> >

[] [ ]

Syrie : Qui gagne et qui perd ?

(Tags)
 
Clbration du Mawlid Ennabaoui Un enfant perd deux doigts, une adolescente touche au ventre Emir Abdelkader 0 2014-01-15 03:34 PM
Adieu Mandela : L'Algrie perd plus qu'un ami Emir Abdelkader 0 2013-12-06 08:58 PM
Le Qatar perd son rle de pivot de la diplomatie arabe Emir Abdelkader 0 2013-09-24 03:23 PM
Le Maroc perd son sang-froid Emir Abdelkader 0 2013-04-11 02:46 PM
le Maroc perd du terrain Emir Abdelkader 0 2012-11-04 01:58 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-01-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Syrie : Qui gagne et qui perd ?

Syrie : Qui gagne et qui perd




La crise syrienne dure depuis presque trois ans, et est laisse clairement plusieurs vainqueurs : le gouvernement de Bashar au-Assad, qui na pas seulement rsist militairement, mais son image ressort renforce politiquement lextrieur et lintrieur de son pays. La Russie, qui est devenue un arbitre indiscut dans la rgion, et qui ct de son alli la Chine, est revenue au poids spcifique quelle a eue pendant lre sovitique. LIran, comme support et alli stratgique de la Syrie, a recommenc tre cout dans les forums internationaux et a momentanment perdu sa place dans le trs rabch axe du mal.
Un autre grand vainqueur, bien quen sens contraire, est lorganisation terroriste al-Qaeda qui est sorti matriellement trs consolide. Gav jusqu lindigestion de dollars, darmes et dentranement, par la CIA, et le Mossad, et avec des informations clef, ce sont les uniques ennemis bien positionns face al-Assad. Ses milices qui comptent entre sept et vingt mille effectifs, seulement en Syrie, sont bien fournies en armement pour commencer une guerre ou pour renforcer celles dj existantes dans sa zone dinfluence qui s tire depuis la Chine travers le Maghreb jusquau au-del de lAfrique Saharienne. Sans msestimer la possibilit quelle puisse concrtiser dattaquer partout en Europe, de Londres jusqu Moscou, ou comme elle la fait il y a deux semaines dans la ville de Volgograde avec deux attentats laissant comme rsultat trente-quatre morts.
Sur lchec des puissances occidentales beaucoup de choses ont t crites et cela tente dtre dissimul par les grandes couches de cosmtologie laune des grands quotidiens et des chanes de tlvision qui balaient le conflit sous le tapis.
De cette entente, compose par les États-Unis, la France, lAngleterre, Isral, la Turquie, lArabie Saoudite et le Qatar, elles sont restes contuses et blesses dune gravit presque mortelles.
Dans la liste de finis nous pouvons dabord raconter et de manire presque anecdotique lex-prsident gyptien Mohamed Morsi, qui nest mme pas arriv sinscrire sur la liste des tratres, puisque peine a-t-il bauch sa position face au conflit, et pour dautres raisons, il fut renvers par un mouvement militaire dinspiration nassriste du gnral Abdelfatah Khalil al-Sisi. Deux petro-monarchies de la triste liste, sont aussi restes ltat vgtatif, lÉmir du Qatar a d directement abdiquer et la monarchie autrefois solide des Saud, commence dsormais percevoir des mouvements internes impensables il y a seulement quelques mois.
Comme gravement blesss de cette catastrophe humanitaire, politique et militaire, il faut noter la tte des vaincus le prsident US Barack Obama, qui a perdu tout prestige et pouvoir effectif. Aprs la pire lecture politique et militaire faite propos de la ralit syrienne, il est rest de fait, un prsident des affaires intrieures, puisquil a t cart des questions des hautes politiques internationales tout comme son Secrtaire dEtat, John Kerry, qui peine un an ce poste apparat comme un simple touriste.
Lopposition syrienne, est un autre des ces grands perdants. Elle a cherch avec les armes ce quelle a neu jamais pu raliser depuis la politique. Aujourdhui elle na pas seulement rendue impossible la droute dal-Assad, elle a aussi perdu sa capacit militaire et sa reprsentativit. Les hommes qui luttent en Syrie englobs dans ce qui est connu comme lArme Libre Syrienne (ELS), doivent affronter la vraie arme de leur pays, lArme Arabe Syrienne (EAS), renforce moralement, et qui, sans rien dtrange, se trouve quelque mois dune victoire dfinitive.
À son tour lELS, doit combattre avec acharnement contre al-Nusra et lÉtat Islamique pour lIrak et le Levant(ISSIS), deux branches dal-Qaeda, qui a en mme temps ont des profondes controverses entre elles, ce qui produit des sanglants affrontements.
Le premier Ministre Britannique David Cameron, est lun des blesss graves, aprs lhistorique chec lheure de vouloir accompagner les États-Unis dAmrique dans sa folle dcision frustre dattaquer la Syrie. Pour la premire fois en plus de trois cents ans, les chambres nont pas soutenu le Premier ministre dans une dcision de ce calibre. La France abandonne par Washington et Londres, aujourdhui est rduite tre une pice moindre dans le jeu dIsral, qui est lunique pays participant ouvertement dans le conflit syrien, qui jusqu prsent, a sauv les meubles lheure de lister les dommages.
La Turquie : Et moi pourquoi me regardent-ils ?
De la longue liste de tristes personnages, il nous reste seulement faire rfrence au pathtique premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, qui a approvisionn lopposition syrienne, non seulement avec du matriel et de lintelligence, rappelons que la Turquie et la Syrie ont une frontire de plus de 800 kilomtres et qui au cours de la guerre a menac, plusieurs fois, dune intervention arme pour la dfense de ses citoyens et ses frontires.
La Turquie depuis le commencement du conflit, en mars 2011, a agi comme port franc lheure du passage darmes qui arrivaient depuis lArabie Saoudite et lOccident, et en permettant le passage de milliers dEuropens islamistes et dautres nations qui allaient mener leur jihad en Syrie, en sincorporant aux milices dal-Qaeda.
Aujourdhui tout le gouvernement turc est remis en question. Pas seulement sur des question internes comme les cas de corruption qui tombent en cascade depuis les plus hautes sphres du gouvernement. Dans ces dernires semaines ont d dmissionner les ministres de lÉconomie Zafer Çaglayan, lIntrieur Muamer Gler, et de lEnvironement et de lUrbanisme Erdogan Bayraktar, dont les enfants ont t arrts le dernier 17 dcembre aprs la dcouverte dune sinistre affaire de pots-de-vin, dont serait pas non plus trs loin lun des enfants du Premier ministre. Mais la cascade ne finit pas l, le puissant ministre dAffaires europennes, dEgemen Bagis, apparat dans une enqute aussi. Trois dputs de son parti Justice et Dveloppement (AKP) ont dmissionn de leur charge en signe de protestation pour la corruption du gouvernement qui touche aussi la police. 1 700 des hommes de la force de police ont t relevs de leurs fonctions, dont 350 taient des hauts responsables.
Pour Erdogan les problmes ne finissent pas l, son amiti avec Yasin al-Qadi a t dcouverte, connu comme le caissier dal-Qaeda, recherch par les États-Unis depuis les attentats contre ses ambassades au Kenya et Tanzanie (1998).
Yasin al-Qadi, est aussi un ami personnel de lex-vice-prsident des États-Unis dAmrique, Dick Cheney, qui a mobilis son avion priv sans prter dattention aux sanctions que lONU avait adoptes contre lui. Il sest runi avec Erdogan en Turquie, au moins quatre fois en 2012, tant entr par laroport dIstanbul. Il est maintenant admis que les camras de scurit avaient t pralablement dbranches et que les ennuyeuses et compromettantes formalits de migrations ont t vacues grce la bonne prdisposition du chef de la scurit du Premier ministre.
Tandis que ces activits secrtes taient connues des mdias turcs, la gendarmerie a intercept prs de la frontire syrienne, dans la province de Hatay un camion charg darmes destines al-Qaeda. Des ttes de mortier, des armes, des munitions, des appareils lectroniques et des gilets par balles, taient dissimuls, comme par hasard, dans un envoi humanitaire de lassociation des Frres Musulmans.
Lune des trois personnes arrts ct du chargement tait un agent de Milli Istihbarat Teskilati (MIT) les services secrets turcs. Finalement le gouverneur de la province de Hatay, Mehmet Celalettin Lekesiz, a interdit que la gendarmerie continue doprer sur ces oprations et a ordonn que le camion puisse poursuivre son chemin.
En novembre, un incident similaire est arriv Adana, quand la police croyait intercepter un chargement de drogues elle a dcouvert un chargement de ttes de mortier, sans explosifs, de fabrication turque destination des mercenaires qui agissent en Syrie.
Il ny a pas de doute que la situation en Syrie dici au 22 janvier, quand commencera la dite la runion de Genve II, o le gouvernement et lopposition syrienne vont essayer de trouver une sortie de crise, va changer plusieurs fois. Les deux adversaires essaieront darriver en Suisse en position de force.
Mais un invit surprise appel al-Qaeda, pourrait jeter tous les efforts par terre. Tandis quun certain Recep Tayyip Erdogan pourrait aussi, conseill par un obscur et secret bureau de Washington ou de Tel-Aviv, essayer de leur donner un coup de main.




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Syrie : Qui gagne et qui perd ?




06:03 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,