de positions. Il y a beaucoup de vracit dans le titre du livre puisquil sagit de choses que je ne voulais pas dire, publier. Cest un pass trs prsent. Jaurais pu peut-tre donner un autre titre en mettant en avant lide de mmoires ou autre chose. Je me suis pose la question : pourquoi jcris ? Existe-t-il de lintrt chez nous pour lcriture ? Jai limpression que lintrt va ailleurs En crivant un autre texte, un scnario sur Meriem Bouattoura (moudjahida tue par larme coloniale franaise en juin 1960 Constantine, ndlr), la fin du Ramadhan, je regardais la chane nationale tunisienne. Jai vu la boucherie de Jebel Chambi en Tunisie (assassinat de huit soldats tunisiens par un groupe arm inconnu aux frontires avec lAlgrie le 29 juillet 2013, ndlr). Javais limpression que des cris sortaient du petit cran. Les tenues des militaires taient couvertes de sang. Un spectacle horrible ! Cela ma replonge dans notre propre pass. Et l, je me suis dit quil est impratif de raconter aux autres notre exprience avec le terrorisme. Dans les annes 1990, la Tunisie tait un refuge pour les Algriens durant les vacances. On doit crire des livres pour que les Tunisiens et les Egyptiens retiennent les leons.

- Et quel a t le dclic pour lcriture du livre ?

Je dois rendre hommage Samira Guebli (directrice des ditions lAgence nationale ddition et de publicit, ANEP). Elle ma, plusieurs reprises, contacte et encourage crire. Jai refus au dbut, puis jai hsit, ensuite Samira Guebli, elle-mme crivaine, ma convaincue de passer lacte dcriture.

- Le combat des journalistes durant les annes 1990 est au cur du rcit que vous avez crit

Absolument. Ce combat doit tre connu de tous. Durant la dcennie noire, les journalistes ont beaucoup souffert. Durant la guerre de Libration nationale, notre ennemi tait connu. Cette guerre a dur sept ans et demi. Notre combat contre le terrorisme a dur plus de quinze ans. On ne peut pas occulter cette partie de lhistoire contemporaine de lAlgrie. Lassassinat de Tahar Djaout en 1993 a t le dbut dune longue priode de drames. Je me suis intresse ce qui se passait lintrieur de la tlvision durant cette priode. Jai vcu cette priode avec ses peurs et ses doutes. Dans ma thse de magistre, je me suis focalise sur la crise scuritaire des annes 1990 et la dstabilisation des journalistes. Et dans Awrak lam takoun li nachr, je me suis quelque peu libre des contraintes scientifiques pour voquer des souvenirs. Jai crit le rcit avec mon cur, avec les larmes. Il y a une partie de moi-mme dans ce livre. Jai essay de rapporter avec dtails lambiance qui rgnait lpoque dans la salle de rdaction lENTV. Jai expliqu comment des confrres avaient quitt la tlvision. Ils avaient peur. Ctait un choix. Je nai pas le droit de les juger. Jai voqu les conditions difficiles dans lesquelles nous travaillions aussi. Une anecdote : je suis partie en Europe pour raliser un reportage sur les bases arrires du terrorisme avec une camra en panne ! Ctait pour nous un grand dfi. Nous croyions ce que nous faisions. Nous changions des blagues pour oublier nos malheurs. Parfois, nous tions dans les studios au moment o des quipes de scurit tentaient de dtecter lexistence dexplosifs ! On a oubli quun poseur de bombe pouvait tre un collgue, mangeait avec nous au rfectoire de la tlvision. Je me rappelle bien de Nama, la monteuse, qui prparait son mariage et qui avait beaucoup de peine pour les journalistes. Nama a t tue lors de lattentat qui a cibl la maison de la presse du 1er Mai Alger (fvrier 1996, ndlr) et son futur mari, un technicien la tlvision, a perdu un il. Des souvenirs douloureux.


- Dans Awrak lam takoun li nachr, vous racontez votre propre histoire avec le hijab. Quen est-il ?

Un ou une journaliste qui passe lantenne est connu du public. On peut utiliser tous les moyens de camouflage, les gens nous reconnaissent toujours dans la rue. Jai donc port un hidjab dchir, celui dune mendiante, pour passer inaperue. Les passants me donnaient de la monnaie ! Je voulais sortir, sentir lair. Je ne pouvais plus rester clotre. Ce hijab ma permis de me promener La Casbah, Bab El Oued, la place des Martyrs Partout Alger. Malgr cela, les commerants me reconnaissaient par la voix

- Vous revenez aussi dans le livre sur la dmission du prsident Liamine Zeroual en 1998

Oui, jai racont dans le livre des priodes importantes dans lhistoire de la tlvision. Des dates phare lies la vie politique et conomique du pays. La dmission du prsident Zeroual a t prcde par beaucoup de rumeurs. On avait mme parl de coup dEtat. La tlvision tait en bullition cette poque. Je suis revenue sur ces moments, sur llection du prsident Bouteflika en 1999

- Vous avez tout racont ?

Non. On ne peut pas tout raconter dans un livre. Il faut des volumes entiers pour tout crire. Je souhaite quAwrak lam takoun li nachr provoque les autres pour crire, raconter ce quils ont vu et vcu. Il y a encore tant de choses crire sur les annes 1990 (). A un moment donn, javais honte davoir le passeport algrien. Ce qua fait lAlgrien son frre algrien na pas dgal dans lhistoire des peuples. Il faut quon le sache, le dise et ladmette. Par exemple, les directeurs dhpitaux, ceux qui recevaient par centaines les victimes du terrorisme, ont tellement de choses dire. Je souhaite vivement quils se mettent crire. En dehors dAlger, les Algriens ont vcu lhorreur ltat pur durant les annes 1990. Le moment est venu den parler. Cest un devoir. Au Salon international du livre dAlger, un lecteur est venu me demander de signer le livre pour sa fille et son pouse. Jai demand ce quelles soient avec lui. Il ma dit quelles sont mortes dans une explosion durant les annes 1990. Lui-mme portait toujours les stigmates de lhorreur dans son visage avec un il cousu Jen tais malade. Chaque Algrien a une histoire raconter sur ce quil a vcu durant la dcennie noire. Cest nous dcrire, nattendons pas que les autres le fassent notre place. Il faut instaurer la culture de lcriture. Les journalistes sont les premiers concerns ! 


Fayal Mtaoui

El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Il y a encore tant de choses crire sur les annes 1990




01:06 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,