> >

[] [ ]

Ce sont les enfants du systme qui enterreront le systme

(Tags)
 
En finir avec ce systme qui a pouss lAlgrie au bord du prcipice Emir Abdelkader 0 2014-02-09 02:20 PM
plonge dans le systme de propagande de Ben Ali Emir Abdelkader 0 2013-12-23 02:12 PM
Vers un systme alerte enlvement ? Emir Abdelkader 0 2013-03-15 06:19 PM
Qui sont les forces spciales qui sont intervenues Tiguentourine ? Emir Abdelkader 0 2013-01-20 03:14 PM
Le prsident Hollande reconnat un systme colonial... Emir Abdelkader 0 2012-12-20 02:39 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-01
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,966 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Ce sont les enfants du systme qui enterreront le systme

Nacer Djabi. Sociologue

Ce sont les enfants du systme qui enterreront le systme




Pour le sociologue et auteur, en 2012, dune tude sur les scnarios possibles pour le changement en Algrie, le pays ratera encore une fois une occasion daller vers un nouveau systme. Selon lui, loption du quatrime mandat pour le prsident Bouteflika peut tre explique en prenant en considration deux lments importants. Le premier concerne lego du chef de lEtat qui croit tre n pour gouverner.
Le second est quen face de lui, il ny a pas dhomme de systme disposant dune lgitimit et dun charisme pour contrecarrer ce projet du 4e mandat. Ce dernier, dit-il, est un message adress au peuple algrien et qui consiste lui dire quil ne faut pas compter sur llection pour changer le systme.




- Lofficialisation, samedi dernier, de la candidature du prsident Bouteflika un 4e mandat a annul tous les scnarios imagins auparavant pour le changement en Algrie. Comment expliquer aujourdhui ce passage en force et cette candidature par procuration  ?

Celui qui pensait que le prsident Bouteflika ne briguerait pas un quatrime mandat ne connat rien son profil psychologique et sa culture politique. Ces deux facteurs sont importants quand on veut tudier la question de la prise de dcision. Celui qui pense ainsi ne saisit pas lvolution du systme politique depuis de longues annes et ignore lquilibre des pouvoirs actuel au sommet de lEtat. En tant que personne, Bouteflika croit quil est n pour gouverner, comme la plupart des gens de sa gnration et de sa culture politique. Cest ce quil fait depuis lge de 24 ans. De ce fait, il na pas encore digr la priode allant de 1979 1999 quil a passe en dehors du pouvoir. Pour lui, ctait une injustice et il est prt en punir les responsables, en premier lieu le peuple algrien qui lavait abandonn en 1979. Il croyait tre le deuxime homme dans le rgime de Boumedine et ne pardonne pas ceux qui lont ject du pouvoir aprs sa mort. Lhomme ne simagine pas en dehors du pouvoir, mme pour une minute, et dans cette logique il rencontrera son dieu en tant que Prsident. Mais le ct psychologique et culturel est insuffisant pour comprendre cette candidature. Ces derniers temps, le systme politique algrien ne dispose plus de grands centres de dcision lgitimes ou dhomme charismatiques en mesure de contrecarrer le projet dun 4e mandat et de proposer une alternative. Si Bouteflika est faible politiquement et sans lgitimit, ceux qui sont en face de lui ne sont pas dans une meilleure situation : ils sont eux aussi gs, sans lgitimit et opposs au changement Ils taient, mme implicitement, daccord pour le viol de la Constitution en 2008. En dautres termes, ce sont les enfants du systme qui enterreront le systme, car ils nont pas un autre projet politique que de grer les derniers moments de sa vie. Et cette priode risque de connatre des mouvements et des troubles



- Quel est, selon vous, lobjectif des tenants du pouvoir en imposant cette candidature alors que le chef de lEtat ne gouverne plus depuis au moins une anne ?

Nous sommes devant une logique politique, confirme dans plusieurs pays arabes ces dernires annes, selon laquelle tant que le niveau de la corruption augmente et perdure dans le temps, le changement devient difficile. Celui qui croit quen passant sous silence le projet dun 4e mandat va gagner une bataille quil na pas mene a tort. A chaque fois que la corruption et le nombre de corrompus augmentent, les institutions politiques deviennent plus faibles et ne seront plus en mesure de contrler les citoyens. Du coup, le changement politique sera plus coteux. Les Irakiens, les Libyens et les Syriens aujourdhui ainsi que les Egyptiens, avant eux, paient le prix fort, car ils nont pas pu, par peur, par incapacit ou cause des calculs politiques ou de faiblesse, faire le changement temps. Le sort des Algriens risque dtre similaire. Enfin, il faut lire ce 4e mandat en se rfrant lhistoire ( des analyses de longue dure). Ce nouveau mandat intervient au moment o la chkara (largent sale) a fait son intrusion en force dans la politique et o la corruption a atteint des proportions graves et les institutions, comme le Parlement et les partis, sont tellement dstabilises quelles ne peuvent plus jouer le rle de faade habituel, comme cest le cas pour le FLN. Le Premier ministre et prsident de la Commission nationale prparatoire des lections a fait une campagne anticipe durant une anne avec largent des contribuables. Cest lui aussi qui a annonc, alors quil tait en mission officielle, la candidature du Prsident sa propre succession. Cela confirme cette situation.



- Est-il possible, aprs limposition dun mandat vie prpar depuis 2008, de parler encore dun changement de systme par des moyens pacifiques ?

Le message principal que lon veut envoyer aux Algriennes et aux Algriens, travers ce 4e mandat, est celui de dire quil ne faut pas compter sur les lections pour amorcer un changement, tant que ce systme politique est toujours en place. Ainsi lAlgrie ratera loccasion dun changement politique graduel et en douce en 2014, comme elle avait dj laiss filer une autre occasion en 2012 avec les lections lgislatives. Lors de cette dernire lection, mme le FLN a t surpris et nen croyait pas ses yeux en constatant quil avait remport largement le scrutin. Un parti qui traverse une crise structurelle et politique, avec une direction divise et faible, remporte la majorit ! Ce sont les incohrences de ce systme politique qui devient un danger pour lui-mme et pour la nation. Ce message confirme galement une vieille rgle politique qui concerne le peu dengagement des Algriens, notamment les jeunes et les couches moyennes, dans les lections et les campagnes lectorales. Cependant, les couches sociales qua mobilises la mosque durant les annes 1970 le sont encore par les lections. En effet, alors que la mosque aujourdhui mobilise mme les jeunes, les lections ne mobilisent que les vieux et les habitants des zones rurales.



- La guguerre au sommet du pouvoir, voque rcemment aprs les attaques menes par le secrtaire gnral du FLN, Amar Saadani, contre le patron du DRS, le gnral Toufik, ne participe-t-elle pas dans la prparation de ce scnario qui paraissait inimaginable aprs le transfert de Bouteflika au Val-de-Grce ?

L, je dois revenir la question de la lgitimit des hommes et des institutions. Celui qui connat le fonctionnement du systme, saura que les dcisions ne sont pas prises lintrieur des institutions qui sont pourtant nombreuses. Les dcisions politiques les plus importantes, je ne parle pas des projets de loi vots par le Parlement, sont prises au sein de petits groupes, avec un largissement du dialogue dautres un peu plus larges.

Mais elles (les dcisions) sont prises en dehors des institutions, dans le cadre de ngociations organises selon la logique de groupes informels. Nous navons pas de figures politiques et des institutions constitutionnelles qui auraient pu, par exemple, demander lapplication de larticle 88 de la Constitution quand il sest avr, dune manire flagrante, que le Prsident est incapable de parler, trs malade et loin du pays sans avoir dlgu ses pouvoirs une personne ou une institution.
Je pense que les dclarations de Amar Saadani sont trs importantes et elles ont t lances pour vrifier la force de ces hommes (les responsables du DRS) dans les institutions. Cela peut tre un prlude des dcisions importantes qui seront prises aprs les lections pour carter certaines figures au sommet de linstitution militaire et au sein du pouvoir politique. La leon retenir peut tre celle-ci : ceux qui enterreront ce systme politique en place, bien avant lindpendance mme, sont les intrus qui lont rejoint en ces moments de crise et de lutte interne, comme Saadani. Ce dernier naurait pas pu arriver la tte du FLN, sil ny avait pas eu cette crise qui secoue le parti depuis une dcennie dj. Il naurait pas pu galement arriver la prsidence de lAPN, sil ny avait pas eu cette crise. Le systme politique vit une situation de trouble qui a fait que le npotisme gagne mme linstitution de la Prsidence pour avoir le dernier mot.


- Une large partie de la classe politique nationale boycotte la prochaine lection prsidentielle. Cette classe politique dopposition peut-elle aujourdhui constituer un rapport de forces pour imposer le changement quattendent les Algriens depuis des annes ?

Des vnements importants se sont produits ces derniers jours et les Algriens ny ont pas fait attention. Il sagit des runions et des positions communes exprimes par le RCD, le MSP et Ennhada. Je pense que cela est trs important, car cette entente met fin une logique en vigueur depuis quelques annes, qui est celle des msententes entre les grandes familles politiques, en particulier les islamistes et les dmocrates. La coordination entre plusieurs partis dopposition est galement importante, mme si elle na pas russi changer les rapports de force loccasion de llection prsidentielle. Mais il faut rappeler que le rgime vider le pays sur le plan politique et il a achev la vie partisane. Sa force aujourdhui, il la dtient de la faiblesse de lopposition qui reste divise et incapable de constituer des rapports de force en sa faveur, car elle ne bouge qu la veille des lections. Cette situation peut tre exploite par des forces hostiles la dmocratie et lorganisation partisane pour que le changement intervienne encore une fois par des manifestations de rue.



- Vous avez prsent une tude sur les scnarios possibles pour le changement en Algrie. Ces scnarios ne se concrtiseront pas cette fois-ci. Quelle hypothse peut-on imaginer aujourdhui ?
Cette tude a t faite en 2012. Nous avons dit quon sera, loccasion de la prsidentielle de 2014, devant deux scnarios possibles. Le premier tait optimiste et prvoyait un changement en douceur la tte du pouvoir travers les lections, dans le cadre dun consensus entre les diffrentes lites politiques. Ce changement ne devrait pas toucher seulement les individus, mais aussi les gnrations dans la mesure o la dcision politique sera entre les mains des gnrations les moins ges, plus exprimentes et plus qualifies qui sont proches de la socit et ses aspirations. Le second scnario pourrait tre pessimiste avec le maintien des mmes figures et la mme gnration qui sont au pouvoir en Algrie bien avant lindpendance. Cette gnration refuse de quitter le pouvoir qu travers un processus biologique, cest--dire la disparition et la mort. Cela signifie quon sera devant un scnario de confrontation qui pourrait tre caractris par une violence entre lancienne gnration et la majorit des Algriens, notamment les jeunes qui gardent une mauvaise image de cette gnration. Il peut y avoir une violente confrontation. La gnration la plus jeune pourra mme loigner lAlgrie de lide nationaliste quon connat historiquement.
Dans ce sens, lAlgrie ressemble lUnion sovitique durant les annes 1980, quand elle enterrait chaque anne un secrtaire gnral du parti ou un prsident, ou lArabie Saoudite actuellement, o le prince hritier dcde avant le roi, ce qui pose la problmatique de passage de la gnration des enfants de Abdelaziz celle de ses petits-enfants qui sont plus nombreux et moins homognes. Mais en Arabie Saoudite, il y a au moins une famille au pouvoir qui offre des garanties qui nexistent pas dans le systme politique algrien.

Madjid Makedhi



'El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Ce sont les enfants du systme qui enterreront le systme




11:41 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,