> >

[] [ ]

Quelle stratgie lectorale pour les adversaires de Bouteflika

(Tags)
 
Les scnarios possibles en cas de dmission de Sellal pour diriger la campagne lectorale de Boutefl Emir Abdelkader 0 2014-02-25 02:30 PM
Dans quelle attitude apparatra Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-02-25 12:35 PM
La bulle dempathie entre Paris et Alger, la stratgie Bouteflika ou le chaos Emir Abdelkader 0 2014-02-21 08:08 PM
Election prsidentielle, Quelle destine pour Sellal ? Emir Abdelkader 0 2013-12-15 11:03 AM
Algrie : opration quatrime mandat pour Bouteflika Emir Abdelkader 0 2013-12-02 02:28 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-25
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,954 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Quelle stratgie lectorale pour les adversaires de Bouteflika


Aprs lannonce de la candidature la prsidentielle du chef de lEtat sortant Quelle stratgie lectorale pour les adversaires de Bouteflika )




La dcision du chef de lEtat sortant de se prsenter nouveau pour un mandat prsidentiel est la donne tellurique et nouvelle de la conjoncture politique algrienne. Son initiative balise fortement lhorizon de la prsidentielle et met ses adversaires dans une situation tactique et stratgique diffi cile qui leur impose de redoubler de rfl exion et de tnacit pour vaincre cette schizophrnie qui consiste penser que les ds sont pips, mais quil va falloir poursuivre la course.
Le chef de lEtatsortant a donc confi rm sa candidature pour un quatrime mandat. Cette annonce, attendue ou pas, cest selon les parties prsentes sur lchiquier et les informations quelles dtenaient jusquau 22 fvrier dernier, a eu un eff et choc sur lensemble des candidats en attendant davoir dans les prochains jours lapprciation dont se fait lopinion. Les plus groggy sont videmment tous ceux qui espraient voir M. Boutefl ika se retirer et renoncer briguer un quatrime mandat. Leur raction de stupfaction, voire de sidration par rapport sa dcision de relancer une nouvelle fois dans la course, quinze ans aprs sa premire investiture, ne sinscrit pas seulement dans lambition revendique depuis des semaines de le voir passer le relais au nom de lalternance et de lappel dair dont a besoin, selon eux, le pays. Elle les met face au terrible dilemme qui consiste penser quavec une nouvelle candidature du chef de lEtat sortant les ds sont pips, mais quil leur faut rester dans la comptition en dpit de tout. Certes, les alertes et les allgations de fraude ont toujours fait partie du climat lectoral dans notre pays et cela, au moins depuis les lgislatives de 1997 considres unanimement comme la squence lectorale qui a symboliquement mis fi n au dsordre politique et institutionnel occasionn par la guerre civile des annes quatre-vingt-dix. Certes, il ny a pas eu depuis une vingtaine dannes une seule lection sans que des voix slvent contre son trucage avant mme quelle nait lieu et sans pour autant renoncer y participer. Mais cest sans doute la premire fois que cette ambivalence ou cette schizophrnie - appelons-la comme on veut - atteint une telle intensit.Lexplication la plus vidente est que tous les candidats - en particulier M. Benfl is parce quil est crdit tort ou raison des meilleures chances pour ntre pas quun comparse ou simple fi guration de la comptition lectorale - ont par jusquau bout sur le scnario dun retrait du chef de lEtat sortant de la vie politique. Ils ont dfendu ce pari par le long suspense que M. Boutefl ika a entretenu sur ses intentions relles et surtout sur son tat de sant quils ont prsum comme ne lui permettant pas de se lancer nouveau dans une campagne pour une lection prsidentielle.UNE ÉLECTION, CE NEST PAS TOUTE LA POLITIQUE Lexpression la plus symptomatique de cette attitude a t exprime hier par le directeur de campagne de M. Benfl is et son staff pour qui le prsident de la Rpublique nest pas encore en course pour sa propre succession tant quil ne sest pas exprim et annonc luimme sa candidature. Visiblement, et comme beaucoup dacteurs et observateurs politiques de premier plan dans le pays, lquipe de M. Benfl is tait mille lieues que cette annonce de candidature se fasse par le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Immanquablement, et face cet indit de lhistoire politique et lectorale de lAlgrie depuis cinquante an cette quipe, son favori, les soutiens et relais de ce dernier se retrouvent face lobligation dagrger les intrts les plus divers et les plus larges possibles prsents dans la socit algrienne, de rassembler le maximum de forces dans les courants qui ne veulent pas dun quatrime mandat du chef de lEtat sortant ou qui doutent aujourdhui de sa pertinence pour le prochain quinquennat 2014-2019. Enfi n, de mobiliser des lecteurs que le camp de M. Boutefl ika considre comme acquis. En rsum, il faut une stratgie de campagne nouvelle et miraculeuse qui ne tienne pas compte du FLN, parti auquel appartient M. Benfl is, mais dont la machine lectorale est dsormais en marche pour le chef de lEtat sortant, et encore moins du RND formation rivale du front , mais dont les dirigeants ont dj vot pour le soutien de la candidature dsormais relle de M. Boutefl ika. Le prsident, a dclar le Premier ministre Abdelmalek Sellal, na fait que rpondre favorablem aux appels de ses soutiens. Ces derniers, FLN, RND, leurs organisations satellites, lUGTA et sans doute le patronat bientt, ont dj pris leur ticket et les candidats en lice, M. Benfl is en tte, en devront chercher dautres. La tche parat diffi cile compte tenu de loff re actuelle dans le champ politique et associatif algrien. Mais un homme politique les intresss loublient souvent malheureusement - nest pas quun candidat pour une lection : il doit rfl chir toutes les occurrences possibles et surtout lavenir. Pour M. Benfl is, sil est encore convaincu de ce quil fait, cest peut-tre loccasion de constituer une force politique pour laprs-prsidentielle et pour ne pas regarder les trains passer.

 

()


: 1 ( 0 1)
 

Quelle stratgie lectorale pour les adversaires de Bouteflika




05:41 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,