> >

[] [ ]

Le Mzab en perptuelle agitation Manifeste pour la paix

(Tags)
 
Le chef de la Minusma salue le rle de lAlgrie en faveur de la paix et de la rconciliation au Mal Emir Abdelkader 0 2014-01-10 06:31 PM
Iran et Russie aux USA: La Syrie est pour nous ce quIsral est pour vous Emir Abdelkader 0 2013-09-14 02:56 PM
Indignation et prires pour la paix en Syrie dans les glises de France Emir Abdelkader 0 2013-09-08 03:03 PM
La Paix Emir Abdelkader | french Forum 0 2013-04-25 07:15 PM
Moncef Marzouki accus de travailler pour Al Jazeera pour un salaire de 50.000 euros Emir Abdelkader 0 2013-03-10 02:45 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-01-11
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le Mzab en perptuelle agitation Manifeste pour la paix

Le Mzab en perptuelle agitation Manifeste pour la paix




Le phnomne de la violence que traduisent les affrontements entre les groupes sociaux en Algrie et plus frquemment dans la rgion du Mzab, ne cesse de susciter de grandes inquitudes.


La violence qui va en sintensifiant et en sacclrant prend de plus en plus dampleur, ses pisodes deviennent de plus en plus frquents. En effet, les vnements de Ghardaa en 1985, 2009, 2010, 2013 etc., ceux de Berriane en 1991 et en 2008, ceux de Guerrara en 1988 et en 2013 sont tous l pour nous rappeler que les braises de la violence sont toujours actives, au moindre souffle les rues senflamment et lescalade prend place : atteintes aux vies et la dignit, violations de foyers, attaques et saccages des biens, etc. Ce scnario a tendance simposer au menu de tous les jours depuis les cinq dernires annes.
La ville, champ de tension sociale
En dpit des causes apparentes ou des vnements dclencheurs trs souvent lis aux comptitions sportives (match de football) ou aux comptitions politiques (lections), les enjeux fonciers et symboliques, la comptition pour laccs la ville et au pouvoir constituent les vritables enjeux lorigine de ces affrontements. Ces guerres sont dclenches tantt pour cause denjeux fonciers (Ghardaa 1985, Mlika 2009), tantt pour cause denjeux symboliques, dont la nomination de lyce ou dquipement (Guerrara 1988...) ou pour cause denjeux politiques (Berriane 1991...).
Laccs la ville, laccs la mmoire de la ville et laccs au pouvoir de la ville polarisent toute cette dynamique et font de la ville un champ de tensions et daffrontement social, traduisant le niveau avanc du malaise social et des frustrations engendres. Loin de russir la cohsion sociale attendue pour son panouissement, la ville algrienne contemporaine volue depuis quelques dcennies au rythme de dynamiques dexclusion, nourrissant les clivages et les dualits ethno-sociales.
Les jeux de nationalisation abusive des biens des uns pour les octroyer dautres ; les manuvres que dployaient les uns et les autres pour accder la ville, travers laccs au pouvoir, ladhsion et le contrle du parti unique ; la comptition sociale et politique par lexclusion ont transform au fil des annes nos villes en des thtres de violences sociales. La ville, de plus en plus perue comme fruit de la rente, gteau partager, polarise toute cette rue et devient le champ de croisement de comptiteurs, venus chacun prendre une part du gteau, sans se soucier des moyens pour y parvenir.
La dogmatisation du conflit
Trs vite, le conflit revt un caractre confessionnel ou ethnique pour lintensifier et le rendre plus passionnel. Serait-il une manuvre de diversion au secours des groupes dintrts mafieux qui tirent bnficie de ce genre de situations de troubles pour dtourner les regards ? Ou bien cest un recours la facilit, au raccourci, la rduction du problme, pour ne pas le voir en vrai et ainsi trouver les solutions qui simposent ?
Ces frustrations engendres par lexclusion combine lignorance et la pauvret sont lorigine de lintensification de la violence et de lacclration de son rythme.La socit fragilise succombe facilement au pige de linstrumentalisation et de la manipulation et sombre vite sous le coup de la dogmatisation dans des conflits confessionnels, exposant tout ce qui est cher la socit de graves menaces (son intgrit, sa dignit, sa religion, sa culture et son unit...). Linterpellation de lhistoire nous permet de constater quIbadites et malkites, Arabophones et berbres mozabites ont, travers lhistoire millnaire du Mzab, su faire la dmonstration dun bel et exemplaire modle de bien vivre ensemble dans lharmonie.
Donc, inutile de jouer dans ce terrain marcageux, faites le tour des ksour millnaires et regardez lintrieur de lenceinte ceux que celle-ci abrite. Les berbres-mozabites et les arabophones du Mzab ont toujours fonctionn en harmonie grce des pactes de partenariats conomiques, scuritaires et sociaux. A vue dil, les phnomnes de violence se gnralisent et se propagent avec les mmes caractres et la mme vitesse lchelle aussi bien nationale que rgionale.
La plupart des pays musulmans sombrent dans des guerres qui prennent de plus en plus un caractre confessionnel. Ce nest la faute ni lIslam, religion qui incarne lesprit de paix et dont les objectifs de son code (charia) se rsument cinq principes (prservation de la foi, de lme humaine, de la raison humaine, de la dignit humaine et de son patrimoine); et ce nest ni la culture ancestrale, fonde sur des valeurs de paix, dquit, de solidarit, de gnrosit et de respect de la dignit humaine. La lecture historiciste de ces pays rvle quils partagent le mme parcours historique engendrant les mmes conditions de formation socio-politiques.
A peine sortis de la domination coloniale, tous succombent aux rgimes totalitaires, qui ne donnrent aucune chance la raison de se dvelopper ni leurs peuples de prendre conscience de leur existence citoyenne. Rsultat, un agrgat de groupes anims par la frustration de rattraper le manque gagner, cdant le pas la violence que les idologues de la guerre et de la confrontation viennent lgitimer au nom de la religion.
La faute qui ?
Inutile de recourir comme dhabitude au raccourci et de crier au loup, le fameux complot. La responsabilit de tous doit tre reconnue (Etat, socit, collectivits et individus...). La conscience du tort peut tre un dbut de solution. Qui blmer ? La pauvret, lignorance, le mode de gouvernance, des socits fragilises ou des citoyens pris aux piges des souffleurs sur la braise ? Il est certain que les conditions du milieu indiquent cinq facteurs aggravants : mauvaise gouvernance, car elle mine la confiance, creuse un foss entre ladministr et ladministrateur, discrdite lautorit des pouvoirs publics et porte atteinte sa crdibilit ; (lAlgrie occupe le 94e rang des pays les plus corrompus au monde) ; jeunesse dans le dsarroi (64% en ge dactivit de 15 59 ans), dont un grand pourcentage avait lge de 5 6 ans durant la dcennie noire, nourri dimages de violence.
Un taux de chmage qui slve 10% en 2013 ; cependant, la tranche de 16-24 ans est la plus expose avec un taux de 22,4% ; idologie meurtrire que sous-tend le discours haineux caractre religieux (dimportation surtout). Celle-ci lgitime les actes dune jeunesse dans le dsarroi prise au pige de la violence ; accroissement des milieux mafieux depuis louverture du march, qui nhsitent pas souffler sur la braise de la haine et des clivages pour crer diversion ou exercer une pression ; systme ducatif en crise, dstabilis continuellement par des refontes non adaptes et non exprimentes.
Pistes de solutions
Les pistes tout dsignes seraient de sattaquer en profondeur au problme de la violence et de mobiliser toutes les ressources en faveur de la promotion de la paix. Pour cela, revenir aux conditions du milieu et sattaquer la base aux aspects de vulnrabilit de la socit, dont : lignorance, la pauvret et lexclusion, travers un processus de rformes sociales et conomiques visant asseoir une bonne gouvernance, des mcanismes dinclusion et de participation citoyenne et soutenues de programmes de dveloppement social et conomique.
Entre-temps, quoi faire ?
Mais, en attendant ces rformes qui tardent venir, il faut, et en urgence, engager des actions court terme, qui ncessitent la mobilisation de toutes les ressources : judiciaires, scuritaires, ducationnelles et sociales dans une action de dveloppement, de pacification et de lutte contre la violence. Pour cela, prvoir des mcanismes juridiques prventifs, dissuasifs et punitifs ; et autant quils agissent dans la transparence et dune faon quitable pour lutter contre toutes les formes de violence, sa base lexclusion, le racisme et tout ce qui suscite la haine (y compris le discours haineux et surtout caractre religieux). des mcanismes scuritaires fonds sur les valeurs dquit, de justice et de justesse pour dfendre la loi et lordre public, dans le but du bien-tre de la socit et non de la vengeance et du soutien dun groupe contre un autre.
Une scurit qui agit dans la transparence, responsable, imputable et qui doit rendre compte de ses actes. Mobilisation des coles, mosques, espaces de socialisation et mdias pour dispenser un programme ax sur la paix et la non-violence et sur les valeurs de solidarit et de respect, etc. Mobilisation de llite religieuse et sociale pour mener des campagnes et engager des caravanes de paix pour propager et faire la promotion du message de la paix et de lespoir. Redonner confiance aux citoyens travers la recherche des conditions qui assureraient la bonne gouvernance (quit, justesse, justice, transparence, responsabilit, rdition de compte et imputabilit).
Dvelopper la culture institutionnelle versus le pouvoir de personnes. Implanter et promouvoir les conditions de participation. Multiplier les occasions de rencontre et de solidarit et susciter lengagement citoyen. Rechercher les conditions intelligentes pour un rel dveloppement par lencouragement et la promotion de linnovation, de lentrepreneuriat et par la rupture avec la culture de la rente.


Brahim Benyoucef : expert consultant en urbanisme et sciences sociales - Montral



El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le Mzab en perptuelle agitation Manifeste pour la paix




08:53 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,