> >

[] [ ]

Entretien avec Amara Benyounes...

(Tags)
 
Entretien avec Mohcine Belabbas, prsident du RCD Emir Abdelkader 0 2014-02-18 12:20 PM
Amara Benyounes se range derrire le gnral Toufik mais soutient le 4e mandat de Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-02-06 03:11 PM
Entretien avec le gnral Mohand Tahar Yala Emir Abdelkader 0 2014-01-19 10:41 PM
Prsidentielle 2014, Amara Benyouns directeur de campagne de Bouteflika ? Emir Abdelkader 0 2013-12-09 03:10 PM
Allah se comportera avec toi comme tu te comportes avec autrui La louange appartient Allah et que abou khaled | french Forum 1 2012-02-03 10:07 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-02-26
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,962 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Entretien avec Amara Benyounes...

Entretien avec Amara Benyounes, secrtaire gnral du MPA et ministre du Dveloppement industriel




Vous tes pressenti comme directeur de campagne du candidat Bouteflika ltranger. Comment comptez-vous convaincre les Algriens de voter pour un prsident malade ?
Je ne sais pas si je moccuperai spcialement ou pas de la communaut (algrienne) tablie ltranger. lheure o nous en parlons, je nai pas encore t sollicit. Mais, cest facile de convaincre les Algriens de voter pour Bouteflika. Je lai dj fait en 2004, en 2009 et je le referai avec plaisir en 2014. Contrairement ce que pense le microcosme algrois, la maladie du Prsident na pas lair de poser des problmes pour le peuple algrien.
Le fait que le candidat Bouteflika ne sera pas en mesure danimer lui-mme sa campagne lectorale ne vous choque-t-il pas ?
Je lai dit depuis trs longtemps et je le pense trs profondment et trs sincrement : Bouteflika est appel grer le pays avec sa tte et non avec ses pieds. Ce nest pas parce quun prsident a des problmes pour se mouvoir quil ne peut diriger ou grer un pays. Ce qui est demand un prsident, partout dans le monde, cest dtre en pleine possession de ses facults mentales pour grer le pays. Quant un certain nombre de handicaps physiques, on a connu de grands prsidents, travers le monde, qui avaient des handicaps physiques et qui ont trs bien gr leurs pays. En fait, on aborde parfois un certain nombre de problmes sans se rendre compte des vraies consquences. Dnier quelquun, qui a un handicap, le droit de se prsenter est, quand mme, assez dangereux. Demain, si quelquun ne voit ou nentend pas bien (par exemple), on lui interdira de se prsenter. Il faut savoir raison garder !
Est-ce que les Algriens le verront au cours de cette campagne lectorale ?
Je ne sais pas encore, mais je pense que oui. Jusqu prsent, la direction de campagne lectorale na pas t installe. Nous ne savons pas qui sera la tte de cette campagne lectorale et qui seront les membres de la direction.
Les Algriens nont pas entendu le prsident de la Rpublique depuis mai 2012. Trouvez-vous cette situation normale ?
Je ne veux pas tre polmiste. Mais, je pense quil y a des candidats qui ne se sont pas exprims depuis trs longtemps. Et je parle dune manire gnrale ! On a tout dit sur le prsident Bouteflika. Quand il est arriv, ceux qui taient contre lui disaient quil habitait la tlvision algrienne et quil tait tout le temps dans lavion parce quil voyageait beaucoup. Maintenant quil parle et voyage moins, cest la mme chose. Je suis un grand supporteur de football et une grande quipe de lEst avait un slogan incroyable : gagnants on vous tuera, perdants, on vous tuera . Le prsident Bouteflika a beau faire des choses, ce microcosme algrois sera toujours contre lui. Cest normal de sopposer sur le plan politique, sopposer sur le bilan, sur des questions dordre conomique, social et culturel. Mais, certains sont descendus plus bas que les caniveaux.
Mais il sagit du prsident de la Rpublique et non d'un simple candidat
Je lai souvent dit : situation exceptionnelle, il faut un homme exceptionnel. Et si les Algriens dcident de voter pour lui et quils continuent, tel que je le pense, lui faire confiance, cest quils ont des raisons pour le faire. Bouteflika est peru par la population algrienne, raison, comme tant celui qui a ramen la stabilit et qui en est le garant. Les Algriens ne veulent plus revivre le cauchemar quils ont vcu pendant les annes 1990. Ils ne veulent plus de sauts dans linconnu ou des aventures politiques. Les derniers vnements en Ukraine viennent encore nous rappeler que changer pour changer peut tre extrmement dangereux pour le pays. Regardez ce qui se passe en Tunisie, en Egypte, en Syrie ou au Mali.
Nous avons t, pendant trs longtemps, le pays le plus instable de la rgion. Nous avons eu de la chance, nous lavons pay trs cher et nous sommes devenus le pays le plus stable de la rgion. Je ne veux pas rappeler les mauvais souvenirs aux Algriens. LAlgrie profonde et relle sait pourquoi elle va voter pour Bouteflika parce quelle sait do elle vient. Bouteflika a pu et su ramener la stabilit et la paix dans le pays. Et dans une lection, ce ne sont pas les journalistes, les hommes politiques ou le microcosme algrois qui vont faire ou dfaire un prsident, mais le peuple. Ce qui me choque, un peu, est le fait que les attaques manent de personnes qui se disent dmocrates, rpublicaines et tolrantes alors quelles refusent le principe mme de la dmocratie, qui est le vote.
quand remonte votre dernire rencontre avec le prsident Bouteflika ?
Je lai vu la dernire runion du Conseil des ministres. Une vingtaine de points taient lordre du jour. Je nai pas prsent de dossier, mais des collgues du gouvernement ont prsent leurs projets de lois. Le Prsident a dbattu et a pos des questions comme il a lhabitude de le faire. La runion stait trs bien passe. Je tiens prciser une chose : javais dit lpoque que sa tte fonctionnait aussi bien, sinon, mieux que nous tous. Je parlais des membres du Conseil des ministres et pas de la population algrienne. En fait, je fais des runions avec lui depuis 2000, sur le plan du fonctionnement intellectuel, je ne vois aucune diffrence.
Vous dites : sa tte fonctionne bien . Donc il remplit, selon vous, toutes les conditions exiges par la Constitution pour briguer la magistrature suprme ?
Cest le Conseil constitutionnel qui va tudier son dossier comme ceux des autres candidats. Cest ce Conseil qui va trancher et qui va le dire.
Il dposera personnellement son dossier ?
Je pense, oui.
Lopposition pose la question du certificat de sant que devra prsenter le candidat Bouteflika. Quelle est votre rponse ?
Je ne suis pas mdecin. Cela dit, il est vident que cest une pice importante du dossier que le Prsident doit fournir au Conseil constitutionnel. Encore une fois, il ne faut pas dsesprer de ce pays. Il y a des professeurs, dignes et consciencieux, qui vont lexaminer et qui vont lui dlivrer le certificat. Je leur fais confiance. De toute faon, il ne peut pas se prsenter sans certificat.
Certains opposants et politologues redoutent des troubles aprs llection
Je ne sais pas si quelquun, qui na jamais crit un livre, peut tre considr comme politologue. Ici, on crit trois articles, on devient politologue et on fait une dclaration contre Bouteflika et on devient opposant. La plupart de ceux, que vous appelez opposants, sont des mcontents. Ce sont des personnes qui taient, pendant des annes, dans le pouvoir et qui navaient jamais rien dit. Tout se passait trs bien jusquau jour o le pouvoir a dcid de les mettre dehors. Enfin, jusquau jour o ils ont t jects du systme. Cest normal que Bouteflika ait des opposants. Ce quil ne lest pas, cest quil y ait des anti-Bouteflika qui ne comprennent pas quil peut y avoir des pro-Bouteflika. Personnellement, je ne dirai jamais que les anti-Bouteflika ne sont pas des patriotes, quils ne sont pas des rpublicains, des dmocrates ou des nationalistes. Il faut quon se respecte en tant que tel. Lors de la campagne lectorale, il faut une confrontation dides et de projets pour laisser, le 17 avril, le peuple algrien dcider.
Y-a-t-il eu des drives ?
Des choses innommables se disent et scrivent. Comme cette lettre qui est absolument mettre plus bas que les gouts. Ce nest pas digne de lAlgrie de 2014. On veut attaquer le prsident Bouteflika. Soit ! Quils le fassent sur ses ides et son programme et pas sur sa famille et son frre.
Justement, le bilan n'a toujours pas t rendu public ?
On fera une double campagne sur le bilan et le programme. Vous suivez lactualit politique du pays, de tous les candidats qui se sont prsents, vous connaissez leurs programmes ? Leur seul programme, cest lanti-Bouteflika.
Djamila Bouhired menace de descendre dans la rue pour manifester si le prsident Bouteflika annonce personnellement sa candidature. Quen pensez-vous ?
Djamila Bouhired est une grande personnalit. Je suis fils de Chahid et ma mre est ancienne maquisarde. Donc, vous ne pouvez pas imaginer le respect que jai pour ce genre de personnes, notamment quand il sagit de Djamila Bouhired, Zohra Drif, qui a t traine dans la boue par Yacef Sadi, ou Louisa Ighil Ahriz. Pour mon amie Djamila Bouhired, elle est libre de voter pour qui elle veut en 2014, de sortir dans la rue et de crier. Mais, cest le peuple qui va dcider de qui sera prsident de la Rpublique. Djamila Bouhired ou Amara Benyounes, chacun aura une voix. Ce nest pas parce quon a t un ancien maquisard ou un condamn mort, quon va avoir une voix qui compte plus que les autres. On dit : one man one vote (une personne, une voix). Donc, elle va voter comme tous les Algriens, le 17 avril. Et malgr son statut et le respect que jai pour elle, elle na pas le droit dinterdire Bouteflika de se prsenter llection prsidentielle.
Vous avez critiqu les propos dAmar Sadani sur le DRS. Vous tes dans la mme coalition qui soutient le candidat Bouteflika. Comment allez-vous travailler ensemble ?
Si M. Sadani est secrtaire gnral du FLN et que je sois le secrtaire gnral du MPA, cest quon est un peu diffrents, voire beaucoup par moments, sur un certain nombre de choses. Il est dans un parti et je suis dans un autre. Nous serons runis autour du soutien dune candidature. Quand la campagne lectorale va dmarrer, il ne sagira plus du FLN, du MPA, de Sadani ou de Benyounes. Il sagira du candidat Bouteflika quil faudra soutenir. Je pense que les choses qui nous rassemblent concernant le soutien Bouteflika sont beaucoup plus importantes que les choses qui nous divisent.
Avez-vous eu des contacts avec lui ?
Pas pour linstant.
Vous avez qualifi ses propos sur le DRS de mensongers et dangereux . Ce dpartement na jou et ne joue, donc, aucun rle dans la vie politique du pays, selon vous ?
Ce qui ma choqu et qui a choqu lensemble des militants du MPA, et tout ce quon peut appeler le camp des patriotes rpublicains du pays, estdavoir fait un certain amalgame sur les actes terroristes, de lassassinat de Boudiaf jusqu lattaque terroriste contre le site gazier de Tiguentourine.La position du MPA est dune clart absolue et la mienne aussi : ce sont les terroristes du GIA et du GSPC qui ont t lorigine de la totalit des actes terroristes perptrs en Algrie. Et quelle que soit la personne qui intervient pour essayer de dnaturer cela, moi et mon parti serons l pour le rectifier. Nous lavons fait pendant les annes 1990 contre les adeptes du qui tue qui ? . Jai toujours eu la mme position par rapport cette question en dfendant lhonneur, la dignit et lengagement des forces patriotiques de ce pays et a fortiori de lArme nationale populaire.
M. Sadani a galement dnonc lintervention du DRS dans les affaires internes des partis politiques
Franchement, je considre que nous sommes un niveau de responsabilit important et il faut donc tre conscient de ce quon dit. Dans les rgimes du monde entier, il y a deux choses qui sont toujours sacres et qui font consensus : la politique de dfense nationale et les affaires trangres. Je nai jamais entendu, durant ma carrire, des hommes politiques dbattre de lorganisation de leurs services de scurit sur la place publique. Des services qui sont, par dfinition, secrets. Vous ne verrez jamais un homme politique amricain dbattre de lorganisation de la CIA. Ici, on tente de nous emmener vers un dbat public autour de la structuration des services de renseignements. Le MPA refuse de participer un tel dbat. La question qui se pose concernant le remaniement et les nominations dcids par le prsident de la Rpublique est la suivante : est-ce que cela relve de ces prrogatives ? Oui, et il na de compte rendre personne. Le Prsident va rendre compte le 17 avril aux Algriens et, ce jour-l, cest le peuple qui va lui dire oui, vous continuez ou non, vous rentrez chez vous.
Mais est-ce normal, pour vous, quun service de renseignement simmisce dans les affaires dun parti politique ?
Ce nest pas normal dautant plus quon est en dmocratie. Je nadmettrai jamais quun service de scurit, quel quil soit, simmisce dans la gestion des affaires du MPA et il ny a jamais eu dimmixtion. Quand vous parlez du rle des services secrets, il ne faut pas tre naf ! En septembre 2001, on a tous vu ce qui sest pass aux tats-Unis. Pendant 48 72 heures (qui ont suivi lattentat), cest le patron de la CIA qui a gr les tats-Unis. Dans tous les pays du monde, les services secrets ont un rle jouer, et par dfinition, ce rle est secret ; il ne doit pas tre public. Les gens disent que Benyounes travaille pour les services de son pays. Heureusement, personne ne dira que je travaille pour les services trangers.
Vous tiez galement cadre du RCD. Il ny a jamais eu dimmixtion du DRS dans ce parti ?
Jamais !
Vous tes galement ministre de lIndustrie. La dernire Tripartite na donn lieu aucune dcision concrte. Pourquoi ?
Parmi les choses importantes effectues au cours de cette Tripartite figure la signature du pacte national conomique et social. Nous sommes le seul pays au monde avoir pu arriver la signature dun pacte entre les trois parties : gouvernement, syndicat et patronat. Le rtablissement du climat de confiance entre ces parties est trs important. Dans lancien pacte de 2006, il y avait des recommandations. L, il sagit dengagements des trois parties sur un certain nombre dactions. Nous allons mettre en place, partir de la semaine prochaine, un comit national de suivi et dvaluation de la mise en uvre de ce pacte.
Ltat a dcid dexercer son droit de premption sur lopration de rachat de Michelin par Cevital. O en tes-vous actuellement ?
Il faut rappeler une chose importante concernant cette affaire dexercice de droit de premption. Ltat ne prempte quasiment jamais, notamment quand ce sont des Algriens qui rachtent des entreprises. Depuis que je suis ministre, je signe, trois fois par semaine, des renonciations lexercice du droit de premption. Par contre, nous essayons de le faire dans deux cas : quand nous estimons que le prix de cession est sous-valu et quand lactivit disparait. Dans le dossier Michelin Algrie, nous tions confronts aux deux cas. Lusine de production de pneumatiques a disparu et le prix de cession tait beaucoup trop bas. Le terrain de prs de 15 hectares a t valu prs 11 000 DA le mtre carr, alors que tout le monde sait que le mtre carr (dans cette zone) cote, au minimum, 150 000 DA le mtre carr. Et nous ne premptons jamais contre lacheteur, mais toujours contre le vendeur. Nous intervenons pour sauvegarder les intrts du pays. Sils vendent au prix du march, je ne vais pas prempter.
Mais le dossier est quel niveau actuellement ?
Ils sont bloqus au niveau du gouvernement algrien. Et pour quils puissent vendre, je dois signer la renonciation aux droits de premption. Au prix actuel de cession, cest ltat qui rachte. Si le prix redevient normal , on ne prempte jamais.
Pourquoi ltat na-t-il pas exerc son droit de premption sur Monaco Tlcom, rachete par SLC ?
Cest un petit dtail ! Le principe, encore une fois, est le suivant : quand un Algrien rachte une entreprise trangre, nous ne premptons quasiment jamais. Car, il sagit dune entreprise algrienne qui reste en Algrie et y cre de lemploi, sans transfrer quoi que ce soit. Et cest mon but de faire racheter le maximum de socits trangres par des Algriens. (Pour SLC qui rachte la filiale de Monaco Tlcom), ce cas prte confusion, cest parce quil est le fils de (Khaled Nezzar, NDLR) . Mais ce nest pas parce quil est le fils de quil na pas le droit dacheter. Ce jour-l, javais sign cinq renonciations et on ne parle que dun seul. Vous dcidez de vendre une entreprise au prix normal, on nintervient pas. Vous la vendez un prix trop bas, nous intervenons, peu importe lacheteur. Dans le cas de Michelin, le prix de la vente tait insignifiant. Par contre, on ne parle pas dune chose importante, laffaire strictement commerciale entre Michelin et Cevital : laccord donn ( Cevital) pour commercialiser les pneus Michelin en Algrie. L, nous ne premptons pas.
Cevital est seul candidat au rachat de FagorBrandt en France. Le gouvernement va-t-il lautoriser mener cette opration ?
La loi algrienne ne permet pas de transfert de devises ! Pour permettre aux Algriens, quels quils soient, dinvestir ltranger, il faut changer cette loi. Le transfert de votre argent nest autoris que sil permet daugmenter les capacits dexportation. Et on nest pas dans ce cas.

http://www.youtube.com/watch?feature...&v=Qh3o-_aTSO4




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Entretien avec Amara Benyounes...




12:23 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,