> >

[] [ ]

Les dessous des attaques du SG du FLN

(Tags)
 
Les dessous de la hausse du budget de la dfense Emir Abdelkader 0 2014-01-03 05:36 PM
Libye Les attaques se poursuivent Benghazi Emir Abdelkader 0 2013-12-27 07:05 PM
Relation Algro-Marocaines, Les dessous dune haine recuite Emir Abdelkader 0 2013-11-04 03:14 PM
Les prtendus printemps arabes et les dessous du jeu qatari Emir Abdelkader 0 2013-10-27 11:40 PM
Des attaques israliennes, amricaines et franaises contre Echourouk TV Emir Abdelkader 0 2013-03-03 08:34 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les dessous des attaques du SG du FLN

Les dessous des attaques du SG du FLN

Depuis dbut septembre 2013, le Dpartement du renseignement et de la scurit (DRS) occupe le devant de lactualit.


Au moment o le prsident Abdelaziz Bouteflika rentrait aprs un long sjour lhpital militaire franais du Val-de-Grce, suite un accident vasculaire crbral qui la srieusement handicap pour assurer la gestion des affaires de lEtat, dcision a t prise doprer dimportants changements au sein de ce dpartement dirig par le tout-puissant gnral-major Mohamed Mdine dit Toufik. Il a t mis fin aux fonctions du gnral-major Mhenna Djebbar la tte de la Direction centrale de la scurit de larme (DCSA) ; la direction presse a vu le limogeage du colonel Fawzi ; le service de la police judiciaire lorigine des enqutes sur les graves scandales de corruption a vu lviction du gnral-major Bachir Tartag, qui le dirigeait. Les trois directions changent de main ; elles ont t sous lgide de ltat-major de lANP.
On souponnait alors que derrire ce qui est appel restructuration des services de renseignement, il y avait un jeu et des objectifs inavous : affaiblir le patron du DRS. Le premier clairage est venu du trs contest secrtaire gnral du Front de libration nationale, Amar Saadani, frachement install la tte du parti au milieu dune large contestation et dune bataille judiciaire par si claire. Le responsable de lex-parti unique a fait une dclaration Reuters, lagence britannique dinformation. Sans hsitation, une premire dans les annales du parti-Etat, Amar Saadani a donn un contenu politique aux dcisions portant sur la restructuration du DRS. Selon lui, Abdelaziz Bouteflika veut faire adopter avant llection prsidentielle davril prochain des rformes constitutionnelles visant mettre fin au rle politique de faiseurs de rois. Le DRS ne sera plus impliqu dans la vie politique, dans les partis, les mdias et la justice, avait-il ajout, non sans dire bien que Abdelaziz Bouteflika est son candidat pour un quatrime mandat.
La dclaration du secrtaire gnral du FLN a fait des vagues, tel point que le ministre de la Dfense nationale avait jug utile de recadrer le dbat en rendant publics plusieurs communiqus. Seulement, Amar Saadani, aprs une clipse de plusieurs jours, revient la charge en accordant une interview au journal lectronique TSA, confirmant ses attaques contre le DRS et prcisant de nouveau que le Prsident veut mettre en place un Etat civil et rduire ainsi le rle politique de ce dpartement. Il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour comprendre que ses attaques sont intimement lies au projet dun quatrime mandat que le clan prsidentiel veut imposer tout prix, quel que soit ltat de sant du locataire dEl Mouradia.
Et si lon souponnait jusque-l quau sein des institutions de lEtat, il y a des oppositions ce plan, Amar Saadani le confirme dans lentretien quil a accord hier Tout Sur lAlgrie. Sa dclaration ne souffre daucune ambigut : Nous, au FLN, nous voulons que le gnral Toufik cesse de simmiscer dans les affaires du parti. En fait, il nest pas en position de dire oui ou non la candidature du prsident Bouteflika la prochaine prsidentielle.
Jamais un responsable politique ne sy est pris de cette manire, mme les partis de lopposition ont toujours mis les formes pour critiquer lintervention du militaire dans la sphre politique, une institution aussi sensible que le Dpartement du renseignement et de la scurit. 


Said Rabia



El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les dessous des attaques du SG du FLN




06:35 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,