> >

[] [ ]

Ghardaa : Les barons de la drogue et de la contrebande exploitent les jeunes

(Tags)
 
Drogue lcole : Ce quil faut faire pour mettre nos jeunes labri de ce poison Emir Abdelkader 0 2013-12-29 01:04 PM
15.000 marocains vivent de la contrebande du carburant algrien Emir Abdelkader 0 2013-10-03 02:33 PM
Contrebande darmement en Libye : LAlgrie et la Tunisie en tat dalerte Emir Abdelkader 0 2013-09-14 02:46 PM
Lalliance avre avec le terrorisme, Barons de la drogue au Maroc Emir Abdelkader 0 2013-08-26 06:11 PM
lutte contre la contrebande en Algrie bloque le Maroc Emir Abdelkader 0 2013-08-23 10:45 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Ghardaa : Les barons de la drogue et de la contrebande exploitent les jeunes

Ghardaa : Les barons de la drogue et de la contrebande exploitent les jeunes




Le prsident de l'association Cheikh Ishaq Abi Ibrahim Tafiche pour la protection du patrimoine de la rgion de Ghardaa, Imnacen Mohamed, a affirm qu'"Ibadites et Malkites ont de tout temps cohabit en parfaite symbiose" dans cette wilaya.
"Les diffrends doctrinaux entre les habitants de Ghardaa n'ont jamais reprsent un problme ou un obstacle la vie religieuse, conomique et sociale de cette population", a indiqu M. Imnacen dans une dclaration l'APS.
Il a soulign que son association "possde plus de 3.000 articles scientifiques nouveaux et anciens rdigs par des ulma d'Algrie et d'ailleurs prnant la cohabitation existant entre les deux doctrines religieuses dans la rgion".
"C'est aux ulma de la rgion, encore en vie ou dcds, appartenant aux doctrines ibadite et malkite que revient le mrite d'avoir fait de la rgion de Ghardaa un exemple de cohabitation et de complmentarit entre les deux coles islamiques", a-t-il soutenu. M. Imnacen a reconnu que "d'aucuns tentent d'attiser la discorde entre les adeptes des deux doctrines dans la wilaya de Ghardaa pour servir leurs intrts personnels". "Le colonialisme franais n'a jamais russi diviser la population de Ghardaa par des diffrends doctrinaux ou ethniques", a-t-il dit. "Comment certains tentent aujourd'hui de dstabiliser la rgion en suscitant le fanatisme doctrinal ?" s'est-il interrog. M. Imnacen a indiqu, ce propos, que "les habitants de Ghardaa ne se laisseront pas entraner par ces tentatives" voulant pour preuve "leur main tendue aux autorits pour rsoudre ce problme". "Les Ghardaouis ne resteront pas les bras croiss face ceux qui menacent l'unit de l'Algrie et des Algriens en suscitant un diffrend doctrinal Ghardaa".
"Il y a eu certes des actes de violence et je pense que ce sont des drapages de certains jeunes qu'ils soient Malkites ou Ibadites", a-t-il dit concernant les derniers incidents qu'a connus la wilaya, appelant les jeunes en particulier et la population de Ghardaa en gnral, faire preuve de sagesse et de retenue, et faire prvaloir le dialogue", car la situation actuelle au niveau des frontires "nous interpelle, tous les Algriens la vigilance et l'unit".
"Dnonant" la profanation du mausole dAmi Moussa, minent savant de la rgion, au cimetire Ami Sad, l'interlocuteur a "appel punir les auteurs des profanations de mausoles et de sites historiques classs patrimoine mondial".

-----------------------------
Les barons de la drogue et de la contrebande exploitent les jeunes de Ghardaa pour dstabiliser la rgion
L'ancien ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelwahab Bakli, a afirm que les "barons de la drogue et la contrebande tentent d'instrumentaliser les jeunes Ghardaouis pour dstabiliser cette rgion gographiquement stratgique qui constitue un trait d'union entre le nord et le sud du pays". M. Bakli, un notable de la population ibadite, a prcis, dans une dclaration l'APS, que les "barons de la drogue et de la contrebande sont les instigateurs des ractions anarchiques des jeunes de Ghardaa qu'ils ont voulu exploiter l'effet de dstabiliser cette rgion stratgique et vritable trait d'union entre le sud et le nord du pays". Saluant le rle des forces de l'Arme nationale populaire (ANP) dans la "protection des frontires en gnral et la rgion du Sud en particulier", l'ancien ministre a soulign que "les barons de la contrebande, de la drogue et du crime transfrontalier visent, travers le soulvement des jeunes Ghardaa, saper les efforts de l'État en matire de surveillance des frontires marques par une situation particulire, ces dernires annes, en raison des tensions internes que connaissent des États voisins".
Il a appel, dans ce sens, les Algriens "s'inspirer des valeurs nationalistes et celles de l'islam qui prnent l'entraide, la tolrance et le respect d'autrui". Par ailleurs, M. Bakli a cart "la thse de la main trangre dans ces incidents", ajoutant que "si c'tait le cas, l'emblme national n'aurait pas t brandi dans les rues et quartiers de Ghardaa depuis le dbut des vnements". "Cette initiative traduit la loyaut de la population ghardaouie aux composantes historiques et civilisationnelles de l'Algrie", a-t-il dit. M. Bakli a, d'autre part, contest le traitement accord par les mdias nationaux et internationaux, en janvier dernier, aux incidents de Ghardaa, estimant que "certains mdias, notamment trangers, ont manqu de professionnalisme en donnant une importance disproportionne aux vnements travers des lectures et commentaires qui n'ont fait qu'exacerber la situation". Il a ainsi critiqu "le recours des concepts mdiatiques impropres tels que +conflit confessionnel+ et +diffrend entre Malkites et Ibadites+", ajoutant que "la cohabitation entre ibadhites et de malkites Ghardaa n'a jamais pos de problme, et ce depuis la guerre de Libration". "Les incidents ayant maille la ville de Ghardaa sont pratiquement les mmes qui se sont produits dans un pass proche dans certaines wilayas du pays, mais Ghardaa la situation a t dramatise par les mdias et on ne sait pas pourquoi", a-t-il fait remarquer. Il a aussi dplor "l'incapacit des autorits locales traiter la crise ds son clatement", mais aujourdhui, a-t-il expliqu, "des indices montrent que la crise de Ghardaa sera dfinitivement rsolue, grce la sagesse et la prsence de l'État". "Il est ncessaire maintenant pour toute la population et les autorits locales de maintenir les facteurs mme de prserver le calme et dviter de verser dans la violence, grce et des solutions dfinitives", a-t-il prconis. Le Sud algrien et Ghardaa en particulier ont connu un "dveloppement indit", notamment ces dernires annes, et ce grce aux efforts des hautes autorits du pays, a encore soulign M. Bakli. Abdelwahab Bakli a occup le poste de ministre du Tourisme et de l'Artisanat au sein du gouvernement de Belad Abdesselam en 1992. Il a t chef de dara de Hassi Bahbah, Boufarik, Tamanrasset et El-Eulma entre 1975 et 1987, l'anne o il a t lu dput de la wilaya de Ghardaa l'APN. Il a galement t conseiller du mdiateur de la Rpublique, Habachi Abdesselam, entre (1996-1999), et membre de la commission indpendante charge d'enquter sur les vnements de Kabylie installe par le Prsident de la Rpublique Abdelaziz Bouteflika et prside par Mohand Issad en 2001. Il compte son actif plusieurs ouvrages traitant de questions nationales et internationales.
APS

-----------------------------
Cannabis et dstabilisation
Depuis des semaines, Ghardaa est prise dans ltau de la violence et de la polmique, mettant en avant les deux communauts de la rgion, qui ont toujours vcu non seulement en bonne intelligence, mais, galement, en conformit avec des valeurs quelles partagent dailleurs : entraide, solidarit, gnrosit et conception noble de la vie en communaut selon les principes de lislam. On parle, aujourdhui, avec une facilit aussi dconcertante que fausse, dune tension entre communauts, mais cette propagande commence sessouffler, se fissurer, pour laisser place dautres lments, ceux-l sinquitent fort peu des clivages sociologiques du moment que les affaires marchent. Un ancien ministre, originaire de la rgion, Abdelwahab Bakli, vient, fort propos, ajouter sa connaissance fine de la socit locale, celle de nombreux notables et lettrs de la rgion en affirmant que les barons de la drogue et de la contrebande tentent dinstrumentaliser les jeunes Ghardaouis pour dstabiliser cette rgion gographiquement stratgique qui constitue un trait dunion entre le nord et le sud du pays. Il suffit de drouler la carte de la rgion et situer Ghardaa par rapport aux grands centres de production, de commercialisation et de transit de drogue, pour quune nouvelle interrogation se pose. Le tour de vis apport par les forces de scurit et celui de la gendarmerie en particulier dans les zones frontalires a empch les rseaux mafieux maghrbins de se balader dun territoire un autre. À lvidence, les rseaux maffieux en souffrent. À lEst, ils ont mme pouss loutrecuidance jusqu manifester pacifiquement pour quon les laisse remplir les rservoirs dessence. À lOuest, la tension est encore plus aige puisque le makhzen et cela est consign dans les enqutes internationales sassure dune allgeance frontalire en favorisant la contrebande et le trafic de toutes sortes. Et on ne comprend que mieux pourquoi cette frontire ferme, mme quand elle fait parler delle sous langle anecdotique, l affaire prend des dimensions royales. Lobservateur peu averti aura peut-tre oubli que depuis le redploiement et la rorganisation des services de contrle aux frontires, Ghardaa, ville touristique et population pacifique, a commenc faire la une de lactualit des faits divers. En novembre 2011, plus de dix quintaux de kif trait ont t saisis par les gendarmes de la brigade territoriale dOuargla, lors dune patrouille sur la RN 49, reliant Ouargla Ghardaa. En fvrier 2013, Berriane, Ghardaa et Mansourah, des saisies de drogue galement. En juillet 2013, 19 quintaux de kif trait ont t saisis sur la route reliant Brezina (El-Bayadh) Metlili (Ghardaa) par les forces combines douanes et scurit. Il y a quelques jours, 560 kg de kif traits ont t dcouverts dans un vhicule. Les narcotrafiquants voulaient profiter des troubles de Ghardaa pour mener bon port leur poison.

M. Koursi




ELMOUDJAHID.COM
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Ghardaa : Les barons de la drogue et de la contrebande exploitent les jeunes




05:52 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,