> >

[] [ ]

Bachar al-Assad est aujourdhui plus fort quil ne ltait il y a 15 mois

(Tags)
 
Égypte : le vote pour la Constitution prend fin aujourd'hui Emir Abdelkader 0 2014-01-15 11:44 AM
De la difficult dtre Arabe aujourdhui Emir Abdelkader 0 2013-11-04 02:59 PM
Syrie : Le Maroc favorable la solution militaire contre Bachar al-Assad Emir Abdelkader 0 2013-08-31 10:25 PM
Le vent tourne en faveur de Bachar Al Assad Emir Abdelkader 0 2013-07-19 11:46 PM
fort 3 2012-05-18 06:21 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-01-28
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Bachar al-Assad est aujourdhui plus fort quil ne ltait il y a 15 mois

Bachar al-Assad est aujourdhui plus fort quil ne ltait il y a 15 mois




Les Franais, les Britanniques et les Amricains nont aucune comprhension de ce qui se passe ici , mavait dit lt 2012 un diplomate tranger post en Syrie. A lpoque, il tait encore possible, pour un tranger comme moi, arriv rcemment en Syrie partir de Londres, dimaginer un dpart imminent de Bachar al-Assad. Un fonctionnaire du Dpartement dÉtat amricain avait mme qualifi son rgime dhomme mort qui marche.
Mais les Occidentaux, qui avaient pass des annes en Syrie, taient moins optimistes. Ils ont rejet les rapports de la presse US prophtisant la chute du rgime. Assad, disaient-ils, tait populaire parmi les minorits. Par ailleurs, la loyaut de larme lui tait quasi-absolue.
Aujourdhui, Assad est plus puissant quil ne ltait il y a 15 mois. Car malgr toutes les prdictions sur la chute imminente de son rgime, la machine baathiste reste le seul lment qui fonctionne encore en Syrie.
En dpit du carnage, la vie quotidienne Damas, bastion dAssad, continue en grande partie comme avant. Il ny a eu aucune grande dfection, et, surtout, larme arabe syrienne, malgr les 30.000 morts dans ses rangs, continue de prter allgeance Assad. Ces deux derniers mois, elle a rcupr des territoires autour de Damas.
Pourtant, au lieu de rajuster sa rponse, Washington reste attach aux mmes objectifs politiques troits: llimination dAssad du pouvoir.
Cest une attente irraliste. Loin daboutir au dpart dAssad, cet objectif prolongera la violence. Les reprsentants du gouvernement syrien ne sont pas alls la table des ngociations pour abandonner leurs gains. Ledit communiqu de Genve 1, qui constitue la base de la demande de Kerry, nappelle pas au dpart dAssad. Et ce dernier nest pas prt partir sans une menace crdible dutilisation de la force par les États-Unis.
Kerry a affirm quune telle menace tait encore sur la table. En vrit, les options de Washington sont limites par le fait grandement embarrassant que lopposition qui est venue en Suisse pour arracher le pouvoir Assad ne dispose pas dune base importante en Syrie. Ses membres ont peu demprise sur les moudjahidines qui combattent les forces gouvernementales.
Une grande partie du territoire qui chappe au contrle du gouvernement est tenu par des groupes lis Al-Qada. Et ces groupes sopposent aux pourparlers de paix. Ils sont conscients quils pourraient bnficier de toute tentative occidentale de dloger Assad. Mme les lments modrs de lopposition semblent tre hors du contrle de Washington.
Pendant des semaines, John Kerry a tent dobtenir un sige pour Thran aux ngociations de Montreux, parce quil a compris que la prsence de lIran, en tant que puissance rgionale, est indispensable pour raliser des progrs. Cela a irrit lArabie saoudite, la thocratie sunnite qui est alarme par le dgel des relations entre Thran et Washington.
Principal bailleur de fonds de lopposition, lArabie saoudite a jou un rle cl dans la transformation de la Syrie en refuge pour les jihadistes trangers, ayant la mme idologie que ceux qui ont men les attaques du 11 septembre.
Tout cela explique pourquoi Assad a ridiculis les ngociations en les qualifiant de plaisanterie. Sa dcision denvoyer une dlgation rpondait aux souhaits de ses sponsors en Russie, qui ont travaill dur pour empcher une frappe de larme amricaine contre leur client lanne dernire. Ces sponsors sont impatients de dmontrer lutilit de la diplomatie.
Mais le cadre des ngociations semble dj obsolte. Etablies en 2012 par Kofi Annan, alors missaire de lOnu en Syrie, ces dispositions -appelant un organe transitoire par consentement mutuel, au dialogue national, des lections libres, et un examen complet de la Constitution- taient intervenues alors quAssad semblait faible et lopposition unifie. Les grandes puissances, qui ont aid prparer la confrence de Genve, anticipant peut-tre la chute dAssad, ont refus de la soutenir. Annan a quitt son poste dans la frustration.
Pour les Syriens ordinaires, les ngociations en cours en Suisse ressemblent un numro de cirque. Assad, qui a le sentiment dtre triomphant, refuse de partir. Lopposition interne dchire refuse de temprer ses demandes. LOccident na pas la volont dintervenir militairement, regarde avec une rage impuissante.
(CNN.Com)
Traduit par Mediarama





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Bachar al-Assad est aujourdhui plus fort quil ne ltait il y a 15 mois




03:34 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,