> >

[] [ ]

Alger soutient la transition dmocratique tunisienne

(Tags)
 
Une transition dmocratique arabe avec moins de dgts possibles Emir Abdelkader 0 2014-01-21 11:55 AM
La fivre du mondial sempare de la capitale, DAlger la blanche Alger la verte Emir Abdelkader 0 2013-11-19 02:22 PM
Une nouvelle alliance dmocratique pour le futur prsident Emir Abdelkader 0 2013-10-08 03:44 PM
Elle soutient ouvertement le prsident... Emir Abdelkader 0 2013-10-02 04:25 PM
Maghreb : les yeux rivs sur la transition gyptienne Emir Abdelkader 0 2013-07-25 01:23 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-08
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Alger soutient la transition dmocratique tunisienne

Alger soutient la transition dmocratique tunisienne




Hier, le Premier ministre a qualifi de pas de gant ladoption par les Tunisiens dune nouvelle Constitution consacrant les luttes, souvent difficiles, qui ont t menes depuis la chute du rgime de Ben Ali pour lavnement dune reprsentation politique et parlementaire librement choisie et intraitable pour prserver les acquis dmocratiques dans le pays. La phrase de M. Sellal traduit un processus faisant de lAlgrie et de la Tunisie des voisins solidaires dans un Maghreb malheureusement en panne.

Lune de miel entre Alger et Tunis ? Pour le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lAlgrie demeure en toute circonstance aux cts de la Tunisie. Les deux pays, aprs une priode de flottement due lincertitude de la transition, dont le dernier pisode important a t ladoption dune Constitution post-rgime Benali, poursuivent, en effet, une relation de bon voisinage.
Elle est sans doute cimente par lhistoire maghrbine et anticoloniale commune M. Sellal tait en Tunisie pour clbrer le traditionnel anniversaire de Sakiet Sidi Youcef qui fait chaque anne remonter le souvenir du bombardement par laviation franaise en 1958 de cette localit frontalire tunisienne qui servait de refuge aux maquisards de lALN. Mais elle est surtout dicte par les impratifs du prsent et en premier lieu par le scuritaire. Lun des points importants qui seront abords aujourdhui entre M. Sellal et son homologue tunisien, Mehdi Joma, dans le cadre de la Grande commission mixte, la 19e du nom, concerne, en effet, la coordination scuritaire aux frontires et la lutte antiterroriste.
Deux ans aprs la prcdente rencontre de ladite commission, en 2010, les thmes lis la scurit restent prdominants. Ils sont imposs par lactualit du ct du Mont Chaambi qui reste encore brlante et o lon signale depuis avant-hier au moins des bombardements dendroits susceptibles dabriter des groupes terroristes prsums appartenir Ansar Al Charia, classe organisation terroriste depuis lt 2013 par les autorits tunisiennes. Ils sont dicts aussi par la situation toujours inquitante en Libye o les autorits de transition, contestes hier lors dune manifestation importante Tripoli, prouvent les pires difficults grer aussi bien le politique que le scuritaire et ne donnent pas pour linstant des signaux rassurants pour lavenir. La plupart des armes qui servent aux groupes terroristes actifs en Tunisie ou la frontire algro-tunisienne, affirment des experts, proviennent de larsenal libyen. Mais ces menaces ne sont quune partie, certes importante, de lexplication lintensification quon observe dans la coopration entre les deux pays. Lautre raison rside dans la bonne sant et la vigueur de la relation politique qui lie les deux pays.
Entre Alger et Tunis, en effet, la concertation na jamais t aussi rgulire ni aussi dense : en 2013, plusieurs responsables tunisiens de haut niveau, du gouvernement ou de la classe politique en gnral, se sont rendus dans la capitale algrienne plusieurs reprises. Des observateurs ont voqu ce sujet tantt une recherche dinfluence de lAlgrie sur la transition, dautres moins orients ont mis en avant le partage des frontires entre les deux Etats et la ncessit de travailler ensemble pour les dvelopper il existe dailleurs dans les deux gouvernements des quipes charges de rflchir aux questions de dveloppement de la bande frontalire algro-tunisienne. Il sest agi, affirme une source algrienne de haut niveau, de rassurer et daccompagner les frres tunisiens dans une transition qui na pas deffets seulement internes , mais concernent les deux pays et la sous-rgion.
La participation solennelle, hier Tunis, du Premier ministre algrien aux festivits relatives ladoption le 26 janvier dernier de la nouvelle Constitution tunisienne a, selon notre source, valeur de cet accompagnement et de ce soutien. De la nouvelle loi fondamentale tunisienne, M. Sellal a, fort propos, dclar quil sagit dun pas gant dans la bonne direction . Le nouveau Premier ministre tunisien Mehdi Joma, qui vient de former un gouvernement apolitique, a tenu dire que la joie de cette ralisation ne doit pas nous faire oublier limportance des dfis venir .

Le dfi est conomique et lenjeu maghrbin
Pour le bilatral algro-tunisien, il est vident que le grand dfi est conomique. Le dveloppement des zones frontalires et la coopration conomique et commerciale, rappelle-t-on, sont les dossiers les plus importants quaura examiner ds ce matin la Grande commission mixte algro-tunisienne. Lobjectif est de renforcer des changes qui ne dpassent pas actuellement le milliard de dollars, dont lenjeu est de faire du binme algro-tunisien un exemple pour le futur maghrbin et, peut-tre, une locomotive, en attendant que soient rgles les divergences de vue opposant lAlgrie et le Maroc sur ce que doit tre le Maghreb, une question sous-tendue par le rglement du conflit du Sahara occidental actuellement entre les mains du Conseil de scurit de lONU. Le challenge est loin dtre facile. Lconomiste Abderrahmane Mebtoul rappelait, hier, dans une dclaration Reporters qu en comparant le PIB maghrbin de lordre 412 milliards de dollars par rapport celui de du monde hauteur de 73 000 milliards de dollars - on dduit que lapport conomique mondial du Maghreb est insignifiant. Cet espace sans les hydrocarbures algriens et libyens ainsi que les phosphates du Maroc, affirme-t-il, reste conomiquement faible. Ses changes nexcdent pas les 2%. Dans lespace de la ZALE, zone de libre-change arabe, poursuit-il, il est valu 6% pour tous les pays membres . En revanche, fait-il remarquer juste titre, chacun de ces pays possde respectivement des volumes dchanges considrables avec lUE. Le flux dchanges de lAlgrie avec lUE est de 60% contre 70% pour la Tunisie. Entre ces deux pays (lAlgrie et la Tunisie, NDLR), ce volume natteint pas la barre des 1MDS USD. Cest dire le faible flux dchanges entre eux.
Est-ce une fatalit pour autant ? A lissue des travaux de la Grande commission mixte, il est question, comme la annonc il y a plusieurs jours dj le ministre algrien du Commerce, pour lAlgrie et la Tunisie, de fixer la date de mise excution de laccord commercial prfrentiel. Cet accord, sign en 2008, intervient en remplacement de la convention commerciale actuelle dans le cadre de la Zone arabe de libre-change. Il devrait donner un nouveau coup de fouet aux changes conomiques et commerciaux entre les deux pays.





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Alger soutient la transition dmocratique tunisienne




09:49 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,