> >

[] [ ]

Le dilemme de lopposition

(Tags)
 
Farouk Ksentini sen prend lopposition... Emir Abdelkader 0 2014-02-28 06:55 PM
Election prsidentielle, Que fera lopposition? Emir Abdelkader 0 2014-01-22 08:25 AM
Lopposition tente de faire front Emir Abdelkader 0 2014-01-21 02:19 PM
Alger face au dilemme gyptien Emir Abdelkader 0 2014-01-07 02:21 PM
Les pro-Bouteflika culpabilisent lopposition Emir Abdelkader 0 2013-05-22 03:31 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le dilemme de lopposition

Le dilemme de lopposition

Boycotter ou participer la prochaine lection prsidentielle ? Le dilemme de lopposition.


Oppose au 4e mandat prsidentiel, la classe politique qui, pourtant, saccorde sur la ncessit dinstaurer un ordre dmocratique, diverge profondment sur la stratgie adopter pour faire triompher son projet.
Alors, les deux camps se disent convaincus que llection, dans un rgime aussi ferm quopaque, ne remplit pas sa fonction, qui est darbitrer dmocratiquement une comptition entre candidats et programmes politiques. Le rendez-vous du 17 avril prochain confirme, encore une fois, ce clivage qui disperse les forces politiques, suscitant une polmique entre participationnistes et boycotteurs.

A chacun ses arguments. Pour les partisans du boycott, dont la tendance apparat dominante, participer llection prsidentielle serait cautionner un scrutin verrouill au profit du candidat du pouvoir, o les conditions de transparence sont inexistantes. Dnuder le roi est ainsi donc le cheval de bataille de ceux qui appellent bouder les urnes le 17 avril. Un mot dordre port par plusieurs partis politiques de diverses extractions : RCD, MSP, FJD, Ennahda, Jil Jadid..., mais aussi par des personnalits nationales comme le dfenseur des droits de lhomme Ali Yahia Abdennour, lancien candidat la prsidentielle de 1999 Ahmed-Taleb Ibrahimi et, depuis hier, le candidat Ahmed Benbitour. Mohcine Belabbas, prsident du RCD, parle plutt de tromperie lectorale qui intervient dans un moment o les problmes du systme sont au maximum de leur exposition, que les clans se rendent un semblant de compromis pour aller vers une lection dont on connat lissue mais qui, au fond, ne rglera ni les divisions du srail ni les dfis que lui lance la socit. Il est catgorique : Sauf prendre le risque de paratre participer pour donner un sursis au systme ou tre intress par des raisons moralement douteuses, le boycott, qui simposait de lui-mme, ne se limite pas seulement refuser de voter, mais se mobiliser pour rendre illgitime un scrutin par tous les moyens pacifiques.
De lautre ct, les participationnistes aiguisent galement des motivations politiques pouvant dfendre leur choix et trouvent des limites la logique du boycott, car elle noffre pas dalternative et surtout laisse la voie libre au candidat du pouvoir.

Ils tablent sur une forte mobilisation populaire pour ne pas laisser les habituels faiseurs de rois accomplir une nouvelle fois leur forfait. Pas si facile face la redoutable machine et un appareil bureaucratique rompu la technique de fraude. Abdesselam Ali-Rachedi dit ne pas partager lide selon laquelle les jeux sont faits : Il faut faire confiance au peuple. Llection prsidentielle offre lopportunit daller vers les citoyens, de leur parler, de les aider sortir du dfaitisme et de la peur et de les convaincre, en dfinitive, de se mobiliser pour devenir eux-mmes acteurs du changement. Les partisans de la participation voient en la prsidentielle une opportunit pour sadresser aux lecteurs, diffuser leurs ides et les mobiliser autour dun projet. Les plus tmraires dentre eux tablent sur un troisime tour en cas de dtournement de la volont populaire.
La rue ? En somme, depuis louverture dmocratique, les partis politiques ont oscill entre boycott et participation llection, sans pour autant conqurir le pouvoir. Vingt-quatre ans aprs la premire lection plurielle, lopposition politique a connu un repli, sans pouvoir contraindre lautoritarisme concder le moindre espace dmocratique. Nest-il pas temps de faire le bilan et de tirer les leons dun chec recommenc ? 

Hacen Ouali





El Watan
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le dilemme de lopposition




07:02 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,