> >

[] [ ]

L'galit entre "citoyens et citoyennes" inscrite dans le projet de Constitution tunisienne

(Tags)
 
Les forces marocaines dispersent "violemment" une marche pacifique dans la ville sahraouie de Smara Emir Abdelkader 0 2013-11-14 02:06 PM
" " " " "" "" Emir Abdelkader 0 2013-09-12 10:13 PM
"" .. "" "" Emir Abdelkader 0 2013-04-18 11:56 PM
" " "": " " Emir Abdelkader 0 2013-01-29 06:58 PM
"""""""" 18 2012-05-19 06:10 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-01-07
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,954 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool L'galit entre "citoyens et citoyennes" inscrite dans le projet de Constitution tunisienne


L'galit entre "citoyens et citoyennes" inscrite dans le projet de Constitution tunisienne




Les dputs tunisiens ont approuv lundi l'galit "sans discrimination" entre "citoyens et citoyennes" dans le projet de la future Constitution. Une concession parmi d'autres accorde par les islamistes d'Ennahdha, sous la pression de la socit civile et de l'opposition.
"Tous les citoyens et les citoyennes ont les mmes droits et les mmes devoirs. Ils sont gaux devant la loi sans discrimination aucune". L'article 20 du projet de Constitution tunisienne, adopt lundi 6 janvier par 159 voix sur 169 votants l'Assemble nationale constituante (ANC), est unique dans le monde arabe.
La formulation de cet article est le fruit d'un compromis entre les islamistes d'Ennahdha, majoritaires l'assemble, et l'opposition laque. Le parti au pouvoir avait en effet fait scandale durant l't 2012 en annonant vouloir introduire le concept de "complmentarit" homme-femme. Confront une leve de boucliers, les islamistes avaient finalement renonc ce projet.
Ennahdha a aussi accept au fil des mois de renoncer inscrire l'islam comme source de droit et punir les "atteintes au sacr". Ses dputs ont aussi vot dimanche, sous la pression de l'opposition laque, l'interdiction des "accusations d'apostasie", un lu de gauche ayant affirm avoir t menac aprs avoir t qualifi d'ennemi de l'islam, alors que deux opposants ont t assassins en 2013 par la mouvance jihadiste.
Le pays arabe accordant le plus de droits aux femmes
Pour plusieurs analystes, Ennahdha a t contrainte d'adapter des vues conservatrices une socit arabe librale. "On peut dire que Ennahdha a montr qu'elle tait un mouvement modr, mais on peut aussi dire qu'elle n'avait pas le choix car la socit tunisienne est moderne et progressiste, relve Sami Brahem, chercheur en civilisations islamiques. Si Ennahdha veut exercer en politique, elle doit tre la page de ce modernisme sauf devenir un mouvement radical". Pour le sociologue Tarek Belhadj Mohamed, "c'est face au militantisme des femmes tunisiennes et de la socit civile, qu'ils ont du faire des concessions".
La Tunisie, sans consacrer l'galit des sexes, est depuis 1956 le pays arabe accordant le plus de droits aux femmes. L'article valid lundi a nanmoins t critiqu par des ONG comme Human Rights Watch et Amnesty, qui jugent la formule "citoyens et citoyennes" trop rductrice. "La Constitution devrait prciser que les hommes et les femmes sont gaux et ont droit la pleine galit en droit et en fait", relevaient vendredi ces organisations. Elles souhaitent aussi que la non-discrimination soit largie aux raisons de "race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou autre".
Nanmoins, les militantes fministes se sont flicites de l'adoption de l'article 20. "C'tait notre revendication et c'est une victoire", a ainsi dclar Ahlem Belhaj, l'ex-prsidente de l'Association tunisienne des femmes dmocrates.
La libert d'expression garantie
La Constituante a aussi approuv lundi l'article stipulant que "les liberts d'opinion, de pense, d'expression, d'informations sont garanties". Des dispositions garantissant les droits des justiciables et l'imprescriptibilit du crime de torture ont t valides. Ces textes sont hautement symboliques aprs cinq dcennies de dictature, jusqu' la rvolution de janvier 2011.
L'ANC a galement vot l'article 21, qui dispose que "le droit la vie est sacr. Nul ne peut lui porter atteinte sauf dans les cas extrmes fixs par la loi". Mais ce compromis a t critiqu car il n'abolit pas la peine de mort. Un amendement en ce sens a t rejet, bien qu'aucune excution n'ait eu lieu depuis le dbut des annes 1990.
Le vote de la Constitution, entam vendredi, a t trs chaotique et interrompu par de multiples polmiques. Aprs l'examen article par article en cours, le texte doit obtenir les votes des deux-tiers des lus pour viter un rfrendum. La classe politique s'est engage adopter la Loi fondamentale avant le 14 janvier, date symbolique du troisime anniversaire de la rvolution tunisienne.
Son adoption et la formation d'une loi et d'une commission lectorales sont les clefs de vote d'un accord entre opposants et Ennahdha pour rsoudre une profonde crise dclenche par l'assassinat, le 25 juillet, du dput de gauche Mohamed Brahmi. À l'issue de ce processus, Ennahdha s'est engage cder la place un gouvernement d'indpendants pour conduire le pays des lections. Le principal mdiateur de la crise politique, le syndicat UGTT, a exig que le Premier ministre Ali Larayedh dmissionne au plus tard le 9 janvier.
(Avec AFP)
 

()


: 1 ( 0 1)
 

L'galit entre "citoyens et citoyennes" inscrite dans le projet de Constitution tunisienne




03:39 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,