> >

[] [ ]

Le marchand de salades Sadani

(Tags)
 
Saadani nie lexistence de la corruption Emir Abdelkader 0 2014-02-05 01:47 PM
Dclarations de saadani, Les dessous dune surprenante sortie Emir Abdelkader 0 2014-02-05 12:12 PM
Sadani : donnez les preuves de ce que vous avancez ! Emir Abdelkader 0 2014-02-05 11:59 AM
La destitution de Amar Saadani en marche Emir Abdelkader 0 2014-01-29 11:21 AM
Spcial salades 4 2011-08-01 04:03 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le marchand de salades Sadani

La chronique de Benchicou

Le marchand de salades Sadani

La propulsion dAmar Sadani la tte du FLN, accus tort ou raison, de stre livr des actes de prdation, augurait dj dun triomphe du paradoxe algrien. Sa dernire interview TSA (ce jour 3 fvrier) o il se livre une attaque frontale contre le patron des services, Toufik, achve de nous rassurer : le clan prsidentiel nous prend bien pour des gogos !
Le sieur Sadani, parachut la tte du parti la faveur d'un gravissime mpris envers le Conseil d'État, trouve toutefois l'aplomb ncessaire pour s'indigner contre les "mthodes anti-dmocratiques" qui ont cours dans ce pays ! Mesurons la chance de pouvoir disposer de si dsopilants dirigeants politiques capables de surpasser, en drlerie, les grands comiques du sicle. Cest toujours dans les moments de grande impasse politique que se rvlent les talents drolatiques des politiciens, notamment chez ceux parmi les moins dots dintelligence et les plus enclins au cynisme.
Sadani, en perdant si grossirement son sang-froid, confirme deux choses : une lutte au sommet (avec implications probables de forces extrieures) rend moins certaine la reconduction du prsident Bouteflika pour un quatrime mandat ; l'affolement gagne le clan prsidentiel, impliqu dans de graves malversations durant ces 15 dernires annes, et qui entrevoit, avec le probable dpart de l'actuel chef de l'État, la fin d'une priode d'impunit de 15 ans ! Et pour qu'il n'y ait pas de doute l-dessus, le secrtaire gnral de l'ex-parti unique s'abandonne, dans cette mme interview, absoudre d'autorit l'ancien ministre de l'Énergie, sous le coup d'un mandat d'arrt international : On a fait clater le soi-disant scandale de Sonatrach pour cibler Chakib khelil qui est lun des cadres les plus intgres et le plus comptent de lAlgrie. Cest son poque que Sonatrach a doubl sa production. Et que le pays a pur sa dette.
Inutile de prciser qu'Amar Sadani est arriv cette conclusion sans aucune contre-enqute ! Le clan prsidentiel, ses yeux, c'est la confrrie des anges : le fait d'y appartenir, vous exonre de tout soupon. L'ancien prsident de l'Assemble nationale ne nous dit pas si l'innocentement de Chakib Khelil s'applique aussi pour le wali Bouricha, et pour ceux qui, parmi l'entourage direct de Bouteflika, ont profit de la manne Khalifa, comme le frre du Prsident ou son directeur du protocole.
Sadani, dont on ne souponnait ni la virginit politique ni les tats de service de dmocrate, s'meut que le DRS s'ingre dans la politique ! Nous, au FLN, on veut que le gnral Toufik cesse de simmiscer dans les affaires du parti. En fait, lui nest pas en position de dire oui ou non la candidature du prsident Bouteflika la prochaine prsidentielle. Il est facile de traduire cette mauvaise humeur par : Nous, clan prsidentiel, on veut bien que le gnral Toufik simmisce dans les affaires politiques, mais pour notre seul profit !
Car, enfin, qui croirait que le clan prsidentiel milite pour l'abolition de l'État-DRS ? Ne sommes-nous pas en train de vivre une usurpation de prrogatives prsidentielles par un groupe non identifi qui dcide la place d'un prsident malade. Cette coterie, qui fait signer le prsident ou qui signe sa place, qui l'a lue ? Nous assistons un transfert de souverainet des groupes mafieux qui profitaient dj du pouvoir irresponsable de Bouteflika mais qui, depuis la maladie de ce dernier, se sont empars des dernires manettes qui leur manquaient. Qui entendrait parler d'Amar Sadani sans l'immixtion du DRS dans la politique ? Sur quelles autres listes que celles concoctes dans les cabinets du DRS taient lus les dputs de la chambre dont le sieur Sadani tait le vnrable prsident ? Dans cette Algrie livre aux illgitimits, chaque force illgitime revendique de profiter elle seule des fruits de l'illgitimit !
Bouteflika lui-mme aurait-il vu le jour en qualit de prsident sans le DRS ? Le chef de l'État est l'enfant naturel de l'État-DRS ! Il s'en revendique mme. Relisons ce qu'il affirmait la journaliste Elisabeth Shemla en 1999 : Je voulais tre en effet le candidat de lArme. Uniquement de lArme. Je ne voulais avoir de fil la patte ni avec la socit civile ni avec la mouvance islamiste. En tant que candidat de lArme, je me prsentais en rconciliateur. (Elisabeth Shemla, Mon journal dAlgrie, novembre 1999 - janvier 2000, Flammarion).
Bouteflika ne soppose pas lÉtat-DRS, il soppose lÉtat-DRS qui nest pas le sien. Il a toutefois toujours su jouer de lobsession anti-DRS comme dun pouvantail. Il a suscit des lucubrations salutaires chez les singes savants. Il a fait natre de folles illusions chez les bonnes pommes. Surtout ne jamais dmentir ceux qui, parmi les esprits bents, vous prtent la grandeur dme de vouloir en finir avec lÉtat-DRS . Surtout ne pas contrarier cette opposition amnsique qui vous invente un si beau martyre, le martyre de la marionnette entre les mains des gnraux . Il en rajoute loccasion, prend la posture d'un pantin dsarticul. Si tu savais changer de nature quand changent les circonstances, ta fortune ne changerait point , a dit Nicolas Machiavel.
La morale de toute cette histoire ? L'Algrie est fatigue de l'État-DRS de Bouteflika comme de l'État-DRS de Toufik. Elle est fatigue par un demi-sicle de viol des liberts. Elle revendique l'autodtermination. C'est l'État-DRS de Toufik qui a cr les Sadani et autres Chakib Khelil, par le fait mme que le suppos "transfert au pouvoir civil", effectu dans des opacits anti-dmocratiques" s'est transform en "transfert aux groupes mafieux". Il est temps d'organiser un vritable transfert du pouvoir au peuple !
Cette arme qui prtend la similitude avec larme turque, va-t-elle enfin cesser de tourner le dos l'histoire ? À ses obligations historiques. Mustafa Kemal tait un gnral et, comme en Algrie, ce sont les militaires qui gagnrent la guerre d'indpendance. Mais en Turquie, ils fondrent le nouvel État-Nation et larme est, depuis la fin de l'Empire ottoman, un facteur de modernisation et cette vocation modernisatrice na pu se confirmer quaprs la fondation du nouvel État, de la Rpublique par Mustafa Kemal. Aujourdhui larme turque protge un socle dmocratique prenne bti sur trois principes le lacisme, le rpublicanisme et le nationalisme, considrs par l'arme comme le fondement du kmalisme. Que protgent donc les chefs de larme algrienne ? Leur humeur sans doute.
En 1962, les chefs militaires, au temprament plutt maussade, avaient entrepris de confisquer l'indpendance, de renvoyer le gouvernement provisoire et de s'installer sur le trne, avec un civil comme paravent. En 1965, remonts contre le dit civil, ils ont choisi de l'carter et de se passer de paravent. En 1979, dans une disposition arrogante, ils ont reconduit un gnral la tte du pays avant de le faire dmettre, 13 ans plus tard, pour cause de victoire des islamistes aux lgislatives. En 1995, renouant avec le flegme, ils font lire massivement un autre gnral, Liamine Zroual, avant d'tre rattraps par leur humeur anxieuse, et de dcrter, sous le coup du malaise d'une Arme qui "ne voulait plus tre au centre du systme politique" : le militaire Zroual est pouss vers la porte de sortie et le pouvoir est transfr aux civils, en l'occurrence au civil Abdelaziz Bouteflika.
Et le peuple, dans tout a ? Eh bien, le peuple, il ne compte pas, comme dirait l'autre. L'humeur des gnraux l'emporte toujours sur le choix populaire. Cela n'est pas une Rpublique, mon gnral ! Ou, tout au plus, celle d'Amar Sadani.











 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le marchand de salades Sadani




02:40 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,