> >

[] [ ]

LAlgrie peut-elle encore viter le pire scnario ?

(Tags)
 
La Tunisie prouve encore une fois quelle est une exception dans le monde arabe Emir Abdelkader 0 2014-01-14 02:30 PM
LAlgrie va-t-elle continuer pardonner indfiniment aux terroristes ? Emir Abdelkader 0 2013-12-19 02:59 PM
Lavenir incertain ou le pire scnario Emir Abdelkader 0 2013-08-18 02:50 PM
LAlgrie reconnatra-t-elle lopposition syrienne ? Emir Abdelkader 0 2013-03-24 03:48 PM
Algrie Mali, lengrenage du pire Emir Abdelkader 0 2013-01-18 07:52 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-01-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,956 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool LAlgrie peut-elle encore viter le pire scnario ?

LAlgrie peut-elle encore viter le pire scnario ?

Au moment o Abdelmalek Sellal rpte partout que lun des atouts actuels de lAlgrie est sa stabilit, en comparaison avec les pays de la rgion, il feint de ne pas se rendre compte quil est en train de surfer sur une situation hautement ruptive dont les rpliques indicibles ne prsagent rien de rassurant, limage des meutes urbaines qui gagnent chaque jour en amplitude et en diversit.


Sur le plan intrieur, rien na t pargn pour rduire nant les divers instruments de la socit civile, la dernire loi relative aux associations a repris les intonations de lordonnance de 1971, permettant diverses autorits administratives ou politiques dinstrumentaliser la vie associative et discrditer ses leaders, restaurant ainsi la dimension de linterdit, de lintolrance et, partant, de lagrment-autorisation.
Je reprends ici mon commentaire extrait dun article publi dans la Revue algrienne des sciences juridiques, politiques et conomiques, propos des associations algriennes en 1988.

On ne dira pas que lEtat intervient dans le domaine associatif, mais quil y module sa prsence. LEtat noccupe pas lespace associatif, il sen occupe. La rpression systmatique des nouveaux syndicalistes ou militants des droits de lhomme, la dispersion violente des regroupements de citoyens, les entraves officielles ou officieuses la libert de runion en gnral, tout est l pour renforcer limage dun Etat au contour administratif abrupt, mfiant, scrutateur, incapable de comprendre lavantage de disposer dassociations crdibles et puissantes, capables de relayer les colres, rguler les tensions de proximit ou encore expliciter les demandes sociales.
Comme dans les annes 1970 et 1980, le pouvoir reste insensible lide toute simple que la bonne sant dune socit civile, en plus dtre un bon indicateur du dveloppement humain, agit comme un pralable ou un prrequis de la bonne gouvernance.
Au lieu de cela, le pouvoir ne trouve rien de plus pertinent aujourdhui que de vouloir mettre la profession davocat sous contrle judiciaire avec la nette intention de rduire nant la capacit de rsistance ou de dfiance des citoyens.

Au lieu de cela, le pouvoir ne trouve rien de plus intelligent que duser pour la quatrime fois de son droit de vto lencontre de lAssociation algrienne de lutte contre la corruption, afin de lempcher de participer la confrence des Etats-parties de la Convention des Nations unies contre la corruption, confirmant ainsi notre triste classement dans la liste des pays corrompus.
Cest dans ce contexte prcis que va souvrir la campagne lectorale devant dsigner le prochain Prsident de lAlgrie.
Contrairement ce qui a pu tre dit ou crit ces derniers jours, il me semble tout fait logique de penser que le coup de force de septembre 2013 mont par le clan du prsident Bouteflika contre les institutions scuritaires de larme, commodment rsumes sous le sigle de DRS, peut tout moment gnrer une raction politico-militaire, ou strictement militaire, dont on ne connat pas encore les formes. Les dernires activits du gnral Zeroual Alger, relayes par la presse, en sont peut-tre le signe annonciateur.

Il faut relever quen dehors des appels des seconds couteaux du srail (Sadani, Sidi Sad, ou Benyouns), le Prsident na pas encore dclar officiellement sa candidature un quatrime mandat, sachant pertinemment quil sexposerait une raction des autres ples de dcision civils et militaires, son pass dintrigant la rendu bon connaisseur des us et coutumes tablis.
Depuis plus de cinquante ans, la rgle en Algrie est que les militaires naiment pas du tout que les cartes soient distribues ou rebattues sans eux ou, plus grave, contre eux.

Remontons dabord Abane Ramdane, figure pique du pouvoir civil naissant, tout aurol de son succs du Congrs de la Soummam, o il fit adopter le principe de la primaut du civil sur le militaire, pralable toute socit dmocratique, loigne du carcan autoritaire qui caractrise notre vie politique depuis lindpendance.
On sait aujourdhui quil fut convoqu par lanctre du DRS, pour tre tout simplement assassin en guise davertissement aux autres leaders civils du FLN. Certains ont tellement bien compris le message quils ont prfr mettre fin toute activit politique (Mohamed Lamine Debaghine), dautres ont accept de rduire considrablement leur voilure (Sad Dahlab), et mme le grand Ferhat Abbas ira Tlemcen faire allgeance ltat-major de lALN, signant ainsi une triste fin de son parcours politique.
Ahmed Ben Bella a t limin partir du moment o sa figure internationale, ses amitis nouvelles avec Fidel Castro, Che Guevara, Tito ou Ben Barka lui paraissaient de nature lui permettre de pouvoir dfier les militaires et humilier devant plusieurs tmoins Bouteflika, Kad Ahmed ou Ahmed Bencherif.

Nous connaissons la suite. Il a eu la vie sauve cause du prestige international qui entourait lAlgrie cette poque, ses successeurs ne voulant pas entirement le sacrifier.
Plus prs de nous, cette situation de septembre 2013 rappelle la situation de Chadli Bendjedid lorsquen 1991, sur les conseils de Taleb El Ibrahimi et Mehri (entre autres), il dcida de signer un deal avec le FIS sans en rfrer larme.
Nous connaissons aussi la suite puisque la raction de larme va inaugurer le cycle terrible dune guerre contre les civils que beaucoup, par paresse intellectuelle, continuent appeler guerre civile. Encore plus prs de nous, le prsident Boudiaf avait annonc au dbut de mai 1992 ses conseillers les plus proches que le 5 juillet 1992, il allait annoncer officiellement lorganisation dlections prsidentielles pluralistes avant le 1er Novembre.

Larme, tous commandements confondus, a tout fait pour lui faire entendre raison, car lexpression de maffia politico-financire avait fait flors et incarnait dj aux yeux des Algriens la figure du propritaire dune maison voulant en expulser les occupants sans droit ni titre ou les indus occupants. Boudiaf refusa de ngocier quoi que ce soit et son assassinat a fait sombrer le pays dans lune des priodes les plus terrifiantes dont on est loin davoir dchiffr le sens et la porte hors du fait que cette terreur globale et durable a permis de mettre en route le processus de transfert des rentes publiques vers des rentes prives, permettant en quelques annes seulement Cevital de remplacer la SNCG et la Sogedia pour ne citer quun seul exemple.
La rgle, en ralit, est immuable : lorsque les militaires sentent que quelquun joue plus vite queux ou sans eux, ils ragissent assez vite en gnral.

Cest la lecture de toute cette exprience que je crois possible (mais pas certaine) une raction des militaires et plus particulirement de nouveaux jeunes officiers qui assistent, mduss, des promotions de gnraux qui relvent du npotisme ou du rgionalisme le plus abject.
Cest la conclusion laquelle arrivent deux politologues, mme sils nempruntent pas le mme raisonnement historique.
Le premier laisse entendre que le clan Bouteflika aurait contract les arrangements ncessaires avec larme avant de renoncer au quatrime mandat, le deuxime ne pouvant pas croire que linstitution militaire, de faon gnrique, puisse accepter toutes ces humiliations publiques sans ragir.

Voil quel type de supputations nous impose la conjoncture actuelle dans notre pays.
Pendant ce temps-l, dans les pays rellement gouverns, les lites civiles et militaires rflchissent aux consquences des reconfigurations gopolitiques qui ont cours sous nos yeux, limage du renouveau dun no-empire sovitique qui vient de faire plier lEurope en avalant lUkraine, ou encore de cette superpuissance chinoise qui dploie avantageusement ses capacits technologiques, militaires, conomiques et diplomatiques, allant jusqu geler toute initiative internationale pouvant la contrarier, comme en Syrie.
Pendant ce temps-l, les nations qui sont rentres dans lhistoire mutualisent lintelligence de leurs ressources humaines pour prparer la prochaine tape, celle o le ptrole, par exemple, ne sera plus quune richesse sans plus-value excessive parce que remplace par dautres sources dnergie, en dautres termes ltape o aucun gouvernement ne pourra survivre sans sintresser un tant soi peu au souffle qui traverse ses citoyens. Tout cela fait dautant plus peur dans notre pays qui a sabord volontairement sa diplomatie en la confiant au premier venu pendant une dcennie et qui se retrouve sans voix, sans ambition et sans stratgie, au moment o toutes ses frontires peuvent constituer tout moment dinnombrables lots de dstabilisation.

Cest pour tout cela quon est en droit de se demander si notre pays peut encore viter le chaos qui guette son avenir.
Cest aussi pour cela que les dcideurs daujourdhui, toutes hirarchies et secteurs confondus, doivent sortir le pays des archasmes assassins de la prsente gouvernance au lieu dattendre batement le naufrage avec pour seul souci de compter et recompter les dollars de leurs honteuses rapines.


Bachir Dahak. Docteur en droit, militant associatif



'El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

LAlgrie peut-elle encore viter le pire scnario ?




09:23 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,