> >

[] [ ]

Tahar Belabbs. Ex-porte-parole de la Coordination nationale de dfense des droits des chmeurs (CND

(Tags)
 
Splendeurs et misres du comit de dfense des chmeurs du Sud Emir Abdelkader 0 2014-02-11 11:53 AM
Tahar Belabbs quitte la direction et voque des pressions Emir Abdelkader 0 2014-02-11 11:51 AM
Egypte : Arrestation du porte-parole du president dechu Mohamed Morsi Emir Abdelkader 0 2014-01-01 04:08 PM
Le ministre de la Dfense nationale ragit vigoureusement un article dEl-Khabar Emir Abdelkader 0 2013-10-20 03:05 PM
Quand Omar Ghrib se substitue au porte-parole de la Prsidence Emir Abdelkader 0 2013-05-05 04:46 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-21
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,947 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Tahar Belabbs. Ex-porte-parole de la Coordination nationale de dfense des droits des chmeurs (CND


Tahar Belabbs. Ex-porte-parole de la Coordination nationale de dfense des droits des chmeurs (CNDDC


Je dmissionne pour couper court aux subterfuges du gouvernement




Le leader du mouvement de contestation des chmeurs de Ouargla et de la CNDDC revient sur les raisons de se dmission, dbut fvrier. Presque un an aprs la marche du 14 mars 2013, il explique aussi ce qui a chang depuis.


-Pourquoi avez-vous choisi de rendre publique votre dmission, dbut fvrier, via les rseaux sociaux ?
Quand jai annonc ma dmission, lors du rassemblement du 2 fvrier, personne ne ma cru. Certains sont venus me demander de rester, dautres pensaient que je plaisantais et que je naurais jamais le courage de revenir vers la base. Do cette dcision collective du bureau de publier un communiqu officialisant cette dmission qui nest due ni une discorde ni un accord avec quiconque. Elle nest pas non plus motive par des raisons ethniques ou rgionalistes. Nous avons simplement annonc que le choix des dlgus sest port sur Slimane Kazouz, lu nouveau coordinateur de la wilaya de Ouargla. Il prside dsormais lassociation que nous avons cre en rponse la demande du wali, qui nous a conseills de nous structurer.
-Vous nous expliquez que ce nest pas votre dmission. Quelles sont donc les raisons qui vous poussent quitter la tte du mouvement ?
Ma dmission a deux objectifs. Dabord, couper court aux subterfuges du gouvernement qui a voulu rduire les souffrances, les sacrifices et les rves des chmeurs algriens la seule personne de Tahar Belabbs. Je ne suis que le porte-voix de ces milliers dexclus de la socit. Il fallait quaux yeux mme de ceux que ladministration a russi infiltrer parmi nous, nous concrtisions lacceptation davis contradictoires et nous laissions merger un nouveau staff la coordination. On ma accus dagir selon des agendas trangers.
Dtre la solde des ennemis de la nation pour prparer un printemps algrien, voire un mouvement sparatiste. Davoir des comptes pleins craquer en Suisse. Il fallait que je me retire de ce leadership qui nuit mes amis pour revenir la base et montrer encore une fois lexemple ce gouvernement aphone. Ensuite, je me retire pour des raisons lies lorganisation interne de la CNDDC. Le wali de Ouargla nous a demand de nous structurer et de nous conformer aux lois en vigueur en constituant une association agre. Une partie des chmeurs, ici Ouargla, a t sensible cet appel et souhaite aller jusquau bout de cette logique, que je rprouve personnellement. Lide dune structuration administrative conforme aux exigences du ministre de lIntrieur horripile aussi une large frange de chmeurs dans les wilayas. Nous estimons que notre force vient justement du fait que nous ne sommes pas structurs administrativement parlant. Linexistence dun organigramme rend difficiles les tentatives incessantes de torpillage, et notre systme de reprsentation est dabord pens pour prendre en charge les revendications de la base, des chmeurs dans les quartiers, dans leur commune, o quils se trouvent.
-Vos dtracteurs vous reprochent davoir pass le dernier test dembauche lEntreprise nationale des services ptroliers
A chaque rassemblement, des personnes trangres au comit dorganisation de la Coordination essaient de gcher nos rencontres publiques. Nous savons pour qui ils roulent, et nous sommes pars. Je vous rpte ce que jai dit publiquement le 2 fvrier : je me suis forg dans la souffrance et lexclusion et je suis convaincu quil existe des milliers de Tahar Belabbs en Algrie. Ils peuvent tous reprendre le flambeau et faire mieux que moi. Voil plus de dix ans que nous sommes rprims, tabasss et pourchasss. La rpression et la hogra ont fait de nous de vrais militants pacifistes et je ne suis quun pion dans la corporation des chmeurs qui ma faonn.
Quant au test dont vous parlez, je lai pass avec la dizaine de chmeurs qui ont organis les ftour des chmeurs durant le Ramadhan dernier, devant le sige de la wilaya. Nous avons t tabasss par les policiers qui nous ont frocement chasss, mais nous avons rsist tout au long du mois. Je ne comprends pas quon me reproche de passer un test dembauche, alors que je suis moi-mme chmeur et demandeur demploi. Ma revendication tait de voir mon nom et ceux de mes amis tabasss durant le Ramadhan sur un bulletin. Pourquoi me conteste-t-on ce droit pour lequel je milite ? Cela fait dix ans que je milite : notre objectif est de travailler et de pousser lAnem trouver du travail aux vritables chmeurs. Que mon nom apparaisse sur un bulletin veut dire que lagence a pris en compte ma candidature, cela ne veut pas dire que je serais retenu. La preuve, je suis encore au chmage. LENSP ne ma pas embauch.
-Comment qualifiez-vous vos relations avec le nouveau staff de la wilaya install la veille de votre rassemblement du 14 mars 2013 ?
Le nouveau wali se dit ouvert au dialogue, mais il nous oppose son seul point de vue. La porte de la wilaya est certes grande ouverte, mais pas pour nous. Des chmeurs ont t malmens par la police la semaine dernire, certains ont t longuement auditionns avant dtre relchs, la rpression scuritaire est toujours lordre du jour. Oui, Ali Bouguerra nous a reus deux fois. Compar ses prdcesseurs, on lui concde une volont de changement. Mais concrtement pour nous, rien na chang. Chaque semaine, plusieurs groupes de chmeurs protestent Hdjira, Touggourt, Ouargla, etc. Pour ladministration, ce sont tous des empcheurs de tourner en rond. Quon leur donne du travail et quon laisse la rue reprendre sa quitude. On voit bien quil y a obstination au pourrissement. Je pense quau fond, le wali est reprsentatif de notre systme : il est contre toute forme de contestation sociale, toute revendication pacifique.
-Finalement, quest-ce qui a chang depuis le 14 mars 2013 ?
Cette manifestation est historique plusieurs gards. Elle nous a permis darracher notre droit de manifester et de nous exprimer publiquement l o on veut, quand on le veut, travers toute lAlgrie, lexception dAlger, qui reste conqurir. Ctait aussi notre rponse aux dclarations calomnieuses et injurieuses du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de Daho Ould Kablia, lpoque o il tait ministre de lIntrieur. Les gens du Sud garderont jamais dans leur mmoire cette malheureuse phrase de Sellal parlant des jeunes chmeurs en termes de chirdhima ou de groupuscule terroriste. Les paroles outrageuses de Ould Kablia rsonnent encore dans mon oreille quand il a parl de neutralisation des protestations et de matrise de la situation scuritaire au Sud pour prserver les installations ptrolires.
Le 14 mars a surtout permis une mdiatisation trs positive de limage du chmeur, qui a compltement chang dans limaginaire collectif. Pour le gouvernement, qui nous prenait pour des dbiles comme pour lAlgrien lambda, le chmeur nest plus un tre ngatif, nuisible et incapable. Nous avons dmontr aux yeux de lopinion publique que les chmeurs font bel et bien partie de cette socit. Enfin, nous vivons depuis une anne avec un regard diffrent du Sud et les gens du Sud. Il y a plus de respect, moins de folklorisation, un changement dans les nominations qui a profit quelques secteurs, mme si nos cadres sont encore marginaliss.
Avant cette date, nous tions une sorte de territoire en disgrce o les gens venaient travailler, soit par mesure disciplinaire, soit parce quils taient pousss au suicide au Nord. Et quon ne vienne pas me dire quil y a une quit dans la misre, les disparits entre le Sud et le Nord se voient lil nu. Les cahiers des charges sont diffrents, les standards aussi. Mais le plus important dans tout a, reste que les chmeurs ont impos une mthode, un modle de lutte pacifique pour lintrt gnral, sans ingrence de quiconque. Notre challenge pour les annes venir est de le prserver, de le transmettre et den faire une cole pour la formation des jeunes pour faire de notre pays une puissance civique, locale, nationale et rgionale. LAlgrie simposera par le changement civique.
-Vous vous inscrivez donc dans le sillage du combat politique pour le changement ?
Nous nous savons stigmatiss par ladministration qui ne veut ou ne peut pas changer dattitude envers des personnes qui lont conteste. Cela est un fait. Mais nos revendications ne peuvent qutre politiques par essence. Le chemin vers la libert est encore long et nous savons que le systme actuel est tout fait impuissant et incapable de donner quelque chose de son propre chef.
-Quelles perspectives pour la lutte des chmeurs ?
Nous sommes en pleine restructuration et jassure la passation de consignes pour le nouveau bureau. Nous avons donc commenc par annuler le rassemblement prvu le 27 fvrier. Que ladministration inaugure des stles et des mmoriaux, notre objectif est atteint : personne ne peut nous traiter de sparatistes. Nous avons russi faire revivre cette date historique, mme si nous reprocherons toujours au prsident Bouteflika davoir refus, il y a quelques annes, de nommer luniversit de Ouargla du nom du 27 fvrier 1962. Nous savons nous organiser en toute dmocratie et privilgier lintrt de la collectivit. Notre objectif est clair : nous voulons arracher nos droits constitutionnels pour manifester, pour la libert dexpression, pour le respect rel du citoyen et son implication dans la vie politique du pays. Et nous userons de tous les moyens pour que le gouvernement lche du lest.

Bio express :

Tahar Belabbs est n le 21 juin 1980 Ouargla, dans une modeste famille du quartier Gharbouz.Il participe aux premires manifestations juvniles de Ouargla en avril et mai 2004. Aprs avoir purg une peine de 3 mois, il rejoint le Mouvement des enfants du Sud pour la justice (MSJ) qui venait de natre et dont les membres ont t perscuts et emprisonns jusquen novembre 2004. En 2001, il prend la tte de la Coordination nationale pour la dfense des droits des chmeurs jusqu ce mois fvrier 2014.

Houria Alioua



El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Tahar Belabbs. Ex-porte-parole de la Coordination nationale de dfense des droits des chmeurs (CND




05:31 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,