> >

[] [ ]

Repre : Dangereux statu quo

(Tags)
 
Repre : dsordre libyen Emir Abdelkader 0 2013-11-27 01:56 PM
Deux dangereux mensonges sur la Syrie Emir Abdelkader 0 2013-11-21 02:01 PM
Zeroual candidat, statu quo ou manipulation ? Emir Abdelkader 0 2013-06-24 03:05 PM
Repre : un terrible chec Emir Abdelkader 0 2013-04-21 02:52 PM
le FBI diffuse des photos et une vido de deux suspects "arms et dangereux Emir Abdelkader 0 2013-04-19 12:02 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Repre : Dangereux statu quo

Repre : Dangereux statu quo

Incontestablement, la guerre en Syrie est une question prioritaire dans son approche, avec ses milliers de morts et ses millions dexils, mais aussi les fractures causes aussi bien au pays qu sa population. Il y a mme, faut-il le souligner, urgence y mettre un terme, car la crise ne en 2011 sest militarise et menace la rgion. Tous les responsables de lONU ont donc vu juste. Mais quen est-il des autres situations de crise et mme de sujets sensibles, comme la question palestinienne ? A croire que tout a t gel et pourtant, il y a un rel mouvement, et mme de grandes manuvres, comme en attestent les mesures prises ou envisages par loccupant isralien et qui consistent encore et toujours sopposer la satisfaction des droits nationaux des Palestiniens. Et cette fois, tenons-nous bien, avec le consentement de ces derniers.
Cest ce qui a fait dire au ngociateur palestinien, Mohammad Chtayyeh, que les Israliens veulent substituer une occupation par la force une occupation sur invitation, avec notre signature. Cela narrivera jamais, tirant mme la conclusion que les ngociations ne mneront nulle part. Cest ce qui la pouss dailleurs dmissionner de ce poste, rejoignant ceux qui nont jamais cru au processus de paix et ceux qui ont perdu leurs illusions. Ce qui a davantage rtrci la marge de manuvre du prsident de lAutorit palestinienne, une autre mystification, sinon le dernier vestige dun processus dit dOslo et quIsral a dcid de tuer ds les premiers mois de sa signature, en septembre 1993. A vrai dire, Mahmoud Abbas nest pas rest dans une position dfensive, mais a choisi dinvestir les forums et institutions incarnant la lgalit internationale. Et lONU en est une.
Cest dailleurs cette dmarche qui a davantage dvoil les intentions expansionnistes israliennes.
Malgr la guerre en Syrie, beaucoup de choses se produisent donc dans la rgion, llment le plus vident tant les multiples dplacements du chef de la diplomatie amricaine, chacun dentre eux apparaissant non pas comme loccasion de rappeler des questions de droit, mais plutt dliminer les pistes qui ny mnent en aucun cas. Comme vient de le faire Mahmoud Abbas en affirmant, le 28 janvier dernier, quun retrait isralien devrait intervenir dans les trois ans suivant un accord de paix. Voil donc un lment dune ngociation toujours venir, si bien entendu lon puisse prendre en considration un certain nombre de dmarches et aussi de dcisions qui poussent paradoxalement un raidissement de la position isralienne, sinon en dvoiler ses lments qui en font une action de blocage.

Aussi, les interventions des dirigeants palestiniens se veulent comme autant de mises au point. M. Abbas soppose une nouvelle condition isralienne, laquelle, ajoute tant dautres, priverait lEtat palestinien, si celui-ci venait voir le jour, de ses symboles de souverainet, le contrle des frontires en tant un. Il est question, depuis peu, de maintien de forces israliennes aux frontires entre la Cisjordanie, cense former la majeure partie dun futur Etat palestinien, et la Jordanie pendant 10 ou 15 ans aprs la signature dun trait de paix. Nous ne voyons pas de problme la prsence dune force tierce pendant et aprs le retrait pour rassurer Isral et pour sassurer que le processus est men jusquau bout, a ajout M. Abbas.
Un tel change ne serait pas aussi important et mme dangereux si le processus de paix, tout aussi hypothtique, ntait pas constamment menac par Isral qui soppose la solution dite deux Etats. Et mme un seul Etat. Un statu quo, alors ?

Mohammed Larbi





El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Repre : Dangereux statu quo




10:47 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,