> >

[] [ ]

Bouteflika-DRS : La part du bruit, la part de la fureur

(Tags)
 
Maroc - Mauritanie : chambre part Emir Abdelkader 0 2014-02-13 11:31 AM
Les Techniques de l'Ingenieur - Plusieurs fichiers part 2 0 2013-11-05 06:26 PM
Qui dautres part Bouteflika ? Emir Abdelkader 0 2013-04-13 03:00 PM
La moiti de la nourriture produite dans le monde part directement la poubelle Emir Abdelkader | french Forum 0 2013-01-13 04:09 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-21
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Bouteflika-DRS : La part du bruit, la part de la fureur

Bouteflika-DRS : La part du bruit, la part de la fureur

Guerre ? Hostilit ? Volont de bousculer la mainmise du DRS incarn par Toufik ? Les tensions entre Prsidence et DRS sont nourries par un terreau fertile et une logique qui a marqu le rgne de Bouteflika. Rappel.


Regardez toutes ces cits sorties de terre en si peu de temps, tous les appartements appartiennent des officiers et des sous-officiers du DRS. Ce haut fonctionnaire de la prsidence de la Rpublique ouvre grands ses bras malgr le costard cintr qui emmaillote sa grande taille. Le ton est colrique, avec une moue de dgot dformant sa bouche. Nous sommes quelque part aux abords de Sad Hamdine, sur les hauteurs dAlger, pas loin de certaines casernes de lex-Scurit militaire, voue publiquement aux gmonies par le clan prsidentiel. Des annes et des annes piller, se mettre du fric dans les poches, faire les cow-boys sans quaucune autorit ne les arrte, poursuit-il. Il faut en finir avec eux. Nous les avons trop subis, limpunit a trop dur, renchrit lhomme, fidle au clan prsidentiel, sherpa du cercle restreint dEl Mouradia, dans diffrentes missions discrtes de lobbying, notamment au sein du parti FLN.
Ils se sentent tout-puissants ces moustachus du DRS. Ils se barricadent derrire leur patron, ce Toufik, compltement parano, enferm dans son bureau-bunker, qui passe ses journes - ce grand malade fomenter des complots, tirer les ficelles de la politique, de la socit, de lconomie, de la diplomatie et de la presse oui, oui, vous tes tous complices pour chafauder ses plans dmoniaques, semporte le haut fonctionnaire de la Prsidence, avant de se calmer : Vous devriez tre de notre ct si on veut se dbarrasser de la toute puissance du DRS et de son patron. Du ct de qui exactement ? On sait quune partie de la presse prive ne nous aime pas, parle de Sad Bouteflika tort et travers, mais il na aucun lien avec les affaires dargent sale, se dfend notre haut fonctionnaire. Le fait est que des gens malhonntes rglent leurs affaires de business, ici en Algrie ou ltranger, en se faisant passer pour des proches du frre, alors ne soyez pas si dogmatiques et aveugles !
Haine
Je suis pass pas loin, jaurais pu lcraser avec ma BMW, mais il a recul au bon moment, ma reconnu et a pass son chemin. Le gaillard est robuste, muscles nerveux saillants sous la veste en jeans, le 9 mm crasant ses ctes dans son holster en cuir ramen des USA. Youcef dbite sa haine sans mnagement, cette jeune recrue du Scorat na pas froid aux yeux, ce nest pas dans les habitudes de la maison dailleurs. On nous fixe un objectif, et on y va, on ne discute pas, on fonce, pour la patrie, on a t forms et, plus que a, duqus ainsi. Ctait Sad, le frre de Bouteflika, Hydra, je voulais juste lui faire peur, aprs tout ce quon sait sur lui, ce quil a fait aux grads la Prsidence, les humiliations, les cris, les gifles On nest pas du btail. Youcef, pourtant trs mesur dans ses propos, conome dans ses gestes (tout une ergonomie impose par sa filiation au Scorat, ou Service de coordination oprationnel et de renseignement antiterroriste tenu par le gnral Hassan, ou Abdelkader At Ouarabi, un concentr dlments fantmes et efficaces), se lche : Nous obissons nos chefs, au Prsident, au gnral Toufik, mais pas des voyous comme Sad qui salissent lhonneur et le sang de ceux qui crvent, alors que lui btit des villas Poirson.
Le Barbu
Calmez-vous sergent, il ne sagirait que de rumeurs, des accusations infondes, du fantasme. Que lui importe lui ou dautres si nombreux, enrags contre les humiliations que font subir le clan des Bouteflika aux combattants du terrorisme ?!, nuance, ombrageux, un ex-membre des commandos du soudain disparu et sulfureux Smal Lamari, reconverti dans lindustrie scuritaire. Ces mecs-l ont comme idole Othmane Saadi (colonel du Scorat, dit Boulahya (le Barbu), gnie de linfiltration et de la destruction des groupes islamistes, tu dans un attentat dbut 2010 Akbou), pas les dandy de Sidi Yahia si fiers davoir dn avec Sad Bouteflika, poursuit notre ex-oprationnel.
Deux mondes sopposent, saffrontent donc. Les uns dfendent les combats quils ont mens au sein du DRS et de lArme nationale populaire contre le terrorisme, fermant les yeux sur les drives des siens ; les autres, du clan prsidentiel, regardent ces derniers comme les fonds dun pouvoir quils ne veulent partager. Durant tout son rgne, le Prsident a men une longue guerre pernicieuse contre larme sans jamais la faire clater au grand jour afin dasseoir lautorit qui lui manquait, tmoigne un ancien ministre de Bouteflika. Bouteflika a dj menac, il y a quelques annes, les chefs de la lutte antiterroriste de leur coller la mort accidentelle de Sadi Fodhil, lexcellent gnral pressenti pour remplacer Medine, il les a menacs de lancer les ONG internationales sur la piste des vritables commanditaires du meurtre de Boudiaf ou de Kasdi Merbah, rappelle un haut cadre de lEtat.
Il vilipendait le club des 15 puissants en parlant du cabinet noir des gnraux janviristes et Jijel, il a mme cit le fumeur de cigare pour parler de Medine, mais ctait du beaucoup plus thtre. Du thtre ? Pas tellement. Bouteflika et son frre cadet, Sad, noublieront jamais que cest larme et Kasdi Merbah, patron des services lpoque, qui lont vinc de la Prsidence en 1979 aprs le dcs de Boumedine, note un ancien haut officier. Cest un revanchard, poursuit-il.
Des singes !
Bouteflika a refus le poste de Prsident en 1994 parce quil ne voulait pas avoir Khaled Nezzar, le parrain de larme lpoque, comme cofond de pouvoir, rappelle-t-on. Ou parce que la situation tait trop explosive lpoque, avec un Khaled Nezzar et un Larbi Belkhir qui faisait le mnage dans larme pour simposer, Medine et Smal Lamari en embuscade, rappelle encore un ex-gnral tmoin des tensions de 1993-1994. Pour Bouteflika, ce sont des requins qui rglent les affaires entre eux, des gros bras quil faut mater du premier coup, raconte un proche du Prsident. Et il leur a montr de quel bois il se chauffe en 1999, lors de sa premire runion avec ltat-major : Ce sont quelques petits singes de montagne qui vous ont donn le tournis depuis toutes ces annes, lana-t-il aux gnraux qui stranglaient de rage alors quils lui prsentaient la situation scuritaire et les plans de lantiterrorisme. Un officier sest lev et a lanc : Je ne vous permets pas dinsulter les sacrifices de nos hommes. Bouteflika la regard sans rien dire et la ignor, confie un tmoin de la scne, il y a quelques annes.
Mpris ?
Ny a-t-il que du mpris dans lattitude de Bouteflika (ou des Bouteflika) vis--vis de larme ? Non, il y a pire, rappelle un ancien ministre de Bouteflika : Trs clairement, le Prsident et ses proches ont bien prcis tout le monde dans le srail que ce qui sest pass avant 1999, ce ntaient pas ses affaires. La dcennie noire, les drives scuritaires, les massacres, Tibhirine, les disparitions forces, le Colas, les Ninjas, les rafles, les camps du Sud, Boumarafi tout a cest vos m Cest le message de Bouteflika, ajoute lancien ministre qui poursuit : Mais en agissant de la sorte, le Prsident ignore un principe capital de la gouvernance : la continuit de lEtat, car le Prsident restera comptable de tout ce que lEtat algrien a fait, cest un principe inalinable et auquel les Occidentaux tiennent beaucoup. Que veut larme donc ?
Laissez-nous travailler
Quon nous laisse bosser tranquilles. Imad, la quarantaine, est commandant dans une direction technique de ltat-major aux Tagarins (Alger). Etudes ltranger grce des bourses pour son excellence, famille modeste, Kabyle et mlomane, gnie de linformatique. Nos chefs, civils et militaires, sont vieux et se font la guerre sale, ils ne nous laissent jamais travailler, avancer dans la modernisation de larme, car a leur fait peur, confie Imad. Avec ses jeunes camarades, ils svadent en pchant au large dAlger-Ouest en embarquant leurs guitares et en rvant de faire leur boulot au mieux, loin des paranos du DRS ou des grabataires de ltat-major ou de la Prsidence.
Au large, dans leur petite barque, les jeunes officiers, bien forms, trilingues et pointilleux dans leur travail ingrat, toisent de loin les ctes ouest qui abritent les rsidences du Club des Pins et de Moretti o se trament les complots, le Centre de repos familial de Sidi Fredj o logent quelques gros bonnets de larme et du DRS, et ct, pas loin, la rsidence mdicalise du chef de lEtat. Panoramique des intrigues et du sommet en panne davenir. Je ne suis pas spcialement pratiquant, dit Imad, mais jaime bien cette prire : Dieu, fais que les oppresseurs se battent entre eux et sors nous sains et saufs dentre eux. 

Gad Salah sest expliqu sur la rorganisation du DRS

Le gnral de corps darme, Ahmed Gad Salah, a expliqu, il y a quelques mois, de hauts cadres de larme, les rajustements oprs au sein du DRS. Selon nos sources, Gad Salah a indiqu que la dcision darrimer la Direction centrale de la scurit de larme ltat-major a annul la triple appartenance de la DCSA au DRS, au parquet militaire et ltat-major. Le chef dtat-major de larme a galement justifi cette rorganisation par le souhait de voir lANP disposer de son propre service secret linstar des autres armes travers le monde. Ces rajustements dcids par le prsident Bouteflika ont permis de dpasser plusieurs dysfonctionnements organisationnels, a dclar Gad Salah aux hauts officiers.

(Aziz M.)

Adlne Meddi



'El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Bouteflika-DRS : La part du bruit, la part de la fureur




03:01 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,