> >

[] [ ]

Entretien avec Mohcine Belabbas, prsident du RCD

(Tags)
 
Entretien avec le gnral Mohand Tahar Yala Emir Abdelkader 0 2014-01-19 10:41 PM
70exercices de grammaire avec la correction benserrai_s 0 2014-01-01 12:00 AM
Graves accusations du journal El-Mihwar contre Tahar Belabbas Emir Abdelkader 0 2013-10-26 06:38 PM
Avec 5.000 dollars par an... Emir Abdelkader | french Forum 0 2012-07-25 07:10 PM
Allah se comportera avec toi comme tu te comportes avec autrui La louange appartient Allah et que abou khaled | french Forum 1 2012-02-03 10:07 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Entretien avec Mohcine Belabbas, prsident du RCD

Entretien avec Mohcine Belabbas, prsident du RCD

Les militaires continuent considrer que ce pays est sous leur tutelle




Pour la premire fois, un secrtaire gnral du FLN met nommment en cause le patron du DRS. Quelle est la position du RCD sur ce dbat ?
Le RCD soulve, depuis plusieurs annes, la question relative la police politique. Lors dun conseil national tenu le 14 dcembre 2012, le RCD a indiqu quil est temps que le dbat politique en Algrie porte sur des questions essentielles et nous avons estim quil tait ncessaire de revoir les conditions de lexercice politique en gnral. Cest pour cela que nous avons expliqu quil fallait faire sauter trois verrous : dissolution de la police politique, restitution du sigle FLN la mmoire collective et application de larticle 88 pour destituer le chef de lÉtat. Parce que nous avions jug, lpoque dj, quil y avait vacance du pouvoir au niveau de la prsidence.
Le RCD dnonce depuis quelques annes la police politique. Quelles sont vos propositions ?
On ne se limite pas dnoncer. Nous ne sommes pas de ceux qui sadressent au pouvoir, nous sommes un parti politique et nous jugeons que dans notre message politique, il faut sadresser lopinion publique en gnral et aux citoyens en particulier. Au RCD, nous ne croyons pas quil sagit seulement de demander le dpart du systme, on ne demande pas au systme de partir, on cre les conditions du dpart de ce systme.
Il y a eu une colonisation du gouvernement algrien par une tribu. Tous les responsables en charge des ministres en relation avec les lections appartiennent la mme tribu, M. Belaiz qui a chou en tant que ministre de la Justice a t promu en tant que prsident du Conseil constitutionnel et il avait encore chou parce quil avait valid des lections entaches de fraude en 2012 et galement parce quil a refus dappliquer larticle 88, et l encore il a t rappel pour devenir ministre de lIntrieur.
Notre proposition est dans la dnonciation. Il faut dissoudre la police politique. Dans certain nombre de dclarations, jai vu que certains disent que partout dans le monde il existe des services de renseignements. Il y a des services de renseignements partout, on ne parle pas de ces services de renseignements mais de la police politique qui doit tre dissoute, comme elle a t dissoute en Tunisie, il ny a pas trs longtemps.
Amar Sadani a critiqu l'interfrence de la scurit intrieure notamment dans les affaires internes des partis politiques. Le RCD a-t-il t victime de telles interfrences ?
Tous les partis politiques algriens, quils soient dans lopposition ou dans le pouvoir, ont t victimes de ces interfrences. Les syndicats autonomes, les associations et toutes les institutions aussi. Cest pour cela que nous navons pas cess de dire quil tait temps que les services de renseignements soccupent de leurs missions constitutionnelles : la dfense du territoire, le contre-espionnage et la lutte contre le crime conomique.
La diffrence, cette-fois-ci, rside dans le fait que ce soit un responsable dun parti au pouvoir qui le dise. Il a ainsi bnfici dune meilleure mdiatisation car quand lopposition en parle, il y a souvent une censure dans les mdias. Quand on prononait, il y a quelques annes, le mot DRS, on tait automatiquement censur par la presse crite. Je ne parle pas de laudiovisuel public parce que les partis de lopposition, tel que le RCD, ny ont pas accs. Cela dit, le chef du FLN na rien avanc de spcial. Il y a eu tentative de manipuler ses propos. Globalement, il dit que quand un responsable cumule un certain nombre dchecs, le minimum est quil dmissionne. Mais il ne dit pas quil y a beaucoup dautres responsables qui doivent dmissionner aprs un cumul dchecs. Le chef de lÉtat et des responsables dautres institutions ont cumul des checs. Et la diffrence entre ce que nous disons et ce que dit M. Sadani, cest que nous, nous voulons sauver lAlgrie. Pour M. Sadani, il sagit de sauver le systme. Et il pense que sauver le systme, en ce moment, passe par le dpart du patron du renseignement.
De nombreuses voix se sont leves au sein de la classe politique et dans les mdias contre les dclarations de M. Sadani en dnonant notamment une tentative de dstabilisation de l'ANP. Comment expliquez-vous cet unanimisme rprobateur ?
Au RCD, on se dsole de cet unanimisme notamment au niveau de la presse. Mme si on le comprend parce que lessentiel de la presse algrienne notamment crite subit le diktat de la publicit. Mais dans les dclarations des uns et des autres, il y a eu confusion entre une institution qui est larme et une structure qui dpend dun dpartement de cette dernire. En fait, il y a une volont dlibre de faire croire quil y a une attaque contre linstitution de larme. Une attaque que, personnellement, je ne vois pas. Par contre, jai lu dautres dclarations de responsables, actifs ou en retraite, qui se sont attaqus des institutions dont larme et la prsidence. Ces responsables ont tenu des propos trs graves. Mais l, personne na os dnoncer, dire quil y a eu des dpassements trs graves et que la justice doit se saisir de ces dossiers. Cest dsolant de voir un caricaturiste risquer la prison pour un dessin qui na pas t publi alors que des responsables, ayant occup des fonctions importantes au sein de lÉtat, sattaquent des institutions sans que cela soit dnonc ou que la justice ne se saisisse du dossier.
Faites-vous allusion aux dclarations du gnral Benhadid ?
Pas seulement ! Il y a eu les dclarations du gnral Benhadid et dautres. En fait, je ne trouve pas normal que des militaires, quils soient actifs ou en retraite, continuent considrer que ce pays est sous leur tutelle. Il ny a quen Algrie quon utilise des retraits de larme comme un groupe de pression dans la lutte des clans. Je considre quun militaire redevient citoyen, comme tous les citoyens algriens, partir du moment o il est la retraite. Aujourdhui, on sait quil y a une volont de remettre en scne les militaires. On les retrouve comme candidats la prsidence, comme chefs de partis politiques, comme politologues et comme journalistes. En Tunisie, je nai pas vu un militaire simpliquer dans le dbat depuis la chute de M. Ben Ali. Je nai pas vu un militaire se prsenter des lections ou se transformer en politologue ou en journaliste. Jestime que cela est dangereux. (En Algrie), dans leurs dclarations, ces militaires la retraite se prennent pour les tuteurs de ce pays.
Cette polmique autour du rle du DRS dans la vie politique du pays intervient deux mois de la prsidentielle. Cette lection sera-t-elle diffrente des prcdentes ?
Le RCD a rpondu, depuis longtemps, cette question et il a abord, depuis plus dune anne, ce sujet. Nous sommes rentrs en contact avec un certain nombre dacteurs politiques pour leur dire quil est temps de dbattre des conditions de lorganisation de llection de 2014 et quil ne faut pas reproduire les lections du pass. Des lections o il est question de comptition entre les enfants du systme et de qui va bnficier le plus de la machine frauder.
Aujourdhui, il y a ceux qui sont contre le quatrime mandat simplement parce quils pensent que ce quatrime mandat va tre fatal pour le rgime. Et il y a ceux qui sont pour le quatrime mandat parce quils estiment que cest loption qui va sauver le systme ou le rgime. Au RCD, nous disons que nous sommes contre un mandat de plus de ce systme. Ce nest pas la mme chose ! Nous disons aussi quil faut des lections libres o les hommes du systme auront le droit de se prsenter. La condition essentielle est de dessaisir le ministre de lIntrieur de la gestion de ces lections et dinstaller une instance indpendante et autonome pour lorganisation du scrutin.
M. Bouteflika, dans son discours du 15 avril 2011, avait dit que toutes les lections organises en Algrie depuis 1962, ce sont des lections la Naegelen, cela veut dire que ce sont des lections qui ont t trafiques. Quest ce qui a chang depuis 2011? Le ministre de lIntrieur qui va organiser les lections, cest toujours la mme loi sur les lections, donc il ny a pas de changements depuis 2011, nous avons fait des propositions qui ne sont pas nouvelles. Nous avons propos daller vers une instance de gestion des lections qui nest pas une instance dobservation des lections, ce nest pas la mme chose.
Donc cette lection ne sera pas diffrente ?
Le RCD la dit : il ny aura pas dlection le 17 avril mais la dsignation officielle du candidat choisi par les dcideurs. Cest une tromperie ternellement reproduite. La polmique autour du DRS ne va rien changer. Elle a cependant aggrav la crise. Cest pour cette raison que nous sommes en contact avec un certain nombre dacteurs politiques pour dire que cest important daller vers un nouveau processus, vers une remise en perspective de la reconstruction nationale.
Cest ainsi que le RCD a finalement dcid de boycotter
Nous avons formul une offre politique : la cration dune instance de gestion des lections qui reprendra les prrogatives du ministre de lIntrieur dans ce domaine. Le pouvoir algrien a refus de changer les rgles du jeu alors que cette offre politique a t revendique par lessentiel de la classe politique. Plus grave encore, nous avons constat comment des candidats sont invisibles deux mois des lections. A ce jour, il ny a eu aucun plateau de tlvision sur les chanes publiques pour dbattre avec un candidat. Ce nest pas normal ! Pour une lection moins importante, llection lgislative de 2012, les observateurs internationaux taient sur place quatre mois avant. Lautre lment quil est important danalyser est le nombre de candidats ayant retir les formulaires. Les journalistes ne se sont pas poser la question : pourquoi il y a plus de 100 Algriens qui ont retir ces formulaires sans quils ne se dclarent officiellement candidat ? Quand on retire les formulaires, le minimum faire est dannoncer publiquement quon est candidat pour avoir les signatures et pour que notre nom soit connu des uns et des autres. En ralit, il y a trois catgories parmi ceux qui ont rcupr ces formulaires : on a dabord ceux qui sont rellement candidats et qui sont intresss par la collecte des signatures. Ensuite, on a ceux qui font du business et qui ramassent des signatures pour les proposer dautres candidats. Enfin, nous avons ceux qui prparent les signatures pour lventuelle candidature de lactuel chef de lEtat.
Le boycott, nest-il pas une solution de facilit ?
Cest linverse qui est une solution de facilit. Le RCD est un parti qui na pas de problme participer une lection. Nous avons particip des prsidentielles et nous en avons boycott dautres. A chaque fois, nous avons pos des conditions. Aujourdhui, nous avons constat que la gestion des lections par le ministre de lIntrieur a atteint ses limites. Cest pour cela que nous avons formul une nouvelle offre politique.
En Algrie, on le sait, on le voit et a se confirme de plus en plus : il va y voir une fraude lectorale. Il y a une lutte autour de qui va bnficier de la fraude lectorale. La diffrence ? En 2009, il tait clair que ctait le chef de lEtat en exercice qui allait bnficier de la machine de la fraude. En 2014, certains supposent que, peut-tre, un autre enfant du systme va bnficier de cette machine.
Vous maintenez le boycott mme si Bouteflika ne se reprsente pas?
Le RCD boycotte llection du 17 avril que Bouteflika se reprsente ou pas. On a dit quil ny aura pas dlection.
On a vu le RCD se runir avec des partis islamistes, comme le MSP et le FJD. Ces frquentations ne risquent-elles pas de brouiller limage de votre parti ?
Non, ce nest pas nouveau ! Le RCD a dj eu des rencontres, dans le pass, avec des partis islamistes et a dj eu organiser des actions avec eux. Lune des plus importantes est la dnonciation de la fraude lectorale de 1997. Lessentiel de la classe politique (islamistes et dmocrates) avait alors particip la dnonciation. Je me souviens aussi des runions qui se tenaient ici El Biar (sige national du RCD), Didouche Mourad (sige rgional du parti), ou au sein des siges des diffrents autres partis politiques. Les images qui montrent les leaders de ces diffrents partis marcher ensemble existent encore.
L'ancien chef du gouvernement, Mouloud Hamrouche, a rompu le silence travers une dclaration
Je pense que nous navons pas la mme vision des choses. Dabord, nous pensons quun responsable politique doit tre constamment dans le combat (politique). Ensuite, nous estimons quil sagit de travailler recrer le consensus ou bien le compromis entre les diffrents clans ou segments du rgime. Pour nous, il sagit de travailler sauver lAlgrie et pas le rgime. Et dans la dclaration que jai lue aujourdhui, il sagit dun compromis entre les clans et les diffrents segments du pouvoir.




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Entretien avec Mohcine Belabbas, prsident du RCD




04:42 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,