> >

[] [ ]

Dix ans de Facebook en Algrie : Un quartier national o tout se commente

(Tags)
 
Facebook peut utiliser tout ce que vous crivez, mme si vous ne le publiez pas Emir Abdelkader 0 2013-12-18 03:26 PM
Le Suisse qui rve tout haut de prsider lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-08-10 03:20 PM
/"Le Qatar fait tout pour que la Tunisie ne se tourne pas vers l'Algerie Emir Abdelkader 0 2013-06-12 11:04 PM
"Le Qatar fait tout pour que la Tunisie ne se tourne pas vers l'Algerie Emir Abdelkader 0 2013-06-12 11:01 PM
Algrie : cinq danseurs du Ballet national obtiennent l'asile politique au Canada Emir Abdelkader 0 2013-03-15 06:12 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,954 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Dix ans de Facebook en Algrie : Un quartier national o tout se commente

Dix ans de Facebook en Algrie : Un quartier national o tout se commente

Facebook, qui clbre depuis hier ses dix annes dexistence, devait initialement relier des ples universitaires. Chemin faisant, il a commenc souvrir graduellement, jusqu permettre au moins deux individus qui auraient un minimum en commun dentrer en liaison, ensuite, leur tour, par la seule puissance des rseaux enchevtrs dinternet, se consteller avec dautres gens au point de finir par constituer eux-mmes un rseau damis, de connaissances, de collgues et mme dinconnus.

Une dcennie plus tard, ce petit monde a pullul, se laissant entraner par la dferlante du rseautage. Ce sont 1,2 milliard dhabitants de la plante, laquelle, soit dit en passant, compte 2 milliards dinternautes, qui poursuivent le cours de leur vie sur Facebook, commenter, rpondre, liker , poker et se tenir au courant de tout et de rien, gestes facilits par linteraction et linstantanit que permet le plus grand des rseaux sociaux, offrant tous de ragir dans le vif.
Au fur et mesure, Facebook finit mme par modifier le rapport quentretient lindividu avec lautre, avec son travail, sa vie de famille, sa vie conjugale et, selon les cas, assurer une intgration et une sociabilit ou aboutir une dsintgration sociale ! Il est mme devenu un rflexe, dans la mesure o cest le deuxime site internet quon consulte en premier au bureau ou chez soi, talonnant tout juste Google, et sest transform en pendant virtuel de lexistence relle.

Une fabrique de buzz
Amusant ou prtant controverse, mouvant ou nervant, connotation philosophique ou politique, aujourdhui, les images postes, les vidos transfres et les statuts mis jour se comptent par milliards et nombre de posts la seconde, reposant sur le seul effet propagateur du rseau internet et de limmdiatet qui caractrise le cycle de vie de linformation partage. Facebook est le seul espace o les tats dme et les sautes dhumeur, fruit de tout ce partage frntique , sont sus de tous. Une virulente rapidit qui laisse trs peu de marge la post-raction , mais qui met de leau au moulin de ceux qui cherchent tout prix un petit peu de gloire . Dans cet ocan abyssal dinformations, sous toutes leurs formes et tous les sujets imaginables, de la rage de dent au commentaire de lactualit dominante du jour, beaucoup se munissent de leur puisette la recherche de la tendance vendeuse pour un marketer, lchantillon prdominant pour un chercheur, au dchanement de ractions que peut provoquer une actualit, surtout si elle met en scne des personnalits notoires. Cest aussi a Facebook, il a fini par devenir un indicateur , voire un marqueur de socit travers lequel on ne peut rester indiffrent, allant, dans certains pays, certaines villes, inflchir une dcision ou une politique qui aurait pouss une leve de boucliers de milliers dutilisateurs qui se seraient servis de leur espace pour crire ce quils pensent, ce quils rprouvent et, surtout, ce quoi ils sattendent, allant jusqu crer des pages ddies, de vritables tribunes part entire o tout le monde a son mot dire. Ce genre de buzz a dailleurs fini par faire vaciller des gouvernements, les poussant devant la seule alternative qui soffraient eux pour ragir, couper internet depuis sa source ! LEgypte en est ce jour lexemple le plus frappant, o la contestation populaire a trouv dans Facebook un vritable amplificateur et pour les protestataires un quartier gnral leur servant coordonner leurs actions dans la rue. Ctait tout aussi vrai en Tunisie, au Ymen, en Syrie et mme en Algrie ! Sauf que, pour ce dernier exemple, Facebook na jamais servi de base arrire ni dun outil de coordination, mais de relais .
LAlgrien utilise Facebook pour faire arriver sa voix jusqu lintress : inondations rcurrentes chaque chute de pluie, images et vidos se relaient, et cest une pluie battante (sic !) de commentaires et de dnonciations contre llu local, le responsable dpartemental ou mme le ministre du secteur que cela concerne. Nous navons encore jamais constat d effet Facebook dans le pays, selon lequel une prise de position massive serait lorigine dun changement de cap pour une autorit publique au mme titre quune ptition en ligne na jamais influ sur la moindre action politique. Nanmoins, parfois il arrive marquer des points et forcer une raction. Des vidos dinjustice flagrante, de passe-droit, dabus de pouvoir ont pouss les autorits concernes ragir, car dans limpossibilit de rester indiffrentes face des pices conviction postes publiquement dans les rseaux !

Facebook, un quartier national
Facebook fait partie de la socit algrienne et beaucoup dailleurs parmi ceux qui prtendent entrer dans la course la prsidentielle ne lignorent pas. Le plus emblmatique dune socit qui veut faire partie de la vie civique du pays, cest bien lactualit nationale qui retrouve une seconde vie dans Facebook, crant des squences ou des pisodes dun feuilleton dans lequel ils se sentent, de prs ou de loin, acteurs ! Il y a eu des pisodes sportifs, particulirement lis la plante football, mais de plus en plus, la politique est LE sujet de dbat et de commentaires du moment. Encore une fois, lAlgrie sapprte vivre un rendez-vous important, et toute la communaut y va de son commentaire et de sa prise de position pour ou contre tel candidat ou tel prsidentiable. Le dernier pisode en date est la sortie mdiatique du secrtaire gnral du FLN, Amar Sadani, contre celui quon considre comme lhomme de lombre , le gnral Toufik, donnant du grain moudre la sphre o les Algriens ny vont pas avec le dos de la cuillre et, encore une fois, sinviter dans le dbat, car se sentant directement concerns. Cest normal, cest leur pays. Dautant plus que 90% des 6 millions dinternautes algriens possdent un compte actif sur Facebook, supplantant Google+ et Twitter, trs loin de faire le poids. Lactualit sociale, politique plus forte raison, et lactualit conomique sont scrutes et analyses par tout un chacun, quimporte si le fruit de lanalyse est dpourvu dobjectivit ou de pertinence. Mais la subjectivit est bien le propre du citoyen lambda qui donne son opinion derrire le prisme de son quotidien. Facebook en Algrie a fini par devenir une sorte de quartier national o tous se croisent et parlent, commentent et vivent leur citoyennet et leurs opinions leur manire.





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Dix ans de Facebook en Algrie : Un quartier national o tout se commente




03:28 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,