> >

[] [ ]

Un autre PV de police spcial Demain online

(Tags)
 
Les candidats se retirent l'un aprs l'autre :... Emir Abdelkader 0 2014-03-03 08:08 AM
Lautre sale guerre Emir Abdelkader 0 2014-02-10 07:49 AM
Spcial salades 4 2011-08-01 04:03 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Un autre PV de police spcial Demain online

Un autre PV de police spcial Demain online



Notre confrre Mourad Borja, directeur de lagence de presse AicPress, a t convoqu lundi 18 fvrier par la Brigade prfectorale de la police judiciaire de Casablanca. Il devait se prsenter de toutes urgences la prfecture. Il sy est rendu.
Mourad Borja nous a expliqu sa rencontre avec les flics de Casablanca lors de la charmante conversation quil a eue avec eux.
Arriv la prfecture, Mourad Borja a demand linspecteur charg du dossier la raison de cette soudaine convocation. Une convocation qui a eu lieu, comme par hasard, le jour mme de la publication par Demain dun article sur le guide de la secte boutchichia de lOriental. Rponse : vous tes convoqu en raison de vos relations avec le site Demain online.
Quelles relations ? , a rtorqu, tonn, le journaliste. Allez-vous galement me convoquer pour mes relations avec la presse nationale et internationale qui je vends des photos? , sest-il exclam. Jai des talimates (instructions) , rpondit le flic qui expliqua notre ami Mourad quun procureur du roi avait diligent une enqute sur la base dune plainte de la Direction gnrale de la sret nationale (DGSN) aprs la publication par Demain dun article sur le militant amazigh Omar Louzi.
Oui, mais moi quest-ce que je fais l ? , a demand Bourja. Rponse : Talimates .
Mais cest quoi donc le crime odieux commis par Demain qui a provoqu ce dferlement de talimates ?
Demain a simplement publi les dclarations et un communiqu du militant amazigh Omar Louzi sur ses dmls avec les services secrets et la police marocaines ? Cest tout ? Cest tout !
Et puis, M. Louzi a t convoqu et auditionn il y a quelque temps sur le mme sujet par la police judiciaire de Rabat. Pas sur ses dboires avec les services secrets, mais plutt sur, encore une fois, ses relations avec le site Demain online .
A Demain, on nest pas dupes et nous savons qui est derrire cette affaire. Faute davoir le courage de nous poursuivre lui-mme, le patron de la DST, la police politique du rgime, Abdellatif Hammouchi, utilise la DGSN pour cette besogne. Et comme il se croit tout puissant, il le fait avec la complicit du ministre de linjustice et du peu de liberts, El Mostafa Ramid. Un ministre islamiste (Allah Akbar !), donneur de leons en morale islamique, qui a t incapable de sopposer la grce royale octroye un pdophile condamn plusieurs dcennies de prison.
On va le rpter pour que tout le monde comprenne : Demain online est un site indpendant qui professe, pacifiquement et avec des zestes dhumour, des ides sans se soucier quelles plaisent ou pas. Nous respectons toutes les croyances, religions, idologies et revendications du moment quelles nappellent pas la violence. Les deux pels et trois tondus qui font ce journal ne dpendent daucun Etat, gouvernement, organisme, institution, mosque, synagogue ou glise ; et ne sont les suiveurs daucun parti, association ou zaoua. Naturellement, ils ne font pas dans le namisme et ont une sainte horreur des Sidi et des Lalla .
Demain et son fondateur ont t soumis toutes les enqutes possibles et imaginables, au Maroc, en France et en Espagne, pour Waloo , comme dirait le rappeur Lhaqed.
Tous les procs intents par le Makhzen contre Ali Lmrabet ltranger ont t perdus. Par contre le procs intent par Lmrabet contre la MAP, la Voix de son matre, a t gagn. Cest dire le peu darguments juridiques que peuvent taler le Makhzen et ses compares quand ils se battent armes gales contre Lmrabet devant des juridictions judiciaires neutres. Cest--dire trangres.
Et pour finir, contrairement nos contempteurs, ni Demain online ni son fondateur ne sont cits dans des affaires de corruption, denlvements de citoyens, de massacres et de torture. Notre nom na pas non plus le douteux privilge dapparatre dans les cbles de Wikileaks.
Maintenant, Monsieur le ministre de la prtendue justice, votre justice servile et corrompue on la connat ! Ali Lmrabet est le seul journaliste de la plante tre interdit de son mtier (2005-2015) par dcision judiciaire tlguide par le Palais.
Mme la Chine et lIran, pays tant dcris par certains thurifraires du rgime de Mohamed VI, nont pas de journalistes interdits dcriture.
Il y a deux ans, des inconnus ont attaqu le domicile dAli Lmrabet Ttouan. En dpit de plusieurs appels tlphoniques, la police de Ttouan a refus dintervenir. Quelques semaines plus tard, la terrasse de la maison dAli Lmrabet Ttouan a t assaillie par plusieurs fonctionnaires de lEtat et des agents des services secrets. Histoire dintimider, de faire peur. Aprs la dnonciation de cette insupportable violation de domicile, le ministre de la communication, Mustapha El Khalfi, a annonc sur la chane de tlvision Al Jazeera, une enqute ordonne par le ministre de la justice. Depuis, rien. Aucune enqute. Waloo. Quelquun a d rappeler Ramid que le harclement de la part de la DST auquel est soumis Lmrabet ne fait pas partie des comptences.
Et enfin, quand le pre dAli Lmrabet, g de 93 ans, a t assailli et injuri gratuitement et lchement dans la rue par une envoye des services , la plainte dpose na t suivie daucune raction, ni de la police, ni du parquet de Ttouan. Waloo !
Quant la DGSN, nous lui disons ceci : trois lments de la police de Ttouan, dment identifis, ont agress et cambriol Ali Lmrabet. Devant des dizaines de tmoins. Une nime plainte a t dpose la prfecture de police de Ttouan. Depuis, rien du tout.
Ne parlons pas des autres plaintes qui sont toutes restes lettres mortes.
Donc, votre justice et votre police marchent aux talimates ! Donc elles valent ce quelles valent. Cest--dire : Waloo dixit encore une fois Lhaqed.


Demain






 

()


: 1 ( 0 1)
 

Un autre PV de police spcial Demain online




01:46 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,