> >

[] [ ]

Les vrits cinglantes dun tmoin du sicle

(Tags)
 
Les quatre vrits des gens du Sud Emir Abdelkader 0 2013-02-26 06:43 PM
Un htel sous-marin, lAtlantide du 21e sicle ! Emir Abdelkader | french Forum 2 2012-10-07 02:37 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-01-15
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Les vrits cinglantes dun tmoin du sicle

Me Ali Yahia Abdennour revient sur La crise berbriste de 1949

Les vrits cinglantes dun tmoin du sicle




Dans son ouvrage, Me Ali Yahia Abdennour a voulu rendre justice quelques figures du mouvement national excuts par leurs frres darmes.


A voir sa fougue, son lgance, sa silhouette fine qui na pas pris un gramme, son engagement passionn qui na pas pris une ride, sa plume qui gambade dune criture applique sur des centaines de pages proprement manuscrites, on a du mal croire que Me Ali Yahia Abdennour va boucler, le 18 janvier, ses 93 ans. A en juger par son inusable vigueur militante, il ne serait pas trop excessif de dire que le plus vieux militant des droits de lhomme est un jeune de 93 ans. Et il la prouv encore une fois loccasion dune confrence de presse quil a donne lundi au sige des ditions Barzakh pour prsenter son dernier livre : La Crise berbre de 1949. Portrait de deux militants : Ouali Benna et Amar Ould-Hamouda. Il nous a gratifis dune belle leon dhistoire, en loccurrence, coups de savoureuses digressions, en faisant talage dune verve, dune lucidit et dune mmoire absolument tonnantes. Dans cet ouvrage, Me Ali Yahia a voulu rendre justice quelques grandes figures du Mouvement national excutes par leurs frres darmes, sur ordre du CCE, simplement pour avoir contest le socle identitaire impos par les instances de la Rvolution en escamotant un pan entier de notre identit : sa composante amazighe. Lauteur va particulirement sattarder sur une squence quasiment taboue dans lhistoriographie officielle connue sous le nom de crise berbriste de 1949. Me Ali Yahia prfre plutt parler de crise anti-berbriste qui a priv les Algriens de leur algrianit.

Un anthropologue de la Kabylie ancestrale

Avant daborder le cur de laffaire, Me Ali Yahia consacre un bon tiers de son ouvrage la Kabylie des annes 1930, en somme, celle de son enfance, lui qui a vu le jour en 1921 dans le village de Taka (An El Hammam). Dans cette partie, Ali Yahia Abdennour se livre un vritable travail danthropologue, dcrivant avec un sens aigu du dtail et dans un style truculent, les petits gestes qui scandaient la vie quotidienne, les travaux et les jours dune Kabylie fondamentalement agraire. Il dcrit abondamment ses rituels et ses codes, lorganisation villageoise, la place de Thajemath (assemble traditionnelle) comme forum dmocratique, limportance de thala (la fontaine) dans la vie sociale des femmes, le droit coutumier, les petits mtiers, les marchs hebdomadaires, larchitecture des maisons traditionnelles, la crmonie du repas familial, Yennayer, les ftes et les rites funraires, les contes et la tradition orale, ou encore les chants berbres de rsistance. Tout ce que les hommes ont dit de mieux a t dit en berbre, rsume lauteur dans un aphorisme exalt. Ce prambule ethnographique dit toute la profondeur et lancrage de la culture amazighe en suggrant, en creux, la violence de sa ngation.


Le mmorandum qui divise

Cette ngation va se manifester par un document messaliste qui sera lorigine de la crise. Il sagit dun mmorandum dune cinquantaine de pages, explique Me Ali Yahia, labor par le bureau politique du PPA-MTLD en 1948, la demande de Messali Hadj qui devait se rendre lONU. Ce mmorandum refuse de donner lexistence de lAlgrie une origine plus lointaine que loccupation arabe qui remonte au VIIe sicle de lre chrtienne, relve le prsident dhonneur de la LADDH. Alors que Messali proclamait lAlgrie sera ternellement algrienne au stade de Belcourt, en 1936, il soutient dix ans plus tard que lAlgrie est arabe en larrimant au Moyen-Orient. Le confrencier est persuad que ce changement de cap doit beaucoup linfluence de deux figures du nationalisme arabe quavait rencontres Messali peu aprs la Seconde Guerre mondiale : Azzam Pacha et Chakib Arselane. La Kabylie est un bouillon de culture, un foyer du nationalisme librateur, que la direction du parti veut enfermer dans un ghetto de minorit culturelle et linguistique, assne lauteur. Ce nest pas une rupture ethnique, tribale ou rgionale que le mmorandum provoque, mais une fracture nationale, appuie-t-il. Benna Ouali et Amar Ould Hamouda, deux cadres du PPA et de lOS en Kabylie, refusent cette rgression mmorielle comme lappelle lorateur et le font savoir. Me Ali Yahia rapporte aussi comment, en juillet 1949, cinq tudiants PPA-MTLD, en loccurrence, son frre Sad Ali Yahia, Mebrouk Belhocine, Yahia Henine, Sadek Hadjers et Sad Oubouzar, se fendent dun contre-mmorandum intitul : LAlgrie libre vivra, et sign dun pseudonyme : Idir El Watani. De son ct, le conseil fdral du MTLD en France fait voter une motion, par 28 voix contre 32, sexprimant clairement pour une Algrie algrienne par opposition lorientation panarabiste de la direction du parti.

Purges et liquidations physiques sur ordre du CCE

La raction de ltat-major du FLN-ALN sera des plus svres. Les militants berbristes subiront une vritable purge, peu aprs le dbut de la guerre de Libration nationale. Ils seront rangs dans le mme sac que les Messalistes qui ont pris les armes contre la Rvolution, sindigne Ali Yahia Abdennour. Il prcise, dans la foule, que Benna Ouali et Amar Ould Hamouda avaient pourtant appel au dclenchement de la lutte arme ds la fin des annes 1940, bien avant le 1er Novembre 1954. Cest connu : les rvolutions mangent leurs propres enfants. Cest ainsi que Amar Ould Hamouda et Embarek At Menguellet ont t condamns mort au village At Ouabane par un tribunal compos de Krim Belkacem, Ouamrane Amar, Mohammedi Sad et Cheikh Amar, assure Me Ali Yahia. Amar Ould Hamouda sera excut par lALN en avril 1956. A partir de l, Bena Ouali sait que sa vie est en sursis. Mme si ces assassinats politiques sont survenus quelques annes aprs la crise de 1949, pour Me Ali Yahia, il ne fait aucun doute quils puisent leur origine dans ce schisme. Le Congrs de la Soummam avait condamn, ple-mle, les militants berbristes, messalistes et contre-rvolutionnaires, atteste-t-il. Ce quil confirme dans son livre en voquant un entretien quil avait eu avec Benyoucef Benkhedda, membre du CCE.

Ali Yahia Abdennour, faut-il le rappeler, avait succd Assat Idir la tte de lUGTA en juin 1956, une semaine aprs larrestation de ce dernier. A ce titre, il est en contact avec les plus hauts dirigeants de la Rvolution. Un jour, il est convoqu par Benyoucef Benkhedda qui lui annonce tout de go : Ouali Benna est condamn mort par le CCE. Ma tte clate de colre et de rage, fulmine Me Ali Yahia en apprenant la nouvelle. Nous sommes revenus la crise anti-berbriste de 1948, crira-t-il en insistant sur le fait que les blessures de cette crise ne sont pas encore cicatrises. Et de poursuivre, ulcr : La seule accusation qui pse sur Benna est dordre politique et culturel : berbriste. La condamnation mort est un message de haine contre lamazighit. Citant Benkhedda, il reprend la lettre les mots de celui-ci pour justifier ce crime : Le Congrs de la Soummam est un moment-cl de la Rvolution. La mise mort de Benna mane de cette autorit suprme de la Rvolution. Le CCE ne fait quappliquer la peine prononce par ce tribunal suprme. En gros, cette purge est motive par limpratif de dbarrasser la Rvolution des dmons du rgionalisme et du tribalisme.

Ces cadavres qui nous hantent

Le CCE, aprs le PPA-MTLD, considre lamazighit comme un ennemi dangereux quil faut mettre hors dtat de nuire, dnonce lauteur. Dtenteur de lpuration lgale, il a inscrit dans un processus normal lpuration des militants de la crise (berbriste) en les faisant fusiller la hte et au hasard, au coin dune fort ; sur une route ou dans une rue, alors quils nont fait que leur devoir.
Quelques jours aprs cette entrevue, Ali Yahia Abdennour annonce leffroyable verdict son destinataire : Le CCE ta condamn mort. Stoque, Ouali Benna rtorque : Ils peuvent me tuer, des milliers de Benna natront ! ()Je suis prt payer de ma vie mon engagement pour la berbrit qui est le deuxime combat de ma vie aprs celui pour la libration de mon pays () Pour le CCE, mon cadavre est dj l, mais il ne la pas encore enterr. Ouali Bena sera assassin dune rafale dans le dos le 13 fvrier 1957, prs de son village, Djema Saharidj. Avant lacte fatal, lauteur avait tent dintercder en sa faveur auprs de Abane.
En vain. En creusant ma tombe, tu creuses aussi la tienne. Telles taient les dernires paroles de Bennaa dresses Abane par la bouche dAli Yahia. Des mots terriblement prmonitoires. Quelques mois plus tard, Abane est assassin dans les conditions que lon sait. Mme morts, les cadavres de Ouali Benna, de Amar Ould Hamouda, tout comme celui de Abane, hantent encore notre mmoire tourmente et reviennent, tels des spectres, demander rparation pour pouvoir enfin reposer en paix.



Mustapha Benfodil



'El Watan


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les vrits cinglantes dun tmoin du sicle




08:55 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,