> >

[] [ ]

Bouteflika, en arbitre suprme des institutions

(Tags)
 
Affaire Khalifa, Les affirmations troublantes du prsident de la cour suprme Emir Abdelkader 0 2013-12-30 02:42 PM
/Ils avaient prfr le sacrifice suprme plutt que de se rendre lennemi, Ali la Pointe, Ha Emir Abdelkader 0 2013-10-10 02:48 PM
Ils avaient prfr le sacrifice suprme plutt que de se rendre lennemi, Ali la Pointe, Hassiba, Emir Abdelkader 0 2013-10-10 02:46 PM
Syrie: le stade suprme de lhorreur atteint par les mercenaires islamistes Emir Abdelkader 0 2013-05-13 03:16 PM
Larbitre malgache du match Algrie-Togo mis au frigo Emir Abdelkader 0 2013-01-30 06:09 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Bouteflika, en arbitre suprme des institutions

Bouteflika, en arbitre suprme des institutions, siffle la fin de la rcration et appelle tout un chacun ses responsabilits




Le long silence du prsident Abdelaziz Bouteflika, estiment les observateurs, y est pour beaucoup dans lempoisonnement du climat politique depuis des semaines, particulirement marqu par une guerre, par personnes interposes, entre le clan prsidentiel et le Dpartement de Renseignement et de la Scurit (DRS).
Aujourdhui, le prsident de la Rpublique et chef suprme des Armes a parl. Il a choisi une date symbolique, la clbration de la Journe nationale du Chahid, comme pour inscrire son intervention dans le prolongement historique du serment fait aux martyrs qui ont libr le pays.
Dans son message, qui marque un tournant dcisif dans le dbat politique, avec en filigrane la prsidentielle du 17 avril, Abdelaziz Bouteflika sest mis en position darbitre suprme des institutions nationales pour siffler la fin de la partie quil na pas hsit qualifier de Fitna .
Il sen prend Amar Sadani, lhomme qui a dclench la tempte avec ses dclarations intempestives et dsinvoltes contre le DRS et son patron le gnral Mohamed Mdiene dit Toufik . Mais le prsident Bouteflika a pris le soin de parler limpersonnel en pointant ses cibles quels que soient leurs niveaux de responsabilit. Une manire aussi dpargner la chef du FLN dont tout le monde sait quil nest quun pion entre les mains de Said Bouteflika.
Nul nest en droit dattenter aux fondements de ldifice rpublicain. Nul nest en droit, quelles que soient ses responsabilits, de se placer au dessus des dispositions de la Constitution et des lois de la Rpublique , a prvenu le chef de lEtat en parlant dimmaturit politique de ces responsables fauteurs de troubles. Nul nest en droit de rgler ses comptes personnels avec les autres au dtriment des intrts suprmes de la nation tant lintrieur qu lextrieur a-t-il martel dans son message, prcisant que lheure nest plus linsulte et aux invectives .
A linverse, le chef de lÉtat rhabilite dans sa dignit et son honneur le DRS et par extension son patron en soulignant sa place et son rle dans ldifice institutionnel. Dabord, il revient sur les restructurations opres par ses soins le mois de septembre dernier, avec la mise la retraite dun certains nombre de gnraux, en cartant tout esprit de rglement de compte, dont daucuns lont accus.
Les structurations mises en uvres dans dautres pays ne donnent lieu aucun commentaire alarmiste et subjectif. En Algrie, certains veulent prsenter de telles structurations comme la preuve de lexistence dune crise au sein de lÉtat ou du ministre de la Dfense nationale, procdant ainsi une lecture subjective et malintentionne des faits, a-t-il expliqu.
Pour Bouteflika, ces structurations sinscrivent dans la pratique usite dans tous les pays, il est procd, quand le besoin lexige, des restructurations adaptes. Et se dfend encore le prsident cest dans cet esprit que jai dcid, en 2006, une structuration de lappareil de scurit nationale. Puis dinsister comme pour lever toute ambigit sur ses intentions Les citoyens doivent savoir que lappareil de scurit nationale, au sujet duquel des commentaires de tous genres et provenances sont mis, est rgi par des textes rglementaires qui dfinissent clairement ses missions et attributions, tant au niveau de lÉtat quau sein du ministre de la Dfense nationale .
Ces mises au point faites et sur un ton solennel qui sied la conjoncture, le prsident appelle tout un chacun ses responsabilits. Un appel qui sadresse tous les citoyens particulirement ceux qui occupent des charges au sein de lÉtat -que ce soit au niveau civil ou militaire- de prendre conscience des enjeux et dagir, chacun en fonction de sa position, pour la consolidation de la stabilit et de la paix .
Mais au-del du contenu du message, il y a le contexte. Il survient aprs une sortie retentissante de lex chef du gouvernement Mouloud Hamrouche qui avait appel lundi un compromis politique , en se donnant la stature de celui qui veut prserver linstitution militaire des enjeux politiciens. Est-ce la rponse du berger la bergre, de Bouteflika ? Cest la premire interrogation. La deuxime : est-ce que cette sortie, aprs un long silence nest pas le prlude , lannonce de sa candidature pour un quatrime mandat quon dit imminente ? Troisime interrogation : le message de Bouteflika signifie t-il quun compromis est enfin trouv entre les deux clans qui se sont trips ces dernire semaines ? Dans tous les cas les lignes ont boug et lhorizon se clarifie.



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Bouteflika, en arbitre suprme des institutions




11:18 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,