> >

[] [ ]

Abdelaziz Ziari : On ne peut pas continuer dans cette voie

(Tags)
 
LAlgrie va-t-elle continuer pardonner indfiniment aux terroristes ? Emir Abdelkader 0 2013-12-19 02:59 PM
Ce qui compte, cest de pouvoir continuer investiguer dans la recherche de la vrit Emir Abdelkader 0 2013-12-02 02:01 PM
Libye : un État en voie de disparition Emir Abdelkader 0 2013-10-14 06:14 PM
Algrie-Maroc : Cette frontire qui ne souvre pas ! Emir Abdelkader 0 2013-04-11 02:56 PM
Ces personnalits politiques et artistiques qui nous ont quitts cette anne Emir Abdelkader 0 2012-12-30 03:22 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-10
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Abdelaziz Ziari : On ne peut pas continuer dans cette voie

Abdelaziz Ziari : On ne peut pas continuer dans cette voie

Pour lancien prsident de lAPN, Abdelaziz Ziari, ce qui se passe est trop grave et menace la stabilit du pays. Il estime quil ne faut pas laisser Bouteflika entre les mains de la mafia politico-financire.


- Le secrtaire gnral du FLN vient de faire des dclarations incendiaires contre le gnral de corps darme Mohamed Mdine, dit Toufik. Quen pensez-vous ?

Je me suis autoris intervenir parce que jestime que ce qui ce passe est excessivement grave et dangereux pour la stabilit du pays. Parce quon parle beaucoup de stabilit, je souhaite, effectivement, quon retrouve la raison et quon arrte ce carnage entre guillemets contre les institutions de la Rpublique. On ne peut pas continuer sur cette voie qui porte atteinte lAlgrie et ses institutions. On en a assez des manuvres de basse politique qui peuvent encore une fois mettre le pays dans des situations de danger. Jen parle parce que jai vcu la priode 1991-92 en tant que membre du gouvernement qui a arrt les lections lgislatives. Jai eu loccasion de vivre la priode qui a prcd avec toutes les manuvres politiciennes et les activits de la mafia politico-financire qui avaient ouvert le chemin la dcennie rouge. Une priode qui a t le rsultat de la collusion entre largent sale et la politique. On est dans le mme cas de figure. Un groupe compos de dtenteurs de largent ayant des liens avec les milieux politiques manuvre actuellement pour dfendre ses intrts matriels. Il considre naturellement que les services de scurit, leur tte le gnral Toufik, sont un obstacle, un mur quil veut dtruire pour faire main basse totale sur lappareil de lEtat. Ces agressions contre le DRS et son chef sont le fait dune mafia politico-financire qui craint pour lavenir et fait feu de tout bois. Voil la ralit. Les dclarations de Saadani, il faut les situer dans ce contexte. Ce qui nous fait mal est que cela soit fait au nom du FLN, qui est loin de toutes ces pratiques, son histoire en tmoigne. Mme la fin des annes 1980 et au dbut des annes 1990, la mafia politico-financire qui existait lpoque navait aucune relation avec le parti. On a russi la vaincre.

- A quelques semaines de son droulement, llection prsidentielle est-elle un enjeu et une voie royale pour la mafia politico-financire que vous voquez ?

Cest une voie pour leur permettre, lorsquils auront limin les obstacles que reprsentent les responsables propres et probes qui sont nombreux et dont fait partie le gnral Toufik de faire main basse sur le pays. Lancien ministre de la Justice, M. Charfi, vient de faire une dclaration sur lintervention de Saadani auprs de lui pour camoufler ou innocenter tel ou tel responsable. A ce niveau-l, cest absolument symptomatique de la dmonstration de ce que je dis. Nous sommes conscients de cette ralit. Cest ce qui a pouss plusieurs responsables, au sein de lEtat et du parti, refuser de prendre part la runion daot dernier lhtel El Aurassi qui a vu la dsignation, dans les conditions que vous savez, du secrtaire gnral du FLN. Cest ce qui nous laisse galement, aujourdhui, aller vers une runion du comit central pour lire un secrtaire gnral du FLN bulletins secrets.

- Avant de passer cette histoire du FLN, attardons-nous sur llection prsidentielle qui est nos portes. Ces gens que vous qualifiez de mafia politico-financire demandent avec insistance un quatrime mandat du prsident Bouteflika, qui leur permettra de rester au pouvoir. Ne pensez-vous pas que cest l que rside le danger quencourt le pays ?

Non, je crois justement quil ne faut pas tomber dans ce pige. Parce que ce qui se passe aujourdhui, ce nest pas un dsaccord sur le quatrime mandat du prsident de la Rpublique si celui-ci dcidait dy aller. Seulement, je crois que tout le monde qui est daccord sur la ncessit que le prsident de la Rpublique sexprime lui-mme. Personne na le droit de sexprimer en son nom. Cest lui le candidat et cest lui qui est mieux plac que tout le monde pour savoir sil veut ou sil peut assumer ce quatrime mandat. Je crois que ce quatrime mandat est le voile derrire lequel se cachent des intrts occultes qui, aujourdhui, en prennent prtexte pour pouvoir, lavenir, faire main basse sur lAlgrie. Cest le comportement dun groupe dtermin qui se cache derrire le quatrime mandat, profitant de la situation et du fait que le prsident de la Rpublique a t malade, quil a t absent pendant un certain nombre de mois.
Voil comment nous percevons la situation et pourquoi nous devons ragir. On ne veut pas que ces calculs de basse politique aient des retentissements sur la stabilit du pays, sur la stabilit des institutions qui dfendent la Rpublique. Ces manuvres doivent tre combattues et stoppes dans lintrt du pays dabord. Le reste le changement du secrtaire gnral du FLN devient la limite connexe, secondaire ce qui est pour nous llment principal : sauvegarder la stabilit du pays et des institutions. Cette manuvre de bas tage me semble porteuse de danger pour la scurit nationale. Ce sont les ennemis de lAlgrie qui en profitent, que ce soit lextrieur ou lintrieur.

- Le problme est que tout cela est li llection prsidentielle

Le choix du moment a oblig les uns et les autres mettre bas les masques. Cest lavantage dailleurs de cette circonstance. Parfois les masques tombent. On peut se voiler, on peut se cacher jusqu une conjoncture comme celle-l, qui dvoile les gens. La situation doit tre rapidement claircie parce que nous sommes la veille dune chance extrmement importante. Cest une lection prsidentielle qui dterminera lavenir dun pays pour cinq ans. Les choses sont prsent claires. Vous avez dun ct un courant nationaliste, patriotique, et Mme Louisa Hanoune (dont je ne partage les ides politiques mais pour laquelle jai un grand respect) la bien affirm et ce quelle a dit est extrmement juste. Vous avez donc ce courant nationaliste et patriotique qui voit dabord les intrts du pays et lavenir des enfants de ce pays et, de lautre, la mafia politico-financire dont lintrt est de conserver le plus longtemps possible des attributs et la prbende dont elle dispose dans un systme politique.

- Le silence du Prsident ne contribue-t-il pas, en ce moment, au pourrissement de la situation ?

Oui, videmment. Le DRS et son patron, comme lhistoire la montr, sont des lments de stabilit qui dfendent la Rpublique ; cest la colonne vertbrale de ce courant nationaliste et patriotique. Ce nest un secret pour personne. Tout le monde, tous les Algriens souhaitent que le prsident Bouteflika intervienne pour remettre de lordre dans cette cacophonie. Noubliez pas que le Prsident est ministre de la Dfense nationale. Cest un militant du FLN comme nous et aussi son prsident dhonneur.

- Et sil continuait se taire ?

Je ne sais pas. Je ne suis pas devin. Lexprience du pass me dit quil ne faut pas laisser ce genre de situation pourrir. Nous avons connu des vnements comme cela et a a tourn la tragdie. Je citerais comme exemple la dclaration de Abdelhamid Brahimi sur les 26 milliards, qui avait mis le feu aux poudres alors quil ny avait aucun lment probant.

- Est-ce la mafia politico-financire qui a dsign Amar Saadani la tte du FLN ?

Nous avons observ que la mafia politico-financire a manuvr par tous les moyens pour atteindre des niveaux et des postes vitaux au sein de lEtat et dans le parti. A prsent, elle a des lments qui sont des structures de dcision du FLN, et ce, malgr leur insignifiant parcours au sein du parti.

- Quest-ce qui empche les militants du parti, dont vous-mme, se rapproprier le FLN et ce, depuis aot 2013 ?

Nous avons effectivement mobilis prs des trois quarts des membres du comit central, qui ont demand la runion durgence dune session du CC pour pouvoir tudier le problme qui se pose dans notre parti et sortir avec une direction qui unisse les militants, qui dfende les positions traditionnelles du FLN, un parti qui a une histoire et une identit, un programme et des valeurs. Nous avons demand officiellement une runion du comit central sur la base de ces signatures. Nous attendons lautorisation pour mettre un terme ce dsordre.

- Quand avez-vous dpos la demande ?

M. Belayat la fait la fin de la semaine dernire. Depuis ce dbut de semaine court le dlai pour avoir la rponse. En nous assurant bien entendu de la qualit des signatures, de la ralit des signatures. Un travail srieux et organis a t fait. Nous utilisons les moyens que nous offre la loi. Il y a dautres moyens, mais nous refusons daller dans cette voie. Vous avez bien vu que les mouhafadhas bouillonnent, que la base du parti est prte clater. Nous ne souhaitons pas, nous qui avons exerc des responsabilits dans lappareil de lEtat, crer un dsordre lordre public. Nous ne souhaitons pas que ces magouilles politiciennes aboutissent un dsordre public. Cest pour cela que nous disons arrtons ce jeu malsain et les dclarations irresponsables des membres de la direction politique du parti. Il ny a aucune raison, mme sils le pensent, daller exposer cela dans la presse. Cest effectivement chercher crer des dsordres srieux. Cest une incitation au dsordre dans le pays. Ce sont des signaux que lon donne des puissances trangres auxquelles, la limite, on facilite le travail contre lune de nos institutions la plus efficace et la plus utile pour la dfense du pays.

- Amar Saadani a dit : Sil marrive un malheur cest le gnral Toufik

Cest un non-sens. Il ny a pas un responsable politique au monde, quelles que soient les circonstances, qui puisse dire des choses pareilles sur le responsable des services de renseignement. Mme les opposants ne le disent pas. Lennemi ne peut le dire. Ce sont des dclarations irresponsables qui expriment en ralit lincomptence et la non-qualification politique de cette personne. Il est anormal et impensable que le FLN ait sa tte quelquun qui a un tel comportement.

- Est-ce que la mafia politico-financire nexiste quau FLN ?

Non. Mais cest la premire fois quelle a trouv la voie libre au sein du parti. Cest le parti de la majorit et si elle a pu sy introduire, on peut dire quelle a relativement russi atteindre un de ses objectifs.

- Puisque cest cette mafia politico-financire qui traduit la volont dun quatrime mandat, allez-vous adhrer cet appel ?

Je crois quil ne faut pas faire lamalgame. Le quatrime mandat nest pas lincarnation de ce groupe. Je pense que le quatrime mandat est une couverture. Au-del du quatrime mandat, je pense que cette mafia na pas trouv de chef de file crdible soutenir. Voil la raison pour laquelle elle se rfugie derrire le quatrime mandat. Parce que le quatrime mandat, il ny a pas que ceux la qui le souhaite, il y a des partis, il y a le FLN, je me suis exprim moi-mme la dessus. Si le chef de lEtat souhaite et surtout se sent en mesure daccomplir ce quatrime mandat, il est vident quil trouvera tout le soutien ncessaire. Nous ne voulons pas le laisser aux mains de cette mafia politico-financire. Les attaques contre le gnral Toufik visent dstabiliser le prsident de la Rpublique. Ils savent trs bien que le gnral Toufik est un os trs difficile avaler. Ils ne peuvent atteindre le Prsident tant que le gnral Toufik est l. Cest pour cela que cela devient un obstacle pour les ambitions de ce groupe. Je dis basta.

- Mais Saadani est un proche du Prsident

Beaucoup de gens peuvent dire quils font partie de ses proches. Mais le systme politique est complexe. Il y a des intrts qui se cachent derrire le Prsident. Il y a aussi des responsables propres, intgres et nationalistes. Il ne faut pas laisser le chef de lEtat entre les mains de ce groupe.

- Comment expliquez-vous que le ministre de la Dfense nationale nait pas encore ragi aux dclarations de Saadani ?

Je ne peux pas vous rpondre. Comment jexplique les choses : si on suit cette logique, a va devenir une question entre linstitution militaire et le FLN, puisque Saadani a parl au nom du parti, et les deux, cest le chef de lEtat qui les prside : il est ministre de la Dfense et prsident dhonneur du FLN. Cest une situation qui nest pas naturelle. Pour ne pas compliquer les choses, je prfre ne pas aborder ce sujet. Cest la seule lecture quil faut faire, sinon a va devenir un scandale politique. 

Said Rabia





'El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Abdelaziz Ziari : On ne peut pas continuer dans cette voie




09:19 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,