> >

[] [ ]

Europe – Suisse : L'trange… tranger

(Tags)
 
La Syrie, une affaire de scurit nationale pour les USA et lEurope Emir Abdelkader 0 2014-02-08 04:13 PM
Les jihadistes europens en Syrie, une menace pour lEurope Emir Abdelkader 0 2013-12-07 02:21 PM
les Etats-Unis et lEurope interpellent le Maroc Emir Abdelkader 0 2013-11-19 02:01 PM
Dans chaque wilaya un cadre sera charg des dmarches des citoyens ns ltranger Emir Abdelkader 0 2013-11-10 02:36 PM
Le Suisse qui rve tout haut de prsider lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-08-10 03:20 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Europe – Suisse : L'trange… tranger

Europe – Suisse : L'trange… tranger

Avec le vote suisse sur l'immigration choisie applique galement aux Europens, les dirigeants de l'Union europenne (UE) dcouvrent, subitement, l'injustice de la politique de tri des flux migratoires. Ils viennent de rpliquer avec une premire sanction.

Les ractions officielles des responsables europens au rsultat de la votation (rfrendum populaire) suisse sur la question migratoire s'apparentent un vrai bal des hypocrites. A Bruxelles comme Berlin, Paris ou Londres, les plus hauts responsables politiques dnoncent avec force le vote des citoyens suisses qui donne libert leur gouvernement fdral d'opter pour une immigration choisie, alors que l'UE a adopt ce mme principe d'immigration choisie depuis 2009 qui conditionne et limite (donc choisit) le droit aux travail de citoyens des pays de l'Est europen, pourtant membres de l'UE. L'Union europenne a, en effet, adopt le principe dit de la Carte bleue en 2009 qui consiste limiter l'arrive de migrants de pays-tiers et de pays de l'Est europens, pourtant membres de l'Union, aux seules personnes qualifies et dont le pays d'accueil a besoin pour son conomie. En ralit, le vote suisse ( 50, 03) n'est pas plus immoral et outrageant que la loi sur l'immigration choisie de l'UE. Pourquoi alors un tl des responsables europens ? Parce que les Suisses souhaitent appliquer le principe de l'immigration choisie tous, y compris donc aux Europens. Ce sont des pays comme la France, l'Allemagne et l'Italie, c'est dire les pays frontaliers de la Suisse qui seront touchs en priorit par la future loi suisse. Ils sont des centaines de milliers (1,5 million en tout) implants et travaillant en Suisse. Le pays souhaite, dornavant, faire le tri, slectionner et choisir les nouveaux prtendants un travail en Suisse. Ce que fait et applique, exactement, l'UE au travers de sa loi de 2009 pour les pays-tiers. C'est ce qui explique aussi que la leve de boucliers contre la Suisse est mene, prcisment, par la France, l'Allemagne et l'Italie, soit les voisins immdiats de la Confdration Helvtique. L'exemple de la France illustre souhait l'hypocrisie europenne. Et pour cause ! Faut-il rappeler que c'est ce pays, la France, qui a lanc ds 2007 l'offensive au sein des Institutions europennes (Parlement, Conseil et Commission) pour forcer l'Europe adopter le principe de l'immigration choisie ? C'est l'ex-prsident franais, Nicolas Sarkozy, qui avait mis l'orde du jour le concept d'immigration choisie lorsqu'il tait ministre de l'Intrieur sous le mandat de Jacques Chirac, et en a fait son thme de campagne lectorale en 2007. Mais il n'est pas le seul puisque la politique du choix migratoire tait dans le glossaire du droit franais au travers de la loi du 26 novembre 2003. Elle fut complte par la loi de juillet 2006. Arriv au pouvoir en mai 2007, Nicolas Sarkozy a pouss immdiatement l'UE dans sa logique. Cette dernire a suivi sans trop d'opposition, brisant les derniers tabous qui la gnaient. En vrit, une majorit d'Etats membres s'abrite derrire les diffrents votes et directives des Institutions europennes (Commission et Parlement) pour varier leurs politiques migratoires en fonction de l'tat de leurs opinions publiques. Le dbat sur la question migratoire est sensible, vif et souvent utilis des fins lectorales. Du coup, la confusion rgne dans l'interprtation des lois et directives europennes par les Etats membres. Pour forcer le trait sur le vote suisse, les responsables politiques europens et les mdias s'accrochent dsesprment la smantique et au vocabulaire suisse : immigration de masse, insiste-t-on. Quelle honte que d'employer de tels termes pour parler d'tres humains ! C'est que dans le vocabulaire suisse, cela ne signifie rien d'autre que maitrise du flux migratoire, avec en sus, son application aux citoyens europens. Le reste des pays europens et leurs dirigeants politiques, de gauche comme de droite, emploient les termes savants et polis comme maitrise de l'immigration pour ne pas dire immigration de masse, avec la diffrence de l'application du tri aux seuls migrants de pays -tiers, non europens et quelques variantes pour les citoyens des pays de l'Est europen. Autrement dit, l'UE s'arroge le droit de faire le tri ses frontires, vider les pays-tiers du peu de comptences qu'ils possdent avec des mesures incitatives, mais refuse qu'un pays non membre de l'UE, un pays-tiers rappelons-le, la Suisse, puisse faire de mme. L'UE menace la Suisse de sanctions en lui limitant l'accs et les facilits d'changes conomiques contenues dans une centaine d'accords bilatraux. La premire salve contre la Suisse vient d'tre tire : la Commission europenne a annonc, lundi dernier, la suspension de l'accord de coopration scientifique et ducative avec la Suisse. C'est dire la suspension des crdits affects la recherche euro-suisse dans le domaine universitaire et l'exclusion des tudiants suisses du programme europen Erasmus (finacement de sjours d'tudiants dans un autre pays europen que le leur). Cette politique impose, l'Europe l'applique depuis 2008-09 aux Africains au travers des fameux accords de partenariat conomique (APE). Ces APE forcent les pays africains libraliser et ouvrir totalement leurs marchs pour accueillir la production europenne, sans contrepartie, ne serait-ce qu'une facilitation des visas touristiques pour les Africains. Pire, les Europens en rajoutent une couche en dbauchant les comptences africaines dont ils ont besoin. Au final, les Europens copient les USA et le Canada par exemple, qui, eux, affirment clairement et sans hypocrisie ou complexe, leur prfrence d'une immigration choisie depuis des dcennies. La Carte bleue europenne n'est rien d'autre que l'quivalent de la Green card ou carte verte des USA. La diffrence est que les Amricains et les Canadiens l'assument, alors que l'Europe le cache. Si la dcision suisse est condamnable sur le principe parce qu'elle trahit un accord sign avec l'UE, elle n'est pas si diffrente de l'attitude, au fond, de l'UE vis--vis de certains pays de l'Est europen. Quant aux pays-tiers, la politique migratoire de l'UE est injuste, discriminatoire et aussi immorale que celle que vient d'adopter la Suisse. L'Union europenne vient de dcouvrir l'effet d'une gifle politique qu'elle use souvent en direction de pays plus faibles et auxquels elle impose des politiques de coopration injuste.



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Europe – Suisse : L'trange… tranger




11:12 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,