> >

[] [ ]

Le ras-le-bol des parents dlves

(Tags)
 
Ils appellent les syndicats renoncer la grve, Les parents dlves veulent lintervention de la Emir Abdelkader 0 2014-01-13 10:56 AM
Les associations des parents dlves avertissent quelles ne resteront pas les bras croiss en Emir Abdelkader 0 2014-01-12 12:42 PM
A mes parents . Emir Abdelkader | french Forum 2 2013-07-04 02:18 PM
la dignit de lenfant et la douleur des parents nont pas t respectes Emir Abdelkader 0 2013-03-19 05:57 PM
Les parents de Haroun et Brahim : Ne marchandez pas le sang de nos enfants Emir Abdelkader 0 2013-03-18 05:47 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-02
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le ras-le-bol des parents dlves

Le ras-le-bol des parents dlves


Le secteur de lducation bouillonne. Alors que la colre des enseignants nest toujours pas attnue, les parents dlves ont du mal matriser leur mcontentement face au gel des tablissements scolaires.



Pour rappel, la grve dans le secteur de lducation, enclenche la semaine dernire par deux syndicats, lUnpef et le Snapest, a tendance slargir avec le Cnapest qui observera, lui aussi, un autre dbrayage au cours de la semaine. Il convient de prciser que les revendications de ces syndicats relvent des prrogatives du Premier ministre et de la Fonction publique. Labrogation de larticle 87 bis et la rvision du statut particulier des travailleurs de lducation nationale sont les principales revendications.
Cependant, la grve nest pas une solution pour de nombreux parents dlves, qui ne cachent pas leur dception. Certains ont charg la fois les syndicats et le ministre de tutelle. Les syndicats sont responsables dans une large mesure de ce qui leur arrive. Si le statut particulier contient des lacunes, cest parce quils ne lont pas bien ngoci au dpart. Lannulation de larticle 87 bis ne relve pas du ministre de lEducation nationale. Les syndicats se sont tromps de porte, estime un pre de deux enfants scolariss. Ce cadre dune institution publique invite les syndicats jouer leur rle pleinement dans le changement social au lieu de se cacher derrire les enfants et de les prendre en otages. Le rle dun syndicat est beaucoup plus social, considre-t-il.
Bien que les syndicats autonomes soient toujours exclus des grands rendez-vous o sont dbattues les questions sociales, notre interlocuteur insiste sur le fait quun syndicat le plus reprsentatif pourrait contraindre les autorits ouvrir le dialogue sur les dossiers quil soulve. Ce pre charge bien videmment le ministre du fait quil nhonore pas ses engagements.
Dautres parents dlves, linstar de ceux encadrs par lUnion des parents dlves dAlger-Est, montent au crneau et menacent dentamer une action lencontre des enseignants. Les enseignants utilisent nos enfants comme une carte de pression sur leur tutelle, dnonce Ali Benzina, prsident de lUnion des parents dlves dAlger-Est. Ce pre de trois enfants scolariss dans les trois paliers (primaire, moyen et le lyce) sest montr trs critique lgard des enseignants grvistes et dnonce : Mes enfants nont toujours pas rcupr les cours perdus durant le premier trimestre. Et de poursuivre : Il est quasiment impossible de rcuprer les cours rpartis sur trois semaines en une seule semaine. Cette mesure de rattrapage des cours nest quune astuce pour calmer la colre des lves et de leurs parents, estime-t-il.
Au sujet de la limitation des cours qui tait pourtant une revendication des lves et de leurs parents ces annes dernires, M. Benzina soutient que la limitation des programmes pour les classes dexamen est lune des arrire-penses de cette grve. Avec la limitation des programmes, on ne peut pas valuer le niveau des enseignants. Ce sont eux qui se cachent dernire cette mesure, explique Ali Benzina, affirmant que les parents sont contre cette mesure. Avec cette mesure, les diplmes de nos enfants ne sont pas reconnus. En plus, les consquences de cette mesure sont trs visibles luniversit, souligne-t-il, en suggrant aux enseignants de tenir des sit-in devant le ministre de lEducation nationale durant les week-ends au lieu dopter pour des choix qui pnalisent les lves.
Si cette grve continue, nous allons envoyer ces enseignants au chmage technique en retenant nos enfants la maison pendant un ou deux mois, menace-t-il. Mais encore une fois, ce sont les lves qui payeront les frais. En labsence dune action commune des syndicats, de la participation active des parents dlves et des mesures concrtes de la tutelle, les enfants dAlgrie sont plus que jamais pris en otages. Tous ces problmes sajoutent ceux qui sont dj l : programmes trop lourds, surcharge des classes, mthodes pdagogiques incomprhensibles et limitation des cours qui devient la tradition de lcole algrienne.


Fdration de lducation (Snapap) : appel une semaine de grve partir du 5 fvrier

La fdration nationale de lducation, qui exerce sous lgide du Syndicat national des personnels de ladministration publique (Snapap), a lanc un pravis de grve dune semaine partir du 5 fvrier pour des revendications socioprofessionnelles. La fdration exprime des revendications lies la refonte du statut particulier, mais aussi la protection contre la violence scolaire.
Dans un communiqu diffus hier, la fdration interpelle la tutelle sur la ncessit de dbloquer des quotas de logements sociaux au profit des enseignants ainsi que la rgularisation de la situation des travailleurs contractuels.  F. A.

La dperdition scolaire lorigine de laugmentation de la criminalit :

Les auteurs de crimes tels que les homicides, les vols et le trafic de drogue, enregistrs durant les annes 2011, 2012 et 2013, font partie de la catgorie des jeunes touchs par la dperdition scolaire, souligne une tude publie hier par le groupement territorial de la Gendarmerie nationale dAlger, rapporte lAPS. La prolifration de la criminalit en milieu juvnile est due aux conditions sociales qui ont marqu le pays durant la dcennie noire, lexode rural et limpact ngatif des chanes satellitaires et de linternet sur les jeunes, estiment les auteurs de ltude. Selon ces derniers, la dperdition scolaire un ge prcoce est la cause principale de la prolifration de la criminalit parmi les jeunes qui se retrouvent sans formation ni occupation, ce qui les encourage user de la violence pour survivre.

Djedjiga Rahmani



El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le ras-le-bol des parents dlves




01:58 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,